Les quatre dimensions de Jésus Christ-le veau ou le boeuf-Shora Kuetu


Deuxième partie
Le veau ou le bœuf
Shora Kuetu

Alors je voudrais parler du deuxième aspect dans Apocalypse 4 : 7 Le premier être vivant est semblable à un lion…
Donc là on l’a vu, le lion.
…le second être vivant est semblable à un veau.
Et dans Ezéchiel verset 1er on nous dit quoi ? Ezéchiel 1 verset 10. Donc le veau ou le bœuf. Donc ici le veau ou le bœuf représente le serviteur, le service. Écoutez bien le contraste entre le lion et le veau ou le bœuf. Le lion c’est le roi, le roi normalement doit être servi. Le roi n’est pas le serviteur, il a des sujets et ce sont ces sujets qui sont à son service. Mais regardez le contraste entre le roi et le veau, le servi et le serviteur.
Et on nous dit ici dans Matthieu 20 : 20 Alors la mère des fils de Zébédée s'approcha de Jésus avec ses fils, et se prosterna, pour lui faire une demande. Il lui dit: Que veux-tu? Ordonne, lui dit-elle, que mes deux fils, que voici, soient assis, dans ton royaume, l'un à ta droite et l'autre à ta gauche. Jésus répondit: Vous ne savez ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je dois boire? Nous le pouvons, dirent-ils. Et il leur répondit: Il est vrai que vous boirez ma coupe; mais pour ce qui est d'être assis à ma droite et à ma gauche, cela ne dépend pas de moi, et ne sera donné qu'à ceux à qui mon Père l'a réservé. Les dix, ayant entendu cela, furent indignés contre les deux frères. Jésus les appela, et dit: Vous savez que les chefs des nations les tyrannisent, et que les grands les asservissent. Il n'en sera pas de même au milieu de vous. Mais quiconque veut être grand parmi vous, qu'il soit votre serviteur…
Littéralement esclave.
…et quiconque veut être le premier parmi vous, qu'il soit votre esclave. C'est ainsi que le Fils de l'homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie comme la rançon de plusieurs.

Alors le mot premier ici pour votre information c’est protos en grec qui signifie chef. Protos. Quiconque veut être le premier, c’est-à-dire protos, protos, premier ou chef.
Mes amis, combien d’églises, combien de pasteurs cherchent-t-ils à être les premiers dans leur dénomination, dans leur assemblée, dans leurs pastorales ? Combien de gens, de chantres, de musiciens cherchent-ils à être premiers c’est-à-dire qu’on les voit eux, qu’on parle d’eux, qu’on entende parler d’eux l’ici et là ?
Mes amis, je vais vous dire une chose, écoutez bien ce que je vais dire, cet aspect de Christ, le deuxième aspect, l’aspect veau, l’aspect bœuf ou tout simplement l’aspect service. On a vu l’aspect lion, nous avons été bénis. Merci Seigneur. Et on finira par l’aspect service.
Le Seigneur parle à ses douze apôtres qui se battaient parce qu’ils voulaient avoir la prééminence dans son Royaume, ils voulaient être le premier. Il y a deux de ses apôtres qui vont faire intervenir leur mère, les deux fils de Zébédée, Jacques et Jean, pour qu’elle intervienne auprès du Seigneur car ils avaient bien vu que le Seigneur était entouré de femmes selon Luc chapitre 8 et ils se sont dit « Etant donné que le Seigneur aime les femmes, notre maman est tout à fait capable de pouvoir fléchir son cœur ». Ils ont usé de la manipulation pour atteindre leurs objectifs. Et le Seigneur va leur dire que « Ce que vous demandez ne peut être accordé qu’à ceux et celles à qui cela est réservé ». Et la Bible nous dit que les dix apôtres furent indignés. Il y a eu de la jalousie contre les deux apôtres. Jésus va aussitôt rectifier, va aussitôt les recadrer en leur disant « Ecoutez bien, dans les nations ceux qui les dirigent les tyrannisent, usent de la dictature, les manipulent, de la violence, de la magie mais qu’il n’en soit pas de même parmi vous ». « Celui qui veut être grand parmi vous qu’il soit votre serviteur ». Donc dans le veau nous avons le service. Ça veut dire que la grandeur dans le Royaume de Dieu consiste dans le fait de servir les autres, être grand dans le Royaume de Dieu c’est être au service des frères et sœurs.
