Le fruit de l'Esprit : L'olivier - Shora Kuetu


Lévitique 19 : 21 à 25
L'homme amènera pour sa faute à l'Éternel, à l'entrée de la tente d'assignation, un bélier en sacrifice de culpabilité. Le sacrificateur fera pour lui l'expiation devant l'Éternel, pour le péché qu'il a commis, avec le bélier offert en sacrifice de culpabilité, et le péché qu'il a commis lui sera pardonné. Quand vous serez entrés dans le pays, et que vous y aurez planté toutes sortes d'arbres fruitiers, vous en regarderez les fruits comme incirconcis; pendant trois ans, ils seront pour vous incirconcis; on n'en mangera point. La quatrième année, tous leurs fruits seront consacrés à l'Éternel au milieu des réjouissances. La cinquième année, vous en mangerez les fruits, et vous continuerez à les récolter. Je suis l'Éternel, votre Dieu.

(…)
Je me suis posé beaucoup de questions parce que depuis que le Seigneur m’a fait commencer le travail, l’œuvre, il y a 14 ans, précisément le 9 février 1999, est née dans la puissance : des guérisons, des miracles, des délivrances que le Seigneur a commencé à opérer. Et beaucoup de gens, Dieu commençait à les former, des frères et sœurs qui manifestaient la puissance de Dieu. Je voyais, parfois, ces jeunes frères prêcher, que le Seigneur formait… j’étais encouragé, je me disais « Waouh, Seigneur quelle démonstration de la puissance de Dieu !!! ». Et j’ai assisté en même temps à la destruction, à la déchéance de beaucoup d’entre eux.
Mais à part ces frères et sœurs qui étaient formés, je me suis rendu compte également en regardant d’autres assemblées ici et là, je me suis aperçu que beaucoup d’apôtres, de prophètes, d’autres ministères qui avaient la puissance ; je me rappelle il y avait un jeune frère à Kinshasa, il y en avait un : Jérémie, il était jeune, il avait tellement l’onction que quand une fois il avait tenu un verre d’eau, l’eau était entrée en ébullition ! Tellement qu’il avait l’onction. Et ce jeune est tombé dans une vie de péché, dans l’impudicité à un niveau où on se demandait même s’il était converti. Et il est mort. Et on a assisté à des cas comme ça. Il y a aussi un apôtre à Kinshasa que j’ai connu personnellement, un jour, il s’est fait braquer chez lui. Des militaires sont arrivés, des voleurs déguisés en militaires, avec des armes à feu, ils ont tiré sur lui et ils ont tiré sur son seau. Il aimait beaucoup un seau avec lequel il se lavait et ce seau était criblé de balles, il y avait des balles partout. Et un jour, il dit à un de ses enfants dans la foi « Mets moi de l’eau dans ce seau je vais aller me laver ». Et cet enfant lui dit « Mais le seau est criblé de balles, il y a des trous partout ». Il dit « Non, mets de l’eau ».  Et il a mis de l’eau et l’eau ne coulait pas. Il est allé se laver. Et aujourd’hui ce monsieur est devenu un cupide à un niveau ! Il est tombé dans la cupidité à un niveau, il a perdu toute l’onction, il a fait un AVC et il n’y a plus rien, il n’y a plus aucune onction. Lui qui remplissait des grandes salles, il a fait tout récemment une réunion au stade de (...) à Kinshasa, il n’y avait même pas cinq mille personnes. Et en regardant la vie de tous ces ministères, je me suis aperçu que le problème c’était au niveau des fruits de l’Esprit. C’est ce que le Seigneur m’a enseigné.
J’ai posé la question « Seigneur, mais comment des gens peuvent tomber comme ça ? ». Comme David à la mort de Saül disait « Comment les héros sont-ils tombés comme ça ? ». Et c’est là, que Dieu, quand je lisais ce passage il y a trois semaines, il a commencé à m’enseigner sur les fruits de l’Esprit et pendant quatre jours, quatre nuits d’affilée pratiquement, je n’ai pas dormi parce que le Seigneur me disait « Il faut que tu écrives un livre là-dessus ». J’étais sur mon ordinateur du matin au soir, je me reposais une heure, deux heures, je reprenais toute la nuit jusqu’à cinq heures, quatre heures, trois heures, il fallait travailler, travailler, travailler, il fallait que le livre finisse.
Mes amis, Dieu m’a enseigné quelque chose. Vous savez l’homme est un corps, l’homme est un esprit et l’homme est une âme. Les dons de l’Esprit c’est au niveau de l’esprit humain que nous les recevons. 1 Corinthiens 12 nous parle des charismes, des dons de l’Esprit : l’onction, guérisons, miracles, prophétie, discernement des esprits… tous ces dons-là. La Bible dit qu’à l’un Dieu a donné la parole de connaissance, à l’autre la sagesse, à un autre le don d’interprétation des langues, à un autre le don des langues, de parler diverses langues. Et je me suis aperçu qu’on peut ne pas avoir tous ces dons et adorer Dieu, être agréé par le Seigneur. Mais par contre on ne peut pas adorer Dieu sans fruits. Et les fruits c’est au niveau de l’âme. J’ai dit « Waouh Seigneur mais là c’est grave ». Et vous voyez par rapport aux dons de l’Esprit, il est dit dans 1 Corinthiens 12 à l’un Dieu a donné la parole de connaissance, à l’autre la prophétie... Mais quant au fruit de l’Esprit, Dieu ne dit pas à l’un Dieu a donné l’humilité, à l’autre la foi… Non ! Quant au fruit, Dieu dit « Il faut les porter tous ».
Et Dieu m’a d’abord ramené dans Lévitique 19 ici comme on l’a lu. Les enfants d’Israël devaient prendre possession de la terre de Canaan. Et nous savons tous selon Genèse 10 que la terre de Canaan ; notamment Canaan, le petit fils de Noé donc le patriarche de cette ville, de ce pays, le père fondateur de ce pays, de cette nation, Canaan était maudit par Noé, était maudit. Donc la terre de Canaan était maudite. Et on voit chez les cananéens deux divinités principales, Baal, le dieu de la pluie et Astarté, le dieu du sol, le dieu de la terre, le dieu de la fécondité. C’était une déesse, Baal était son mari.
Et je me suis aperçu également que les hébreux étaient un peuple composé essentiellement d’agriculteurs et ils avaient besoin des fruits de la terre, du sol pour vivre et la pluie leur était indispensable. Il fallait à tout prix la pluie pour pouvoir avoir de la récolte. Donc voilà pourquoi ici, comme ils ne connaissaient pas Dieu, notamment les cananéens, qui est aussi un peuple composé d’agriculteurs, ils avaient adopté le dieu Baal, le dieu de la pluie pour avoir de quoi arroser, féconder la terre. Ils avaient également adopté sa femme, Astarté, pour leur donner de la semence, de la récolte, des fruits.
Et quand les enfants d’Israël arrivent à Canaan, Dieu leur dit, en gros, il leur fait comprendre que la terre est maudite. Donc une terre maudite donne des fruits maudits. Et vous ne pouvez pas les consommer sinon vous allez être maudits. Et Dieu leur dit « Pendant trois ans, vous n’allez pas trop toucher aux fruits ». On nous dit que le pays de Canaan était le pays où coulaient le lait et le miel mais pourtant les fruits étaient maudits.
