La puissance du nom de Jésus - Shora Kuetu




LA PUISSANCE DU NOM 
DE 
JÉSUS

Shora Kuetu

Jean 17
Donc, ce soir, nous allons parler de la puissance du nom de Dieu. Nous sommes, bien sûr, dans le livre de Jean chapitre 17. Dans ce chapitre, nous voyons Christ dans sa fonction de souverain sacrificateur.
Père, au nom d’Yehoshua nous te demandons Papa de te révéler à nous, de te magnifier. Seigneur, merci pour ta Parole qui nous affranchit, merci pour ta Parole qui nous éclaire. Seigneur, enseigne-nous encore ta Parole, enseigne-nous tes voies. Nous te confions nos frères et sœurs qui nous suivent ce soir au nom d’Yehoshua. Père, révèle-toi à ton peuple afin qu’ils te suivent partout. En ton nom, nous te prions Adonaï Dieu d’Abraham, Dieu d’Isaac et Dieu d’Israël.
Après avoir ainsi parlé, Jésus leva les yeux au ciel, et dit : Père, l’heure est venue ! Glorifie ton Fils, afin que ton Fils te glorifie, selon que tu lui as donné pouvoir sur toute chair, afin qu’il accorde la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés. Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ. Je t’ai glorifié sur la terre, j’ai achevé l’œuvre que tu m’as donnée à faire. Et maintenant toi, Père, glorifie-moi auprès de toi-même de la gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde fût.

Déjà ce passage nous enseigne que Jésus-Christ, avant son incarnation, était déjà au ciel. Il le dit lui-même ! Pour ceux qui doutent encore pour sa divinité. Contrairement aux autres prophètes, ici la Parole est claire, Jésus-Christ était au ciel avant d’être sur terre donc il n’est pas n’importe quel prophète. On ne peut pas le comparer aux autres prophètes qui ont construit, qui ont bâti, qui ont fondé les religions du monde.
Et le verset qui nous importe ici c’est le verset 6 J’ai fait connaître ton nom aux hommes que tu m’as donnés du milieu du monde. Ils étaient à toi, et tu me les as donnés ; et ils ont gardé ta parole.
Yehoshua dit ici, frères et sœurs, qu’il a fait connaître le nom du Père aux apôtres. Il a dit clairement que durant son ministère terrestre il avait révélé le nom du Père aux apôtres.
Et nous sommes toujours dans Jean 17 : 26 Je leur ai fait connaître ton nom, et je le leur ferai connaître, afin que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux, et que je sois en eux.
Il répète encore pour la deuxième fois qu’il a fait connaître, il a répété cela, il a fait connaître le nom du Père aux apôtres et il rajoute « Je le leur ferai connaître ». Donc pendant les trois ans de ministère terrestre d’Yehoshua, il a révélé le nom du Père, le nom de Dieu aux apôtres. Et sachez que parmi les disciples qui avaient reçu la révélation du nom du Père, il y avait Pierre, Pierre (en) faisait partie.
Maintenant, mes amis, dans tout le Nouveau Testament si nous cherchons le nom du Père… vous savez quand on parle du Père, on parle du Seigneur, le Très Haut, le Seigneur de gloire, le Dieu d’Israël, le Dieu d’Abraham… mais quel est son nom ? Parce que Jésus dit qu’il avait fait connaître le nom du Père aux apôtres. Il l’a dit clairement ! Donc Pierre avait le nom du Père, le nom de Dieu, Jacques avait le nom de Dieu. La Parole est claire !
Écoutez bien, mes amis, écoutez bien l’enseignement, ce soir, je crois que ça va beaucoup nous aider, vous aider parce que moi ça m’a aidé quand le Seigneur me l’a communiqué.
Mes amis, Jésus est en train de parler au Père disant que le nom du Père avait été révélé aux apôtres à deux reprises et il dit qu’il allait encore le révéler aux apôtres durant son ministère terrestre et durant la dispensation de l’Esprit parce qu’il a dit que le Saint-Esprit allait venir pour enseigner des choses que les apôtres n’étaient pas encore en mesure de supporter.
Alors vous devez comprendre que les apôtres ici étaient tous juifs et en tant que juifs ils ne pouvaient pas prononcer le nom de Dieu et ils avaient besoin de la révélation de ce nom. Vous savez que les juifs, mes amis, jusqu’à ce jour ne peuvent pas prononcer le nom de Dieu de peur de blasphémer.
Nous allons voir avant de rentrer dans la révélation de ce nom, nous allons voir dans Exode chapitre 20. Je crois que les amoureux de la Parole vont être servis ce soir par le Saint-Esprit.
Exode 20 : 7 Tu ne prendras point le nom de l’Éternel, ton Dieu, en vain ; car l’Éternel ne laissera point impuni celui qui prendra son nom en vain.
Vous voyez ? Donc Moïse, Dieu l’appelle sur le mont Sinaï et Dieu lui dit qu’il ne fallait pas prendre en vain son nom, qu’il ne fallait pas le prononcer en vain parce que cela occasionnerait des conséquences irréversibles. Donc les Hébreux ne pouvaient pas prononcer le nom de Dieu. Vous voyez mes amis ? Il y avait, bien sûr, le tétragramme (…). Alors, mes amis, le nom de Dieu ne devait en aucun cas être prononcé n’importe comment et les Hébreux avaient peur de le prononcer. Ils avaient peur ! Ils ne pouvaient pas quand bien même ils étaient confrontés à une situation difficile, ils ne pouvaient pas prononcer le nom de Dieu. Alors ils l’appelaient, ils l’appellent jusqu’à ce jour Hachem. Mais de là à prononcer le tétragramme, les Hébreux ont peur. Et vous savez que sans la prononciation du nom de Dieu il n’y a pas de guérison, il n’y a pas de délivrance, il n’y a pas de miracle et il n’y a pas de salut. Parce que tout se trouve dans le nom de ce Dieu, ce Dieu glorieux, ce Dieu tout-puissant.
On va lire un autre passage dans Juges chapitre 13.