Mais combien de pasteurs se font-ils porter leur Bible ? Combien de musiciens se font-ils servir comme des princes, comme des princesses ? Mes amis, s’il vous plaît beaucoup d’entre nous si nous ne faisons pas attention nous pouvons rater le ciel, nous pouvons rater la nouvelle Jérusalem. L’Esprit de Christ c’est l’esprit de service, c’est l’esprit d’humilité, c’est l’esprit de service, de consécration. Jésus dit clairement qu’il est le veau. C’est-à-dire il est venu pour servir. Le veau est au service.
En Israël, mes amis, les veaux, les bœufs il y avait une paire de bœufs à chaque fois attachés l’un à l’autre, il y avait une espèce d’atèle, de joug. Quand vous lisez le livre de 1 Rois chapitre 19 l’appel d’Élisée, Élisée avait plusieurs paires de bœufs attelés deux par deux avec un joug et les bœufs supportaient le joug de leurs maîtres. Et ils allaient travailler, ils travaillaient dans les champs. Et ce n’était pas eux qui choisissaient leurs champs de travail, leur champ missionnaire. Contrairement à beaucoup de serviteurs de Dieu soi-disant qui cherchent eux-mêmes leur champ missionnaire. « Moi je ne veux pas aller travailler dans tel pays, dans tel village parce que je préfère aller dans tel pays, aux États-Unis, je vais aller ici et là ». Ils ne sont pas des veaux, ils ne sont pas des bœufs, ils n’ont pas l’Esprit de Christ. Vous voyez mes amis à quel point nous sommes passés à côté de l’essentiel ?
C’est pour cela lorsque Christ va revenir, mes amis, il va y avoir une identification. Tous les chrétiens seront identifiés à ces quatre animaux, à ces quatre aspects de Yehoshua. Est-ce que nous avons l’aspect de veau ? Est-ce que nous sommes, mes amis, au service du peuple du Seigneur ? Ou est-ce que nous cherchons les responsabilités pour être acclamés ? Ou est-ce que nous cherchons à être vus ? Mes amis, je vous en supplie, même moi qui vous parle, que ce soir personne ne dise « ce message concerne untel ». Je crois que chacun de nous doit se remettre en question, je dis bien moi le premier. Sommes-nous capables comme un veau, comme un bœuf d’aller dans un champ, de porter le joug du Seigneur ? Jésus nous a dit dans Matthieu 11 « prenez mon joug sur vous car il est doux et mon fardeau est léger ». Sommes-nous capables de dire « Seigneur c’est vrai que quand je regarde à ma personne je ne peux pas faire telle chose, je ne peux pas me mettre avec telle personne mais je veux porter ton joug, j’accepte d’être au service de ton Royaume. J’accepte moi et ma maison de te servir. Je ne veux pas être pasteur pour être servi, je ne veux pas être un prophète pour être acclamé. Mais je cherche la responsabilité pour être au service de mes frères et sœurs. Je veux être à leur écoute. Je ne veux pas user de mon onction, de mon autorité, de ma connaissance pour dépouiller le peuple de Dieu. Je ne veux pas utiliser les faiblesses des frères et sœurs pour pouvoir les manipuler. Je ne veux pas utiliser la faiblesse d’une femme pour pouvoir la draguer, la convoiter. Je dis non. Je ne veux pas utiliser les détresses d’un couple, d’une femme en tant qu’homme pour pouvoir la draguer. Je ne veux en aucun cas, Seigneur, utiliser une circonstance. Je ne veux pas être opportuniste, mon Dieu, mon Roi avec la grâce que tu me donnes pour pouvoir faire du mal à ton peuple. Je veux au contraire être à ton service et au service des frères et sœurs ».
Mais combien de gens sont-ils prompts à diviser les églises pour aller commencer des églises ailleurs parce qu’ils veulent être vus ? Combien de pasteurs font-ils des campagnes d’évangélisation avec leurs photographies ? Combien de musiciens font-ils des CD avec leurs photographies dessus frères ? Si on l’a fait hier, il faut que nous nous repentions. Nous sommes établis pour être au service des autres. Nous sommes établis pour servir les frères et sœurs. Mais nous voyons, mes amis, des musiciens chrétiens qu’on est en train d’idolâtrer, d’adorer. Ce n’est pas l’Esprit de Christ, ce n’est pas la face de bœuf, ce n’est pas la face du veau que Christ a.
