Le discipulat ou le discipolat - Shora Kuetu





Actes 19 : 8 à 10

Nous vous recevons au nom de Yehoshua pour cette session de formation. On va avoir du lourd pendant cette formation. Et sachant qu’il y aura une autre formation en juillet, et là on va sélectionner parce que nous voulons donner du costaud aux gens qui sont prêts à servir le Seigneur.
On n’a vraiment pas de temps à perdre. Nous voulons équiper rapidement les frères et sœurs qui aiment le Seigneur, qui le craignent. Nous ne voulons pas donner des choses saintes aux pourceaux ! Comme la Parole le dit. Nous en avons assez de voir des gens qui se disent chrétiens qui tombent dans le péché de temps à autre. On a plus le temps pour ça. Nous voulons vraiment donner du costaud aux gens qui veulent aller plus loin avec le Seigneur.

Actes chapitre 19 : 8 à 10 Ensuite Paul entra dans la synagogue, où il parla librement. Pendant trois mois, il discourut sur les choses qui concernent le royaume de Dieu, s'efforçant de persuader ceux qui l'écoutaient. 19:9 Mais, comme quelques-uns restaient endurcis et incrédules, décriant devant la multitude la voie du Seigneur, il se retira d'eux, sépara les disciples, et enseigna chaque jour dans l'école d'un nommé Tyrannus. 19:10 Cela dura deux ans, de sorte que tous ceux qui habitaient l'Asie, Juifs et Grecs, entendirent la parole du Seigneur.

Pourquoi cette formation ? Parce que c’est biblique. Le Seigneur nous a demandé de faire des disciples.

Dans Matthieu 28 : 19 Allez, faites de toutes les nations des disciples.

Et non, bien sûr, des adeptes.

Là on voit que Paul, dans l’Asie Mineure, va séparer les disciples d’avec la foule. Il va séparer les disciples d’avec les religieux. Et pendant deux ans, il va enseigner dans une école. Quelqu’un avait mis à la disposition de Paul son bâtiment d’école afin de pouvoir former ces disciples.

Donc on voit bien que ces frères et sœurs étaient déjà disciples avant de recevoir la formation.
Donc on est disciple dès la conversion. Donc dès la conversion on est disciple et ensuite il faut être enseigné, il faut être formé. On voit qu’il y a eu la séparation comme je vous le disais.

Donc comme je le disais, on donne des enseignements, lors des réunions d’église, lors des réunions de réveil comme c’est le cas actuellement à Évry où il y a un peu de tout, des enfants, des gens qui craignent Dieu et d’autres qui ne le craignent pas. Et on voit que très peu gardent cette Parole qui est donnée. C’est comme si on jette des perles dans la boue.

Donc là, le Seigneur m’a vraiment mis à cœur de faire une sélection avec des gens, des frères et sœurs qui le craignent, qui veulent vraiment aller plus loin, qui veulent le servir de pouvoir les équiper.

Donc pendant cette formation il y aura d’autres intervenants. Il y aura des ministères que vous connaissez, d’autres que vous ne connaissez pas qui viendront d’ici et là en fonction de leur emploi du temps pour pouvoir vous enseigner et vous former.

Donc Paul enseigne les disciples. Donc les disciples ont besoin d’être enseignés, ils ont besoin d’être formés. Et dans nos églises il n’y a pratiquement plus de formation, pratiquement plus d’enseignements. On voit plus d’adeptes que des disciples.

Et dans Matthieu chapitre 28 : 19 le Seigneur dit « Allez et faites de toutes les nations des disciples ».

On a vu qu’on est disciple dès la conversion. On est disciple alors qu’on n’a pas encore reçu le baptême d’eau. « Allez et faites de toutes les nations des disciples » premièrement et ensuite il faut les baptiser au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit.

Donc on ne devient pas disciple parce qu’on a reçu un baptême, on devient disciple parce qu’on a reçu Yehoshua dans son cœur.

Et puis on fait des disciples et on les forme. On ne fait pas des disciples pour pouvoir les laisser tels que, on fait des disciples et on les forme. C’est vraiment important de le signifier, de le souligner.

Et ensuite le Seigneur dit, après avoir fait des disciples, après les avoir baptisés, troisièmement, il faut leur apporter des enseignements. « Enseignez-leur ». A faire quoi ?  « À observer ».
Les disciples sont des personnes qui observent, des personnes qui gardent tout l’enseignement du maître.

« Enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit ».

Donc ce soir on va parler du discipulat, de la formation des disciples. D’autres l’appellent le discipolat. Peu importe.

Nos bâtiments d’église sont remplis d’adeptes. Vous savez les adeptes sont ballottés à tout vent de doctrine. Ils entendent un son de cloche, hop, ils le suivent, dès qu’ils en entendent un autre pareil. Ils ne sont pas fondés.

Et comme je vous le disais, je sens de plus en plus que le Seigneur est en train de revenir et très honnêtement je n’ai plus tellement à cœur de partager les choses que Dieu nous donne à n’importe qui. Prêcher la Croix à tout le monde ça il n’y a pas de problème mais les choses profondes du Royaume on peut plus les partager avec n’importe qui. Ce n’est plus possible. Parce que les gens ne sont pas fondés. Beaucoup de chrétiens ne sont pas fondés. Il y a trop d’instabilité.

Donc on voit ici que le disciple est celui qui observe tout l’enseignement du maître. Ici le Maître c’est Yehoshua.

« Enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit et voici je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde ».

Et on a vu les apôtres répondre à cet appel, à cette grande mission. Ils sont allés partout, ils ont fait, non des adeptes, mais des disciples.

Et on voit dans Actes chapitre 14 au verset 21 Quand ils eurent évangélisé cette ville et fait un certain nombre de disciples, ils retournèrent à Lystre, à Icone et à Antioche, 22 fortifiant l`esprit des disciples, les exhortant à persévérer dans la foi, et disant que c`est par beaucoup de tribulations qu`il nous faut entrer dans le royaume de Dieu. 23 Ils désignèrent des anciens dans chaque Église, et, après avoir prié et jeûné, ils les recommandèrent au Seigneur, en qui ils avaient cru.

Donc les disciples sont des personnes qui croient au Maître. Ils croient en Yehoshua. Et on voit ici Paul et Barnabas ont fait des disciples dans les églises de la Galatie.

Dans Actes 13 on voit que le Seigneur les envoie en mission, Paul et Barnabas accompagnés de Jean comme aide, et ils arrivent pour la première fois à Antioche de Pisidie, une des villes de la Galatie. Ils font des disciples là-bas. Ils arrivent à Derbe, à Lystre des villes de la Galatie et font des disciples. Et à chaque fois qu’ils faisaient des disciples, ils les formaient et ils les quittaient. Ils les laissaient seuls. Il n’y avait pas forcément un pasteur parmi eux, un prophète ou un ancien. Ils les laissaient tels que mais ils étaient tellement bien formés qu’ils étaient capables de se prendre en charge.

Ce n’étaient pas des chrétiens qu’on voit actuellement, qui sont, comme je le disais, je vais de plus en plus souligner cette instabilité que l’on rencontre de plus en plus dans le milieu chrétien.
J’entends par là qu’on voit de plus en plus de personnes, des frères et sœurs qui sont instables, c’est-à-dire qu’à la moindre tentation, ils baissent les bras à la moindre critique ils suivent.
Ils ne sont pas dans cette intimité avec le Seigneur pour pouvoir écouter plus Dieu que les hommes.

Donc ils faisaient des disciples, ils les  formaient et ils les laissaient seuls. Les églises étaient remplies de disciples. Des hommes et des femmes qui étaient capables de se prendre en charge, qui étaient capables de pouvoir corriger les mauvais enseignants, les faux enseignants, les reprendre dans l’amour. Mais qui étaient capables de se prendre en charge. Ce n’étaient pas des adeptes. Ils n’étaient pas là en train de courir après les pasteurs, c’étaient des disciples du Seigneur.

Et on a vu dans Actes 19 que Paul va séparer les disciples d’avec la foule afin de pouvoir les former. Donc cette séparation est vraiment nécessaire.
Et on a vu également dans Actes 14 que les anciens étaient nommés. Et ces anciens étaient d’abord des disciples.

Nous allons voir les deux types de discipulat. Le discipulat sous Moïse et le discipulat sous la grâce.

« Allez et faites de toutes les nations des disciples ».
Donc c’est un ordre que les apôtres avaient reçu.

« Allez ». Donc ici dans le grec le verbe aller est à l’impératif. C’est un ordre que le Seigneur donne. C’est un verbe qui est au présent donc c’est tout le temps. Ce n’est pas de temps à autre, ce n’est pas comme si on va faire des disciples pendant un mois, pendant un an, deux ans, trois ans et ensuite on va faire une pause. Il faut de manière permanente faire des disciples, produire des disciples. Un bon ministre de Dieu est celui qui produit des disciples et non des adeptes.

Un adepte c’est quelqu’un qui suit un homme aveuglement et qui défend sa dénomination, son bishop. Mais un disciple c’est celui qui défend le Royaume de Dieu, qui suit le Seigneur, qui a une intimité avec le Seigneur.
Donc le verbe « aller » qui est à l’impératif, est un verbe qui nous demande de manière permanente de produire des disciples. Tout le temps, tout le temps, tout le temps.

Et avant de développer les deux types de discipulat sous la loi et sous la grâce, j’aimerais vraiment qu’on lise quelques passages concernant le discipulat.

Il y a plusieurs choses que vous devez savoir par rapport aux discipulat, il y a plusieurs notions que vous devez avoir à l’esprit.

La racine du mot disciple, mantano, nous parle de plusieurs choses.


1/ Apprendre

Premièrement, il y a la notion d’apprendre. Le disciple est celui qui apprend.

Nous sommes dans Matthieu 9 : 13  Allez, et apprenez ce que signifie: Je prends plaisir à la miséricorde, et non aux sacrifices. Car je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs.

« Allez et apprenez ».

