Dieu, notre Père - Shora Kuetu








Le Père est amour. Mais il n’est pas seulement amour, il a l’amour.

Dieu, notre Père !

J’ai eu la révélation du Père dans ma chambre. Une fois pendant que je priais, j’étais prostré sur mon lit, on m’a amené au ciel et on m’a déposé dans ses bras. C’était quelque chose de profond, il était là, il me caressait. Et le ministère qu’il m’a donné est basé sur cette révélation du Père.  

Dieu, notre Père !

Je vais vous dire, vous ne pouvez pas craindre Dieu, vous ne pouvez pas répondre à ses exigences si vous ne recevez pas la révélation de son cœur de Père. Vous chercherez à lui plaire par votre vie chrétienne. Si c’est le cas, vous allez toujours échouer. Vous chercherez à le toucher par votre manière de donner financièrement à l’œuvre, de prier… Vous allez échouer ! parce que, par rapport à la richesse, par exemple, vous prenez un pays comme la RDC, c’est un scandale géologique. C’est le pays le plus riche sur le plan minier, diamant, bois… c’est la folie. Il y a pleins de pays où il y a des richesses : comme en Côte d’Ivoire, le pétrole comme pas possible. Et tout ça c’est la richesse du Père. Ça n’a rien à voir avec les billets de banque. Si on vous donne un diamant de 18 carats ou 27 carats, vous devenez millionnaire. Donc le Père possède tout. Imaginez un Dieu aussi riche… honnêtement, croyez-vous qu’on va véritablement le toucher parce qu’on donne 200 € à l’œuvre ? Non. Et surtout que ça vient de l’homme. Croyez-vous qu’on va le toucher parce qu’on a offert sa voiture à l’assemblée ? Les matériaux avec lesquels on construit ces véhicules viennent de la nature. C’est Dieu, c’est le Père. L’homme n’a rien créé. L’homme ne fait que rassembler, transformer. Donc tout ça c’est le Père. 

Alors parfois on se dit : « S’il est Dieu, s’il est bon, pourquoi me laisse-t-il en souffrance ? »
« Je cherche du boulot et je n’arrive pas à en trouver » pour ceux qui n’ont pas de travail.

Ne crois-tu pas que Dieu peut faire pleuvoir, juste pour toi, un petit diamant pour que tu deviennes millionnaire d’un seul coup ? Ne crois-tu pas que le Père peut te donner le numéro du loto alors que tu ne joues pas dans un songe ? Le lendemain, tu vas jouer et tu gagnes 200 millions d’euros. Mais dites-moi pourquoi le Père ne le fait pas ? Parce qu’il sait que si tu deviens millionnaire, tu iras en enfer. Il nous connaît. Frère, son amour pour toi est tel qu’il préfère te laisser dans la souffrance jusqu’à ce que tu finisses ta course ici-bas. Et ensuite il te dit : « Maintenant tu rentres à la maison ». Il sait que cette souffrance est salutaire pour toi.

Et Satan il vient dans tes pensées : « Tu as vu ? Laisse tomber, il ne t’aime pas du tout ».
« Il faut faire 4 jours, 20 jours de prière. Tu te mets à genoux, si tu veux être exaucé. Si tu pries, ne reste pas assis, sois toujours à genoux. Tu verras ». Tu vas essayer toutes sortes de méthodes et ça ne va pas marcher. Qui a essayé certaines méthodes ? Vous voyez, on est beaucoup. Alors on se dit : « Je préfère marcher en priant, ça va marcher comme Josué à Jéricho ». Au bout d’un mois on est fatigué. Il faut faire comme les anges au ciel, à genoux. On quitte son trône. « Tu vois Seigneur ? J’étais assis sur mon trône, sur ma chaise ; maintenant je me mets à genoux ». Ce n’est pas ça.

Le Père connait tes besoins mieux que toi-même.

Je prends un exemple : un bébé de six mois qui te voit manger du camembert, du riz, des pâtes… et lui, il pleure, parce qu’il veut que tu lui donnes le pain, la baguette, le sandwich que tu manges. Est-ce que tu l’aimes ou pas ce bébé ? Tu l’aimes. Mais le bébé se dit dans son cœur : « Maman est méchante ». Alors il va augmenter le volume, le son. Il se dit : « En criant comme ça, maman aura tellement pitié de moi qu’elle va me céder le sandwich ». Mais toi, tu sais que si tu lui donnes, il va mourir. Vrai ou faux ? Alors tu vas refuser. Mais lui, il interprète ça mal. Et s’il pouvait il allait te dire : « Ciao, je vais chez le voisin ». Vrai ou faux ? Mais toi t’es là, tu lui dis : « Chéri, je t’aime ». « Mais comment peux-tu dire que tu m’aimes alors que j’ai faim ? » « Chéri, pour toi c’est du lait ». « Non, maman tu n’es pas juste. Pourquoi boirais-je du lait et toi mangerais-tu ce sandwich ? Surtout que ça sent bon ». C’est comme ça que nous sommes avec le Père.

« Aaaahhaaah… Seigneur, il nous faut une grande salle pour l’œuvre ».
Dieu sait que si tu te sors de là tu meurs. Et très souvent nous nous inquiétons plus pour son œuvre que lui-même. Comme s’il nous dit « Penses-tu que c’est toi qui est mort à la croix pour les âmes ? »

Le Père !