Et, mes amis, quand on regarde dans Lévitique 19 le verset 19 il est dit « Vous observerez mes lois. Tu n'accoupleras point des bestiaux de deux espèces différentes; tu n'ensemenceras point ton champ de deux espèces de semences…
Vous voyez, Dieu ne voulait pas qu’il y ait de mélange. Or les cananéens faisaient le contraire de ce que Dieu avait commandé. Bien sûr, parce qu’ils ne connaissaient pas la Torah, ils ne connaissaient pas Yahvé. Et dans les champs des cananéens, il y avait plusieurs semences différentes donc c’était le mélange, la compromission. On pouvait trouver dans un champ de blé, par exemple, de l’ivraie, de la vigne. C’était un mélange et Dieu ne voulait pas de cela. Voilà pourquoi Dieu dit aux enfants d’Israël « Quand vous allez entrer dans ce pays vous ne toucherez pas pendant trois ans les fruits ».
Et le Seigneur pendant que je méditais ce passage me dit « Vous voyez trois ans sont nécessaires, trois ans ont été nécessaires pour former des apôtres ». Trois ans ! Trois est le chiffre de la circoncision parce que la circoncision c’est la nouvelle naissance, c’est la résurrection. Et trois…
Vous savez Yehoshua, notre Seigneur a été semé. Il a dit dans Jean 12 : 24 Si ce grain de blé qui tombe en terre ne meure, il ne peut produire des fruits mais s’il meurt il produira des fruits. Et Christ a été planté comme une semence, comme une graine par le Père sous terre pendant trois jours.
Pendant trois jours on ne pouvait pas manger de fruits. Il n’y avait pas de fruits. Le fruit c’est l’image de la résurrection. La floraison dans la Bible est l’image de la résurrection. Donc la résurrection de Yehoshua est l’image de la floraison. Donc pendant trois jours, il n’y avait pas de floraison, Jésus était semé. Mais les gens ne pouvaient pas manger ce fruit là parce qu’il n’était pas encore ressuscité. Vous comprenez ?
Ça veut dire quoi frères ? Ça veut dire qu’une personne qui donne sa vie à Jésus, il faut au moins trois ans d’abord, et encore, il faut que la personne soit bien nourrie ; parce que si tu n’es pas bien nourri, tu vas produire des épines, des ronces, des chardons.
Trois ans !
Et la Bible dit que Yehoshua a pris les apôtres, pendant trois ans il les a formés matin, midi et soir. Il les a enseignés en public et dans les maisons, dans les coulisses. Regardez, quand il les a choisis, dès l’instant où il les a choisis dans Luc 6 là-bas, il les a aussitôt envoyés en mission. N’est-ce pas ? C’est écrit. Il les a choisis, il les envoie aussitôt, il les a nommés apôtres et il les envoie. Ils étaient apôtres. Mais vous regardez quand Pierre, quand Jacques et Jean ; en fait, le Seigneur voulait traverser la Samarie pour aller à Jérusalem les samaritains n’ont pas voulu recevoir le Seigneur avec les apôtres, et Jacques et Jean disent au Seigneur « Veux-tu que nous commandions au feu de descendre du ciel pour les consumer tous comme Eli l’a fait ? ». Pourtant ils étaient déjà apôtres mais ils n’avaient pas encore de fruits ! Mais ils avaient l’onction : ils chassaient des démons, ils guérissaient les malades, ils purifiaient les lépreux… Mais là, ils ont voulu tuer les samaritains. C’est terrible ça ! Autre chose, ils voient un homme qui chassait les démons au nom de Jésus. Jacques et Jean vont voir ce monsieur, ils lui disent « Non, toi tu n’es pas dans notre église locale, tu ne dois pas chasser les démons au nom de Jésus-Christ de Nazareth. Si tu veux le faire il faut nous suivre. Notre église locale compte douze membres. Le pasteur de cette église s’appelle Jésus-Christ. Maintenant toi tu es de quelle assemblée et de quel droit utilises-tu le nom de notre pasteur pour chasser les démons ? ». Et le monsieur a dit « Non, moi je ne veux pas vous suivre. Moi j’ai reçu la révélation ». Et la Bible dit que Jacques et Jean vont voir Jésus pour dire « Nous avons rencontré un monsieur qui chassait les démons en ton nom, on lui a dit il faut qu’il vienne s’inscrire, il faut qu’il nous suive mais le gars a refusé ». Le Seigneur dit « Mais il ne faut pas l’en empêcher celui qui n’est pas contre nous est pour nous ». Vous voyez frères ? Ils avaient les dons, ils avaient la puissance, ils avaient l’onction mais il leur manquait l’Esprit. Pourquoi ? Parce que le Seigneur savait qu’il fallait trois ans. Vous plantez une graine, aujourd’hui, revenez demain, il n’y aura pas de fruit. Vous voyez non ?
Donc toi t’es comme la terre. La semence c’est la Parole que tu as reçue. Maintenant cette semence-là, elle produit en toi, le jour de ta conversion, une forme d’engouement, tu peux te mettre à prophétiser, tu reçois le parler en langues comme dans la Bible, ils se mettent à prophétiser, à parler en langues le même jour. Le problème c’est que le caractère n’a pas changé encore parce que les fruits c’est au niveau de l’âme, l’âme c’est le caractère.
Souvent on se trompe, moi-même dans le passé, je le reconnais, que dans le passé j’ai reconnu des gens prophètes, pasteurs parce que je voyais la puissance qui se manifestait. Je disais « Oh celui-là, il manifeste la puissance… c’est un prophète ». Et tu te rends compte que dix ans après, le prophète repart dans les boîtes de nuit. On se dit « Mais il y a un problème ». Dieu dit « Mais le problème c’est que comme tu as été formaté par tes pères, pareil, vous reconnaissez les gens par les dons et non par les fruits. Alors que dans Matthieu 7 il est dit qu’on reconnaît l’arbre à ses fruits ».
C’est pour cela quand j’ai vu tout cela j’ai dit « Seigneur, maintenant pour mettre ma main sur quelqu’un et reconnaitre comme pasteur, comme prophète où je ne sais pas quoi là, il faut au moins vingt ans ». Frères, c’est terrible !
Je me suis rendu compte que beaucoup de chrétiens dans nos églises vont en enfer. C’est pour cela que je me cache de plus en plus. Les gens disent « Mais on ne le voit plus ». Je me cache, frères, parce que je me dis « Seigneur, mais c’est grave, il y a très peu de gens sauvés ». Très peu mes amis. Il y aura la surprise ce jour-là. Vous savez dans Matthieu 7, on nous dit que beaucoup vont voir le Seigneur pour dire « Seigneur, n’avons-nous pas chassé les démons par ton nom ? N’avons-nous pas prophétisé par ton nom ? ». Il leur dira « Je ne vous ai jamais connus ». « Nous avons fait des miracles ». « Je ne vous ai jamais connus ». Mais attends il y a un problème là, ces gens ils pensaient être sincères, ils pensaient être connus de Dieu, ils chassaient les démons, ils faisaient des miracles, ils dirigeaient de grands assemblées mais Dieu dit « Je ne vous ai jamais connus ». Mais jamais il est dit, jamais il est dit que ces hommes-là diront au Seigneur « Seigneur, n’avons-nous pas témoigné de l’amour, n’avons-nous pas témoigné de l’humilité, de la foi ? ». Non, ce n’est pas ce qu’il est dit. Alors quand j’ai vu ça j’ai dit « Seigneur, il y a un problème là ».