Juges 13 : 8 à 19 Manoach fit cette prière à l’Éternel : Ah ! Seigneur, que l’homme de Dieu que tu as envoyé vienne encore vers nous, et qu’il nous enseigne ce que nous devons faire pour l’enfant qui naîtra ! Dieu exauça la prière de Manoach, et l’ange de Dieu vint encore vers la femme. Elle était assise dans un champ, et Manoach, son mari, n’était pas avec elle. Elle courut promptement donner cette nouvelle à son mari, et lui dit : Voici, l’homme qui était venu l’autre jour vers moi m’est apparu. Manoach se leva, suivit sa femme, alla vers l’homme, et lui dit : Est-ce toi qui as parlé à cette femme ? Il répondit : C’est moi. Manoach dit : Maintenant, si ta parole s’accomplit, que faudra-t-il observer à l’égard de l’enfant, et qu’y aura-t-il à faire ? L’ange de l’Éternel répondit à Manoach : La femme s’abstiendra de tout ce que je lui ai dit. Elle ne goûtera d’aucun produit de la vigne, elle ne boira ni vin ni liqueur forte, et elle ne mangera rien d’impur ; elle observera tout ce que je lui ai prescrit. Manoach dit à l’ange de l’Éternel : Permets-nous de te retenir, et de t’apprêter un chevreau. L’ange de l’Éternel répondit à Manoach : Quand tu me retiendrais, je ne mangerais pas de ton mets ; mais si tu veux faire un holocauste, tu l’offriras à l’Éternel. Manoach ne savait point que ce fût un ange de l’Éternel. Et Manoach dit à l’ange de l’Éternel : Quel est ton nom, afin que nous te rendions gloire, quand ta parole s’accomplira ? L’ange de l’Éternel lui répondit : Pourquoi demandes-tu mon nom ? Il est merveilleux. Manoach prit le chevreau et l’offrande, et fit un sacrifice à l’Éternel sur le rocher. Il s’opéra un prodige, pendant que Manoach et sa femme regardaient.
Donc vous voyez, mes amis, c’est terrible ce qu’il se passe ici. Manoach, le père de Samson demande à l’Ange de l’Éternel son nom. « Quel est ton nom ? » 
Mes amis, ici nous sommes à une époque où les enfants d’Israël n’avaient pas encore un roi à leur tête et c’était plus de 500 ans après Moïse donc près de 550 ans après Moïse. Il y avait déjà à cette époque le nom de Yahvé qui avait été révélé par Dieu à Moïse parce que Moïse pose la question dans Exode 3 au Seigneur « Tu m’envoies libérer ton peuple d’Israël en Égypte, mais si on me demande quel est ton nom ». Et Dieu avait révélé son nom à Moïse en disant « Celui qui s’appelle “Je suis” » c’est-à-dire celui qui existe par lui-même. Et le nom de Yahvé avait été révélé à Moïse. Vous savez que le nom de Yahvé c’est-à-dire le tétragramme, je dirais parce qu’on a rajouté les voyelles, le tétragramme, YHWH. Alors ce tétragramme avait déjà été révélé à Moïse par Dieu dans Exode 3. Parce que Moïse pose la question au Seigneur « Quel est ton nom ? Tu m’envoies libérer ton peuple, les hébreux, en Égypte, mais si on me demande quel est son nom, que leur répondrai-je à ces enfants, aux enfants d’Israël ? » Et Dieu dit « Dis-leur que celui qui s’appelle “Je suis”… » c’est-à-dire celui qui n’a pas de commencement de vie et qui n’a pas non plus de fin de vie « … m’envoie vers vous ». Et Dieu dit à Moïse que « sous mon nom de Yahvé » c’est-à-dire « sous mon nom de YHWH », le tétragramme, « sous ce nom-là » Dieu dit, « je ne m’étais pas révélé à Abraham ». En fait, ce nom-là, le tétragramme, par la suite on a rajouté des voyelles ça a donné Yahvé, ce tétragramme, ce nom-là n’a pas été révélé à Abraham et Dieu le révèle à Moïse.
En fait, ce tétragramme, ce nom de Dieu à un rapport direct avec la rédemption, avec la délivrance, avec le salut. Or Moïse est le prophète de la rédemption, le prophète de la délivrance, on l’appelle aussi le prophète de l’exode c’est-à-dire celui qui avait reçu le mandat de la part du Seigneur, Adonaï pour aller libérer les Hébreux de la captivité égyptienne et les conduire à Canaan. Et c’est lui Moïse, le premier mois, au mois de tishri, le premier mois du calendrier hébraïque, c’est, lui, Moïse, ce prophète, qui va immoler la pâque. La pâque c’est la fête de la rédemption comme vous le savez, la fête de la délivrance, la pâque parle de la délivrance, préfigurait la croix. Et voilà pourquoi Dieu, le Créateur révèle ce nom à Moïse. Le tétragramme !
Alors, mes amis, Dieu disait dans Exode 20 à Moïse toujours qu’il ne fallait pas prononcer son nom en vain.
Alors avec la destruction du temple sous Nebucadnetsar en 586 avant Jésus-Christ, le temple était détruit à cette époque, les murailles étaient détruites par Nebucadnetsar. Là, nous sommes dans 2 Rois 24. Et à partir de cette destruction, à partir de la destruction du temple le nom de Dieu, Yahvé, avait été perdu. Les Hébreux avaient perdu la révélation de ce nom-là. Donc du coup ils ne pouvaient plus le prononcer véritablement. Alors ils ont commencé à appeler Dieu Hachem. Et vous verrez que beaucoup de juifs écrivent le nom de Dieu en français, il y a d’abord D avec un point et ensuite IEU : D.IEU parce qu’ils ne peuvent pas prononcer ce nom-là de peur d’être frappés !
Alors vous comprendrez pourquoi dans Juges 13 lorsque l’Ange de l’Éternel, l’Ange de Yahvé, l’Ange du tétragramme apparait à Manoach, Manoach lui pose la question « Quel est ton nom afin que nous te rendions gloire lorsque ta prophétie s’accomplira ? ». Manoach avait compris que l’Ange de l’Éternel était lui-même Dieu. Et il a compris autre chose, il a compris aussi (…) qu’on ne pouvait pas véritablement adorer Dieu sans avoir reçu la révélation de son nom parce que l’adoration c’est la révélation, c’est la conséquence de la révélation du nom de Dieu. L’adoration est le résultat ou la conséquence de l’amour que Dieu nous témoigne, de la révélation de son nom, de sa grandeur, de sa personne.
Alors les Hébreux avaient peur d’être frappés en prononçant mal le nom de Dieu. Voilà pourquoi ils l’appelaient Hachem ou encore Adonaï ou encore Élohim. Ils ne pouvaient pas prononcer le tétragramme, ils pouvaient l’écrire, mais de là à le prononcer ils n’osaient pas et ils n’osent toujours pas.