« Seigneur ? » « Oui, ma fille ». « Ecoute Seigneur, j’ai 40 ans, toujours pas mariée. Ce n’est pas normal ! Seigneur, je crois que j’ai un problème ». Le Seigneur dit : « Je sais. Ma fille, je sais. Mais le problème c’est que je t’aime tellement que si je te donne tout de suite un mari, tu ne vas plus prier comme avant ».

C’est difficile de comprendre la pensée du Père.

Regardez comment nous sommes avec nos enfants pour ceux qui ont des enfants. Vous habitez au 20e étage. L’enfant veut aller à la fenêtre. Je suis convaincu que même si la fenêtre est fermée, une maman, un papa digne de ce nom sortira de sa salle de bain pour dire « Aaaaaaah ! chéri nooon ». L’enfant va interpréter ça comme un manque d’amour. « Comment peut-il me frapper comme ça ? » Les enfants ne le disent pas forcément mais ils le pensent. Mais là-haut là, ça cogite. Mais quand ils vont grandir ils comprendront et ils diront : « Ah ! Oui je comprends maintenant. Je comprends ».

Chaque jour qui passe, le Père pleure d’amour pour toi. Et les anges sont étonnés, dépassés.
Comment cela est-il possible ? Tu sais le nombre d’années que le Père a attendues pour pouvoir te toucher ? Comment il a patienté ? Jusqu’au jour où tu t’es dit : « Maintenant, je te donne ma vie ». C’est depuis ta naissance que le Père t’attend !

Ephésiens 3 : 13 C'est pourquoi je vous prie de ne pas vous relâcher à cause de mes tribulations que j'endure par amour pour vous, elles sont votre gloire. 14 A cause de cela, je fléchis mes genoux devant le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, 15 de qui toute la famille dans les cieux et sur la terre tire son nom, 16 afin que selon les richesses de sa gloire, il vous donne d'être puissamment fortifiés par son Esprit dans l'homme intérieur, 17 en sorte que Christ habite dans vos cœurs par la foi ; afin qu'étant enracinés et fondés dans la charité, 18 vous puissiez comprendre avec tous les saints quelle est la largeur et la longueur, la profondeur et la hauteur, 19 et connaître la charité de Christ qui surpasse toute connaissance, afin que vous soyez remplis de toute la plénitude de Dieu.

Le Père !

Paul avait une relation vraiment exceptionnelle, particulière, avec le Père. Il connaissait tellement le Père que malgré ses souffrances, ses difficultés, il ne condamnait pas Dieu. Waouh ! Paul a souffert, mes amis. Il a été lapidé au moins 4 ou 5 fois. Plus de 3 fois, 4 fois il a reçu 40 coups - 1 à cause du Père, à cause de la Parole qu’il avait reçue.

Il dit que toutes les familles dans les cieux et sur la terre tirent leur nom du Père.  Ça veut dire quoi ? Le Père c’est pater en grec, c’est le géniteur, c’est l’auteur de la famille. C’est la source de la famille.
Vous savez pourquoi beaucoup de jeunes, de familles ont des problèmes ? C'est parce qu'ils n'ont pas la révélation du Père. Le Père céleste. Les jeunes sœurs, vous qui voulez vous marier, priez que Dieu vous donne des hommes qui ont reçu la révélation du Père pour être de bons pères pour leurs enfants. C’est important. Parce qu’un père ce n’est pas celui qui va frapper avant d’écouter. Non. Un père n’est pas celui qui va juger avant d’écouter. Un père, avant de sanctionner, va s’asseoir avec son fils et va lui poser des questions. « Pourquoi as-tu fait cela ? » Il sait que le fils s’est méconduit, mais il ne va pas tout de suite sanctionner. Il va d’abord lui demander : « Qu’as-tu fait ? Pourquoi as-tu fait cela ? Explique-moi ». Je prends un exemple : un fils va voler, son père l’apprend. Beaucoup de parents frappent tout de suite, le fouet. L’enfant va pleurer, va être blessé doublement et va s’enfermer dans un cocon. Mais il n’est pas guéri. Il n’est pas délivré. Il n’est pas sauvé. Il va développer le rejet dans son cœur. Et un jour il va y avoir une implosion dans son cœur et il y aura des dégâts. Des dégâts collatéraux également. Mais un père c’est celui qui quand son fils vole, il l’appelle. « Viens, assieds-toi là. Pourquoi as-tu fait cela ? » Et le fils peut dire : « Papa, je l’ai fait parce que j’étais en train de mourir de faim. Vous ne faites pas de courses à la maison. Maman et toi vous ne faites pas de courses donc j’avais vraiment faim. Et ça fait plusieurs semaines que je ne mange pas à ma faim, je ne mange pas correctement et voilà pourquoi j’ai commencé à voler ». « Ah bon ? » Une fille qui vole. Vous parlez avec elle. « Pourquoi as-tu fait cela ma fille ? » Elle peut te dire : « Papa, maman j’ai commencé à avoir mes règles, mes menstrues mais vous ne me donnez pas l’argent pour faire des achats de serviettes. Du coup, je commençais à sentir mal. Une fois à l’école j’ai commencé à avoir une perte de sang parce que je n’avais rien ». Et c’est là que vous allez vous rendre compte que le problème, que le vol de votre enfant n’est rien d’autre qu’une conséquence de votre irresponsabilité. Une fille qui vole parce qu’elle n’a pas d’argent pour s’acheter des serviettes qu’est-ce qu’elle va faire ? Elle va voler ou elle va chercher un homme pour avoir de l’argent. Et les parents vont frapper, frapper, frapper, frapper… ils ne se rendent même pas compte que la fille a besoin d’être écoutée. Ça s’appelle le dialogue.