Mes amis, il sera terrible à la fin des temps lorsque le Seigneur va revenir, il va nous prendre comme des copies et il va nous comparer à lui qui est l’original. Et il va y avoir beaucoup de surprises. Et je préfère me repentir à chaque fois pour être sauvé ce jour-là.
On a mal compris l’Évangile, on a mal compris l’appel. La Bible dit que « Celui qui veut être grand dans le Royaume de Dieu doit être serviteur des autres ». Comptez le nombre de pasteurs qui se disent grands et qui sont suffisamment humbles et qui servent leurs frères et sœurs, qui sont capables de prendre leurs vêtements pour donner aux frères et sœurs, qui sont capables de prendre leur argent pour donner aux frères et sœurs, qui sont capables de prendre leur véhicule pour aller déposer les frères ici et là, qui sont au service de l’Eglise… Mais contrairement à ce que l’on voit beaucoup d’églises, beaucoup de chrétiens sont au service de leurs pasteurs. Mes amis, ce n’est pas l’Esprit de Christ. Voilà pourquoi nous devons connaître la profondeur de Christ.
Souvent je dis au Seigneur « Pourquoi m’as-tu appelé au ministère ? ». Je vous dis ces choses avec mon cœur. « Pourquoi Seigneur ? ». Parce que le ministère peut m’amener en enfer si je ne fais pas attention. La connaissance enfle mais l’amour édifie. Je dis « Seigneur, tu m’enverras des hommes riches qui ont l’argent, qui me diront qu’ils ont l’argent mais je ne veux pas les exploiter. Je ne veux pas ! Et je refuse ». Et je le dis et je le déclare haut et fort.
Le Seigneur dit « Quiconque veut être grand il faut qu’il vous serve ». Quiconque veut être le premier qu’il soit l’esclave, le chef. Combien dans nos églises sommes-nous prêts à laisser les autres avancer plus que nous ? Combien sont-ils prêts aujourd’hui à accepter que des frères et sœurs aillent plus loin qu’eux ? Combien ? Nous sommes là à nous torpiller les uns les autres, nous sommes là à nous critiquer, à murmurer les uns sur les autres. Nous sommes là à nous jalouser les uns les autres. Tout le monde veut être chef, tout le monde veut être la tête, tout le monde veut être premier. Mes amis, que Dieu nous aide ! Pourquoi il y a autant d’églises ? Pourquoi il y a autant de sectes, autant d’églisettes ? Chacun veut être chef dans sa secte, chacun veut prouver qu’il est capable et on invente des songes, des visions… mes amis, on aura des comptes à rendre au Seigneur, notre Dieu.
Le veau est au service. C’est l’Évangile de Marc et d’emblée quand on voit l’Évangile de Marc, mes amis, Jésus-Christ sert le peuple. Il va vers les malades, il prie pour leur guérison sans demander l’argent, il est au service du peuple. Nuit et jour il est au service des frères et sœurs, à l’écoute de leurs besoins, de leurs problèmes. Que Dieu nous aide !
Alors, mes amis, quel Christ avons-nous reçu ? Quel Seigneur avons-nous reçu ? Je me pose la question des fois. Seigneur ta grâce. Seigneur ta grâce !
On est là « frère Shora, forme moi je veux rentrer dans mon appel ». Oui frère, on va te former il n’y a pas de problème mais pourquoi faire avec cette formation ? Pourquoi faire ? « Oh oui Seigneur, mes frères et sœurs, j’ai reçu le don de guérison, Dieu m’a dit j’ai le don de miracles ». C’est bien, mes amis, l’appel, les dons toutes ces choses doivent nous amener au service de nos frères et sœurs et pas l’inverse.
Nous ne sommes rien sans le Seigneur. Nous sommes zéro ! Même moi qui vous parle zéro ! Tout est grâce. Il n’y a aucune raison d’être orgueilleux. Aucune ! Il n’y a aucune raison de croire qu’on est arrivé, qu’on est une star, qu’on est acclamé. Même si notre nom est connu, même si ton nom est connu, tu n’es rien d’autre que de la poussière. Je ne suis rien d’autre que de la poussière. Si tu meurs aujourd’hui on parlera de ton corps, on ne parlera plus de toi, on dira ton corps. Alors quel orgueil, pourquoi avoir de l’orgueil ? On est rien !