Le mot disciple vient de cette racine mantano. Mantano nous parle, d’abord, de l’apprentissage.
Il y a une différence entre prendre et apprendre. Il y a beaucoup de gens dans nos églises qui viennent pour prendre. Quand on va quelque part pour prendre, il n’y a pas la patience, il n’y a pas l’humilité, il n’y a pas l’écoute…
On veut prendre vite fait, avoir la connaissance rapidement, parce qu’on a des intérêts personnels. Parce qu’on veut bâtir son ministère. Parce qu’on veut prouver aux gens qu’on a la connaissance. Et on ne va pas aller loin avec cette mentalité. On part quelque part on trouve des enseignements qui sont quand même corrects et on va prendre et non apprendre.

Donc apprendre nécessite, implique l’humilité.
La soumission vis-à-vis du Seigneur comme Marie était assise aux pieds du Seigneur pour écouter sa Parole.

Il y a la notion de la patience.
Parce que celui qui va quelque part pour soi-disant apprendre, si vous avez la mentalité de prendre, au moindre faux pas vous allez vous désister, vous allez partir.
Mais si vous êtes dans cette mentalité d’apprentissage, quelles que soient les épreuves vous allez quand même persévérer parce qu’il y a la patience, parce qu’il y a l’humilité. Quels que soient les obstacles qui se dressent devant vous, vous allez quand même persévérer parce que vous voulez apprendre.

Vous allez comprendre pourquoi il faut cette patience parce qu’en tant que disciple il faut être discipliné. Il y a la discipline dedans. Il y a la persévérance. Les apôtres ont persévéré afin de pouvoir apprendre. Il faut de la persévérance et de la patience.

2/ Recevoir

Et la deuxième chose que nous voyons c’est la réception. Recevoir.

Nous sommes dans Matthieu 11 verset 29 Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur; et vous trouverez du repos pour vos âmes.

Les instructions.

Bien sûr on apprend et on reçoit. Donc c’est la réception. Le disciple c’est celui qui reçoit l’enseignement du maître. Donc on donne sa vie au Seigneur on est tout de suite disciple mais il faut recevoir. Mais si on estime qu’on connaît déjà on ne peut pas recevoir. Donc parfois il faut désapprendre pour pouvoir apprendre.

Et on ne veut pas perdre son temps, moi personnellement, avec des gens qui connaissent déjà, ça sert à rien. Il faut vraiment se mettre dans l’attitude d’une personne qui veut découvrir réellement les choses parce que vous ne pouvez pas être disciple du Seigneur si vous n’avez pas un cœur réceptif. Ce n’est pas possible.


3/ L’Instruction

On va lire Colossiens 1 : 7  d`après les instructions que vous avez reçues d`Épaphras, notre bien-aimé compagnon de service, qui est pour vous un fidèle ministre de Christ.

Matthieu 24 : 32 Instruisez-vous par une comparaison tirée du figuier. Dès que ses branches deviennent tendres, et que les feuilles poussent, vous connaissez que l`été est proche.

1 Corinthien 14 : 35 Si elles veulent s`instruire sur quelque chose, qu`elles interrogent leurs maris à la maison; car il est malséant à une femme de parler dans l`Église.

Donc le disciple c’est celui qui s’instruit. Et l’instruction ne finit jamais. Jusqu’à sa mort le disciple sera toujours en train d’apprendre, de s’instruire.

4/ L’Enseignement

Jean 6 : 45 Il est écrit dans les prophètes: Ils seront tous enseignés de Dieu. Ainsi quiconque a entendu le Père et a reçu son enseignement vient à moi.

Donc le disciple ne peut pas venir au Seigneur s’il n’a pas reçu l’enseignement du Père. Donc le disciple c’est quelqu’un qui reçoit l’enseignement. Or beaucoup de chrétiens dans nos églises actuellement ne sont pas disciples de Christ. Ils ne sont pas enseignés. Il n’y a pas l’enseignement.

Et quand on commence à enseigner ces gens, beaucoup dorment. Or l’enseignement peut durer 2, 3, 4h, 5h … toute une nuit. Paul enseignait parfois toute une nuit. On le voit dans la Parole. Le disciple c’est quelqu’un qui est capable de s’asseoir et de recevoir l’enseignement pendant toute une journée.

Or nous n’avons pas été habitués à recevoir de tels enseignements, nous avons été habitués à recevoir des prédications, au bout de 30 minutes on est déjà fatigués. Et on veut nous faire croire que l’esprit humain n’est pas capable de supporter des enseignements qui durent des heures et des heures. Oui si c’est fait charnellement. Mais si c’est l’Esprit qui est derrière… frères, c’est biblique, c’est possible.

Nous avons eu à enseigner des gens pendant des heures et des heures dans ce ministère, des gens que personnellement j’ai formés ici. Il y a eu des moments où on faisait de 20 heures au lendemain 9 heures non-stop dans l’enseignement. Il n’y avait pas de fatigue parce que l’Esprit était présent. Et c’est comme ça qu’au bout de six mois, un an, les gens étaient formés, capables de défendre la Parole du Seigneur.

On a besoin d’enseignements. Le disciple c’est celui qui reçoit l’enseignement.

5/ L’Etude

Enfin, la dernière condition c’est l’étude. Le disciple c’est celui qui étudie. Ç’est un étudiant.

Jean 7 : 15 Les Juifs s`étonnaient, disant: Comment connaît-il les Écritures, lui qui n`a point étudié?

Vous voyez ? Apprendre, recevoir, instruction, enseignement, étude toutes ces choses-là viennent de mantano.

Mantano signifie apprendre, recevoir, instruction, enseignement, étude. Et c’est la racine du mot disciple.

Donc vous voyez que si on n’est pas capable d’apprendre, si on n’est pas prêt à recevoir, d’être instruit, à être enseigné et d’étudier, ça ne sert à rien de chercher à être disciple du Seigneur. Ce n’est pas possible. Donc il faut être un étudiant de la Parole d’abord.

Donc si vous ne pouvez pas et si vous avez du mal à méditer la Parole du Seigneur chez vous, ça ne sert à rien. Même si on vous donne des enseignements ici ça ne va pas rentrer. Ça ne sert à rien et personnellement je ne veux pas former des gens qui ne sont pas capables chez eux de pouvoir méditer la Parole correctement. Si vous ne lisez que deux ou trois versets ça ne sert à rien de venir vous former au centre. Vous devez être des personnes qui sont capables de prend tout un livre tel que Ephésiens et le méditer entièrement.

Et les hébreux ne badinaient pas, à l’époque, avec les études. Ils passaient des journées entières en train de méditer la Torah. Vous savez le mot « méditer » en hébreux c’est murmurer. Ils sont en train de murmurer la Parole pendant des heures et des heures.

Donc j’insiste là-dessus. Donc si vous avez du mal à lire la Bible chez vous, si vous êtes du genre à lire un verset ou deux, à vous contenter de seulement deux ou trois versets ou d’un chapitre ça ne sert à rien.

Donc il faut prendre 1 Corinthiens et vous lisez toute cette épître, d’une seule traite. Et vous essayez d’étudier l’épître, l’histoire qu’il y a derrière, la culture, qui étaient les corinthiens… Il faut du temps. Pour étudier la Parole du Seigneur, il faut s’accorder du temps.

Qui sont ceux qui ont du mal à lire la Bible comme ça ? À lire des livres entièrement ? Pratiquement tout le monde ! Donc là vous n’êtes pas prêts ! Il y a la volonté, certes, de vous former mais il faut changer vos habitudes. Un disciple c’est celui qui étudie.

Tous les jours je m’organise pour pouvoir lire ne serait-ce qu’un livre de la Bible. Chaque jour. Ensuite, je peux de temps à autre lire des passages ici et là mais je sais que j’ai une discipline par jour d’au moins un livre que je dois étudier.

Comme avant de venir cet après-midi, j’ai médité toute l’épitre de Paul aux Ephésiens. Ensuite après j’ai été voir Jérémie, Esaïe, Ézéchiel. Il faut du temps. Sinon on ne pourra pas être disciple.

Si nos églises sont si malades c’est parce que les chrétiens ne méditent pas la Bible. Tout simplement.  

Vous savez, il y a 22 lettres dans l’alphabet hébraïque.

Et cette lettre qu’on appelle lamed http://www.france-spiritualites.fr/images/judaisme-kabbale/alphabet-hebreu-lamed-plein.gif c’est la 12e lettre de l’alphabet hébraïque. Et lamed  signifie instruction. Et lamed a la forme d’un fouet. Vous comprenez pourquoi la verge est associée à l’instruction, à la correction ? La correction est associée à l’instruction. N’éloigne pas la verge de l’enfant sinon il ne sera pas instruit. C’est la 12e lettre de l’alphabet hébraïque. 12 c’est le nombre du fondement. La fondation.

Pour qu’un disciple soit fondé, il faut qu’il soit enseigné. Pour qu’il soit enseigné, il faut qu’il soit corrigé, redressé.
Et lamed nous parle aussi de Rabbi, Maître. On comprend pourquoi le Seigneur, quand il enseignait, la Bible nous dit qu’il parlait avec autorité. Parce qu’on ne peut pas enseigner les gens sans l’autorité du Seigneur pour corriger, pour redresser, pour instruire. Et la Parole le dit « Toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, 17 afin que l`homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne œuvre ».  2 Timothée 3 : 16.

Pour que l’homme de Dieu, le disciple soit accompli, il faut, comme la Parole le dit, qu’il soit enseigné, qu’il soit convaincu, qu’il soit corrigé et qu’il soit instruit dans la justice. Donc si vous voulez enseigner, si vous voulez être enseignés il faut aussi accepter la correction du Seigneur. Ce n’est pas possible autrement. Donc c’est important.

Voilà pourquoi dans les écoles il y a également le bâton. À l’époque, où on était à l’école il y avait le bâton, quand on était petits.

La discipline… tout est associé. Même le monde est régi par la Parole de Dieu. Et c’est vraiment important, c’est pour cela qu’il faut étudier. Le Saint Esprit me pousse à répéter cela.  

Donc ce n’est pas en vain si lamed est la seule lettre qui dépasse toutes les autres lettres dans l’alphabet hébraïque. Ça veut dire que l’instruction nous élève vers le Seigneur. Donc l’instruction, l’étude tout ça. C’est important.

Et c’est pour ça que lorsque les apôtres ont posé la question au Seigneur à savoir quand est ce que la fin de temps arriverait. Le Seigneur leur a dit que « lorsque vous verrez l’abomination de la désolation dont a parlé Daniel établi en lieu saint que celui qui lit fasse attention ». Donc la méditation.