Et c’est pareil par rapport à l’œuvre de Dieu.

On apprend qu’un frère s’est méconduit. On peut venir, on tape, on tape, on tape. Et quand on va l’écouter on se rend compte que ce n’est pas lui le fautif. Mais le père c’est celui qui va venir pour dire : « J’ai appris ça mais qu’est ce qui s’est passé ? Pourquoi as-tu posé cet acte ? Pourquoi t’es-tu comporté comme ça ? » La personne dira : « Si je ne t’ai pas obéi c’est parce que tu m’as mal parlé. Tu m’as frustré, tu m’as humilié devant les gens. J’étais blessé ». « Ah ! Ok d’accord ».

Le Père !

Et c’est vraiment important, mes amis, de recevoir la révélation du Père. Ça nous change.

Nous sommes dans une époque où les familles sont disloquées, brisées. Les gens ne savent plus comment doit être un père, comment doit être une mère. Les enfants grandissent comme ça, et même si les parents sont là, ce sont des étiquettes, ils ne remplissent pas correctement leur rôle parce qu’eux mêmes, si vous vérifiez, ils n’ont pas eu de bons parents. Donc du coup la seule manière d’exprimer leur mécontentement ce sont des coups.

Je me rappelle une fois, je suis allé déposer mon véhicule chez un garagiste congolais. Il a demandé à son fils d’aller ranger son portable quelque part et cet enfant de 9 ans n’avait pas bien compris ce que son père voulait. Donc il l’a rangé ailleurs. Je vous assure, cet homme a attrapé son fils de 9 ans, il a commencé à lui donner des coups de poing. Ce monsieur devait avoir plus de 47 ans. Son enfant de 9 ans, des coups de poing ! J’ai dû intervenir. J’étais choqué. L’enfant ne pleurait même pas, c’est ça qui est dramatique. L’enfant ne pleurait pas. J’ai compris que depuis bébé, il ne recevait que des claques, des coups, des coups de poing. Donc du coup il encaisse, il supporte mais tu sens qu’au fond de lui il y a une rage qui est là, qu’il exprimera dehors par des comportements inappropriés, par la méchanceté, par la révolte vis-à-vis de l’autorité, notamment la police. D’où la délinquance. Ce taux de délinquance élevé, même chez beaucoup de personnes d’origine étrangère, les immigrés. Pourquoi ? Parce qu’il n’y a pas de dialogue.

La révélation du Père céleste manque. C’est là que ça coince.

On a beau prier « Oh ! Seigneur, je t’aime ». Mais beaucoup de pasteurs ne connaissent pas le Père.

Du coup pas de dialogue. Quand l’enfant dit quelque chose, on crie, on l’étouffe. Mais s’asseoir, discuter, comprendre pour aider.

Et il dit à l’enfant : « Allé va au petit coin là-bas, mets ta tête en bas et les jambes en l’air ». Ce monsieur est païen, mais je vous assure que beaucoup de chrétiens sont comme ça aussi.

Le Père !

Comment pouvez-vous comprendre qu’un homme épouse une femme, il lui fait des enfants et puis après il se dit : « Bon, eh bien, tu ne me plais plus, je vais voir quelqu’un d’autre » ? Et il délaisse les enfants et la femme, pour aller vivre sa vie. Mais c’est de l’irresponsabilité ! C’est parce que les gens n’ont pas la révélation du Père.

La Bible dit que toutes les familles dans le ciel et sur la terre tirent leur nom du Père.  Ça veut dire que si vous voulez avoir une vraie famille vous devez d’abord connaître le Père. Sinon vous allez casser votre foyer un jour. Ah oui. Une femme qui reçoit la révélation du Père va rentrer dans son identité de fille. Parce que la révélation du Père te faire rentrer dans ton identité de fils et de fille. Donc ça veut dire qu’un homme qui veut se marier et qui ne sait pas qu’il est d’abord fils, va faire n’importe quoi. Comment voulez-vous qu’il donne une bonne image de fils à ses futurs enfants si lui-même, il n’a pas compris sa propre identité de fils ?

Je sais que vous aimez beaucoup la famille ici. Ça c’est bien parce que j’aime beaucoup la famille. Famille2vie.

Proverbes chapitre 4 : 1 Ecoutez, mes fils, l'instruction d'un père, et soyez attentifs pour connaître l'intelligence. 2 Car je vous donne une bonne doctrine, ne rejetez donc pas mon enseignement. 3 J'ai été un fils pour mon père, un fils tendre et unique auprès de ma mère. 4 Il m'a enseigné, et m'a dit : Que ton cœur retienne mes paroles ; garde mes commandements et tu vivras.

J’ai été un fils pour mon père.

Qui parle ici à votre avis ? Salomon, n’est-ce pas ? Et regardez le verset 1er il dit quoi ? Écouter l’instruction de qui ? D’un père. Votre père. Qui est le père ici ? C’est Salomon. Salomon était devenu un père et il parle à ses fils. Et il leur rappelle quelque chose de précieux. Il leur dit « Ecoutez, moi aussi j’étais un fils ». Parce qu’il était un fils pour David, à son tour Salomon a eu des fils.
Vous pouvez avoir des enfants sans avoir des fils et des filles. Comprenez le langage biblique. Ce n’est pas parce que vous avez des garçons que ce sont des fils. Quand les hébreux disaient fils ça signifie que le fils est l’image du père. Voilà pourquoi on dit que Yehoshua est l’empreinte du Père. C’est important de le savoir. Donc tout enfant n’est pas forcément fils. Toute femme n’est pas forcément fille. C’est nous qui comprenons mal les choses parce que le français est pauvre par rapport au grec et à l’hébreu. Chaque lettre en hébreu a une signification. Il y a 22 lettres. Vous comprenez pourquoi Abraham voulait à tout prix un fils ? Pas n’importe quel enfant. Il a eu Ismaël mais Ismaël n’était pas fils. C’est pour cela qu’il ne pouvait pas hériter d’Abraham et on l’a chassé. C’était un enfant bâtard. C’est pour cela que la Bible dit : « Chasse cet enfant parce qu’il ne peut pas hériter avec le fils ». Paul le dit dans Galates.