Et je précise que le veau en Israël portait un joug. En tant que veau tu dois porter le joug du Seigneur, c’est lui qui doit te diriger. Ta volonté n’existe plus. Ma volonté n’existe plus. Tu ne feras plus ce que tu veux. C’est le Seigneur qui te dira « Fais ceci, fais cela ». Ce n’est pas toujours évident, c’est vrai mais si on aime le Seigneur on accepte sa conduite.
Alors mes amis, Paul dira dans Actes 20 : 24-25 Pour moi je ne fais plus aucun cas de ma vie comme si elle m’était précieuse pourvu que j’accomplisse ma course avec joie et le ministère que j’ai reçu du Seigneur Jésus-Christ d’annoncer la Parole de sa grâce.
Et je vous assure des fois je suis là, je me dis « Seigneur, on est vraiment rien ». À quoi bon se glorifier de toutes ces choses que Dieu nous donne ? À quoi bon ? Ça me fait peur. Je ne vous le cache pas.
Alors le Seigneur veut que nous soyons dans l’humilité. Le lion c’est la force, le veau c’est l’humilité, c’est le service. On est là au service des frères et sœurs et quand on rend service aux frères et sœurs on ne demande pas de l’argent, on n’exige pas un salaire. Paul dit « Je n’ai pas usé de mon droit de prédicateur, non, je n’ai pas usé de ce droit. Je donne comme j’ai reçu gratuitement. Je vous le donne gratuitement ».
Vous savez le bœuf quand vous mettez un joug sur lui il suit, c’est vous qui le dirigez.
Mes amis, que Dieu nous aide. Je vous dis chaque jour je crie à Dieu, je dis « Seigneur, je me rends compte que plus ça va plus je me rends compte que les choses deviennent tellement compliquées. J’ai besoin de ta grâce, nous avons besoin de ta grâce sinon nous allons passer à côté ».
Nous sommes dans 1 Rois 19 : 19 Élie partit de là, et il trouva Élisée, fils de Schaphath, qui labourait. Il y avait devant lui douze paires de bœufs, et il était avec la douzième. Élie s'approcha de lui, et il jeta sur lui son manteau.
Vous voyez les bœufs étaient ici en train de travailler dans le champ. Et à l’époque en Israël c’était les bœufs qui étaient utilisés pour défricher les champs nouveaux. Et c’était très difficile pour ces animaux de défricher les champs nouveaux mais il fallait le faire.
Et nous sommes dans 1 Timothée 5 : 18 Car l'Écriture dit: Tu n'emmuselleras point le bœuf quand il foule le grain. Et l'ouvrier mérite son salaire.
Donc le bœuf c’est l’ouvrier. Christ est venu en tant qu’ouvrier. Il y a une différence entre l’ouvrier et le patron. L’ouvrier porte une combinaison qui peut se salir. Il n’est pas dans un bureau climatisé avec costume-cravate, avec soutane. L’ouvrier se salit les mains, se salit les vêtements pour que le travail qu’il fait réussisse.
Et Paul dit « l’ouvrier mérite son salaire ». La Bible dit, cette référence est dans Deutéronome 25 : 4 tu ne peux pas museler le bœuf quand il foule le grain. Ça veut dire qu’il souffre tellement quand il défriche le champ qu’il faut le laisser prendre quelques graines parce qu’il souffre à cause de son travail.