C’est pour ça que tout à l’heure Anne vous a parlé du travail que vous aurez à faire en lisant le livre « la captivité de l’Évangile ». Et dès vendredi on va vous poser des questions là-dessus. Vous allez lire toute la semaine, dès ce soir, et vendredi vous allez nous faire un rapport, un résumé de ce livre, ce que vous avez compris, pas écrit à la main, tapé sur l’ordinateur, bien comme il faut sur ordinateur.

Parce que si vous n’êtes pas capables de faire un rapport là-dessus, ça veut dire que vous n’êtes pas prêts à recevoir la formation. Donc il faut faire un résumé, un travail personnel sur ce livre. Parce que là, ça va être du costaud. Y en a qui vont dire « Bah oui mais on n’a pas le temps ». Si vous aurez le temps. Vous aurez largement le temps. Il ne faut pas tricher.

Vous savez ça m’arrive parfois de lire deux ou trois livres en même temps. Il y a pas longtemps je lisais un livre de 600 pages. Donc je travaille. J’essaie de travailler. Et pour avoir la connaissance, il faut travailler aussi. Pierre nous dit « Faites tous vos efforts ».

2 Pierre 1 : 3  Comme sa divine puissance nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété, au moyen de la connaissance de celui qui nous a appelés par sa propre gloire et par sa vertu, 4 lesquelles nous assurent de sa part les plus grandes et les plus précieuses promesses, afin que par elles vous deveniez participants de la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde par la convoitise, 5 à cause de cela même, faites tous vos efforts pour joindre à votre foi la vertu, à la vertu la science, à la science la tempérance, à la tempérance la patience, à la patience la piété,7 à la piété l'amour fraternel, à l'amour fraternel la charité ».

« Faites tous vos efforts ».

La chair ne veut pas faire d’efforts surtout en ce qui concerne la lecture de la Parole de Dieu. Il y a une lutte. « Faites tous vos efforts pour joindre à votre foi, la vertu, à la vertu la connaissance ».

Le disciple, contrairement à un adepte est celui qui a la connaissance. La connaissance de son maître, de la parole de son maître, de l’enseignement de son maître. Le disciple c’est celui qui suit un maître, qui reçoit l’enseignement d’un maitre. Et chez les hébreux la notion du disciple et du maître était très ancrée. Il y avait plusieurs écoles où l’on voyait des maîtres et leurs disciples qui les suivaient partout.

Par exemple, à l’époque de Samuel, il y avait une école de prophètes et Samuel avait à sa charge plusieurs prophètes qu’il encadrait et qu’il formait. Et on nous parle des fils des prophètes qu’il formait.

On va voir, maintenant, le discipulat sous la loi. On va commencer avec notre frère Moïse.

I/ LE DISCIPULAT SOUS LA LOI

1/ Moise et Josué

Exode 24 verset 9  Moïse monta avec Aaron, Nadab et Abihu, et soixante-dix anciens d'Israël. 24:10 Ils virent le Dieu d'Israël; sous ses pieds, c'était comme un ouvrage de saphir transparent, comme le ciel lui-même dans sa pureté. 24:11 Il n'étendit point sa main sur l'élite des enfants d'Israël. Ils virent Dieu, et ils mangèrent et burent. 24:12 L'Éternel dit à Moïse: Monte vers moi sur la montagne, et reste là; je te donnerai des tables de pierre, la loi et les ordonnances que j'ai écrites pour leur instruction. 24:13 Moïse se leva, avec Josué qui le servait, et Moïse monta sur la montagne de Dieu. Il dit aux anciens: Attendez-nous ici, jusqu'à ce que nous revenions auprès de vous. Voici, Aaron et Hur resteront avec vous; si quelqu'un a un différend, c'est à eux qu'il s'adressera. 24:15 Moïse monta sur la montagne, et la nuée couvrit la montagne.

Sous la loi, il y avait aussi les disciples mais ce n’est pas pareil que sous la grâce.

On va voir les différences qu’il y a.

D’abord, sous la loi les disciples ne servaient pas Dieu directement. Ils servaient Dieu de manière indirecte. Ils servaient les hommes de Dieu, les femmes de Dieu. Ils avaient appris à servir les hommes avant de servir Dieu. Et on a vu ici que Josué servait Moïse. Josué n’avait pas une relation personnelle avec le Seigneur. Il avait une relation personnelle avec Moïse et Moïse avait une relation personnelle avec le Seigneur. Josué servait Moïse.

Et la parole de Moïse était la Parole de Dieu. Donc Josué ne pouvait pas contredire son maître. Et vous avez vu ? Partout où était Moïse, Josué était là. Il observait comment Moïse servait Dieu. Il regardait tout. Les anciens restent au pied de la montagne et Moïse et son serviteur Josué vont sur la montagne à la rencontre du Seigneur. Et vous allez voir que Josué n’avait pas une relation directe avec le Seigneur avant que Moïse ne soit enlevé.

Par exemple, dans Exode chapitre 32 verset 1 Le peuple, voyant que Moïse tardait à descendre de la montagne, s'assembla autour d'Aaron, et lui dit: Allons! Fais-nous un dieu qui marche devant nous, car ce Moïse, cet homme qui nous a fait sortir du pays d'Égypte, nous ne savons ce qu'il est devenu.

Exode 32 : 17 Josué entendit la voix du peuple, qui poussait des cris, et il dit à Moïse: Il y a un cri de guerre dans le camp. 32:18 Moïse répondit: Ce n'est ni un cri de vainqueurs, ni un cri de vaincus; ce que j'entends, c'est la voix de gens qui chantent.

Et au verset 7, on nous dit que Dieu parle à Moïse mais non à Josué mais pourtant les deux étaient sur la montagne. Donc Moïse avait le discernement parce que Dieu lui avait parlé. Et quand ils descendent de la montagne Josué entend les cris dans le camp et il n’a pas eu le discernement, il a mal discerné ce bruit, il pensait que c’était la guerre et Moïse lui dit « non ce n’est pas la guerre mais c’est autre chose » parce que Moïse était en relation directe avec le Seigneur. Josué n’entendait pas de Dieu.

Vous voyez le discipulat sous la loi ?

Donc les élèves, les disciples étaient déconnectés du ciel. Ils étaient connectés à leur maître. Vous allez voir malheureusement que beaucoup de pasteurs se comportent comme ça. Le discipulat qui est prêché dans la plupart de nos églises actuellement est un discipulat mosaïque.

Donc les chrétiens sont déconnectés de la réalité céleste, du Seigneur et connectés aux hommes. Donc du coup, ils n’ont pas besoin de méditer la Parole de Dieu. Ils ne prennent pas le temps de méditer et de prier véritablement parce que les pasteurs sont payés pour le faire. Et c’est pour cela que nos églises sont si malades.

Nous sommes dans Nombres chapitre 13. Là Moïse envoie les 12 espions pour explorer le pays de Canaan.  

Nombres chapitre 13 verset 16 Tels sont les noms des hommes que Moïse envoya pour explorer le pays. Moïse donna à Hosée, fils de Nun, le nom de Josué. 17 Moïse les envoya pour explorer le pays de Canaan. Il leur dit: Montez ici, par le midi; et vous monterez sur la montagne. 18 Vous verrez le pays, ce qu`il est, et le peuple qui l`habite, s`il est fort ou faible, s`il est en petit ou en grand nombre; 19 ce qu`est le pays où il habite, s`il est bon ou mauvais; ce que sont les villes où il habite, si elles sont ouvertes ou fortifiées; 20 ce qu`est le terrain, s`il est gras ou maigre, s`il y a des arbres ou s`il n`y en a point. Ayez bon courage, et prenez des fruits du pays. C`était le temps des premiers raisins.

Josué était tellement au service de Moïse que quand Moïse va envoyer ses 12 espions dont Josué, son serviteur, il va carrément changer le nom de ce dernier. Et Josué n’a pas murmuré, il n’a pas refusé. Josué s’appelait d’abord Hosé. Hosé c’est Hosayah. Hosayah c’est salut.

Donc, en fait, Moïse qui était le maître de Josué avait le discernement. Il avait compris que « oui c’est bien tu t’appelles Hose, salut, mais le salut là il vient de qui ? Tu ne peux pas libérer le peuple ».

Donc en gros, c’est comme si Moïse disait à cet homme « Tu ne peux pas amener le peuple à son héritage. Tu ne peux pas le faire entrer dans son héritage sans le nom de la personne d’où provient le salut ». Et là il lui donne le nom de Josué donc Yehoshua qui donne Yahvé salut. Yahvé est salut.

Donc vous voyez ? Moïse a ajouté le nom de Yehoshua qui donne en français Josué ou encore Iésous en grec.  

Il y a déjà eu un enseignement là-dessus.

Vous voyez que c’était un discipulat assez particulier. Et si le Maître n’était pas vraiment appelé de Dieu, il pouvait faire faire n’importe quoi à ses disciples parce qu’ils étaient totalement soumis aux hommes.

Donc le nom de Yehoshua, Jésus-Christ a été utilisé pour la première fois ici. Par rapport à la conquête de la terre de Palestine donc de Canaan. Vous voyez que Moïse était vraiment un bon maître.

On va voir aussi par rapport à Josué, toujours, quand Moïse va, avant que le Seigneur l’enlève, Moïse avait posé sa main sur Josué et Josué avait reçu la grâce de son maître. On connaît la suite de cet homme, son ministère. Il était bien formé. Il était bien préparé à prendre la relève. Donc ce discipulat préparait les gens à prendre la relève de leur maître.

Et dès la mort du maître, tout de suite, Dieu se révélait au disciple et l’élevait devant tout le monde. Et tout le monde avait la crainte. Mais tant que le maître était là le disciple ne pouvait pas manifester la même onction, la même grâce. Ce n’était pas possible. Il y avait comme une vision pyramidale.

2/ Elie et Elisée

Nous sommes dans 1 Rois chapitre 19 : 21 Après s`être éloigné d`Élie, il revint prendre une paire de bœufs, qu’il offrit en sacrifice; avec l`attelage des bœufs, il fit cuire leur chair, et la donna à manger au peuple. Puis il se leva, suivit Élie, et fut à son service.

Et non au service de l’Eternel mais au service de l’homme de Dieu.