Or le tétragramme est le nom qui est en rapport avec la rédemption donc sans la prononciation de ce nom, il n’y a pas la délivrance, il n’y a pas le miracle. Comment faire ? Moïse avait reçu la révélation de ce nom, Moïse l’avait prononcé voilà pourquoi face aux magiciens de pharaon, Moïse était sorti vainqueur parce qu’il était envoyé avec le nom. Avant de partir, il avait insisté pour que le Seigneur lui donne son nom. Vous ne pouvez pas partir confronter Satan, les démons, les religieux sans la révélation du nom du Dieu qui vous a envoyé. Vous voyez ? C’est important ! Parce que vous pouvez connaître ce nom-là de manière intellectuelle comme les fils de Scéva dans Actes 19 ils sont allés chasser les démons au nom de Jésus-Christ que Paul prêchait, mais ils n’avaient pas eux-mêmes reçu la révélation de ce nom-là. Donc vous pouvez connaître le nom de Dieu, mais de là à bénéficier de la puissance qu’il y a dans ce nom c’est une autre affaire. Il faut une révélation personnelle pas une révélation collective. Vous voyez ? C’est très important de savoir, de connaître ces choses-là.
Alors maintenant, mes amis, ils ont, les juifs, bien sûr, perdu la révélation du nom de Dieu avec la destruction du temple. Comment faire maintenant pour retrouver ce nom-là, le nom, la révélation du tétragramme ? Comment faire pour retrouver cette révélation ? Eh bien, frères, c’était difficile. Et voilà pourquoi ils ne pouvaient plus prononcer ce nom-là. Or sans la prononciation, sans la révélation, du nom de ce Dieu, frères, il n’y a pas de guérisons, pas de miracle, pas de délivrance, pas de restauration, pas de délivrance par rapport au péché… rien !
Voilà pourquoi, frères, pour que vous compreniez que ce nom-là est en rapport avec la délivrance, le tétragramme, nous sommes dans Esaïe 43 : 11 C’est moi, moi qui suis l’Éternel, et hors moi il n’y a point de sauveur. Dieu dit « C’est moi ». Moi qui ? « Moi Yahvé, le tétragramme ». 
En fait, ce tétragramme YHWH a été traduit pour la première fois par Olivetan, le cousin de Calvin au XVIe siècle par l’Éternel. Olivetan a traduit ce tétragramme par l’Éternel. Olivétan était le cousin de Calvin c’est lui qui a amené Calvin à la réforme pour votre information et il est également le premier homme à avoir traduit entièrement la Bible, les Saintes Écritures, en français. Et il va remplacer le tétragramme par l’Éternel. Il a voulu le rendre plus accessible aux hommes ce nom-là. Mais l’Éternel ne convient pas tout à fait.
Et frères, Dieu dit dans Esaïe 43 : 11 « c’est moi Dieu, c’est moi qui suis l’Éternel, c’est moi ». Dieu le dit clairement. « C’est moi qui suis Yahvé… » donc le tétragramme « et à part moi il n’y a point de sauveur ». Donc vous avez vu que le tétragramme à un rapport avec le salut, avec la rédemption. Dieu dit qu’à part lui il n’y a pas d’autre sauveur ni sur terre ni dans les cieux donc il n’y a pas d’autre sauveur. Donc le Dieu dont le nom est le tétragramme est le seul sauveur !
Et Manoach voulait la révélation de ce tétragramme parce que Manoach, il est venu au moins cinq siècles après Moïse, Manoach avait la Torah, avait les Saintes Écritures. Et dans les Saintes Écritures, il y a le nom de Yahvé, le tétragramme. Mais Manoach pose la question à l’Ange de l’Éternel « Quel est ton nom ? ». Il voulait percer le mystère de ce nom-là. Et l’Ange lui dit « Pourquoi demandes-tu mon nom ? Il est merveilleux ». En fait, littéralement, il est admirable. Et on retrouve ce terme hébreu dans Esaïe 9 : 5 « on l’appellera admirable, conseiller… ». Manoach a voulu percer le mystère du nom de Dieu avant le temps et l’Ange lui dit « Ce nom est un mystère ».
Et Jésus, on l’a lu, dans Jean 17, prie le Père, il dit au Père « J’ai révélé ton nom. Je leur ai parlé de ton nom. Je leur ai révélé ton nom ». On va le lire. C’est tellement fort. « J’ai fait connaître ton nom aux hommes que tu m’as donné ». Faire connaître ici c’est révéler, révéler. On retrouve ce verbe-là dans Matthieu 1 : 25. Mais il ne la connut point jusqu’à ce qu’elle eût enfanté un Fils, auquel il donna le nom de Jésus. En fait, le verbe connaître ici qu’Yehoshua va utiliser dans Jean 17 pour parler du nom du Père, ce verbe connaître dans le grec signifie connaître intimement. En fait, ce verbe-là a été utilisé également pour parler de rapports sexuels, des rapports intimes, de l’intimité entre un homme et une femme. Donc ça veut dire que le nom du Père, le nom de Dieu ne peut être révélé qu’aux intimes. Ce ne sont que les intimes qui peuvent bénéficier de la puissance, de l’autorité, de la gloire qui émane de ce nom. Parce que les fils de Scéva avaient prononcé le nom de Jésus, mais ce n’est pas pour autant qu’ils avaient eu le dessus sur les démons parce qu’ils n’étaient pas dans l’intimité du Père. Le verbe connaître ici va être utilisé pour parler de la relation entre Marie et Joseph dans Matthieu 1 : 25. Joseph n’a pas connu Marie intimement. C’est l’intimité. Et dans Matthieu 6 Jésus dit « Quand tu pries, entres dans ta chambre, dans le lieu secret, pries ton Père qui est là, ton Père qui voit tout ». Vous voyez ? C’est l’intimité.
La puissance du nom de Dieu, la puissance du nom d’Yehoshua !
Et Yehoshua dit au Père « J’ai fait connaître intimement ton nom aux apôtres ».