Et dans 1 Corinthiens 3 : 9 Paul dit ceci « Car nous sommes ouvriers avec Dieu ». Donc Dieu est aussi un ouvrier. Vous êtes le champ de Dieu, l’édifice de Dieu. Le champ, l’ouvrier travaille dans le champ, le bœuf travaille dans ce champ. Nous sommes ouvriers. Et le deuxième aspect de Christ c’est l’ouvrier. Christ est venu en tant qu’ouvrier du Père. L’ouvrier fait les œuvres du Père. Si vous croyez en moi vous ferez aussi les œuvres que je fais et vous en ferez de plus grandes parce que je m’en vais au Père. Est-ce que nous sommes des ouvriers ? Ou est-ce que nous sommes des chefs d’entreprises ? Ou est-ce que nous sommes des patrons ? Dans ton ministère pose toi la question : es-tu une femme ouvrière qui est capable de se salir les mains, qui refuse la gloire humaine, qui refuse les acclamations, qui refuse la position que les gens du monde te donne, me donne, nous donnent et qui accepte d’être ouvrier, ouvrière servant Dieu dans la simplicité, dans l’humilité ? Ou est-ce que nous voulons nous octroyer même les prérogatives divines, la gloire de Dieu ? Que Dieu nous aide !
Paul, un grand apôtre dit « Nous sommes ouvriers, nous les apôtres ». Est-ce que les apôtres d’aujourd’hui peuvent-ils dirent qu’ils sont ouvriers ? Ou est-ce qu’ils se comparent comme les ministres du monde pour dire aux enfants de Dieu « Nous nous sommes des ministres, il faut nous servir, il faut s’agenouiller devant nous, il faut nous acclamer, il faut nous payer. Nous sommes ceci, nous sommes cela. Mettez nous dans des hôtels trois étoiles, quatre étoiles parce que nous sommes des ministères, des ministres de Dieu ».
On a mal compris les choses mes amis. Soyons des ouvriers, soyons des bœufs, soyons des bœufs avec le joug du Seigneur, servant Dieu. Tu ne peux pas servir Dieu avec ta propre vision, ce n’est pas possible. Si tu veux servir Dieu en tant qu’ouvrier tu dois accepter son joug. Son joug c’est sa vision, son joug c’est sa volonté. Accepte là, acceptons là ! Même si c’est dur acceptons là et elle deviendra légère cette volonté de Dieu.
Hélas c’est l’état de l’église aujourd’hui. Nous avons fabriqué dans notre génération des ministères complètement imbus de leurs personnes aussi bien parmi les prédicateurs de l’Évangile que les chantres, les musiciens qui vont signer des autographes. Je ne veux plus signer, mes amis, mes livres, signer pourquoi ? Qui suis-je ? Signer quelque chose que je n’ai pas créé, que j’ai reçu gratuitement ? J’ai dit non on n’est pas des vedettes, nous sommes des ouvriers tout simplement.
Et regardez Jésus-Christ comment il a servi les gens. Il pouvait manger avec des prostituées et il pouvait aller prier pour les malades. Il était là en train de laver les pieds des apôtres, dans Jean 13 il lave les pieds des apôtres. Il les sert, il rompt le pain à chaque fois. Mes amis, c’est cela l’appel. C’est à cet appel là que Dieu nous a destinés, autrement nous passerons à côté. Nous allons crier haut et fort « Dieu m’a appelé, je suis l’apôtre des nations ». Et regardez, mes amis, nous allons avoir de grosses valises, de grosses mallettes de pasteurs, des tenues pastorales… mes amis, tout ça c’est vanité de vanité. Personnellement, je suis dégoûté. Oui, le mot est exact. Je suis dégoûté de toutes ces choses. Si ça ne tenait qu’à moi le ministère il y a longtemps j’allais m’enfermer chez moi à la maison et vivre la vie chrétienne simplement et partager la Parole ici et là, dans la rue. Mais nous devons lutter pour que la vérité soit connue.
Vous voyez, mes amis ? Nous ne sommes rien !
Alors cet Évangile qui vient des États-Unis, qui nous fait croire que nous sommes quelqu’un. Bien sûr que nous sommes quelqu’un avec Jésus, notre identité c’est en lui. Mais on fait croire que si tu es apôtre, tu es quelqu’un, tu es prophète, tu es quelqu’un. On ne peut plus te parler comme un frère, on ne peut plus t’approcher, il faut être un mystère. Mes amis, nous sommes des ouvriers ! C’est aussi simple que ça. Oui toi qui chantes, toi qui prêches, toi qui exhortes, toi qui as le don de prophétie, des visions, tu n’es qu’un ouvrier. C’est aussi simple que ça. C’est comme un maçon qui se prend pour Bill Gates. Nous ne sommes que des ouvriers. C’est aussi simple que ça.