Vous comprenez ? Est-ce que quelqu’un reçoit l’enseignement ce soir ? Que Dieu nous aide.

Je me disais qu’est-ce que je vais partager avec vous mais le Seigneur est en train de nous illuminer là.

Galates 4 : 21 Dites-moi, vous qui voulez être sous la loi, ne comprenez-vous pas la loi ? 22 Car il est écrit qu'Abraham eut deux fils, un de l'esclave, et un de la femme libre. 23 Mais celui de l'esclave naquit selon la chair, et celui de la femme libre naquit en vertu de la promesse.
Verset 30 Mais que dit l'Ecriture ? Chasse l'esclave et son fils, car le fils de l'esclave n'héritera pas avec le fils de la femme libre.

Le fils de l’esclave n’héritera pas avec le fils de la femme libre. Donc il a eu deux enfants, deux fils, selon le langage du monde mais Isaac était le fils par excellence parce qu’il était l’image d’Abraham. Il était l’enfant de la femme libre. Mais l’autre non.
C’est pour cela que dans les familles aussi vous allez voir qu’il y a des enfants qui sont obéissants aux parents, qui suivent les principes de leurs parents et d’autres sont des rebelles. Pourtant ces enfants sortent des mêmes entrailles. Comme Jacob et Ésaü.

Vous n’avez pas vu que la lignée du Messie était composée de fils ? Mais certains fils aînés étaient écartés de la lignée pour laisser place à leur petit frère comme Ésaü et Jacob. Jacob est devenu le premier né alors qu’Ésaü c’était lui le premier-né mais parce qu’il était charnel, il a été écarté donc Jacob était l’image du père aussi. Et par la suite ce fut Juda. C’est pour cela qu’ici dans Proverbes, Salomon dit « Ecoutez l’enseignement d’un père. Je suis votre père mais avant d’être père j’étais d’abord fils ».

Alors un homme qui n’a jamais eu la révélation du Père céleste, qui n’a jamais été fils pour ses parents, même s’il a 30 ans, même s’il a la barbe, même s’il travaille et qu’il a son appartement, même s’il parle bien aux femmes, un jour ou l’autre, il finira par divorcer. Si ce n’est pas un fils, il finira par tromper sa femme.
Maintenant, si tu as raté l’éducation parce que tu étais rebelle, même maintenant tu peux te rattraper à condition que tu reçoives la révélation du Père. Sans la révélation du Père, c’est fini, t’es cuit. Même si tu as toute la Bible dans ta tête.

Y a-t-il des frères ici qui veulent être des fils ? Et des femmes aussi ?

Nous sommes dans une génération où on apprend aux enfants de 13 ans à dire : « C’est ma vie, j’en fais ce que je veux. Si tu commences à m’embêter j’appelle l’assistante sociale de l’école ». Les parents tremblent. « Si tu oses j’en parle à la maîtresse». L’enfant est arraché des mains des parents. Surtout à Londres les enfants sont rois.

Maudit soit le pays dont l’enfant est roi.
A Londres il ne faut pas toucher aux enfants. Y a même pas de petites tapettes, fessées. Rien ! Les enfants sont rois en Angleterre. Et comment voulez-vous que ces gens-là soient des fils ?

Un homme qui a été fils de son père et fils de Dieu, qui a reçu la révélation, s’il épouse une femme il dira : « J’ai des enfants, je ne peux pas trahir ma lignée. Je ne peux pas trahir mon Père céleste ». Donc il n’acceptera jamais que ses enfants appellent un autre monsieur « papa ». Y a des principes. L’homme en question, le fils, a des principes. Moi je vois mal mes enfants dire d’un autre monsieur : « Le papa B est venu me chercher à l’école ». Ah bon ? Partager l’amour des enfants avec un autre monsieur ? Vous imaginez frères ? Il y a des principes. Donc on ne veut pas divorcer parce qu’on ne veut pas décevoir le Seigneur, parce qu’on ne veut pas décevoir sa femme, parce qu’on ne veut pas décevoir ses enfants, parce qu’on veut mourir en tant que fils.

Et même si tu as des enfants, tu vas toujours être fils de tes parents.

Vous avez vu les gens que nous formons comment ils tombent dans la rébellion ? Parce qu’ils ne sont pas des fils, ils ne connaissent pas le Père céleste. Aucun principe !

Le Père céleste !

Beaucoup de jeunes sont là : « Yo, yo yo man ». Tu les vois comme ça : « T’as 25 ans, toujours yo, yo ? Tu veux épouser une femme toujours yo-yo ? » Aucun projet d’avenir. « Yo, yo, yo. Le ministère, le ministère, le ministère… l’appel ».

Mon ami, il faut d’abord que tu sois fils. C’est important.

Que Dieu nous aide.