En fait, les apôtres comme de bons juifs ne pouvaient pas prononcer le nom de Dieu, le tétragramme, de peur d’être frappés. Or sans la prononciation de ce nom-là, de ce tétragramme, il n’y a pas la délivrance, il n’y a pas la guérison… rien ! Voilà pourquoi avant Yehoshua, avant Jésus-Christ il n’y a pas eu un seul cas de délivrance dans toute la Bible. Il n’y en a pas ! Vous savez pourquoi ? Parce que le nom de Dieu n’était pas révélé dans son entièreté. Le nom qui fait trembler Lucifer, qui fait trembler Satan, les démons, n’était pas encore révélé aux intimes parce qu’il fallait une intimité. Or avant Jésus Christ les hommes n’étaient pas dans l’intimité avec Dieu de peur d’être consumés par sa sainteté. Seul Moïse bénéficiait d’une intimité particulière, Dieu lui parlait face à face, mais le problème est que Moïse a voulu connaître le nom, Moïse a demandé le nom, mais on lui a donné un nom, mais en code. Il a demandé de voir la face de Dieu, la gloire de Dieu on lui a dit, Dieu lui dit « Tu ne peux pas voir ma gloire et vivre ». Parce que c’était réservé à l’Épouse, bien sûr, à nous autres. Donc vous voyez frères et sœurs ? Donc voilà pourquoi avant Jésus-Christ aucun prophète n’a chassé un démon. Même un petit démon n’était pas chassé. David pouvait seulement calmer les démons en chantant, Saül était soulagé pendant quelques minutes, mais quand David arrêtait de chanter les démons, de nouveau, travaillaient. Élie malgré son onction n’a pas chassé un seul démon. Élisée malgré son onction n’a pas chassé un seul démon. Abraham, le père de la foi, malgré le fait qu’il avait une foi terrible il n’a même pas chassé un seul démon. Comment cela est-il possible que le père de la foi n’ait pu chasser un démon ? Le problème ce n’est pas au niveau du père de la foi ou pas, le problème ce n’est pas au niveau des titres, au niveau de l’onction, le problème c’est au niveau du nom. C’est au niveau du nom ! Abraham pouvait se présenter devant Satan, Satan allait lui poser la question « Donne-moi le nom ! ». Abraham pouvait sortir le Très Haut, le nom que Melchisédek lui a révélé. « Bah oui, mais le Très Haut c’est bon, on sait qu’il est au-dessus de nous, c’est bon, mais donne-moi le nom qui peut nous faire sortir des corps ». Manoach a voulu l’avoir, mais on lui a dit « Il est un mystère ». Parce qu’en hébreu le mot merveilleux dans ce passage où admirable dans Juges 13 là-bas signifie aussi mystère ça a été traduit dans certaines bibles par mystère. Le mystère de la piété est grand. Josué, le souverain sacrificateur, pouvait venir avec l’onction, avec de l’encens, Satan pouvait lui dire « Mais donne-moi le nom seulement ! ». C’est là que Satan arrivait à bloquer tous les prophètes. Même les prophètes qui étaient morts, Moïse y compris, qui étaient tous dans le séjour des morts là-bas, Samuel y compris, tout le monde ! Même quand ils pouvaient dire à Satan « Libère-nous ! », Satan disait seulement une seule chose « Donnez-moi le nom ! ». Samuel dira même à Saül « Demain tu seras avec moi ici dans le séjour des morts ». Et les bons et les mauvais, tout le monde était dedans, dans le séjour des morts, prisonniers, captifs selon Hébreux 4. Maintenant Élie et Élisée avaient un nom, ils avaient reçu le nom de Dieu, mais le nom le plus glorieux, le nom le plus puissant était caché.
Frères, oh que Dieu nous aide !
Maintenant Jésus vient pendant trois ans, il enseigne les apôtres, il a pris seulement douze personnes. L’intimité ! Dans l’intimité, il leur révèle le nom de Dieu. « Voilà le nom de Dieu c’est… ». « Ah bon ? » Pierre était là aussi ce jour-là, Pierre notait « Ah bon ?!? C’est ce nom-là ? » Mes amis, maintenant allons vérifier si Pierre avait compris ce nom-là.
Nous sommes dans Actes chapitre 4 : 11 et 12. 
Je pense que Dieu nous ouvre les yeux ce soir. 
Jésus est la pierre rejetée par vous qui bâtissez, et qui est devenue la principale de l’angle. Il n’y a de salut en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés.
Mes amis, Pierre était là ce jour-là quand Jésus Christ disait « Je leur ai fait connaître ton nom ». Pierre était là, Pierre a noté. Et quand Jésus était mort et ressuscité et qu’il est monté au ciel, Pierre se retrouve devant les pharisiens, devant les chefs des juifs, des gens qui n’osaient pas prononcer le nom de Dieu, le tétragramme, Pierre leur dit ceci « Yehoshua, Jésus-Christ est la pierre angulaire que vous qui bâtissez avez rejeté. Cette pierre est devenue incontournable ». Et il rajoute encore, là il va enfoncer le clou, il dit « Il n’y a aucun autre nom... ». « Frère, attends, attends, attends ! Les juifs appelaient Dieu Hachem ». Pierre dit « Ce n’est pas ça ! » « Ils l’appelaient Adonaï », Pierre dit « bah oui, mais Adonaï veut dire simplement Seigneur il y a plusieurs seigneurs ». Paul le dit « Il y a plusieurs seigneurs ». César aussi on l’appelait seigneur. Pierre dit « Ce n’est pas ça ! » « Élohim alors ? » Il dit « Ok Elohim veut dire aussi Dieu ». El c’était connu, El c’était connu, frères, même chez les Babyloniens le dieu El était adoré. Pierre dit « Ce n’est pas ça ! » Il dit « Il y a un seul nom… ». Non ça, c’est terrible. Il dit « Il n’y a aucun autre nom… ». Quelle affirmation ! « … sous le ciel… » Ça veut dire que toute la planète Terre est sous le gouvernement, sous l’autorité d’un seul nom. Et il dit « Il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes… ».
Frères, laissez-moi vous dire les hommes ont plusieurs noms. Le premier à avoir hérité d’un nom c’est Adam. Adam a reçu le mandat de la part du Créateur pour donner des noms aux créatures, aux animaux ainsi qu’à sa femme. Quand il a vu Ève, sa femme, il va lui dire « On l’appellera Ève », femme, isha. Et Adam a donné des noms aux animaux. Vous savez, je vais vous dire une chose derrière chaque nom il y a une personnalité, il y a un pouvoir, il y a une puissance. Derrière chaque nom, il y a une autorité qui va avec. Vous devez le savoir, c’est très important. Quand Adam donnait des noms aux animaux, c’est comme s’il leur conférait, en tant que gouverneur de la Terre, Adam, c’est comme s’il leur conférait un pouvoir, un caractère. C’est terrible ! Regardez un peu, il donne le nom de lion à cet animal. Le lion, quand on parle du lion on voit automatiquement la force, le règne. Quand on parle de l’agneau, on voit automatiquement la douceur, l’innocence. Quand on parle de cafards… vous voyez, même en français on dit « J’ai le cafard en ce moment ». C’est terrible. Le cafard, ça sonne faux, ça sonne problème. Quand on parle de souris. « Ahhhhhhh ! Rat ! » Vous voyez tout le monde veut tuer les rats. Quand on dit serpent tout de suite on voit la séduction. C’est terrible ! Le cheval tout de suite on voit la course, la vigueur. Le bœuf, la force. Le taureau, la force. Vous voyez, frères, derrière chaque nom il y a une autorité, il y a une puissance.