Et vous allez remarquer, comme je vous l’ai dit, ce discipulat mosaïque dans la plupart de nos églises. Et ça amène le désordre.

2 Rois 3 : 11 Mais Josaphat dit: N`y a-t-il ici aucun prophète de l`Éternel, par qui nous puissions consulter l`Éternel? L`un des serviteurs du roi d`Israël répondit: Il y a ici Élisée, fils de Schaphath, qui versait l`eau sur les mains d`Élie.

Donc Elie mangeait et quand il finissait de manger Élisée venait, prenait de l’eau et versait. En gros il lavait les mains d’Elie. Les gens étaient au service des hommes. Ils pouvaient aller puiser de l’eau. Ils pouvaient faire à manger pour eux. Donc la formation était une formation aussi bien spirituelle que physique.

L’instruction concernait tous les aspects de la vie. Ils étaient avec leur maître, ils dormaient avec, ils pouvaient leur faire à manger. Et c’est exactement ce que beaucoup de pasteurs font aujourd’hui avec les frères et sœurs qui sont à leur service. Qui sont sous leur autorité.

Et ça c’est fini cette époque !

On cherche un prophète et la référence que l’on donne, il y a Elisée qui versait de l’eau sur les mains d’Elie. Et tant qu’Elie n’était pas enlevé Elisée ne pouvait pas recevoir la double portion, ce n’était pas possible.

Et nous avons également le cas de Samuel. Samuel servait le Seigneur auprès d’Eli le sacrificateur.

Maintenant le discipulat sous la grâce ce n’est plus la même chose parce que tous ces maitres-là qui ont vécu à l’époque de Moïse. Moïse lui-même et Eli et Élisée, il y a eu Élisée et Guéhazi, Samuel et Eli, le sacrificateur…  tous ces hommes qui étaient des maîtres préfiguraient en fait Yehoshua. Et tous leurs disciples préfiguraient les chrétiens que nous sommes. Les disciples que nous sommes.

Vous avez vu comment ces disciples ont servi leur maître ? Ils n’étaient pas dans les murmures. Non.

II/ LE DISCIPULAT SOUS LA GRACE

Et quand Jean-Baptiste est venu en tant que bon lévite, sacrificateur, parce qu’il était lévite, sacrificateur puisque son père était sacrificateur et en même temps hébreu, Jean est venu dans la même lignée des maîtres de la loi et il avait également des disciples.

Dans Luc chapitre 7 : 18 Jean fut informé de toutes ces choses par ses disciples. 19 Il en appela deux, et les envoya vers Jésus, pour lui dire: Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre?   

Vous allez voir qu’à l’époque les disciples mangeaient avec leur maître, dormaient avec eux.

Ce n’était pas une formation didactique qu’ils recevaient c’est-à-dire des enseignements comme ça. Ils ne se rencontraient pas dans des écoles pour recevoir les enseignements de leur maître et  puis ensuite chacun repartait chez eux. Non. Ils vivaient avec leur maître.

La formation était permanente. Non seulement elle était didactique mais c’était également la transmission de la vie. Ils pouvaient voir leur maître pleurer. Ils voyaient comment leur maitre priait, comment il jeunait et c’est comme ça qu’ils apprenaient.

C’était vraiment une formation pratique et tout le monde dans le pays, dans les villes où ils étaient savait qu’untel était disciple de tel prophète, de tel maître.

Donc Jean avait ses disciples. On le voit ici au verset 19 Il en appela deux, et les envoya vers Jésus, pour lui dire: Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre?  

Donc les maitres envoyaient aussi leurs disciples. Quand Élysée a voulu ressusciter le fils de la sunnamite, il a envoyé Guéhazi avec son bâton. Donc les maîtres envoient les disciples.

Donc si nous sommes disciples de Yehoshua, il va nous envoyer mais il ne peut pas nous envoyer si nous ne sommes pas enseignés. Ce n’est pas possible. Il ne peut pas nous envoyer si nous ne sommes pas équipés. Si nous ne sommes pas dans l’étude de sa Parole.

Beaucoup de chrétiens veulent être envoyés, veulent connaître leur ministère mais ils ne veulent pas être disciple. C’est là qu’il faut commencer.

1/ Yehoshua et ses disciples

Luc chapitre 6 verset 12 à 16 En ce temps-là, Jésus se rendit sur la montagne pour prier, et il passa toute la nuit à prier Dieu. 13 Quand le jour parut, il appela ses disciples, et il en choisit douze, auxquels il donna le nom d`apôtres: 14 Simon, qu`il nomma Pierre; André, son frère; Jacques; Jean; Philippe; Barthélemy; 15 Matthieu; Thomas; Jacques, fils d`Alphée; Simon, appelé le zélote; 16 Jude, fils de Jacques; et Judas Iscariot, qui devint traître.

Juste une parenthèse, est-ce que vous savez que Judas, le traitre, était le seul disciple qui était de la même région que Yehoshua ? Iscariote était l’une des villes, l’un des villages de la Judée. Donc Christ était de la Judée donc Juda et les 11 autres étaient des Galiléens. Et c’est le seul qui a trahi le Seigneur.

On nous dit que Christ va prier toute la nuit, c’est-à-dire 12 heures pour choisir ses apôtres. Il les a choisis parmi ses disciples. Donc on ne peut pas aspirer à un quelconque ministère public apostolat, ministère prophétique si on n’est pas d’abord disciple. Avant d’être établi apôtres, ils étaient disciples.

Il passe 12 heures en prière pour que le Père lui révèle les personnes avec lesquelles il allait travailler. Une heure pour chaque apôtre. C’est terrible.

Et on nous dit que quand le jour parut il appela ses disciples. Il y en avait beaucoup, il avait beaucoup de disciples, plus de 1000 mais il fallait maintenant choisir les apôtres parmi ses disciples.

Donc le Seigneur ne peut pas vous appeler dans un ministère de puissance, peu importe le ministère, public ou je ne sais pas ou vous envoyer en mission si vous n’êtes pas d’abord un disciple. Le disciple c’est celui qui est discipliné. Quand le péché vient le disciple dit « Je refuse ». Celui qui tombe tout le temps ne peut pas servir le Seigneur ça ne sert à rien. Il faut de la discipline.

Vous avez vu que le discipulat sous la grâce a aussi deux aspects ?

Il y a eu d’abord les apôtres qui ont connu Christ physiquement, contrairement à nous. Et les apôtres, les 12, ont vécu le discipulat comme à l’époque de Josué et de Moïse. Parce que Jésus pouvait les envoyer acheter à manger. Il l’a fait dans Jean 4. C’était le Maître donc ils y allaient. Et Jésus, comme Moise, parlait au nom de son Père. Donc il ne pouvait pas être contesté. Donc le pasteur qui va vouloir se mettre dans la peau du Seigneur pour imposer le discipulat que le Seigneur avait avec ses apôtres aux chrétiens deviendra forcément antichrist.

Donc les disciples du Seigneur étaient là constamment avec lui.

Regardez dans Luc 11 : 1 Jésus priait un jour en un certain lieu. Lorsqu`il eut achevé, un de ses disciples lui dit: Seigneur, enseigne-nous à prier, comme Jean l`a enseigné à ses disciples.

Donc les disciples voyaient leur Maitre faire les choses et ils le faisaient. Ils voient Christ prier, ils se disent « Wow quelle manière de parler à son Père. Quelle intimité ». Ils lui demandent justement de leur apporter des enseignements sur la prière et c’est pour ça que le Seigneur les enseigne sur la prière. Ils ont vu Jésus parler au Père, ils étaient tellement émerveillés qu’ils ont demandé « enseigne nous à prier ».

Mais comment voulez-vous qu’un pasteur vous enseigne sur la prière mais si vous ne l’avez jamais vu prier, il peut parler, parler, parler il sera simplement un théoricien, théologien. Il n’y aura pas la vie.

Le discipulat c’est la transmission de la vie, pas seulement de la connaissance, mais de la vie. Pas seulement de la connaissance intellectuelle mais de la vie de celui qui enseigne ou de celle qui enseigne.

Vous allez voir Pierre quand il a prié pour Tabitha. Qu’est-ce qu’il a fait ? Il a fait sortir tout le monde. Il se mit à genoux et il a prié. Pierre avait vu le Seigneur le faire quand le Maître a prié pour cette fille dans Luc 7, pour cette fille de 12 ans, le Seigneur avait fait sortir tout le monde. Pierre n’a fait que répéter ce que le Seigneur avait fait.

Donc c’est ça le disciple. Mais vous êtes disciple du Christ vous allez répéter quoi ? Vous allez faire quoi ? Vous avez allez vivre comment votre discipulat si vous ne voyez pas Jésus faire les choses, si vous n’avez pas une expérience avec le Seigneur ?

C’est pour cela qu’on ne peut pas commencer cette formation sans passer par le discipulat. Je voulais enseigner sur l’approche de la Bible, comment approcher la Bible.

Et pendant la prière tout à l’heure chez moi le Seigneur m’a dit « Parle leur d’abord du discipulat. Parce que s’ils ne sont pas disciples, ils ne pourront pas comprendre les Ecritures. Faut d’abord qu’ils comprennent ce que c’est le discipulat ».

Donc sous la grâce il y a donc d’abord le discipulat de Yehoshua avec les 12. C’est comme sous la loi parce qu’ils ont connu la transition de la loi à la grâce. Donc c’était comme pour Moïse avec Josué. Christ était comme ça avec les apôtres.

Les apôtres ne pouvaient pas dire à Jésus « Dieu m’a parlé cette nuit. Il m’a donné une vision ». Non, Dieu ne parlait pas aux apôtres. Ils n’avaient pas le Saint Esprit. Ils avaient la procuration du nom de Seigneur quand ils allaient chasser les démons mais c’était le nom de Yehoshua qui faisait les choses mais eux-mêmes ils n’étaient pas remplis du Saint Esprit parce que l’Esprit n’était pas encore descendu.

Vous comprenez ou pas ?

2/ Les pères et les enfants dans la foi

Ensuite quand le Seigneur va partir l’Esprit va venir et là on va voir un autre aspect du discipulat avec Paul, avec Pierre, avec les apôtres. Ils avaient aussi des disciples, des gens qui étaient comme leurs disciples mais c’était plus des enfants dans la foi. Là on ne va plus tellement parler de disciples des hommes mais des enfants dans la foi.