Trois ans pendant lesquels, il fallait regarder les fruits de Canaan comme incirconcis, inconsommables parce que ces fruits étaient maudits, la terre était maudite. Et Dieu a pris trois ans pour sanctifier la terre et il est dit que la quatrième année, il fallait maintenant amener tous ces fruits à Dieu.
Et vous verrez qu’en Israël, il y avait sept fêtes de l’Eternel que le Seigneur avait établi, les hébreux en ont rajouté d’autres, mais il y en avait sept. Et l’une de ces fêtes c’est la fête des prémices. D’accord ? Prémices signifie résurrection, floraison. C’est la fête des fruits. Et vous remarquerez que Dieu avait demandé aux hébreux de lui présenter les premiers fruits du sol et les premiers-nés de toutes les bêtes, du bétail, les premiers-nés des hommes également. Donc là, la quatrième année les hébreux prennent tous les fruits et les consacrent à Dieu. Alors quand je lisais ce passage le Seigneur me disait « Tu vois mon fils, c’est parce que je consomme les fruits ». « Waouh Seigneur !!! ». « Je consomme les fruits ». Et on va le voir.
En fait, quand on adore Dieu, on n’adore pas Dieu, pas forcément avec le parler en langues, avec la prophétie… tout ça là, les dons nous sont donnés pour l’utilité commune, Paul le dit dans 1 Corinthiens 12. Mais au ciel, tu ne vas pas prophétiser au ciel. Au ciel tu n’auras pas besoin du don de discernement des esprits. Tu vas discerner qui ? Parce que quand tu arrives au ciel, tu as toute la connaissance. Au ciel tu n’as pas besoin de l’interprétation des langues, au ciel tu n’as pas besoin de chasser les démons, de faire des miracles. Vous voyez que les dons c’est sur la terre, c’est pour l’Eglise, c’est pour nous et les païens. Ce n’est pas pour Dieu. Mais par rapport aux fruits, Dieu mange les fruits. Pourquoi ? Eh bien, on le voit déjà ici, la quatrième année ils vont adorer Dieu avec les fruits. « Seigneur, nous voici avec nos fruits ».
Et la cinquième année, on nous dit, maintenant c’est là qu’ils ont commencé à consommer les fruits.
Je prends un exemple : vous savez quand Marie est allée voir Élisabeth, elle salue Élisabeth et tout de suite l’Esprit tombe sur cette femme et Élisabeth prophétise. Elle dit « Le fruit de tes entrailles est béni ». Donc vous voyez que sur le plan physique les enfants sont les fruits des parents. Alors regardez l’enfant-fruit comment il commence ? Lors de la conception entre l’homme et la femme, il y a eu la conception, le fruit est là, cette semence, le spermatozoïde, dans ce spermatozoïde, il y a tous les organes. Vrai ou faux ? Et les cheveux mais on ne les voit pas encore. Nous sommes d’accord ? Et il faut neuf mois de gestation. Pourtant la semence est là. Mais il faut du temps pour que les fruits mûrissent. Il faut du temps. Et quand on parle du temps, on parle des épreuves parce que la femme va avoir des douleurs, la femme va avoir de la fatigue, va avoir les jambes enflées. Vous voyez toutes ces souffrances sont nécessaires pour la maturation des fruits. Donc ça veut dire que les dons ce sont des charismes, des faveurs imméritées, on les reçoit gratuitement. Mais les fruits il faut que tu payes pour les porter. Et c’est là, que souvent ça coince, c’est là souvent ça coince, frères. Neuf mois après, la femme va souffrir « J’ai du mal à dormir… ». Et à l’accouchement, l’enfant va sortir, mais cet enfant-là, le fruit vient de naître mais il n’est pas encore mature. Vous voyez ? Il faut beaucoup d’années d’encadrement, de suivi, d’écoute, de conseils, de correction, de discipline tout ça pour que ces fruits deviennent un jour capables de reproduire.
Frères, regardez le fruit qu’Abraham a présenté à Dieu, Isaac. Isaac avait atteint un certain âge et Dieu lui dit « Apporte-moi ce fruit-là » dans Genèse 22. Abraham, maintenant, adorait Dieu avec son fruit. Dieu lui dira « C’est celui qui sortira de tes entrailles qui sera ton héritier. Le fruit de tes entrailles ». Et quand le fruit est devenu mûr, Dieu lui dit « Donne-le moi ». Vous voyez frères ? Bah oui !
Beaucoup se trompent, ils pensent que Dieu va les agréer parce qu’ils parlent en langues, parce qu’ils prophétisent, parce qu’ils ont l’onction, parce qu’ils chantent bien. C’est faux !
Le fruit !
Et la Parole nous dit, frères et sœurs, dans Esaïe 5 Dieu parle d’Israël comme étant sa vigne. On ne peut pas parler des fruits sans parler des arbres. Mais, ce soir, on va juste parler d’un fruit, d’un arbre.
Juges 9 : 8 à 13 Les arbres partirent pour aller oindre un roi et le mettre à leur tête. Ils dirent à l'olivier: Règne sur nous. Mais l'olivier leur répondit: Renoncerais-je à mon huile, qui m'assure les hommages de Dieu et des hommes, pour aller planer sur les arbres? Et les arbres dirent au figuier: Viens, toi, règne sur nous. Mais le figuier leur répondit: Renoncerais-je à ma douceur et à mon excellent fruit, pour aller planer sur les arbres? Et les arbres dirent à la vigne: Viens, toi, règne sur nous. Mais la vigne leur répondit: Renoncerais-je à mon vin, qui réjouit Dieu et les hommes, pour aller planer sur les arbres?
Vous voyez ces trois arbres là nous parlent des fruits décrits par Paul dans Galates 5 ; 22 Mais le fruit de l’Esprit c’est l’amour, c’est la paix, c’est la joie, c’est la douceur, c’est la tempérance, c’est la fidélité… c’est tout ça… Donc les fruits de l’Esprit.
Je disais qu’on ne peut parler des fruits sans parler de qui les portent. Ici nous avons trois arbres. L’arbre que nous allons développer rapidement c’est… Vous voyez par exemple le figuier nous parle des figues, la douceur. La vigne nous parle du vin c’est-à-dire le fruit de la vie, le vin. Le vin c’est quoi ? Le vin c’est la joie. Le vin réjouit les cœurs. C’est la joie. Les fruits de l’Esprit c’est quoi ? C’est l’amour, la joie, la paix. La joie ! Et l’olivier nous parle de l’huile. L’huile nous parle de quoi ? L’huile nous parle de la paix et du témoignage. Vous savez les deux témoins d’Apocalypse 11 on les appelle témoins et oliviers. « Mes deux témoins ou mes deux chandeliers ou oliviers ». L’olivier c’est le témoignage. La paix ! Qu’ils sont beaux sur les montagnes, les pieds de ceux qui annoncent la paix.