Maintenant, le nom de Dieu que tous les Hébreux attendaient, le nom de Dieu qui devait être révélé en son temps pour le salut de l’Humanité a été révélé. C’est pour cela dans Matthieu 28 verset 19 Jésus dit aux apôtres « Allez et faites de toutes les nations des disciples les baptisant au nom du Père ». C’est magnifique, Merci Saint-Esprit. Dieu est magnifique. Jésus dit qu’il faut baptiser les hommes au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Le baptême c’est au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Nous sommes d’accord avec les Écritures n’est-ce pas ? Même dans le grec le nom est au singulier. Jésus dit aux apôtres une fois ressuscité, il dit « Allez dans le monde entier faites des disciples et ensuite baptisez les au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit ». Vous comprenez l’illumination ou pas là ? Et dans le grec le nom est au singulier. Même dans vos bibles en français le nom est au singulier. Or s’il y avait trois noms, on allait mettre ce nom-là au pluriel et on allait nous dire exactement quel est le nom du Père, quel est le nom du Fils et quel est le nom du Saint-Esprit parce que le Saint-Esprit n’est pas un nom, le Père n’est pas un nom non plus, le Fils n’est pas non plus un nom. Jésus disait ceci : « Il faudrait les baptiser au nom que le Père porte, au nom que le Fils porte, au nom que le Saint-Esprit porte ». Vous comprenez la révélation ce soir ?
Parce que, Cédric, toi tu es le fils de ta mère donc en tant que fils, ça, c’est un titre, ce n’est pas un nom. Demain tu seras le père de tes enfants, mais imagine-toi maintenant Cédric devant 14 000 pères si on appelle « père » qui va répondre ? Tous les pères, les 14 000 pères ! Donc ça, ce n’est pas un nom. Si on a une salle remplie de 10 000 fils, on appelle « fils », mais personne ne va répondre parce que ce n’est pas un nom. Pour pouvoir identifier chaque fils il faudrait dire maintenant fils de. Vous voyez ? Maintenant si vous dites « Esprit » « Saint-Esprit »… il faut un nom !
Voilà pourquoi Jésus disait « Il faudrait les baptiser au nom que le Père porte, au nom que le Fils porte, au nom que l’Esprit de Dieu porte ». Allons voir maintenant si les apôtres ont obéi à cet ordre-là, s’ils ont utilisé trois noms pour le baptême. Vous voulez vérifier ? On va vérifier dans la Parole de Dieu.
Est-ce que vous aimez la Parole de Dieu ? Est-ce que vous aimez Jésus de Nazareth ? Vous aimez la Parole n’est-ce pas ? Dieu est magnifique. Gloire à Dieu !
Nous sommes dans Actes 8 : 34 L’eunuque dit à Philippe : Je te prie, de qui le prophète parle-t-il ainsi ? Est-ce de lui-même, ou de quelque autre ? Alors Philippe, ouvrant la bouche et commençant par ce passage, lui annonça la bonne nouvelle de Jésus. Comme ils continuaient leur chemin, ils rencontrèrent de l’eau. Et l’eunuque dit : Voici de l’eau ; qu’est-ce qui empêche que je ne sois baptisé ? Philippe dit : Si tu crois de tout ton cœur, cela est possible. L’eunuque répondit : Je crois que Jésus Christ est le Fils de Dieu. Il fit arrêter le char ; Philippe et l’eunuque descendirent tous deux dans l’eau, et Philippe baptisa l’eunuque.
On va aller dans un autre passage qui est beaucoup plus explicite.
Actes 10 : 44 à 48 Comme Pierre prononçait encore ces mots, le Saint-Esprit descendit sur tous ceux qui écoutaient la parole. Tous les fidèles circoncis qui étaient venus avec Pierre furent étonnés de ce que le don du Saint-Esprit était aussi répandu sur les païens. Car ils les entendaient parler en langues et glorifier Dieu. Alors Pierre dit : Peut-on refuser l’eau du baptême à ceux qui ont reçu le Saint-Esprit aussi bien que nous ? Et il ordonna qu’ils fussent baptisés au nom du Seigneur. Sur quoi ils le prièrent de rester quelques jours auprès d’eux.
Qu’ils soient baptisés an nom de qui ? Au nom du Seigneur. Donc au nom du Seigneur. Seigneur c’est Adonaï, en grec Kurios. Et on nous dit que ce Seigneur-là, Adon ou Adonaï ou Kurios à un nom. Donc on n’a pas vu Pierre baptiser Corneille au nom de trois noms. « Je te baptise au nom du Père qui s’intitule… je te baptise au nom du Fils qui porte tel nom et je te baptise au nom du Saint-Esprit qui porte tel nom ». Non ! Au nom du Seigneur.
Allons voir encore plus loin. Vous aimez la Parole n’est-ce pas ?
Actes 8 : 14 à 16 Les apôtres, qui étaient à Jérusalem, ayant appris que la Samarie avait reçu la parole de Dieu, y envoyèrent Pierre et Jean. Ceux-ci, arrivés chez les Samaritains, prièrent pour eux, afin qu’ils reçussent le Saint-Esprit. Car il n’était encore descendu sur aucun d’eux ; ils avaient seulement été baptisés au nom du Seigneur Jésus.
Ils avaient seulement été baptisés au nom du Seigneur Jésus. 
Mes amis, pourquoi cherchez-vous encore le nom de Dieu ?
Voilà pourquoi dans tout le Nouveau Testament vous ne trouverez pas le nom du Père. « Oh ! le Père s’appelle tant… » Mais le nom a déjà été révélé. Il y a un seul Dieu, il n’y en a pas trois, il n’y en a pas quatre. Les trinitaires nous ont menti. Dieu se manifeste dans plusieurs fonctions, il est Dieu, il est capable de tout, il fait ce qu’il veut sauf qu’il ne pèche pas.
Vous recevez la révélation frères, l’illumination ? Que Dieu nous aide ! On nous a présenté trois Dieu, il n’y en a qu’un et son nom c’est Yehoshua. La Parole est claire !
Nous sommes dans Actes chapitre 16 : 30 il les fit sortir, et dit : Seigneurs, que faut-il que je fasse pour être sauvé ? Paul et Silas répondirent : Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé, toi et ta famille.
Actes 19 : 1 à 7 Pendant qu’Apollos était à Corinthe, Paul, après avoir parcouru les hautes provinces de l’Asie, arriva à Éphèse. Ayant rencontré quelques disciples, il leur dit : Avez-vous reçu le Saint-Esprit, quand vous avez cru ? Ils lui répondirent : Nous n’avons pas même entendu dire qu’il y ait un Saint-Esprit. Il dit : De quel baptême avez-vous donc été baptisés ? Et ils répondirent : Du baptême de Jean. Alors Paul dit : Jean a baptisé du baptême de repentance, disant au peuple de croire en celui qui venait après lui, c’est-à-dire, en Jésus. Sur ces paroles, ils furent baptisés au nom du Seigneur Jésus. Lorsque Paul leur eut imposé les mains, le Saint-Esprit vint sur eux, et ils parlaient en langues et prophétisaient. Ils étaient en tout environ douze hommes.