Jean parle des enfants dans la foi « Je suis dans la joie quand j’apprends que mes enfants marchent dans la vérité ».

Donc là, les disciples étaient des pères. Des pères dans la foi. Des modèles. C’est cet aspect-là qu’on va développer et je vais finir. Des pères dans la foi, c’est une notion qui est biblique et que souvent dans la francophonie nous négligeons. Nous les francophones, il y a un mélange, il y a tellement l’esprit de rébellion, de contestation, ce qui fait que les chrétiens, les gens ne sont pas suffisamment enseignés. Il n’y a pas la notion de père.

Il y a des gens qui sont appelés au ministère, qui sont appelés au service du Seigneur mais qui vont casser les pères dans la foi, des gens qui leur ont transmis la connaissance, qui ont prié pour eux c’est pour ça qu’ils ne vont pas loin. C’est pour ça que vous allez voir dans la francophonie, il y a très peu d’hommes et de femmes de Dieu véritable. Y’en a qui ont l’onction mais ils ne vont pas plus loin parce qu’on ne connaît pas la notion de père dans la foi.

C’est important de le savoir.

Les pères dans la foi sont des frères avant tout. Mais c’est quelque chose que vous devez savoir c’est très biblique.

Donc on a vu le discipulat sous la loi. On a vu le discipulat sous la grâce donc Christ et les disciples et maintenant on va voir le discipulat sous la dispensation de la grâce avec les apôtres.

1 Corinthiens chapitre 4 : 15  Car, quand vous auriez dix mille maîtres en Christ, vous n`avez cependant pas plusieurs pères, puisque c`est moi qui vous ai engendrés en Jésus Christ par l`Évangile. 16 Je vous en conjure donc, soyez mes imitateurs. 17 Pour cela je vous ai envoyé Timothée, qui est mon enfant bien-aimé et fidèle dans le Seigneur; il vous rappellera quelles sont mes voies en Christ, quelle est la manière dont j`enseigne partout dans toutes les Églises. Quelques-uns se sont enflés d'orgueil, comme si je ne devais pas aller chez vous. 19 Mais j'irai bientôt chez vous, si c'est la volonté du Seigneur, et je connaîtrai, non les paroles, mais la puissance de ceux qui se sont enflés. 20 Car le royaume de Dieu ne consiste pas en paroles, mais en puissance. 21 Que voulez-vous? Que j'aille chez vous avec une verge, ou avec amour et dans un esprit de douceur?

Ecoutez bien ce qui va être dit. Ça va nous aider. Ça va vous permettre d’avoir quand même un équilibre.

Paul dit aux corinthiens « Même si vous aviez dix mille maitres » didaskalos, docteurs, enseignants « vous n’avez cependant pas plusieurs pères. Car c’est moi qui vous ai engendrés dans le Seigneur ». C’est fort ce que Paul dit ici.

Vous voyez ? La notion de discipulat a changé. Là il est question d’engendrer des gens dans le Seigneur c’est-à-dire amener des gens à suivre le Maître qui est Christ. C’est-à-dire le Maître par excellence Yehoshua. Mais Paul parle aussi d’autres maîtres qui sont des docteurs. C’est terrible.

Bien sûr ces maitres-là, tout ce qu’ils enseignent, il faut que ce soit biblique, prouvé. Il faut aller vérifier et si ce n’est pas correct vous ne devez pas les suivre. Ce n’est pas comme sous Moïse ou les gens n’avaient pas le Saint Esprit mais vous vous avez le Saint Esprit. Mais cela n’empêche pas, n’exclue pas le fait qu’il y ait des pères dans la foi. Parce que tout le monde n’est pas maître, didaskalos, enseignant. Le corps de Christ n’est pas composé que d’enseignants.

Il y a des gens qui ont reçu le mandat de former les gens, d’engendrer. Et Paul dit « vous pouvez avoir dix mille maitres en Christ, des gens qui peuvent vous enseigner ici et là mais c’est moi qui vous ai engendré dans la foi ».

Et puis il continue et il dit « Je vous en conjure soyez mes imitateurs ». C’est fort ce qu’il dit ici. Il y en a qui disent qu’il était orgueilleux. Mais non pas du tout.

Soyez mes imitateurs. Comme il l’est de Christ bien sûr. Pour cela je vous ai envoyé Timothée qui est mon enfant bien-aimé et fidèle au Seigneur.

C’est fort !

Qui est mon enfant bien-aimé.

Je n’aime plus tellement le terme père spirituel mais père dans la foi.

En tant que père dans la foi, Paul était un maître, un enseignant, un didaskalos. Et il pouvait envoyer ses enfants dans la foi en mission. On ne connaît pas cette dimension apostolique de l’Eglise où des didaskalos forment des gens, non pour qu’ils les suivent eux, mais pour qu’ils suivent le Seigneur et qui sont capables aussi de les envoyer en mission. On ne connaît pas ça dans la francophonie. Il y a très peu d’églises dans la francophonie, en France, qui comprennent les choses comme ça, qui travaillent comme ça. On a la vision pastorale de l’église. Le pasteur qui est là et qui ne bouge pas, qui est le seul de temps à autre à aller à gauche à droite en mission. Et ça s’arrête là.

Donc du coup les chrétiens ils ne savent pas quoi faire parce qu’il n’y a pas la dimension apostolique et la dimension missionnaire tout ça. Ça fait partie du discipulat.

« Allez et faites de toutes les nations des disciples ».

Parce qu’un disciple c’est quelqu’un qu’on envoie. Quelqu’un qui est formé pour être envoyé. Il n’est pas formé pour qu’il reste assis indéfiniment dans les assemblées. Or Dieu envoie, les pères dans la foi envoient aussi. Mais bien sûr, il faut que les frères et sœurs qui sont envoyés, il faut qu’ils soient convaincus.


Question1 : Est-ce que les enfants dans la foi sont appelés à devenir pères ?

Réponse : Bien sûr. C’est cela même l’objectif. Maintenant, attention n’allez pas vous imposer comme des pères. Il faut vraiment un équilibre. N’allez pas chercher à dire aux gens « ma fille, mon fils » ça c’est complètement charnel. Cette mentalité là il faut la combattre.

Question2 : Est-ce que le père reste toujours père dans la foi ? C’est-à-dire une fois que je suis père dans la foi, est-ce que mon père dans la foi reste toujours mon père dans la foi ?

Réponse : Bien sûr. Paul le dit d’ailleurs ici. Il dit aux corinthiens vous pouvez avoir dix mille maitres en Christ. Ça veut dire que les corinthiens étaient déjà formés, ils allaient ici et là, ils servaient déjà le Seigneur beaucoup parmi eux. Donc ils rencontraient d’autres prédicateurs, d’autres enseignants. Mais celui qui t’a engendré dans la foi ou dans le ministère est un père dans la foi.

Question3 : Je voulais savoir si un pasteur qui nous dit d’aller ouvrir une église et vous dis « Moi Dieu m’a montré » mais vous-même Dieu ne vous a pas montré ?

Réponse : Il ne faut pas le faire. Il faut toujours que vous soyez convaincus de ce qu’on vous demande de faire. Dieu doit vous parler avant. Les pères dans la foi vont vous dire « j’ai à cœur telle chose mais on va prier si ça te convient tu peux partir ». Donc ils vont toujours solliciter votre volonté non vous imposer la leur.

On a pris l’exemple de Moïse sous la loi, d’Eli, de Samuel vite fait et sous la grâce on prend Paul et on voit comment Paul a fonctionné. Est-ce que le ministère de Paul n’existe plus ? Si, il y a encore des ministères de Paul mais pas  dans le sens où ils vont encore écrire la Bible, compléter la Bible. Mais par contre la mission oui. Bien sûr.

Question4 : dans le cas du père dans la foi est-ce que son rôle doit être d’enseigner ? Est-ce qu’on peut continuer aussi à enseigner ?

Réponse : Oui bien sûr. Les frères, ceux qui sont enseignés ne vont pas être enseignés à vie par le père dans la foi. Un moment donné quand ils sont suffisamment formés, ils vont aussi aller faire leur ministère, leur vie comment le Seigneur les conduira. Mais toutefois ils peuvent de temps à autre demander des conseils par rapport à l’expérience de leur père dans la foi.

Question5: C’est à quel moment qu’on peut dire que quelqu’un est père dans la foi ?

Réponse : Ne vous inquiétez pas, Dieu vous montrera. Là-dessus il ne faut même pas vous prendre la tête. Le Seigneur vous conduira. C’est dans l’esprit.

J’insiste, les pères dans la foi ne sont pas de ceux qui viennent pour vous dire « moi je suis ton père ». Ils ne se réclament même pas de ça. Mais toutefois il y a cette notion qu’il ne faut pas oublier qu’il y a des didaskalos, des enseignants, des maîtres sous la grâce.

Et l’auteur de l’épître aux hébreux, dans Hébreux 5 : 11, dans ce passage nous avons la confirmation que les enfants dans la foi sont appelés à être des maîtres aussi.

Nous avons beaucoup à dire là-dessus, et des choses difficiles à expliquer, parce que vous êtes devenus lents à comprendre. 12 Vous, en effet, qui depuis longtemps devriez être des maîtres, vous avez encore besoin qu`on vous enseigne les premiers rudiments des oracles de Dieu, vous en êtes venus à avoir besoin de lait et non d`une nourriture solide. 13 Or, quiconque en est au lait n`a pas l`expérience de la parole de justice; car il est un enfant.

L’auteur dit aux chrétiens d’origine hébraïque qu’ils devaient être des maîtres, c’est le même terme, didaskalos, des docteurs, depuis longtemps. Mais ils restent enfants à vie. Et c’est terrible.

En fait, Dieu a fait les choses en double. Vous savez la dernière fois je donnais l’enseignement sur beth. Vous savez Elohim bereschit bara Elohim. Et je nous ai dit que la première lettre qui va être utilisée pour écrire, en fait la première lettre de la Bible c’est beth, bereschit, au commencement.

Et beth à comme valeur numérique le nombre 2. Donc Dieu a créé les choses en double. Les deux Adam, un spirituel et un physique. Les deux Jérusalem. À chaque fois.