Les sœurs c’est pareil. La révélation du Père vous fait rentrer dans votre féminité. La révélation du Père, pour les hommes, vous fait rentrer dans votre masculinité. Parce qu’un homme qui n’est pas masculin est un homme qui sera féminin, complètement féminisé. La Bible dit que les efféminés n’entreront pas dans le Royaume des cieux. Quand il y a un problème un homme complètement féminisé pleure tout de suite. Mais un homme digne de ce nom quand il y a un problème, frères, il va régler ça dans la prière d’abord. Vous savez pourquoi la plupart des femmes aiment les hommes beaucoup plus âgés ? A âge égal, les hommes sont moins matures que les femmes. C’est prouvé. Prenez un homme de 20 ans et une femme de 20 ans... L’homme est le chef nous dit la Parole mais pas le chef qui va commander, qui va donner des ordres, qui est assis sur son trône et qui dit : « Faites ceci, faites cela ». Le chef est celui qui se mouille les mains, les pieds et qui dit aux gens : « Faites ce que je fais » et non : « Faites ce que je dis ». Ce n’est pas pareil. « Fais ci. Fais ça ». Non. « Je fais et tu fais ». Un homme digne de ce nom sait gérer sa maison. D’abord, sa vie. Un homme qui ne sait pas gérer sa vie comment voulez-vous qu’il gère sa maison ? Un homme que la femme doit toujours surveiller. « Tu as mangé quoi ? Tu as bu quoi ? ». La femme doit toujours veiller sur son régime : « Est-ce que t’as pas mangé beaucoup de sel ? ». Mais là, tu deviens un bébé ! C’est plus possible. Je vous assure qu’il y a des femmes qui se disent : « J’ai épousé un bébé, un enfant. Je dois surveiller tout ce qu’il fait ». Combien d’hommes savent-ils faire à manger ? Nous voulons le ministère mais alors qu’à la maison on ne sait même pas faire à manger. Parce que pour beaucoup d’hommes c’est la femme qui doit faire à manger. Et comme les femmes préparent de moins en moins, alors on va au petit magasin de surgelé à coté, on prend un poulet congelé depuis 20 ans et avec les micro-ondes… « oh ! Quelle grâce ! » On vient et trois minutes après le poulet est prêt. « Chéri, viens manger ».

Que Dieu nous aide !
Je sais que je suis en train de perturber un peu les choses ici mais ça fait du bien, c’est important.

Tu demandes aux hommes ce qu’ils savent faire comme repas, ils vont dire : « Moi je sais faire seulement du riz et des pâtes, des œufs ». Les sœurs sont là ! Surtout les hommes d’origine africaine. C’est terrible.

Quand il y a un problème les hommes sont là :« Maman, je vais appeler maman ». « Mais on est mariés !!! » « Oui, mais je vais appeler maman ». Le cordon n’est toujours pas coupé !

L’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme.

On n’a pas dit qu’il va s’attacher à son bâtiment ou à sa voiture. Les hommes aiment tellement leur véhicule même les chrétiens. Ils passent plus de temps à astiquer leur voiture, au lieu d’astiquer leur femme avec la Parole de Dieu. Surtout quand l’homme à une entreprise, il trouve un moyen pour pouvoir s'échapper. « Ah ! Mais tu sais chérie, j’ai fermé tard ». « Ah oui mais tu devais rentrer à temps à la maison pour le repas ». Surtout s’il a un ministère. Alors là c’est : « Chérie, lundi j’étais en visite. Mardi, j’étais en visite, Mercredi, j’étais en visite… » Le téléphone sonne tout le temps, tout le temps. La femme n’a même pas le temps de parler avec son mari. Et à la maison c’est le pasteur : « Chérie il est écrit. Il est écrit… ». La femme veut parler…. « Attends… l’onction ». Tu ne vas pas impressionner ta femme avec l’onction. Ce sont les autres qui seront idolâtres. Ta femme ? Jamais ! Parce qu’elle te connaît, elle sait quand tu pleures quand il n’y a pas à manger. Là, ce n’est pas le pasteur qui pleure, c’est le mari qui pleure. Mais comme la femme protège son mari elle ne va pas tout balancer dehors. Donc il ne peut pas l’impressionner avec les versets bibliques. Une femme qui est impressionnée par un homme à cause de son onction, de son ministère, si l’homme l’épouse, c’est fini. Quand ça va dans les lieux secrets, c’est fini, le mystère est tombé. La femme va dire : « Mais il est comme tout le monde. C’est un homme mortel. Il a aussi des défauts ».

Voilà pourquoi il faut être un fils. Dis à ton voisin, il faut être un fils ou une fille.
Arrêtez de faire la comédie. Les bishop tout ça. On peut tromper tout le monde mais nos femmes… Vrai ou faux ? Nous nous trompons nous-mêmes souvent.

Qui réalise qu’il a des difficultés par rapport à l’identité de fils, de fille ?

Si on a eu une mauvaise relation avec son père, avec sa mère on peut aussi avoir une mauvaise image du Père céleste. Une femme qui a été battue par les hommes, trompée par les hommes, si elle se convertit, les démons sont chassés mais les blessures sont là, et elle peut avoir une mauvaise image du Père céleste.

Qui a du mal à voir Dieu comme un Père ?

Et très souvent vous allez voir que les femmes qui ont ce problème-là, on ne va pas les condamner, loin de là, mais c’est parce que souvent elles ont une mauvaise image de l’homme, de leur père. Une femme qui a été violée par un proche, par un homme, si elle se convertit, vous allez lui dire : « le Père céleste existe ». Mais elle va plus parler à Jésus, en tant que Dieu. Mais le côté Père, c’est difficile.