Non, on va parler de l’olivier. Le témoignage et la paix. L’huile !
Frères et sœurs, certainement beaucoup de chrétiens veulent être des témoins de Jésus Christ. Nous sommes d’accord. N’est-ce pas ?
L’olivier !
Le fruit de cet arbre ce sont les olives. Et l’olivier est l’arbre messianique. L’olivier est un arbre qui parle de Christ. Et vous savez, Jésus, la veille de sa mort, il était dans quel jardin ? Gethsémané. Gethsémané signifie quoi ? Pressoir à huile.
Et est-ce que vous savez que Jésus-Christ est le dernier Adam selon la Bible ? Le premier Adam a été vaincu où, à quel endroit ? Dans le jardin d’Éden par le serpent. Et le dernier homme, le dernier Adam a vaincu Satan, pour votre information… à la croix, oui… mais il y a eu d’abord le jardin de Gethsémané. C’est là, que l’homme a été vaincu dans le jardin et c’est là que le témoin fidèle est venu vaincre Satan parce que le mot agonie, parce qu’il est dit que pendant que Christ était en prière dans Gethsémané il agonisait et les grumeaux de sa sueur étaient devenus comme des grumeaux de sang. Et le verbe agonie en grec signifie littéralement combattre. Les témoins sont appelés à combattre et à vaincre. Pierre, Jacques et Jean qui étaient là dans Gethsémané n’ont pas pu assister Jésus-Christ, ce n’était pas leur combat, ils étaient complètement alourdis dans le sommeil. Yehoshua était seul.
Donc si Jésus est l’olivier, l’arbre, parce que nous sommes appelés à porter des fruits, nous sommes des sarments, des branches et c’est nous qui sommes appelés à porter des fruits, donc nous sommes des oliviers. Jésus te sauve et il te transforme en olive. Jésus est l’olivier, nous sommes des olives. Mais ce fruit, qu’est l’olive, est censé produire de l’huile. Or, pour avoir de l’huile qu’est qu’il faut faire ? Il faut presser le fruit. Et beaucoup de chrétiens ne veulent pas de ça. Ils veulent l’huile sans être pressés.
Frères, je vous dis, je vous parle de choses que je vis. Depuis quelques mois, nous vivons des choses qui nous choquent. Je dis bien des choses qui nous choquent. Hier, encore on s’est retrouvé avec les deux locaux complètement remplis de monde, des guérisons, des gens qui approchent le bâtiment ils sont guéris. C’est impressionnant. Ça nous choque. Hier, une femme m’appelle elle dit « Je pars à Dubaï, j’ai eu l’argent qu’il faut par mon père, je pars à Dubaï et je rentre au pays et je vais ouvrir Tv2vie qui va émettre à Kin et à Brazzaville ». Elle va partir acheter le matériel pour la Tv2vie pour émettre dans les deux pays. Il y a tellement de choses, des témoignages, frères, je suis choqué.
Mais le problème c’est quoi ? Pour avoir l’huile, l’olive qui est là, il a les dons de l’Esprit, il chante, il prophétise, il parle en langue… tout, tout, tout… Oui, mais il faut de l’huile et pour l’avoir, il faut être pressé. Et quand Dieu commence à presser l’olive, j’ai vu des chrétiens dire « Je n’en peux plus, j’arrête ». Dieu n’aime pas les lâches. Je tiens à vous le dire. Il n’aime pas les lâches. Dieu n’aime pas la lâcheté. La Bible est claire. Vous savez, la vie chrétienne que vous avez choisie, ce n’est pas une vie… vous savez, regardez on confond mal les fruits de l’Esprit avec les sentiments. Or les fruits de l’Esprit c’est la paix, c’est la joie… Ce ne sont pas des sentiments, ce sont des arbres. Ces fruits-là, sont des manifestations de l’arbre qu’est Jésus. Jésus est l’arbre et ces fruits sont une manifestation de la vie. En fait, quand on parle de la joie, la joie est la vie. Quand on parle de la paix, la paix est la vie. Est-ce que vous savez que Dieu est la paix ? Il n’a pas seulement la paix, il est la paix, le Prince de paix. Dieu n’a pas seulement la joie, il est la joie. Dieu n’a pas seulement la douceur, il est la douceur. Il a dit « Je suis doux et humble de cœur ». Il l’a dit Jésus. Donc vous voyez que ces fruits sont avant tout Dieu lui-même. Les différentes révélations de Jésus que Paul a exposé rapidement dans Galates 5 : 22. Donc l’olive que tu es, peut fuir la pression parce que l’olive doit être pressée, elle doit subir la pression pour que l’huile se dégage. L’huile est indispensable à la vie.
Il est dit dans Ecclésiaste 9 : 8 Qu’en tout temps tes vêtements soient blancs et que l’huile ne manque pas sur ta tête.
Frères, sœurs, Dieu, je vous assure, Dieu on ne peut pas le cerner.
Beaucoup de chrétiens, beaucoup de chantres chrétiens, beaucoup de prédicateurs chrétiens, échouent ou n’arrivent pas à exceller, n’arrivent pas à vivre le réveil personnel d’abord, le réveil ici et là, là où Dieu peut les envoyer, c’est parce que quelque part, ils refusent la pression à laquelle Dieu les soumet. Et Dieu leur dit « Parce que vous pleurez à cause de la pression, parce que vous n’arrêtez pas de gémir, de parler, parler, parler, et bien je vous laisse ». Et quand c’est comme ça tu peux traîner pendant 20 ans, tu peux perdre 30 ans. Je connais des ministères comme ça, ils viennent me voir, ils disent « Frère, j’ai perdu 30 ans, j’ai perdu 20 ans parce que je n’avais pas compris les épreuves auxquelles Dieu me soumettait. Je voulais à chaque fois me soustraire mais de manière charnelle ». Il y a toujours des gens charnels qui viennent nous plaindre « Oh ! Non mais ce n’est pas normal. Oh mais t’as vu ? ». Mais Dieu dit quoi ? Les amis de Job. Toujours qui viennent comme ça « Non mais tu vois ? Mais tu comprends tout ça là… ». Et quand on est charnel aussi on sort du plan de Dieu et quand c’est comme ça, c’est fini. Parce que quand Dieu te soumet à l’épreuve, comment tu réagis ? Est-ce que tu réagis charnellement ou est-ce que tu dis « Seigneur, dans l’épreuve là, je veux apprendre ».
Regardez, Dieu soumet Abraham à une dure épreuve. Dieu lui dit dans Genèse 15 « Tu auras un enfant ». Parce qu’Abraham se plaignait « Oh ! Dieu tu me montre tout ça, tu me dis que tu vas me donner le pays de Canaan mais j’ai pas d’enfants ». Dieu lui dit « Tu auras un enfant ». Et vous savez tout de suite après dans Genèse 16 Sara va voir Abraham pour lui dire « Non, mais prends Agar, va avec ». Il venait à peine d’écouter Dieu. Tout de suite sa femme est venue. Satan ne passera pas par quelqu’un de loin, il va utiliser celui qui est juste à côté, à tes pieds. Il ne va pas aller loin. Pour détruire Adam, Satan n’a pas été loin, il n’a pas été chercher l’ange Gabriel. Et là, il est dit dans Genèse 17, Dieu, il appelle Abraham. « Abraham soit intègre et marche dans la droiture devant ma face ». Ça veut dire qu’Abraham n’était plus intègre, parce qu’il avait désobéi à la voix de Dieu, par sa femme.