Et regardez la famille physique, charnelle et la famille spirituelle.

Dans les familles charnelles, physiques il y a les pères et les enfants. Mais les enfants ne restent pas enfants à vie. Par rapport, à leurs parents, oui, ils sont toujours enfants de leur père mais ils peuvent être en même temps aussi des pères et des mères et des grands-pères et des grands-mères. À leur tour.

Ils ne restent pas enfants dans le sens où ils ne vont pas se marier et dépendre constamment de leurs parents et rester chez eux. Et sur le plan spirituel c’est la même réalité, c’est la même chose.

Donc Dieu suscite des hommes et des femmes qui sont comme des pères et des mères dans la foi. Ils ne vont pas venir écraser les gens pour les empêcher de devenir des mères et des pères à leur tour. Au contraire ils vont les pousser. Ils vont faire des disciples. Pas leurs disciples à eux mais des disciples de Yehoshua. Et ils vont amener ces gens, les encourager à se reproduire, à se multiplier.

Ce n’est pas comme ça que la plupart de nos églises fonctionnent. On fait des adeptes et non des disciples et on les enferme dans les bâtiments d’église, dans les dénominations et on les tue. Ils ne vont pas exceller. Ils restent disciples.

Ils sont chrétiens depuis cinq ans, dix ans mais ils ne produisent rien de bon. Ils vont écouter un pasteur pendant cinq ans, dix ans. On tue les âmes, on tue les ministères, on détruit l’œuvre même du Seigneur sans s’en rendre compte avec cette vision complètement pyramidale qui étouffe les ministères. C’est comme si un père disait à ses enfants « Ecoutez, restez chez moi, n’allez pas voir ailleurs, ne vous mariez pas, restez tout le temps avec moi ».

Question6: Si j’ai bien compris en fait un père dans la foi c’est celui qui permet qu’on marche selon le Seigneur ? Et celui qui nous annonce le Seigneur c’est un père aussi ?

Réponse : Tout à fait.

Question7 : Et si il ne nous amène pas à marcher selon le Seigneur ?

Réponse : C’est un faux père.

Mais le père dans la foi est d’abord un frère donc s’il se méconduit on le reprend dans l’amour comme la Parole le dit.

On va prendre un passage dans 3 Jean 4 Je n'ai pas de plus grande joie que d'apprendre que mes enfants marchent dans la vérité.

Ces apôtres qui étaient d’abord des disciples de Yehoshua, ils ont été tellement bien formés par le Seigneur qu’ils sont devenus des pères. Ils ne sont pas restés mous, improductifs. Au contraire, à la mort du Seigneur, le Saint Esprit était venu dans Actes 2 et il les a aidés à être des pères. Il les a amenés à cette maturité.

Et à leur tour ils ont prêché l’Évangile, ils ont gagné des gens, ils ont fait des disciples, non leur disciples mais des disciples de Yehoshua. Ils étaient des pères dans la foi pour eux. Par rapport à leur vie sanctifiée. On va le voir. Et ça c’est vraiment la base de la vie chrétienne. On est disciple.

Le Seigneur a dit « Allez et faites de toutes les nations des disciples ». Il n’a pas dit des apôtres, des prophètes, des docteurs mais d’abord des disciples. C’est pour cela que la formation commence par le discipulat. C’est important de commencer bien.

Question8: Est-ce qu’on choisit son père spirituel ?

Réponse : Non, pas du tout. C’est Dieu qui va connecter, qui va faire des connexions de manière tout à fait inattendue. Si vous craignez le Seigneur. Dieu c’est celui qui conduit les choses.

Regardez Paul et Timothée. Timothée n’a pas choisi Paul. Actes 16 verset 1 Il se rendit ensuite à Derbe et à Lystre. Et voici, il y avait là un disciple nommé Timothée, fils d`une femme juive fidèle et d`un père grec. 2 Les frères de Lystre et d`Icone rendaient de lui un bon témoignage. 3 Paul voulut l`emmener avec lui; et, l`ayant pris, il le circoncit, à cause des Juifs qui étaient dans ces lieux-là, car tous savaient que son père était grec.

Vous voyez ici c’est fort ? Vous voyez le discipulat sous la dispensation de l’Esprit ? C’est merveilleux aussi. Qui a amené Timothée au Seigneur ?

Réponse : Paul

Comment vous le savez ?

Timothée était de quelle ville ? De Lystre n’est-ce pas ? On nous parle de Lystre et de Derbe. On va dans Actes 14 verset 1 A Icone, Paul et Barnabas entrèrent ensemble dans la synagogue des Juifs, et ils parlèrent de telle manière qu`une grande multitude de Juifs et de Grecs crurent.

Verset 5 à 11 Et comme les païens et les Juifs, de concert avec leurs chefs, se mettaient en mouvement pour les outrager et les lapider, 6 Paul et Barnabas, en ayant eu connaissance, se réfugièrent dans les villes de la Lycaonie, à Lystre et à Derbe, et dans la contrée d`alentour. 7 Et ils y annoncèrent la bonne nouvelle. 8 A Lystre, se tenait assis un homme impotent des pieds, boiteux de naissance, et qui n`avait jamais marché. Il écoutait parler Paul. Et Paul, fixant les regards sur lui et voyant qu'il avait la foi pour être guéri, 10 dit d'une voix forte: Lève-toi droit sur tes pieds. Et il se leva d'un bond et marcha. 11 A la vue de ce que Paul avait fait, la foule éleva la voix, et dit en langue lycaonienne: Les dieux sous une forme humaine sont descendus vers nous.

Verset 20 à 21 Mais, les disciples l`ayant entouré, il se leva, et entra dans la ville. Le lendemain, il partit pour Derbe avec Barnabas. 21 Quand ils eurent évangélisé cette ville et fait un certain nombre de disciples, ils retournèrent à Lystre, à Icone et à Antioche,

Vous voyez que Timothée s’était converti suite à l’évangélisation que Paul avait effectuée dans cette ville de Lystre. Mais Paul ne l’avait pas forcément vu parce qu’il y avait beaucoup de monde.


Question9: Je voulais poser une question par rapport à ce lien père dans la foi. Est-ce que ce n’est pas plutôt le fils qui reconnaît le père que dans l’autre sens ?

Réponse : Bien sûr et inversement parce que il y a une relation saine basée sur la Parole, sur Christ. Mais ils sont d’abord frères.

Vous voyez ici ? Paul amène Timothée au Seigneur lors de son passage à Lystre. Il y avait tellement de miracles que le Seigneur avait opérés là-bas que Timothée était formé, il était disciple. Et les gens rendaient de lui un bon témoignage. Et quand Paul arrive là-bas, de nouveau à Lystre, on lui parle de Timothée il le prend, comme un père, il le circoncit ce dernier. C’est fort. Comme les hébreux qui huit jours après la naissance de leur fils ainé le faisaient circoncire.

Question10: En lisant ce passage on a l’impression que Timothée était amené à être formé par Paul. Que Paul était juste l’intermédiaire pour former Timothée qui était amené à être plus qu’un disciple moi c’est ce que je comprends.

Réponse : En fait, Timothée était disciple de Yehoshua. On n’a pas dit qu’il était disciple de Paul. On nous dit qu’il y avait un disciple là-bas nommé Timothée. Donc Paul, le Seigneur l’a utilisé maintenant pour l’amener à son ministère.

Donc ça veut dire que sous la grâce les frères et sœurs ne sont pas les disciples des hommes ils sont des disciples du Seigneur.

Les pères dans la foi les forment non pour qu’ils les suivent eux charnellement mais pour qu’ils servent le Seigneur.

Question11 : Est-ce qu’il y a différents aspects par rapport au fait d’engendrer ? Parce que là on parle de Paul qui a amené Timothée au Seigneur mais est ce que des gens qui ont déjà connu le Seigneur peuvent avoir quand même un père ?

Réponse : Bien sûr. Qui les amène à entrer dans l’appel. Bien sûr. Paul a eu à rencontrer ce type de personnes.

Dans Philippiens chapitre 4 : 9 Ce que vous avez appris, reçu et entendu de moi, et ce que vous avez vu en moi, pratiquez-le. Et le Dieu de paix sera avec vous.

Vous voyez ?

Ce que vous avez appris. On a vu que le disciple c’est celui qui apprend. Il y a aussi celui qui reçoit. Donc on a vu ça au début de l’enseignement. Et entendu de moi et ce que vous avez vu en moi. C’est ce qui nous importe ici. Ça c’est merveilleux.

Il n’y a pas seulement l’enseignement que tu dois recevoir des hommes mais il y a également leur vie. Quelqu’un qui t’enseigne la parole mais qui ne la vit pas, il ne faut pas l’écouter.

C’est pour cela c’est bien beau d’aller fouiner, fouiller sur Internet ici et là mais c’est mieux  d’approcher ces personnes pour connaître leur vie.

Question12 : C’est possible aussi de marcher dans le Seigneur sans père ou pas ? Parce que je pense à Paul. C’est en partant exterminer le peuple de Dieu qu’il a reçu Christ et il dit qu’il a été ni à Jérusalem ni vers Pierre et tout ça mais il est parti directement pour prêcher la Parole en fait. Donc son père dans la foi c’était Christ directement ?

Réponse : En fait ce qu’il faut savoir c’est que Paul lorsqu’il a été appelé il est resté 15 jours. Les grandes lignes qu’il a reçu de la doctrine chrétienne personne ne lui a enseigné, c’est Christ directement. Mais les bases, il est resté avec Ananias par exemple qui a prié pour lui qui l’a baptisé. Donc le Seigneur se sert des hommes pour nous donner des bases qu’on le veuille ou pas. Et Paul est passé par là.

Je ne suis pas en train de vous dire qu’il faut aller chercher des pères dans la foi. Ce n’est pas ça l’enseignement. Je veux simplement nous faire comprendre que nous sommes dans une culture où il y a tellement la rébellion et il y a aussi beaucoup de pasteurs qui font n’importe quoi, ce qui fait qu’il y a un déséquilibre spirituel dans nos vies, ce qui fait que les gens font n’importe quoi…

Et rappelez-vous bien que nous sommes dans un corps et que nous sommes dépendants les uns des autres comme la Parole l’enseigne.