Vous savez la première identité que nous avons quand nous donnons notre vie au Seigneur c’est que nous devenons des fils et des filles.

Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son fils unique afin que quiconque croit en lui ne périsse point.

Posez-moi la question pourquoi Dieu nous a-t-il donné son Fils ? Tu me diras : « C’est pour le salut ». Je suis d’accord. Mais ce n’est pas que pour le salut. C’est aussi pour que nous ayons un repère. Un exemple des fils et des filles que Dieu veut. Dieu est devenu Fils et il est descendu sur la terre pour nous donner l’image qu’Adam avait perdue. Adam était le premier fils de Dieu sur terre. Et quand il est tombé dans le péché il a perdu cette image. Voilà pourquoi Dieu lui-même a dû s’incarner. Et quand Jésus est venu, en voyant comment il était avec le Père, les apôtres ont dit : « Montre-nous le Père ». Parce qu’ils l’ont vu soumis au Père. Ils ont vu comment il parlait au Père. Comment il chantait des louanges au Père…  ils ont dit : « Mais comment quelqu’un peut-il aimer Dieu comme ça ? » D’ailleurs, les juifs dans Jean 10 ont accusé le Seigneur parce qu’il se faisait passer pour le Fils de Dieu. Et pour un juif dire qu’un homme peut être fils de Dieu c’est comme pour les musulmans, c’est une abomination.

As-tu l’occasion de t’asseoir pour parler avec ton père biologique ? Qui a du mal ? Vous voyez on est nombreux. Parce que souvent le père, l’image du père que vous avez c’est quelqu’un qui vient et qui vous menace : « T’as pas fait ci, t’as pas fait ça. T’as pas fait ci, t’as pas fait ça ».

La dernière fois (…) une femme, une jeune sœur est venue me voir, elle m’a dit que lorsqu’elle avait 16 ans et son frère 15 ans, ils sont partis à une fête d’anniversaire. Au retour, leur père était tellement en colère qu’il les a frappés, il avait une lame de rasoir, il les a déshabillés et les a rasés. Vous comprenez ? Elle avait 16 ans. Elle m’a confié cela il y a huit ans. Blessée, cassée. On l’a encadrée, on l’a suivie. Et elle s’est mariée, mais pendant trois ans elle ne pouvait pas vivre une vie normale avec son mari. Et le Seigneur lui a dit : « Parles en à ton mari ». Elle lui en a parlé. Elle était débloquée. Et ensuite elle est revenue me voir pour pouvoir parler avec sa famille concernant une situation familiale. Et j’ai convoqué ses parents. D’abord, j’ai vu sa mère. Et j’ai dit : « Dis à ta mère ce que tu m’as dit ». Elle a tout balancé. Et sa mère lui dit : « Pourquoi ne m’as-tu rien dit ? » « Mais maman, comment voulais-tu que je t’en parle ? Quand papa nous cognait, quand il nous frappait tu étais là aussi pour l’encourager ». Et ensuite le père est venu avec la mère, on a parlé, et le père a reconnu : « Oui, oui effectivement je vous ai rasés. Je m’en rappelle ». Je lui ai dit : « Mais monsieur ça, ça s’appelle la sorcellerie ». Et je lui ai dit « Tu demandes pardon à ta fille parce que tu as brisé sa vie ». Alors comment voulez-vous qu’une telle fille ait pu avoir la révélation du Père ? Dieu lui a fait grâce, heureusement.

Regardez nos relations avec nos parents. Regardez bien. Entre vos frères et sœurs, il y a souvent des tensions, des conflits.

Qui se reconnaît dans tout ça là ?

Et Salomon dit « Mon père m’instruisait ».

Voilà le rôle du père c’est l’instruction.

Et vous savez chez les hébreux l’instruction c’est la lettre lamed. C’est la 12e lettre.
Comme je vous l’ai dit chaque lettre hébraïque a une signification. C’est la 12e lettre, la lettre lamed. Elle a la forme d’un fouet. Et lamed nous parle de l’instruction, du Rabbi. Yehoshua, le Rabbi, l’instructeur. Lamed nous parle aussi du fouet, de l’apostolat, de la correction. Et ça aussi c’est le rôle du père. C’est pour cela que la Bible dit : « N’éloigne pas la verge de l’enfant ». Donc si le Père céleste voit que nous nous écartons de ses voies, il prend le fouet, il nous frappe, il nous corrige. Et Hébreux 12 nous dit qu’il nous châtie parce que nous sommes des enfants légitimes.

Tel que je suis, je ne peux pas bouger d’un iota, je sais que Dieu va tellement me frapper. Je ne peux même pas bouger. Il y a des gens, des chrétiens et des pasteurs, qui pèchent tous les jours, et vous vous dites que c’est comme s’ils sont en bonne santé. Mais il y en a qui ne peuvent même pas lever un petit doigt… Moi, la dernière fois j’ai dit au Seigneur : « Je vais aller aux Etats Unis, je vais me refugier là-bas. Ça me fatigue un peu l’Europe… avec tous les combats… Seigneur, je me sauve ! » La parole était encore dans mon cœur. Frères, je suis allé me coucher, mais là-haut, le Père a tout entendu. Frères, un démon de mort est venu me voir pour m’attraper. Je me suis réveillé en sursauts et j’ai dit : « Seigneur j’ai compris ». « Ah ! Tu veux faire ça ? Et bien tu vas mourir ». (…)
Si toi tu oses seulement, tu as l’impression que toutes les portes sont fermées. Et t’es là : « Aaaaah ! Je suis maudit ». T’es pas maudit. Quelque part le Père céleste veille sur toi.