Jésus dit aux apôtres « Baptisez-les au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit ». Les apôtres ont baptisé, donc Pierre, Jacques et Jean, tous (ont) baptisé au nom de Jésus. Paul arrive après eux, il baptise au nom du Seigneur Jésus. Maintenant on va dire quoi ? Ils s’étaient trompés ? Non ! Dans l’intimité ils avaient reçu la révélation du nom de Dieu. C’est ça la Parole de Dieu. C’est pour cela que Pierre dit « Il n’y a aucun autre nom sous le ciel ». Maintenant s’il y avait (…) trois Dieu chacun dans son coin Dieu le Père là-bas, Dieu le Fils de l’autre côté, Dieu le Saint-Esprit au fond là-bas, maintenant dans ce cas-là on va dire que sous le ciel l’Esprit est exclu, le Père est exclu, il n’y a que Jésus ! Si le Père à un autre nom donc on va dire que sous le ciel le nom du Père ne peut pas sauver. Pierre était catégorique : « Il n’y a aucun autre nom ». Il n’a pas dit qu’un autre prophète allait venir pour nous apporter la Parole. Non ! Il n’a pas dit qu’une autre religion allait remplacer la personne de Christ. Il a dit « sous le ciel, parmi les hommes, les Arabes, les noirs, les blancs, les Chinois, les marrons, les indiens, les pygmées, les riches, les pauvres, les lépreux, les cancéreux… » Pierre a dit « Sous le ciel il n’y a aucun autre nom qui nous ait été donné par lequel nous devions être sauvés ». La Parole est catégorique !
Manoach voulait la révélation du nom. Elle nous a été donnée. Elle nous est donnée.
Voilà pourquoi les pharisiens disaient des apôtres dans Actes 5 « Nous vous avons interdit expressément d’enseigner en ce nom-là ». On va le lire.
Vous aimez la Parole ? Je suis excité ce soir. Ce nom-là me fait trembler dans le bon sens.
Actes 5 : 27 à 28 Après qu’ils les eurent amenés en présence du sanhédrin, le souverain sacrificateur les interrogea en ces termes : Ne vous avons-nous pas défendu expressément d’enseigner en ce nom-là ? Et voici, vous avez rempli Jérusalem de votre enseignement, et vous voulez faire retomber sur nous le sang de cet homme !
Vous voyez frères ? Les pharisiens disent aux apôtres « Ne vous avons-nous pas expressément interdit d’enseigner en ce nom-là ? Vous vous rendez compte que Jérusalem est rempli maintenant de votre enseignement et tout le monde parle de ce nom, tout le monde prononce ce nom ? Maintenant nous là, nous sommes fatigués ». Frères, ils tremblaient comme des feuilles, ce n’était pas eux, c’était les démons qui étaient en eux.
Le nom le plus puissant, le nom qui fait trembler l’enfer.
Frères, je dis ceci, ce soir, les sœurs vous qui êtes amoureuses des frères, si ces frères ne veulent pas de vous, il ne faut pas pleurer. Emparez-vous de ce nom-là, emparez-vous de ce nom et si ces frères vous appellent dites-leur maintenant « Oh non, nous sommes occupées ». « Mon frère, je suis occupée, je suis avec un homme ». Il faut que vous compreniez… Dites-leur « Nous sommes occupées ». « Mon frère toi qui ne veux pas de moi maintenant tu m’appelles ? Laisse-moi te dire rappelle-moi dans trois heures. Je suis avec un homme ». Le frère va se gratter la tête « Mais qu’est-ce qu’elle me fait ? » S’il te rappelle trois heures après, tu dis « Je suis encore occupée, je suis encore avec ». « Mais tu es où ? » « Je suis dans une chambre ». Tu t’arrêtes là seulement.
Le nom !
Mes amis, regardez le nom. David avait reçu partiellement ce nom-là, la révélation de ce nom partiellement, c’était le tétragramme. Quand il a confronté Goliath, Goliath l’a maudit avant de combattre David. C’est comme cela que les satanistes fonctionnent, ils vont te maudire d’abord, ils vont prononcer des paroles pour te paralyser afin de te détruire. Goliath dit à David « Suis-je un enfant pour qu’on m’envoie un petit garçon comme toi que je vais écrabouiller comme un chien ? » En gros. Il a prononcé une parole terrible sur David. David dit « Tu viens contre moi avec la lance et le javelot, mais moi je vais te combattre avec le nom du tétragramme ». Si David qui avait reçu partiellement la révélation du nom de ce Dieu a pu vaincre Goliath qui mesurait plus de trois mètres et nous qui sommes l’Épouse de ce nom-là, nous qui sommes fiancées par le propriétaire de ce nom, nous qui sommes mandatés par le Dieu dont le nom est Yehoshua, Jésus-Christ de Nazareth ? Frères, tous nos Goliath sont à genoux déjà au nom de Yehoshua.
Voilà pourquoi il disait aux apôtres dans Marc chapitre 16 « Allez par le monde entier et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé (…). Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru ». Il dit « Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. En mon nom… »
Si c’était un prophète normal, il n’allait pas parler comme ça.
« En mon nom ils parleront de nouvelles langues ».
Je veux te dire, ce soir, les miracles sont nos compagnons de service ! Quand nous recevons la révélation du nom de Dieu, les miracles automatiquement disent « Nous vous suivons ! Nous vous suivrons partout que ce soit dans la rue nous sommes là, dans les métros nous sommes là, dans les trains nous sommes là ! ». Les possédés sortiront de là délivrés alors que vous n’avez même pas prononcé le nom parce que vos vêtements sont imprégnés de l’onction qui émane de ce nom. Vous comprenez pourquoi l’ombre de Pierre, Pierre portait tellement le nom que son ombre s’est dit « Moi je ne reste pas en retrait ! Moi aussi je veux profiter de l’onction qui émane, que ce nom contient ». L’ombre de Pierre a commencé à guérir les malades, pendant que Pierre passait, l’ombre commençait à guérir. L’ombre ! Nous sommes à l’époque de l’ombre, l’ombre, l’ombre. Et les mouchoirs qui avaient touché le corps de Paul. Le nom ! Tout ça là c’est le nom, les conséquences du nom de Yehoshua, les conséquences du nom de Jésus.