Donc Paul a été ensuite chez Jacques. Il est resté deux semaines chez Pierre. Donc ils ont discuté de quoi ? Pierre a raconté à Paul comment ils étaient avec le Seigneur. Ensuite quand Paul a eu les grandes révélations qu’il a reçues, il les a exposées auprès de Pierre, Jacques et Jean.

Mais sinon c’est pour cela qu’il faut comprendre le discipulat parce qu’on rencontre des chrétiens qui disent « Moi je ne veux pas être enseigné par les hommes ». Mais c’est faux. Ce n’est pas biblique. Ça c’est de l’orgueil ou c’est de l’immaturité parce que, oui il y a des gens qui font n’importe quoi, mais on a besoin d’être enseignés par les hommes parce que le Seigneur a établi les uns apôtres, les autres prophètes pour le perfectionnement des saints. C’est très biblique. Donc il faut un équilibre sinon on va pas pouvoir faire l’œuvre. Dieu ne nous envoie pas évangéliser des chiens, des animaux il nous envoie évangéliser des hommes donc pour les former.

Question13: Dans les disciples il y a des plus faibles et des plus forts. Donc ça veut dire quoi les plus faibles, les plus forts ? Il y en a qui peuvent enseigner d’autres pas. D’autres qui peuvent avancer, qui comprennent moins bien la Parole ?

Réponse : En fait, les faiblesses c’est par rapport aussi à nos caractères tout simplement. Mais si nous avons tous le Saint Esprit, c’est en fonction de l’appel que chacun a reçu. Mais en tout cas on va comprendre les choses nécessaires, salutaires on va les comprendre pareillement.

Question14: Parce qu’il y en a qui lisent la Parole mais ils ne la comprennent pas mais par contre ils savent qu’il faut marcher dans la sanctification, qui savent qu’il faut marcher comme ça mais ils n’arrivent pas à aller plus loin. Ils comprennent qu’il faut suivre le Seigneur.

Réponse : Ca dépend aussi de l’appel que chacun a reçu. Par exemple, celui qui est appelé à enseigner dix mille personnes et celui qui est amené à enseigner trois personnes ne vont pas avoir la même compréhension des choses. Donc  en fonction de la charge qu’on a reçue de la part du Seigneur. Donc maintenant les choses qui sont nécessaires à notre salut, l’Esprit nous aide à les comprendre, comme la sanctification par exemple. Il n’y a pas besoin d’être apôtre pour comprendre qu’il faut marcher dans la sanctification.

Question15 : Chez les disciples il y a des spécialités en fin de compte.

Réponse : Oui, il y a des dons qui diffèrent les uns des autres.

C’est pour cela que le Seigneur voulait que l’on commence par le discipulat parce qu’il faut de la discipline. Parce qu’il faut comprendre que nous avons besoin d’être enseignés. On a besoin d’enseignement de l’Esprit, oui, mais aussi des frères et sœurs. C’est important. J’ai besoin d’écouter les frères et sœurs pour aussi apprendre. C’est ça le discipulat. Nous sommes tous disciples de Christ.

Et vous devez savoir que vous êtes appelés à être des personnes qui vont engendrer et si vous ne le savez pas vous n’allez pas correctement servir le Seigneur. Vous êtes appelés à être des pères dans la foi. Mais n’allez pas vous présenter aux gens en tant que père ou mère spirituelle. Celui qui vient me voir pour me dire « Je suis ton père dans la foi » je vais le rembarrer.

Question16 : Les disciples quand ils sont enseignés avant d’aller çà et là, ils ont besoin d’être mandatés par leurs pères dans la foi ?

Réponse : Non, par le Seigneur.

Donc les pères dans la foi, s’ils sont dans l’apostolat, par exemple, parce que ce n’est pas tout le monde qui est dans l’apostolat, s’ils sont dans l’apostolat, ils sollicitent les frères et sœurs avec lesquels ils travaillent lors des missions ici et là ici et s’ils ne sont pas convaincus il ne faut pas qu’ils partent.

Et les enfants dans la foi ne vont pas aller voir leurs pères dans la foi pour connaître la volonté du Seigneur. Ils ne vont pas les consulter pour connaitre la volonté du Seigneur par rapport au mariage, par rapport aux projets, par rapport à l’appel. Non, ils ont leur relation avec le Seigneur directe.

Question17 Mais si le disciple on l’a formé, il part, il va faire son œuvre. Mais si le père spirituel il entend ça il ne va pas dire « Il s’est rebellé » ?

Réponse : Non, le père dans la foi, non. Si tu es dans une assemblée, par exemple, tu fais ce que le Seigneur te demande de faire. Maintenant, si le Seigneur te demande de commencer une église, il faut en parler aux frères et sœurs. Il faut en parler à l’assemblée locale si tu reçois un appel pour aller commencer une œuvre. Et là les frères et sœurs vont prier pour toi, s’ils sont convaincus, ils vont te recommander au Seigneur. Il faut faire les choses proprement.

Donc on a vu que Jean était dans la joie d’apprendre que ses enfants dans la foi marchaient dans la vérité. C’est vraiment important de se réjouir quand les frères et sœurs avancent.

Vous avez vu qu’il y a seulement trois mentions dans tout le Nouveau Testament du nom « chrétien ». La plupart du temps les frères et sœurs étaient appelés disciples, disciples du Seigneur.

Nous sommes dans Luc chapitre 6 verset 40 Le disciple n`est pas plus que le maître; mais tout disciple accompli sera comme son maître.

Le disciple n’est pas plus que le Maître. Donc le Maître, bien sûr, ici, c’est Yehoshua ce n’est pas les hommes. C’est le Seigneur. Le disciple n’est pas plus que le Maître. Donc il ne faut pas chercher à faire les choses plus que Jésus pour prouver aux gens, pour démontrer.  

Mais tout disciple accompli sera semblable à son Maître. Ça veut dire quoi quand le Seigneur dit que le disciple n’est pas plus que le Maître ? Ça veut dire que si Jésus a été traité de Belzébul celui qui prétend être son disciple sera traité aussi de Belzébul, de sorcier, de magicien. Maintenant si vous apprenez que les gens traitent un frère de sorcier, de magicien et que vous êtes troublés ça veut dire qu’il y a un problème. Ça ne doit pas vous choquer parce que c’est biblique.

Tout disciple accompli sera semblable à son maître.

Or les chrétiens d’aujourd’hui lorsqu’ils entendent simplement « Le frère Shora est sorcier, le frère Ludo est sorcier », « Ah la, la, mais ce n’est pas possible ». Ils sont troublés. Ils ne vont pas chercher Dieu pour avoir la confirmation mais ils vont appeler les frères et sœurs pour dire « Non mais j’ai entendu telle chose. Qu’est-ce que tu en penses ? ».

Soit il y a l’immaturité, soit la personne n’a pas une relation avec le Seigneur.

C’est pour cela que c’est important d’être enseigné.

Personnellement, je suis fatigué de devoir me justifier à chaque fois que je ne suis pas sorcier et que je ne suis pas ceci, que je ne suis pas cela, que je n’ai pas machin.

Au bout d’un moment on se dit « Ecoute, je reste chez moi ». Dieu dit « Non, il faut continuer à travailler ». Parce qu’on est entouré de chrétiens immatures.

Quelqu’un qui vient me voir pour me dire par exemple, que Christophe est sorcier je vais lui dire « Attend ça fait 12 ans que je suis avec lui ». Je vais le rembarrer et je vais dire « Va voir ailleurs je n’ai pas le temps de tendre mon oreille pour écouter des niaiseries ». Parce que je connais le frère.  Ça s’arrête là.

On court à toute sorte d’histoires, de médisances.

Donc Christ a été traité de Belzébul. Donc tout homme, toute femme qui veut être son disciple sera traité ainsi. Christ a été lapidé donc tout disciple de Christ sera lapidé verbalement ou physiquement.

Il a été crucifié nous serons crucifiés.

C’est ça le discipulat. C’est la Croix. On porte sa croix tous les jours.

Mais par contre si vous voulez être plébiscités des hommes vous ne serez pas disciples de Jésus. Parce que Dieu lui-même n’est pas plébiscité par ses créatures. Il y a les athées, il y a des gens qui sont contre Dieu, il y a de tout. Pourtant il nous a créés. C’est important d’être suffisamment enseigné.

Et le disciple doit être accompli pour être comme son maître. Comme on l’a vu dans 2 Timothée 3 afin que l’homme de Dieu soit accompli, pleinement formé, mature. Accompli ici c’est la maturité. Il faut de la maturité. Il sera comme son maître.

Chrétien veut dire quoi ? Comme Christ. Voilà ces hommes qui étaient accomplis. Et quand les païens les ont vus ils ont dit « Mais ils sont accomplis ».

Tout disciple accompli sera comme son maitre. Donc littéralement, tout disciple accompli sera chrétien. Puisque chrétien veut dire comme Christ. Comme son maître.

Donc avant d’être chrétien on est d’abord disciple. Et quand il y a la maturité on devient chrétien.

On n’est pas chrétien parce qu’on se fait baptiser. On n’est pas chrétien parce qu’on va dans une assemblée. On n’est pas chrétien parce qu’on lit la Bible. On est chrétien parce qu’on est accompli. Parce qu’on est pleinement formé.

Quand les gens te voient, ils voient Christ. Là t’es chrétien. C’est pour cela qu’il nous faut une réformation parce qu’on a mal compris les choses.

Qui n’avait pas vu les choses comme ça ? Vous avez vu la nécessité de se former ?

C’est pour cela que Pierre dit ceci 1 Pierre 4 versets 15 à 16 Que nul de vous, en effet, ne souffre comme meurtrier, ou voleur, ou malfaiteur, ou comme s`ingérant dans les affaires d`autrui. 16 Mais si quelqu`un souffre comme chrétien, qu`il n`en ait point honte, et que plutôt il glorifie Dieu à cause de ce nom.

Vous avez vu ?

Alors les gens disent « Non, chrétien ça vient des païens ». Bien sûr, c’est vrai, ça vient des païens mais c’était un beau témoignage un très, très beau témoignage de la part des inconvertis qui ont vu Christ dans ces hommes et ces femmes. Il ne faut pas faire les choses de manière charnelle parce qu’on comprend rien. Mais oui mais qui sont ceux qui sont censés témoigner de nous ? Ce sont les inconvertis.