Frères, vous croyez que c’est réjouissant d’avoir des gars, des charlatans qui font des vidéos ? Je ne vais même pas citer leurs noms. Y en a qui se rasent comme moi tellement qu’ils me regardent dans les vidéos. C’est terrible. Toi, t’es là tranquille, et il y a des gars qui parlent sur toi. Ils font des réunions sur toi. Frères, honnêtement surtout un gars comme moi, ex voyou. Mais le Père te dit : « Tais-toi. C’est toi que je travaille parce que je veille sur toi ». Calme-toi ! Seigneur, merci. Vous ne vous rendez pas compte ? Toi si on tape ton nom sur le net, il n’y a rien. Tu peux dormir tranquillement. Mais nous autres, quand on tape : Le petit monde de Shora. Oh ! Le logo… Quoi le logo ? Ce n’est même pas moi qui ai fait le logo. Le frère qui a fait le logo, qui était à l’origine de ça, il m’a appelé il y a quelques jours. Il m’a dit : « Honnêtement, j’ai dit à ce monsieur t’es fou. C’est moi qui ai fait le logo, ce n’est même pas Shora ». « Y a le signe démoniaque dedans… on aime qu’on l’appelle papa alors que ce n’est même pas un ancien… » Toi, t’es tranquille… moi il y a des sites entiers sur moi, des blogs.
Quelle grâce ! J’aime ça. Dis à ton voisin il aime ça. Bah oui j’aime ça. C’est ça le mont Carmel, c’est la convocation. Je ne voulais pas de ça frères. Moi je voulais une vie tranquille. J’étais opérateur projectionniste, dans mon cinéma j’étais à l’aise. J’avais mes quatre salles. J’avais ma cabine de projection commune. J’étais là sur mon fauteuil. Je projette le film. Je suis là tranquille. Frères, tranquille. Je gagnais au moins 9000F français, salaire de base à l’époque. C’est beaucoup d’argent. Du coup, je travaillais à temps partiel, je ne voulais pas beaucoup gagner, je voulais avoir de quoi faire l’œuvre de Dieu. J’étais tranquille. Les gens venaient : « Est-ce qu’on peut avoir une entrée gratuite ? » « Pas de souci. Vous êtes combien ? 2, 3. Entrez ». J’étais tranquille. Le cinéma là, je gérais tout, moi tout seul. Mais Dieu te dit : « Sors de là. Va te faire chahuter par les voyous ». Parfois je lui parle comme ça : « Seigneur, est ce que tu ne peux pas modérer un petit peu tout ça ? » C’est trop tard. Qu’est-ce que tu veux faire ? C’est ça le Seigneur. Le Père veille sur nous. Parce que si tu sais que tous tes faits et gestes sont surveillés, du coup tu vas plus te permettre de prendre une femme seule dans ta voiture. Bah oui ! Il veille. Parce qu’il sait que ta chute va entrainer beaucoup de gens.  Donc il va dire à Satan : « Envoie moi tes gars bizarres pour qu’ils soient autour de lui ». Des sentinelles embauchées gratuitement.

Donc toi c’est pareil. Si ce n’est pas le net, ce sont des ennemis qui vont se lever. Des gens qui vont commencer à te critiquer. « Mais je n’ai rien fait ! Qu’est-ce qu’ils me veulent ? »

Comme tout à l’heure je venais, quelqu’un m’appelle, la personne me fustige. J’étais là « Oh ! » Gratuitement.

C’est terrible.

Parfois j’ai envie de me casser. Mais quand tu vois les foules de gens comme ça. Tu dis : « Mais cette foule là si je m’en vais ce n’est pas bon ».

Vous ne vous imaginez pas ce à quoi le Père nous soumet. La souffrance. Et quand je vois des chrétiens qui pleurent parce que le Père les corrige. « Oohh ! J’en peux plus. Moi je vais céder. Je vais laisser le ministère, je vais remettre les clés à l’apôtre Shora ». Moi ? Tu veux que j’aie un trousseau de clés ? Tu veux que je vieillisse avant le temps ? Non ! Chacun va garder sa clé au nom de Yehoshua. Chacun doit recevoir l’instruction. Un coup de fil comme ça. « Allo ? » « C’est Joël ». « Ça va frère Joël ? » « Ah ! Ça ne va pas. Mais tu sais je crois que… » « Non, tu crois quoi ? Moi je crois vraiment que le Seigneur t’instruit en ce moment. » C’est ça l’Évangile. « Allo ? Oui, c’est qui ? » « Ah ! Tu sais homme de Dieu. » « Toi aussi tu es un homme de Dieu non ? »

Un jour Jérémie a dit au Seigneur : « Seigneur, tu es trop juste ». Il était tellement sage Jérémie, il a commencé d’abord par élever le Seigneur. « Seigneur, tu es trop juste ». Il n’a même pas dit : « Tu es juste », il a dit : « Tu es trop juste pour que moi Jérémie je puisse contester avec toi parce que je ne suis que de la poussière mais j’aimerai quand même te poser des questions sur tes jugements. Moi, je te crains. Mais tu me frappes. Tout le monde me critique. Les prophètes me critiquent. Les sacrificateurs, le roi, les chefs… mais les païens là, ils sont heureux. Mes voisins sont en bonne santé. Mes copines là-bas trouvent facilement des copains. Moi qui me sanctifie, je suis comme ça pourtant je pouvais en trouver pleins dans la rue. Dieu, explique-moi ». Il n’était pas le seul Jérémie. Asaph la même chose dans Psaumes 73.