Même si tu as des yeux qui louchent, si tu as la révélation du nom de Jésus, mon frère, ma sœur, les femmes vont commencer à te suivre malgré toi. Maintenant c’est à toi de faire le tri. « Seigneur, montre-moi laquelle est la mienne parce que j’ai du succès ». Frère, ce n’est pas toi qui as du succès c’est le nom que tu portes qui te donnes le succès. Même si tu as une bouche qui est complètement de travers. Même nous qui sommes petits de taille comme des Zachée. Tout le monde pouvait se moquer de nous, frères, les femmes ne pouvaient pas nous regarder, mais grâce au nom, grâce au nom nous sommes sur le sycomore et Jésus s’arrête dessus pour dire « Zachée, descend aujourd’hui je mangerai chez toi ». Le nom ! Frère, laisse tomber ! Nous autres-là, les hommes de petite taille qui pouvait nous regarder ? Qui ? Aujourd’hui, on voit des riches qui sont derrière, on voit des avocats derrière, on voit des juges derrière, on voit des hommes politiques derrière, on voit des colonels, des généraux derrière… Frères, ce n’est pas nous. Le nom !
Ma sœur, honnêtement, l’homme que tu as épousé là, si tu n’étais pas en Christ, est-ce que, honnêtement, tu allais l’épouser ? Mon frère, ta femme-là est-ce que tu pouvais l’avoir vraiment dans le monde ? Vous voyez les conséquences du nom de Jésus ? C’est une grâce ! Aujourd’hui, tu peux te balader partout main dans la main avec ta femme… mais c’est une grâce. Tu vas chanter « Alléluia, alléluia, alléluia, amen ». Ce n’est pas ton pasteur, ce n’est pas ton apôtre, ce n’est pas Shora… c’est le nom !
C’est pour cela si vous avez un problème physique ne soyez plus attristés, soyez fiers, levez-vous et servez ce nom-là, vous allez voir la gloire de Dieu. Les gens sont malades, les gens sont fatigués, ils ne vont pas s’arrêter sur votre petite taille. Oh vous êtes blanc, noir… frères, il ne faut plus être intimidé par quoi que ce soit, il ne faut plus être dans la peur. Non, il ne faut plus être complexé ! Laissez le nom d’Yehoshua vous rendre libres.
Vous avez vu, honnêtement, actuellement les pêcheurs est ce qu’ils ont la côte ? Quand une femme va voir ses parents pour leur dire « Papa, maman je vais épouser un pêcheur, un pêcheur de poissons ». Les parents vont dire quand même « Ah chérie, tu ne veux pas nous amener un avocat, un médecin, un juge ? » Si les pêcheurs sont déconsidérés ; frères, je ne parle pas des patrons pêcheurs qui ont beaucoup d’argent, mais les pêcheurs, pêcheurs là ; si les pêcheurs aujourd’hui, ils sont méprisés, il y a 2000 ans ils l’étaient encore plus. Alors, imaginez qu’Yehoshua est allé attraper quelques pêcheurs, comme Pierre. Il a pris Pierre, il a dit à Pierre « Maintenant je t’envoie avec mon nom ». Vous avez vu l’onction qui accompagnait Pierre ?
Le nom de Jésus-Christ de Nazareth n’est pas n’importe quel nom et vous ne pouvez pas l’utiliser comme un grigri ça ne marchera pas. Pour que la puissance qui accompagne son nom soit opérante, il faut que votre vie soit en accord, en analogie avec les Saintes Écritures. Il faudrait que vous soyez obéissants à la Parole de Dieu et là vous allez expérimenter des choses qui vont vous étonner, qui vont vous choquer. Satan n’a pas peur de nous, les démons n’ont pas peur de nous, mais ils ont peur du nom que nous portons.
Je vais vous dire une chose ici en Occident, en Europe ou dans d’autres pays quand une femme est mariée elle laisse le nom de ses parents et elle va porter le nom de son mari.
L’apôtre Paul dans 2 Corinthiens 11 dit « Oh si vous pouviez supporter de ma part un peu de jalousie parce que je suis jaloux de vous d’une jalousie de Dieu, car je vous ai fiancés à un seul époux pour vous présenter à Christ comme une vierge pure ».
Frère, depuis ta conversion tu es rentré dans le processus de fiançailles. Donc tu ne portes plus ton nom de malédiction, ton nom qui te condamnait. Tes ancêtres te réclamaient parce que tu portais leur nom. À partir de ta conversion, tu portes un autre nom. Tel que tu es là, tu portes le nom d’Yehoshua, Yahvé est salut, le tétragramme est salut, le seul Sauveur. Or Jésus on l’appelle le Sauveur. Et quand l’ange Gabriel a été envoyé auprès de Marie il a dit à Marie « Tu porteras un enfant, tu donneras naissance à un enfant, tu l’appelleras Yehoshua » ça veut dire le tétragramme est salut. Donc tu ne portes plus ton nom, tu portes le nom d’Yehoshua. Donc quand tu vas chercher du boulot, tu dois aller au nom d’Yehoshua. Quand tu vas t’inscrire au chômage là-bas, inscris-toi au nom d’Yehoshua. Le nom d’Yehoshua n’échoue jamais. Avec Dieu nous ferons des exploits. Mes amis, voilà pourquoi nous allons toujours grimper, nous allons toujours monter qu’il pleuve qu’il neige. Moi personnellement je vais vous le dire, ce soir, je monterai toujours parce que mon Dieu est monté, il est descendu dans les régions inférieures, il a libéré les captifs, il est monté avec eux. Frères, je suis monté avec lui et assis dans les cieux en lui.
Vous savez Jésus est Dieu. Quand on dit que Jésus est assis à la droite du Père est-ce que vous avez vu deux personnes là-haut au ciel sur un trône ? Non ! C’est un langage symbolique pour nous montrer qu’il est Dieu. Il est Dieu ! Père, Fils et Saint-Esprit il joue plusieurs fonctions, plusieurs rôles parce qu’il est Dieu, il est capable de tout. Mes amis, que Dieu nous aide. Que Dieu nous ouvre les yeux pour que nous comprenions que Jésus est le véritable Dieu. Dieu de gloire et d’Israël.
« En mon nom… »
Nous sommes dans Colossiens 3 : 17 Et quoi que vous fassiez, en parole ou en œuvre, faites tout au nom du Seigneur Jésus, en rendant par lui des actions de grâces à Dieu le Père.