Hier, un pasteur est venu me voir avec sa femme, il est venu me voir ; un pasteur que je connais, que je ne voyais plus, il vient après le programme, il dit « Non, ce que je viens de voir ici là, non je te demande pardon ». J’ai rigolé. Il dit « Non, j’ai commencé à parler, à dire que tu es sorcier, à te critiquer mais là ce que je viens de voir, non, ce n’est pas possible. Des homosexuels qui se lèvent qui demandent pardon, qui confessent le péché, des miracles comme pas possible, des jambes qui s’allongent, des baptêmes avant la prédication ». Il dit « Non, Satan ne peut pas parler comme ça ». Je lui ai dit « Tu sais pourquoi je me suis éloigné de toi, pourquoi j’ai plus voulu répondre à tes coups de fils ? Parce que je me disais si je te fréquente tu vas me tuer, tu vas me tuer parce que tu es tellement à l’écoute des critiques à gauche à droite que j’allais perdre mon temps ». Il dit « Oui, je reconnais maintenant ». J’ai dit « Voilà ». Tu vois ce monsieur aime Jésus pourtant mais, il tourne en rond dans son ministère depuis des années parce que comme Abraham, l’oreille. Dis à ton voisin l’oreille.
La foi vient de ce que l’on entend et ce que l’on entend vient de la Parole de Dieu.
L’incrédulité, le doute tout ça vient aussi de ce qu’on entend. Et ce qu’on entend vient de la parole des hommes manipulés par Satan.
Il dit « Ce que je vois… ». J’ai dit « Frère, ce que tu vois là c’est encore rien. Tu as vu le 21 décembre ? Une nuit seulement. Les gens sont arrivés dès 13 heures, midi pour certains, ils chantaient déjà. La veillée ne commençait qu’à 19 heures. Les gens étaient là, à 13 heures ils chantaient. 2500 personnes ». Les gens deviennent fous.
Quand Dieu a commencé à nous soumettre à la pression si j’avais écouté certains… parce que beaucoup disent quoi ? « Non, il n’écoute jamais »… Ils disaient ça à l’époque… « On lui parle, il n’écoute jamais ». Mais si je les avais écoutés, je serais, aujourd’hui, désapprouvé par le Seigneur, disqualifié et ils se moqueraient de moi.
Ce pasteur qui est revenu hier, il est venu me voir, il y a deux ans chez moi pour me crier dessus avec un apôtre, pour m’insulter. J’étais blessé. Je lui ai dit « Dieu vous pardonne ». Frères, aujourd’hui, il ne comprend plus rien.
Des enfants de présidents sont touchés et ils sont en train de demander la prière, ils sont en train de recevoir le feu pour le rependre ici et là. Des choses que je ne peux même pas parler ici parce que c’est filmé, des choses qui nous choquent. Des amis de présidents qui viennent et qui reçoivent le message et qui vont voir leur président pour partager la Parole, des livres et des vidéos. Un président africain regardait une vidéo où j’avais enseigné sur la Croix. Pendant qu’il regardait il vomit du sang. Il prend son avion, il va en province dans son pays, il était troublé. C’est un colonel qui m’en a parlé. C’est la folie. Ça les choque. Ils disent « Mais on nous demande même pas notre argent ». Une petite fille d’un président m’appelle comme ça, elle dit « J’étais dans l’avion, je lisais ton livre Entre les mains du potier… ». Une voix est sortie de nulle part dans l’avion en première classe, là où elle était, Dieu lui a parlé. Elle rentre chez elle, la voix du Seigneur sort du mur de sa chambre. Elle était comme ça, elle tremblait, elle m’appelle, elle dit « Non, il faut que je règle ce que j’ai à régler. Il faut qu’on se voit ». Frères, le témoignage là.
L’olive c’est d’abord l’onction.
Frères, moi Dieu m’a pressé pendant des années.
Ce que je dis aux frères et sœurs souvent que j’ai formés, beaucoup m’ont connu il y a 14 ans quand l’œuvre a commencé mais ils ne m’ont pas connu avant quand le Seigneur a commencé à me presser. Non. Et dans le ministère quand Dieu a commencé à me presser frères… De 2003 à 2010, 2011, 2012 la pression, la pression, la pression. Frères, il y a eu des moments où tu te dis « Non, là, là je ferme tout, je me sauve ». Et tu te sens en même temps lié, tu n’as pas le choix. Beaucoup auraient dit « Non, j’arrête, je ne vais plus à l’assemblée, je ne veux plus rien. Moi je veux… ». Mais comment tu veux voir la gloire de Dieu ? On demande des choses au Seigneur mais en même temps on ne veut pas se laisser presser par lui. Mais on n’aura rien ! Frères, Dieu n’est pas de notre copain, il n’est pas notre grand-père. « Ah non mais comme celui-là, il pleure beaucoup, alors Michael va le voir pour l’aider ». Non, non. « Comme celui-là il gémit, il gémit. Il fait trois jours à sec alors va le voir pour l’aider un peu ». Ce n’est pas comme ça que ça fonctionne ! Un petit souci à l’assemblée « Ah non moi je veux plus, je veux plus ». On dit « Frère, mais t’es où ? ». « Ah non mais tu sais moi je suis un peu partout ». Regardez-moi cet orgueilleux. C’est un arbre, on le plante ici, on le déracine deux mois après, on le replante ailleurs… comment voulez-vous que cet arbre prenne racine et puisse tirer toute la sève dont les fruits ont besoin pour murir ?
Personnellement, il y en a qui disent « Il a changé ». Je ne veux pas perdre de temps parce que celui qui traîne avec les grands devient grand, celui qui traîne avec les voyous devient voyou. Un chien qui traîne avec des chats il va commencer à miauler. Tu traînes avec les gens qui craignent Dieu, tu auras la crainte de Dieu. Parce que si vous êtes dans la rue et que toi tu as tendance à regarder les femmes et si les gens qui craignent Dieu sont avec toi là, tu vas faire tout pour aussi montrer que tu crains Dieu et à force de rester avec eux tu finiras par éduquer ton regard. Et le jour où tu te retrouveras seul tu te rendras compte que ton regard est déjà discipliné. Bah oui !
Les fruits !
L’olive, l’extraction de l’huile est une affaire difficile, est une opération très dure. L’olive souffre. On la presse, on la presse. Toi quand Dieu commence à te « Aaaaaaaah, je vais trouver un plan B ». Il faut un plan B tout de suite. Voilà Abraham, le plan B d’Abraham. Vous savez ce que ça a donné frères ? La guerre entre Ismaël et Isaac. Bah oui, plan B ! Ne prends pas une autre solution que celle que Dieu te donne sinon tu vas souffrir toute ta vie.