Au chapitre 1er verset 1, Habacuc dit : « Ô Yahweh ! Jusqu'à quand crierai-je sans que tu m'écoutes ? Jusqu'à quand crierai-je vers toi ? On me traite avec violence sans que tu me délivres ! »

Toi, tu crois que tu es le seul à qui Dieu ne répond pas tout de suite ? C’est le Père, il fait ce qu’il veut. Dis à ton voisin il est le Père. Tu mitrailles le trône. Tu te rends compte que six mois après tes mitraillettes n’ont rien fait. Tu canardes le ciel avec des paroles. Et tu t’aperçois que le « ricacabocochika » n’ont rien pu faire. Et tu te dis : « Bon, je m’accorde un an, si d’ici la fin de l’année, il ne me répond pas c’est fini. Je ne vais plus à l’assemblée je reste chez moi à la maison. » Dieu dit : « Le je là, le moi, je vais le briser encore. » Il te prend, il te met dans un creuset, il met le feu en dessous, tu vas commencer à fondre. Il peut t’envoyer faire un petit tour à l’hôpital. Vacances comme Nabuchodonosor. 7 ans de vacances. Il avait besoin d’être frappé par le Père. Instruit ! Nabuchodonosor avant de recevoir la leçon du Père, (…) il a dû être foudroyé un peu.  C’est quand t’es bien, t’es dans ta BMW, ta Mercedes, dans ta villa, t’es là, là tout va bien : Dieu est amour,  mais quand il commence à t’entamer un peu, là il n’est plus amour, il est méchant. Mais les fils de Dieu même s’ils souffrent comme Job, ils diront : « Je sais que mon rédempteur est vivant ».

Qui ne comprend pas toujours le Seigneur ?

On te blesse. Tu agresses.  Oh ! Ma sœur, sois calme. Je sais on est là, on fait semblant parfois, on est tout beaux, c’est le dimanche mais Dieu sait que dedans ça chauffe. « Moi on ne me parle pas comme ça. Faut que je parle. Ta mère, elle exagère. » Mais attends, c’est ta belle-mère. C’est aussi ta mère. Tu lui dois du respect. Attention ! Parce que tu vas blesser ton mari, son fils. Il y a la sagesse. « Mais tu sais quand même ta famille, tes frères, tes sœurs… » Le mari a dit seulement une parole la sœur est déjà au troisième étage. Le Père qui t’aime, qu’est-ce qu’il va faire ? Il dit « Ma chérie, comme je t’aime beaucoup je vais te tailler. » Dieu va commencer à te tailler, tailler, comme si tu avais un long bec. Dieu va prendre des ciseaux. Il va commencer à couper, pas tout d’un seul coup parce que tu vas mourir. Il va couper petit à petit. Il prend la langue et il la tire. La langue, un petit membre qui peut embraser toute une forêt. Et quand il va estimer que tu n’as plus de langue, maintenant tu laisses sa Parole te justifier. Et c’est là qu’il va commencer à se manifester.

Allez dans les morgues, faites une expérience. Prenez un corps donnez-lui un coup de pied. Frères, je suis convaincu que le mort va se lever. Vrai ? Ce n’est pas vrai ! « Ecoute tu m’as donné un coup de poing ? J’étais en enfer mais je suis remonté juste pour toi. Je vais retrousser un peu les manches parce que là, là ça ne va pas là. » Il te donne un coup bien comme il faut, tac tu tombes et il dit : « Maintenant, je repars ». Non ! Tu le craches, le mort il ne réagit pas. Tu l’insulte. D’ailleurs, tu peux même profiter pour déchainer ta colère sur un mort. « Voilà t’es noir. T’es trop noir ! » « T’es ceci, cela ». « Voilà, t’es arabe. » « Voilà t’es blanc. » Le mort : « C’est quoi le racisme ? »

Eh bien, Dieu veut que tu sois pareil, que je sois pareil.

(…) Il prend son temps.

Qui a du mal à maîtriser sa colère ?

Il y a des paroles qui sont très blessantes parfois. Mais Dieu permet tout ça en tant que Père parce qu’il t’instruit.

Toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu.

Qui a du mal à pardonner ?
Qui déteste son père ? Sa mère ? Il y a des mains qui sont levées.
Qui ne s’aime pas ? Venez devant vous qui ne vous aimez pas. On va prier pour vous. Ne vous inquiétez pas, ce n’est pas pour vous exposer. Le Seigneur va vous faire du bien.



Matthieu 25:1 à 13

Alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent à la rencontre de l'époux. Cinq d'entre elles étaient folles, et cinq sages. Les folles, en prenant leurs lampes, ne prirent point d'huile avec elles; mais les sages prirent, avec leurs lampes, de l'huile dans des vases. Comme l'époux tardait, toutes s'assoupirent et s'endormirent. Au milieu de la nuit, on cria: Voici l'époux, allez à sa rencontre! Alors toutes ces vierges se réveillèrent, et préparèrent leurs lampes. Les folles dirent aux sages: Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s'éteignent. Les sages répondirent: Non; il n'y en aurait pas assez pour nous et pour vous; allez plutôt chez ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous. Pendant qu'elles allaient en acheter, l'époux arriva; celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. Plus tard, les autres vierges vinrent, et dirent: Seigneur, Seigneur, ouvre-nous. Mais il répondit: Je vous le dis en vérité, je ne vous connais pas. Veillez donc, puisque vous ne savez ni le jour, ni l'heure. Matthieu 25: 1 à 13