Question18 : Comment ils peuvent voir Christ les païens alors qu’ils ne le connaissent pas ?

Réponse : Si, ils ont entendu parler de lui. Ils avaient le témoignage de Christ. Ils ont entendu parler du Seigneur et maintenant ils cherchaient des gens qui lui ressemblaient. Qui ressemblait au témoignage qu’ils avaient de cet homme de Galilée.

Et quand ils ont vu les disciples accomplis. Tout disciple accompli, c’est-à-dire tout disciple qui a atteint la maturité.

C’est pour le perfectionnement des saints que Dieu a établi cinq ministères parce que les disciples, ces hommes et ces femmes avaient cru en Jésus mais n’étaient pas encore matures. Il y avait encore des lacunes. Il fallait qu’ils soient enseignés parce que l’enseignement est basé sur Christ pour qu’ils aient les caractéristiques du Seigneur.

Donc ils ont tellement reçu des enseignements de la part des apôtres qu’ils persévéraient dans les enseignements des apôtres et ils ont commencé à ressembler à Christ. Et en vivant dans le monde, en pratiquant le discipulat non dans les églises mais dans le monde. Au travail, à l’école. Les païens ont dit « Eh bien ils sont chrétiens, ils sont comme leurs maîtres, ils parlent comme leurs maîtres, ils s’habillent comme leurs maîtres, ils se comportent comme leurs maîtres ».

C’est-à-dire l’humilité, la sanctification, la crainte de Dieu. Ils tenaient des propos décents, corrects, propres, saints, bienséants. Et du coup ces disciples étaient chrétiens.

Mais nous aujourd’hui on nous dit quoi ? « Non, non. Il ne faut pas être chrétien ». Même ceux qui parlent de la réforme des églises. « Non il ne faut pas être chrétien il faut être des disciples ».

Mais ça c’est le début ! O Dieu délivre-nous !

Pierre dit « C’est un beau nom ». Si quelqu’un souffre comme chrétien, comme Christ. Quelqu’un qui donne sa vie aujourd’hui, il est disciple de Christ. Un disciple c’est celui qui reçoit l’enseignement d’un maître mais pour devenir un jour lui-même maitre. Il est disciple de son maître mais il n’est pas comme son maître. Pas encore. Il vient de commencer, il vient à peine de rentrer dans le discipulat.

Allez chercher maintenant les chrétiens dans nos églises. C’est pour cela que très peu partiront à l’enlèvement de l’Eglise.

Que Dieu nous garde.

Qu’ils glorifient Dieu à cause de ce nom.

« Ah, je suis chrétien parce que ma mère est chrétienne ».
« Ah, je suis chrétien parce que je chante dans une chorale ».
« Ah, je suis chrétien parce que mon père est pasteur ».
« Ah, je suis chrétien parce que je connais des versets bibliques ».
« Ah, je suis chrétien parce que j’ai étudié la théologie ».
« Ah, je suis chrétien parce que je suis pasteur ».

NON !

Tu es chrétien parce que tu souffres, parce que Christ a souffert, donc le Maître a souffert, nous sommes appelés à souffrir.

Je crois que ce soir on va s’arrêter là. Vous allez avoir le temps de digérer et de réaliser si vous êtes chrétien ou autres chose. Ah bah oui.

Vous voyez quand il y a l’enseignement c’est comme si on est devant un miroir et on s’aperçoit qu’en fait « Là les amis, je ne suis pas chrétien parce que quand il y a un petit combat je pleure, je gémis, je refuse de souffrir, je refuse que mon nom soit outragé, je refuse la croix tout simplement ».

Question19 : Ces souffrances sont là pour nous amener à développer les fruits de l’Esprit ?

Réponse : Voilà. Tout à Fait.

Question20 : Donc, du coup, un chrétien c’est celui qui vit avec les fruits de l’Esprit ?

Réponse : En fait, c’est quelqu’un dont Christ est formé en lui.

Question21 : Si j’ai bien compris le discipulat est salutaire c’est-à-dire qu’on ne peut pas être sauvé si on n’est pas disciple.

Réponse : Pas du tout. On ne peut pas être sauvé si on n’est pas disciple parce que n’est pas disciple de Shora. Y en a malheureusement qui sont les disciples des hommes. Mais on ne peut pas être sauvé si on n’est pas disciple de Christ. C’est clair. Le disciple c’est celui qui reçoit l’enseignement du Maître, qui suit le Maître, qui sert le Maître et l’objectif c’est qu’il doit être comme son Maître, donc chrétien pour nous.

Question22 : Donc tous ceux qui ont accepté le Seigneur mais sans avoir vraiment (?) ils sont perdus en fait ?

Réponse : Mais parce qu’ils ne sont pas comme le Seigneur. Le Seigneur connaît ceux qui lui appartiennent nous dit la Parole. Vous ne pouvez pas être disciple de Sarkozy si vous n’avez pas le langage de Sarkozy. C’est ça qu’il faut comprendre.

C’est pour cela que très peu de gens sont chrétiens, très peu de gens partiront à l’enlèvement. C’est pour ça qu’il y a tous ces problèmes dans les églises même chez nous ici. Quand on corrige les gens qui pêchent, ceux qui se disent chrétiens, ils se révoltent. Mais Christ n’aurait pas réagi comme ça. C’est parce que il y a très peu de chrétiens.

La prochaine étape du discipulat nous amène à être comme Christ. Le disciple suit l’enseignement du maître et à la mort du maître il prend sa place. Il continue l’œuvre.

« Je ne vous laisserai pas orphelins ».

Le Seigneur a fait le travail, il a formé, il est parti et les disciples ont commencé à travailler comme des maîtres.

Question23 : Pour être appelé maître, il faut avoir une assemblée, il faut être un pasteur ?

Réponse : Pas du tout. De toute façon on n’a même pas besoin qu’on nous appelle maître tout ça là il faut qu’on sorte un peu de là. C’est-à-dire que tu reçois l’enseignement du Seigneur. Dieu te forme, te façonne et tu marches dans la sanctification, dans la crainte de Dieu, tu vas commencer à mourir par rapport au péché, aux choses de ce monde et porter des fruits de l’Esprit.
Et ensuite par ta vie sanctifiée au travail, à l’école les gens vont voir que tu n’es pas comme les autres et ils vont commencer à être touchés. Certaines personnes vont être touchées. Y en a qui vont se convertir.
Tu n’es pas forcément obligé de voir les gens que tu amènes au Seigneur. Les gens peuvent se donner au Seigneur de loin parce qu’ils te voient comment tu te comportes, comment tu parles, comment tu travailles, comment tu vis. Ils sont encouragés.

Paul dit dans Philippiens 3 : 17 Portez les regards sur ceux qui marchent selon le modèle que vous avez en nous. Car il en est plusieurs qui marchent en ennemi de la croix. Je vous en ai souvent parlé et j’en parle encore maintenant en pleurant. Ils ont pour dieu leur ventre, ils ne pensent qu’aux choses de la terre. Leur fin sera la perdition.

Paul était en prison quand il a écrit cette lettre et il s’est rendu compte qu’il y avait très peu de modèles. Et il demande aux chrétiens de Philippes de porter leur regard sur ceux qui marchaient selon le modèle qu’ils avaient en eux.

Donc il y a besoin de références. Il y a besoin d’hommes et de femmes qui sont des références. 
Y en a qui vont dire « Non, moi je suis Jésus-Christ ». Oui frère. Vous savez ceux qui disent cela, oui c’est bien. « Moi ma référence c’est Christ ». Oui, nous sommes d’accord. Mais il faut qu’on soit équilibré.

Ne soyez pas orgueilleux, ni trop prétentieux, trop immature. Il faut un équilibre.

Oui, notre référence parfaite c’est Christ. Mais Christ s’incarne dans les corps des uns et des autres parce qu’il a un corps. Et en tant que chrétiens établis sur terre nous avons besoin des modèles, c’est important.

Et les apôtres, eux qui ont écrit la Bible, le disaient alors pourquoi pas nous ? C’est écrit.

Maintenant ces modèles ne doivent pas être des idoles. Au contraire, ces hommes et ces femmes doivent être des modèles de sainteté, d’humilité, de crainte de Dieu, de persévérance, d’endurance… On ne doit pas les idolâtrer mais les encourager, prier pour eux et les soutenir.

Donc vous-même vous êtes appelés à être des modèles de sainteté, de sanctification, de crainte de Dieu. Et le chemin est parsemé de beaucoup de pièges, beaucoup d’embuches, beaucoup de pleurs, beaucoup de blessures et ce n’est pas toujours évident.


Les gens sont complètement désemparés. Les chrétiens se retrouvent pratiquement seuls à gauche, à droite. Ils sont en train de tourner ici et là. Il n’y a pas de formation bien comme il faut. Il n’y a pas d’encadrement. Et beaucoup ont la possibilité d’avoir des frères et sœurs qui peuvent les encadrer, les aider mais ils sont tellement orgueilleux, tellement têtus qu’ils n’écoutent pas. Et ils finissent mal à chaque fois. Parce qu’ils pensent aux choses de la terre. Pour eux le ministère c’est le voyage, c’est l’argent, c’est le succès. C’est tout ce que vous voulez.


Matthieu 25:1 à 13

Alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent à la rencontre de l'époux. Cinq d'entre elles étaient folles, et cinq sages. Les folles, en prenant leurs lampes, ne prirent point d'huile avec elles; mais les sages prirent, avec leurs lampes, de l'huile dans des vases. Comme l'époux tardait, toutes s'assoupirent et s'endormirent. Au milieu de la nuit, on cria: Voici l'époux, allez à sa rencontre! Alors toutes ces vierges se réveillèrent, et préparèrent leurs lampes. Les folles dirent aux sages: Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s'éteignent. Les sages répondirent: Non; il n'y en aurait pas assez pour nous et pour vous; allez plutôt chez ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous. Pendant qu'elles allaient en acheter, l'époux arriva; celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. Plus tard, les autres vierges vinrent, et dirent: Seigneur, Seigneur, ouvre-nous. Mais il répondit: Je vous le dis en vérité, je ne vous connais pas. Veillez donc, puisque vous ne savez ni le jour, ni l'heure. Matthieu 25: 1 à 13