L’huile est indispensable au chandelier parce que l’huile qu’on utilisait pour alimenter les lampes du chandelier était extraite des olives et ces olives devaient être broyées à la main. C’est écrit. La main du potier. C’est à dire que Dieu te prend, il te met dans sa main, il commença à te broyer. Comment s’y prend-il ? Et bien il utilise les gens qui sont à tes côtés. Il ne va pas utiliser ton oncle qui est au Canada parce qu’il est trop loin. Ça ne va pas vraiment te faire mal. Il va prendre quelqu’un qui a un caractère acariâtre, quelqu’un qui est compliqué, il le met à tes côtés. C’est pour ton bien. Tu vas bouder. Tu vas bouder qui ? Boude ce que tu veux ! Boude qui tu veux. 15 ans après tu es toujours dans le boudage… 20 ans après « Alors comment ça va ma sœur, comment ça se passe ? ». « Ah bah moi j’en peux plus, les églises ne me disent plus rien ». Bah oui mais reste comme ça. Moïse a été broyé pendant combien d’années ? 40 ans ! Quel âge as-tu ? Tu n’as même pas encore 40 ans et tu es déjà fatigué du broyage tout ça là. Déjà fatigué ? Mais tu ne peux pas amener de grand réveil. Mais non ! Du haut de tes 27 ans, 26 ans, 22 ans tu es fatigué déjà ? Du haut de tes 30 ans tu es fatigué ? Mais Dieu dira « Mais celui-là, il n’est pas digne de moi ».
L’huile c’est pour alimenter le chandelier. Le chandelier c’est l’Eglise, la lampe c’est la Parole. Les vierges avaient des lampes. Cinq d’entre elles avaient des lampes et de l’huile.
Vous savez Dieu m’a dit pendant que je méditais là, il dit « Tu vois les cinq sages qui sont parties à l’enlèvement, elles avaient de l’huile avec elles ». L’huile ! Ceux qui n’ont pas l’huile, ceux qui n’ont pas été pressés par Dieu ou qui ont refusé le pressage, ils ne partiront pas à l’enlèvement, ils resteront. Et c’est ce qu’il faut dire aux chrétiens.
L’huile !
Quand ça vient de l’intérieur c’est ça que Dieu veut, l’huile, pas l’huile qui est sur toi, ça c’est la grâce que tu reçois le jour de la conversion.
Il y a deux formes d’onction : il y a l’onction qui est sur toi. L’Esprit viendra sur toi. Ça c’est la puissance qui vient sur toi. Vous recevrez une puissance celle de l’Esprit venant sur vous. Ça c’est l’onction sur toi. Mais l’huile dont je te parle ce n’est pas celle qui est sur toi, l’huile dont je te parle c’est celle qui est dans le vase. C’est-à-dire l’huile qui est dans le cœur. L’huile qui produit la nature de Dieu. L’huile qui t’amène à vivre l’excellence. L’huile qui t’amène à témoigner par ta vie exemplaire, par ta vie sacrifiée, par ta vie consacrée, par ta vie complètement broyée. Et là dans ta présence les démons sont chassés, les guérisons s’opèrent (…). Cette huile quand on l’a dans son cœur, quand on se tient devant Satan, devant les démons tu n’as même pas besoin de parler. Les démons diront « Nous connaissons qui est Paul, nous savons qui est Paul, nous savons qui est Jacques ». Parce qu’ils connaissent ton cœur, parce qu’ils savent que tu as le cœur de Dieu. Le cœur du Père, la nature du Père c’est l’Esprit de Dieu. Le cœur de Dieu c’est l’Esprit de Dieu. Ceux et celles que Dieu broie, ceux et celles que Dieu change (…) ils n’ont pas fléchit les genoux devant Baal, ils n’ont pas baissé les bras à cause des combats et à cause de leur persévérance le cœur de Dieu est réjoui, le cœur de Dieu est glorifié, le cœur de Dieu est révélé. (…) La gloire de Dieu qui va changer ta vie, la gloire de Dieu qui va changer ta manière de prier, ta manière d’adorer. Aucun démon ne peut résister à la puissance de Dieu, à la puissance de résurrection. Tu vas témoigner de ton cœur, tu vas témoigner de ta vie et quand tu ouvriras la bouche pour chanter, pour parler tu vas voir des choses s’opérer, tu vas voir des guérisons s’opérer parce que Dieu atteste. Les gens vont manger l’olive, quand les gens vont te toucher, l’huile va tomber sur eux. Les gens qui vont t’approcher l’huile va tomber sur eux et quand les gens vont voir tes vêtements l’huile va tomber sur eux. Les mouchoirs qui avaient touché le corps de Paul avaient été appliqués sur les malades, sur les démoniaques et ils étaient guéris, délivrés. Et Dieu veut t’amener dans cette dimension nouvelle afin que tes vêtements soient imprégnés de la puissance de la résurrection de Dieu. Tes épreuves ce n’est pas pour te tuer spirituellement, tes épreuves c’est pour te broyer, c’est pour t’amener à la résurrection car le blé que tu es, car la semence que tu es doit passer par la mort, sans la mort il n’y a pas la résurrection et sans la résurrection il n’y a pas l’adoration. Dieu veut les fruits de l’Esprit dans ton cœur, dans ta vie. Tu dois garder le silence, garder le calme et laisser Dieu opérer dans ta vie. Laisser Dieu te faire dégager des arômes car le fruit de l’Esprit il y a des arômes, le parfum de bonne odeur. Le parfum de bonne odeur. Tu dois apprendre à souffrir dans le silence. Tu dois apprendre à souffrir dans le silence tout en faisant confiance au Père car Dieu sait pourquoi il permet ces souffrances. (…) Il a appris l’obéissance par les choses qu’il a souffertes. Il a appris l’obéissance. Pourquoi ne veux-tu pas souffrir ? Pourquoi ne veux-tu pas pleurer devant Dieu ? Pourquoi ne veux-tu pas souffrir femme ? Sais-tu pourquoi Dieu a permis que les femmes éprouvent les douleurs de l’enfantement ? C’est parce que par la femme Satan est entré dans le monde, le péché est entre dans le monde. Et par la femme Dieu est entré dans le monde.
Voilà pourquoi Dieu te dit « Je permets tes combats, tes difficultés parce que je veux me servir de toi autrement, je veux t’élever dans une dimension nouvelle, une dimension que tu n’as pas encore expérimentée. Voilà pourquoi je t’ai amenée ici. Je te dis cette année est une année de résurrection. Une année de visitation pour toi femme ».
(…)
Dieu me dit de te dire « Tu es l’olive. Tu es l’olive. Tu es l’olive. Tu es l’olive que je presse. Tu es l’olive que je presse, que je presse. Car tu es mon témoin, tu es mon témoin fidèle. Le mot témoin veut dire martyr. On peut te martyriser à cause de ma Parole en toi ma fille. On peut te rejeter à cause de ma parole en toi mon enfant car mon œuvre se fera dans ta vie, mon œuvre s’accomplira dans ta vie ma fille. Tu es ma prophétesse que j’ai appelée. Tu es ma prophétesse que j’ai choisie. Cette maladie ne te conduira pas à la mort, cette maladie ne te mènera pas à la mort. Je te guéris de la stérilité. Je te guéris de la souffrance liée à l’appel que je t’ai adressé mon enfant au nom de Yehoshua ».