Il est dit dans Luc 17 :10 et vous donc quand vous aurez accompli tout ce qui vous a été ordonné dites : nous sommes des serviteurs inutiles. Ah oui mes amis, c’est aussi simple que ça. Tu as prêché, les gens ont été bénis, guéris, quand tu sors de là dis « Je suis serviteur de Dieu, esclave de Yehoshua, serviteur du peuple de Dieu et serviteur inutile ». Tu as chanté les gens sont bénis, tu es serviteur inutile. C’est aussi simple que ça.
Voilà pourquoi je n’ai aucune prétention pour dire aux frères et sœurs venez priez chez nous. Mes amis, je vais vous décevoir, je ne suis qu’un homme plein de défauts. Venez vers Jésus, soyez fidèles à Yehoshua, soyez attachés à lui, nous vous le présentons lui et rien que lui. Alors que Dieu nous aide. Que Dieu nous aide !
Voilà les deux aspects de Christ que nous avons développé ce soir. Demain nous verrons les deux autres aspects. L’aspect humain, là on parlera du premier Adam et le deuxième Adam ou le dernier Adam. Et là c’est l’homme. Vous allez comprendre pourquoi Dieu a créé Adam parce que l’homme était déjà au ciel là-bas. Et l’aspect de l’aigle que nous allons développer également demain.
Alors j’espère que cet enseignement a été enregistré pour que vous puissiez en bénéficier et le partager avec les frères et sœurs.
Alors vous comprenez pourquoi Paul disait dans Ephésiens 3 : 13 à 19 Aussi je vous demande de ne pas perdre courage à cause de mes tribulations pour vous: elles sont votre gloire. A cause de cela, je fléchis les genoux devant le Père, duquel tire son nom toute famille dans les cieux et sur la terre, afin qu'il vous donne, selon la richesse de sa gloire, d'être puissamment fortifiés par son Esprit dans l'homme intérieur…
La révélation par rapport à Christ c’est une révélation intérieure, c’est au niveau du cœur.
…d'être puissamment fortifiés par son Esprit dans l'homme intérieur…
L’homme esprit, l’esprit humain.
…en sorte que Christ habite dans vos cœurs par la foi; afin qu'étant enracinés et fondés dans l'amour, vous puissiez comprendre avec tous les saints quelle est la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur, et connaître l'amour de Christ, qui surpasse toute connaissance, en sorte que vous soyez remplis jusqu'à toute la plénitude de Dieu.
On peut avoir toute la connaissance du monde si on a l’amour de Christ c’est la finalité. Et il dit « En sorte que vous soyez remplis jusqu’à toute la plénitude de Dieu ». La plénitude de Dieu c’est quoi ? C’est les quatre aspects de Yehoshua. Voilà pourquoi Ezéchiel 37 nous dit que l’Esprit avait soufflé des quatre vents des cieux. Quatre est le chiffre de l’accomplissement, de l’épreuve. Donc 40 ans en Israël, Christ a jeûné pendant 40 jours, Moïse a jeûné pendant 40 jours deux fois, Elie à jeuné pendant 40 jours. Quatre est le chiffre de l’accomplissement : les quatre points cardinaux, les quatre vents des cieux, les quatre aspects de Christ, les quatre évangiles.
Donc que Dieu nous aide !



Matthieu 25:1 à 13

Alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent à la rencontre de l'époux. Cinq d'entre elles étaient folles, et cinq sages. Les folles, en prenant leurs lampes, ne prirent point d'huile avec elles; mais les sages prirent, avec leurs lampes, de l'huile dans des vases. Comme l'époux tardait, toutes s'assoupirent et s'endormirent. Au milieu de la nuit, on cria: Voici l'époux, allez à sa rencontre! Alors toutes ces vierges se réveillèrent, et préparèrent leurs lampes. Les folles dirent aux sages: Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s'éteignent. Les sages répondirent: Non; il n'y en aurait pas assez pour nous et pour vous; allez plutôt chez ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous. Pendant qu'elles allaient en acheter, l'époux arriva; celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. Plus tard, les autres vierges vinrent, et dirent: Seigneur, Seigneur, ouvre-nous. Mais il répondit: Je vous le dis en vérité, je ne vous connais pas. Veillez donc, puisque vous ne savez ni le jour, ni l'heure. Matthieu 25: 1 à 13