« N’as-tu pas compris que tu n’as pas le choix que de me servir ? Tu es dans la barque, la barque est secouée. C’est moi qui le permets. Tu as l’impression que je ne suis pas au milieu mais je suis là au milieu de toi. Je suis là parmi mes enfants ».
(…)
Oui ce n’est pas facile l’œuvre. Oui, le ministère ce n’est pas facile, il ne t’as jamais dit que ça allait être facile, il t’a dit que tu allais beaucoup pleurer et que tu allais souffrir. Plus tu vas souffrir, plus les âmes seront libérées, plus tu vas pleurer à cause de la sanctification, plus les gens seront libérés.
(…)
L’olive, tu es l’olive de l’Eternel.
Tu vas recevoir les hommages ! Oh oui ! Des hommes vont témoigner comment Dieu t’accompagne. Des générations vont témoigner comment tu as marché avec Dieu. Tu vas laisser des traces sur terre, tu vas laisser un témoignage fort.
Vous serez mes témoins. Vous serez mes martyrs. Témoins, martyrs. Vous serez mes témoins.
Dieu te dit ceci « Sais-tu pourquoi je t’ai donné les dons lors de ta conversion ? C’était d’abord pour t’attirer à moi. Ensuite édifie les autres. Maintenant que je t’ai attiré à moi, je veux te faire porter du fruit car si vous portez beaucoup de fruit c’est alors que mon Père sera glorifié, c’est alors que vous serez mes disciples. Il y a une souffrance c’est vrai ».
Alors n’accepte plus les pensées que Satan t’envoie jeune fille, ne les accepte plus ces pensées que tu reçois chaque jour. Tu dois les refuser parce que Dieu n’a pas fini son œuvre dans ton cœur. Tu te sens tellement incapable. Satan te fait croire que tu ne vas pas t’en sortir, que tu ne vas pas avancer, c’est faux. Rejette ces pensées. Fille de l’Eternel des armées, fille d’Adonaï. Rejette les et n’accepte plus les propos des autres, n’accepte plus le regard des autres. Toi focalise toi sur ce que je te dis dans le lieu secret. Ce que je te dis dans le secret mon enfant. Ce que mon Esprit te dit dans le lieu secret. Ferme tes oreilles aux dires des hommes et reçois la foi en recevant la Parole véritable qui peut sauver ton âme. Reçois la foi mon enfant. Tu es tellement abattue, tu es tellement dans la souffrance.
Ce que Dieu promet il peut le réaliser. Ce que sa bouche déclare sa main l’accomplit.
Dieu te dit « Au contraire, c’est parce que tu souffres. La souffrance est le signe pour ceux qui craignent Dieu, la souffrance est le signe de l’amour du Père ».
Le Père a permis que son Fils Jésus souffre mais si toi tu marches sur les traces, sur les pas de Jésus, tu vas expérimenter aussi la souffrance. Donc garde le silence comme Job et rends grâces au Seigneur, bénis Dieu parce que cette souffrance c’est pour te préparer pour l’éternité, c’est pour te préparer à présenter ta corbeille remplie de fruits au Père céleste, l’adoration. Comme cette femme, Marie était aux pieds du Seigneur et elle lui rendait l’adoration. Elle a brisé sa bouteille de parfum et bien c’est le fruit que Dieu voulait. Ce fruit-là. Tous les fruits ont leurs aromes, leurs parfums et bien c’est ce que Dieu veut. Ma sœur, mon frère tu vois à quel point le Père t’aime ? Il sait que ta famille souffre, il sait que tes parents souffrent, il sait que ta mère souffre, il sait, il sait…
« Ma fille je le sais. Je le sais ». Dieu te dit « Je le sais ». Tu vois cette femme souffrir tout le temps, tout le temps, tout le temps, tous les jours pratiquement. Tu la vois gémir.
« Mon enfant je t’ai attiré ici pour te parler précisément. Je connais la souffrance de ta mère et je veux, je peux la guérir, je peux la guérir c’est pour cela que je t’ai conduit ici, je t’ai amené ici. Je te dis cette année c’est l’année ou je vais me glorifier, c’est l’année ou je vais me glorifier. Les sorciers de ta famille ne pourront pas, n’auront pas le dernier mot. Je suis l’Alpha et l’Oméga. Le dernier mot m’appartient dans ta famille. Je mettrais fin à cette souffrance ».
Dieu va aider cette femme au nom de Yehoshua.
Merci Père.
Vous voyez comment Dieu est bon, comment Dieu nous aime ?
Je voudrais nous conseiller à tous, nous conseiller, nous encourager à ne jamais, jamais prendre des décisions quand on est dans la souffrance parce que très souvent on prend les mauvaises décisions qui peuvent nous couter cher. Si Dieu te soumet à une souffrance, apprends à te taire, à dire simplement « Seigneur merci ».
Vous savez Jacob a vu une échelle avec plusieurs marches, il y a des degrés dans le Royaume, il y a des niveaux. Tu ne peux pas accéder au niveau supérieur sans épreuves. Jamais ! Et quand on subit une épreuve c’est toujours pour nous nettoyer nous-même d’abord.
Je me rappelle quand je souffrais à cause de ceux qui, des personnes que j’avais formées qui commençaient à me condamner, à me juger, à me casser, Dieu m’a dit, il m’a donné Jean 15, il m’a dit « Je suis en train de t’émonder toi pour que tu portes encore plus de fruits ». Il m’a donné ce passage. Je me suis réveillé, je l’ai noté. J’ai compris que quand on est dans la souffrance l’homme a toujours tendance à regarder à gauche à droite au lieu de dire « Seigneur, qu’est-ce que tu veux m’enseigner ? ». Parce que je suis un fruit. Je dois murir.
Et vous savez, voilà mon étude sur les fruits de l’Esprit je vais finir par-là, je me suis rendu compte qu’un fruit mûr est un fruit premièrement dont la peau devient souple, douce, telle une mangue, une banane. Vous avez vu la peau devient souple, on peut facilement l’enlever. Mais quand il n’est pas mûr la peau est dure. Quand il est mûr, premièrement la peau devient douce. Et vous remarquerez que le tabernacle avait au moins cinq peaux : peau de dauphin, peau de chèvre… Et deuxième chose, le fruit change de couleur. Il y a un enseignement là-dessus. Troisièmement, le fruit dégage un parfum. Quatrièmement, le fruit devient sucré. Le sucre, appétissant, attirant, appétissant. La couleur est censée attirer le regard, le sucre pour nourrir.
Mais malheureusement, je pleure beaucoup, je dis souvent aux frères et sœurs parce qu’en ce qui me concerne beaucoup de frères et sœurs que j’ai pu voir au niveau de Paris, beaucoup, même ici et là, en Afrique, souvent quand on partait en mission, j’ai vu des gens qui avaient de l’avenir, et je les ai vus détruits parce qu’il n’y avait plus l’écoute. Un fruit qui n’est pas mature, qui n’est pas mûr, si on cherche à le cueillir pour le manger on va le jeter après. Vrai ou faux ? Vous voyez à quel point Dieu approuve sa Parole ?
J’ai vu des anges, beaucoup d’anges descendre ici.
J’expliquais aux frères et sœurs que j’aime beaucoup le Seigneur et j’aime beaucoup mes enfants dans la foi et j’ai dit au Seigneur « Je ne veux voir aucun… » comme le Seigneur le disait « Je n’ai perdu aucun de ceux que tu m’as donnés sauf le fils de la perdition ». Et je dis souvent aux frères et sœurs « Frères, ce qui souvent nous manque c’est des pères dans la foi qui peuvent nous aider et nous aiguiller et ne vous précipitez pas dans les choses, dans les décisions, dans le ministère. Restez à l’écoute ».
Des gens viennent par contre me voir et me disent « C’est quoi ton secret ? Comment ça se fait qu’autant d’européens soient touchés ? ». Il y a deux samedis, un européen était là, un français, il vient me voir à la fin de la réunion il me dit « Je suis chef d’entreprise, j’habite vers Nice, je suis Tv2vie depuis 3 semaines, le message m’a touché, j’ai pris l’avion, je suis venu samedi après-midi pour participer au programme et je repars le lendemain ». Et il y a déjà plus de 15 personnes à Nice et ici et là, qui sont touchées et qui attendent des messagers comme vous pour aller leur partager la Parole. Beaucoup d’européens sont touchés par la Parole également. Et les gens me disent « C’est quoi le secret ? ». Je leur dis « Frères, le secret ce n’est pas forcement 6h de temps dans la prière, ce n’est pas forcement trois jours de jeûne. Le secret c’est d’abord l’appel, donc la grâce, l’appel. Le secret c’est aussi avoir cette capacité que Dieu nous donne à chacun de pouvoir rester comme Job patient dans l’épreuve ».
Mon père dans la foi était un homme rempli de fruits. J’étais tout le temps à ses pieds. Quand tout le monde disait « Tu es idolâtre ! ». On était petits. Quand je le voyais, il m’inspirait la sainteté, la crainte de Dieu. J’étais là. Parfois, il n’était pas chez lui mais j’allais chez ses parents, il vivait chez ses parents mais j’allais chez lui, je frappais et ses parents me disaient « Il n’est pas là ». Je disais « Je vais attendre ». Parce que je me disais je veux recevoir la vie que ce monsieur a. À l’époque son cuir chevelu et ses cheveux bougeaient comme ça quand on priait. Je me disais c’est ce que je veux. La sainteté qu’il a là, c’est ce que je veux.  Il y avait des combats, les gens m’attaquaient, me combattaient avec leurs paroles. Je disais « Parlez toujours mais moi je sais ce que je veux ». Vous voyez ? Dieu il t’a donné l’onction mais il n’y a pas que l’onction, il y a l’onction du cœur, la nature de Dieu, la nature de Christ. C’est ce qui amène le réveil.
Tu arrives quelque part, les gens viennent de partout. Là on part à Brazza le 4 mars, les gens m’appellent, il y a des gens qui appellent du Sénégal qui appellent de plusieurs pays, de l’Algérie. Des gens vont quitter le Gabon, ils vont quitter l’Angola, ils vont quitter plusieurs villes, plusieurs pays pour aller à Brazzaville ! C’est la folie. Pas de pub, rien. Seulement de bouche à oreille, les gens… Y en a qui viennent de la Cote d’Ivoire. Mais on est là, on se regarde on dit mais on comprend plus rien.
Qui veut vivre ces choses-là ?
Frères, je crois que l’Eglise sera enlevée bientôt. Et je crois en même temps que Dieu nous prépare pour de grandes choses, ne les ratez pas !
(…)
Pour finir, avant-hier j’ai posé la question au Seigneur à savoir s’il était toujours avec moi. C’est comme ça que je l’embête. Je lui ai dit « Est-ce que tu es encore avec moi ? Parce qu’honnêtement là pendant toute la semaine j’étais oppressé ». Il me réveille pour la prière après quelques heures, je prie, je prie, je prie, je me rendors et là je me retrouve dans un endroit où j’étais poursuivi par les autorités et on me dit « Renonce à Jésus ». Je leur dit « Non, non moi renoncer à Jésus ce n’est pas possible ». « Renonce à Jésus ». « Non, je ne peux pas ». « Renonce à Jésus ». « Non, je ne peux pas renoncer à Jésus ». Il me montre un tableau. Il y avait écrit l’islam et le catholicisme romain. On me dit « Choisis l’un des deux ». Je dis « Non, je ne peux pas choisir ni l’un ni l’autre parce que moi c’est Jésus qui m’intéresse ». Et je leur pose la question « Vous allez me mettre en prison pour combien de temps ? ». Ils me disent « Pendant 5 mois ». Et on m’a confié à un monsieur d’un certain âge, qui me surveillait. Je lui pose la question « As-tu un enfant ? ». Il me dit « Oui ». Je lui dis « Si cet enfant veut toucher au feu et que vous lui dites que le feu brule et qu’il refuse de vous écouter, allez-vous le laisser toucher quand même, mettre sa main dedans ? ». Il me dit « Oui, pour qu’il apprenne ». J’ai dit « Mais moi j’ai touché à Jésus pourquoi vous voulez me détacher de Jésus ? ». Il me dit « Ah donc tu n’es pas fou ». Je dis « Non, je ne suis pas fou, j’aime Jésus ». Et je me suis détaché et j’ai commencé à courir, à courir, à courir… Et je me dirigeais vers l’Angola dans ma vision et ensuite je me réveille. J’ai dit « Seigneur, merci je suis encore avec toi. Tu es toujours dans mon cœur ».
Aimez Jésus. Fortifiez-vous. Travaillez dans l’unité les uns avec les autres.
Et vous les jeunes qui aspirez au ministère je vous donnerai le conseil d’aspirer d’abord à la vie éternelle. Cherchez à connaitre qui est Christ et surtout soyons soumis les uns aux autres. Ne nous précipitons plus dans les choses. Laissons Dieu faire.
C’était vraiment juste pour vous encourager à marcher main dans la main, à tenir quelles que soient les difficultés.
Que Dieu nous garde au nom de Jésus Christ.



Matthieu 25:1 à 13

Alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent à la rencontre de l'époux. Cinq d'entre elles étaient folles, et cinq sages. Les folles, en prenant leurs lampes, ne prirent point d'huile avec elles; mais les sages prirent, avec leurs lampes, de l'huile dans des vases. Comme l'époux tardait, toutes s'assoupirent et s'endormirent. Au milieu de la nuit, on cria: Voici l'époux, allez à sa rencontre! Alors toutes ces vierges se réveillèrent, et préparèrent leurs lampes. Les folles dirent aux sages: Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s'éteignent. Les sages répondirent: Non; il n'y en aurait pas assez pour nous et pour vous; allez plutôt chez ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous. Pendant qu'elles allaient en acheter, l'époux arriva; celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. Plus tard, les autres vierges vinrent, et dirent: Seigneur, Seigneur, ouvre-nous. Mais il répondit: Je vous le dis en vérité, je ne vous connais pas. Veillez donc, puisque vous ne savez ni le jour, ni l'heure. Matthieu 25: 1 à 13