Quoi que vous fassiez, quoique vous fassiez en acte, en œuvre… quoique vous fassiez en parole ou en œuvre. Faites tout…
Vous voulez vous marier, vous allez vous marier tous les deux, faites tout au nom d’Yehoshua c’est le nom qui est devenu incontournable. En parole ou en œuvre. Toute œuvre qui n’a pas pour fondement la personne de Christ doit être rejetée. Toute prédication, tout enseignement qui n’est pas basé sur la personne de Jésus-Christ de Nazareth vous devez le rejeter catégoriquement. Toute église qui n’est pas fondée sur la personne de Christ… parce que Jésus est Dieu, Jésus est le fondement, Jésus est le chemin… Comment une personne peut-elle être plusieurs éléments, plusieurs choses en même temps si ce n’est pas Dieu lui-même ? Tout séminaire, toute conférence, tout enseignement, tout mariage, toutes ces choses qui sont des œuvres si Jésus n’est pas au centre, si Jésus-Christ de Nazareth, Yehoshua, le Fils de David, le Dieu incarné, s’il n’est pas à la base, si son nom n’est pas élevé, frères, rejetez ces choses-là. Vous comprenez le message ? Si c’est un homme qui est à la tête, partez !
Jésus a dit dans Matthieu 18 : 20 « Si deux d’entre vous s’accordent sur la terre pour demander quelque chose il leur sera accordé, car là où deux ou trois sont réunis en mon nom… ». Comment quelqu’un peut-il demander aux gens de se réunir en son nom si ce n’est pas Dieu lui-même ? Comment quelqu’un peut-il demander à ce que les chrétiens se réunissent en son nom si ce n’est pas le nom de Yahvé ?
Donc si vous vous réunissez autour d’une dénomination « Oh ! Moi je suis baptiste. Oh moi je suis pentecôtiste. Oh ! Moi je suis presbytérien. Oh ! Je suis catholique. Oh ! Je suis protestant… » Continuez à protester ! « Oh ! Moi je suis de l’église du sang précieux. Moi je suis de l’église Elim ». Ah bon ? Vous êtes toujours à ce niveau-là ? Ces noms-là viennent des hommes, ils vous conduisent en enfer. « Oh ! Non, moi mon pasteur c’est Shora Kuetu ». Continue comme ça Shora Kuetu lui-même se bat pour aller au ciel. Ne pense pas que ce jour-là je pourrais te défendre pour dire « Seigneur, oui il était à mes côtés ». Chacun, ce jour-là, frères, quand on va nous appeler tout le monde va… (…)
Apocalypse 19 : 11 Puis je vis le ciel ouvert, et voici, parut un cheval blanc. Celui qui le montait s’appelle Fidèle et Véritable, et il juge et combat avec justice. Ses yeux étaient comme une flamme de feu ; sur sa tête étaient plusieurs diadèmes ; il avait un nom écrit, que personne ne connaît, si ce n’est lui-même ; et il était revêtu d’un vêtement teint de sang. Son nom est la Parole de Dieu.
Vous voyez frères ? Son nom est la Parole de Dieu. Ça, c’est glorieux.
Et Jean 1 nous dit « Au commencement était la Parole, la Parole était avec Dieu et la Parole était Dieu ». Et au verset 14 il est dit que la Parole s’est faite chair.
Quelle autre preuve voulez-vous encore pour reconnaître votre Dieu et le recevoir, le servir ? La Parole de Dieu, Yehoshua.
Avec ce nom nous faisons l’œuvre, avec ce nom nous persévérons dans la foi, avec ce nom nous chassons les démons, avec ce nom nous parlons en langues, avec ce nom nous combattons le bon combat, avec ce nom nous pouvons nous marier… toujours autour de ce nom, c’est-à-dire la Parole de Dieu. Et quoique vous fassiez en parole ou en œuvre faites tout au nom du Seigneur Jésus-Christ, c’est-à-dire faites tout selon la Parole de Dieu. Et quand Jésus-Christ disait « Baptisez-les au nom du Père, Fils et Saint-Esprit », il voulait dire littéralement « Baptisez-les selon la Parole de Dieu ». Et selon la Parole on ne peut pas baptiser les gens s’ils ne sont pas convertis, selon la Parole on ne peut pas baptiser les gens s’ils n’ont pas la crainte de Dieu.
Que Dieu nous aide au nom d’Yehoshua.
Question : Il y a un verset qui dit que Jésus-Christ remettra tout pouvoir à son Père. Est-ce que vous pouvez m’expliquer ?
Ça, c’est dans 1 Corinthiens. C’est normal parce qu’après la dispensation du Royaume (…) Dieu a engendré son Fils, Yehoshua, Jésus-Christ pour rattraper l’humanité qui était perdue à cause d’Adam et Ève. Et au travers de Jésus-Christ, son Fils, Dieu nous donne la révélation des fils et des filles qu’il a toujours voulu avoir. Et quand maintenant la dispensation de l’Eglise prendra fin là nous rentrerons dans la dispensation du Père, Dieu en tant que Père comme à l’époque d’Adam et Ève. Et bien sûr, là on aura la pleine révélation comme Paul a pu le dire. Paul disait que « Pour l’instant nous connaissons, nous voyons comme au travers d’un miroir » et Jean dira « quand il viendra nous le verrons tel qu’il est ». Donc là maintenant nous verrons ce Dieu, Père, Tout-Puissant tel qu’il est véritablement. Donc le Fils a été révélé pour amener l’humanité au Père, au Créateur. Donc il a fini sa mission bien sûr, la rédemption, et à la dispensation du Royaume, à la fin du millénium et bien là avec l’enlèvement, on aura la révélation du Père, de ce Dieu tel qu’il est véritablement. Et c’est pour cela que Paul dit qu’après le Royaume, le Fils se soumettra au Père et Dieu sera en tous, dans tout le monde et là ce sera l’illumination, la révélation totale de la personne de ce Dieu tout simplement.
Que Dieu soit béni pour votre amour pour la vérité.
Le nom de Dieu a été révélé, le nom de notre Seigneur et Sauveur c’est la personne d’Yehoshua de Nazareth, Jésus-Christ de Nazareth et son nom est la Parole de Dieu.
Et Jean 1 nous dit « Au commencement était la Parole et la Parole était avec Dieu et la Parole était Dieu ». Donc la Parole est Dieu et on nous dit que cette Parole qui est Dieu a aussi un nom et son nom c’est Yehoshua. Donc vous voyez ? Tout se combine.
Dieu est la Parole, Dieu est un. Il n’y a pas trois Dieu, il n’y a pas quatre Dieu, il y a un seul Dieu et ce Dieu s’est révélé en tant que Dieu d’Abraham, d’Isaac et d’Israël aux patriarches, il s’est révélé en tant que Fils et Père en même temps pendant la dispensation de l’Église et Saint-Esprit en même temps.
Beaucoup sont embrouillés « Mais comment ce Dieu peut-il être Père, Fils et Saint-Esprit ? » Frères, ça reste un mystère, mais Dieu est tout-puissant. Vous êtes un, pourtant vous êtes esprit, âme et corps donc vous n’êtes pas trois. Vous êtes un mais avec plusieurs fonctions que vous pouvez exercer, jouer. (…) On est pères pour ceux qui ont des enfants, fils pour ceux qui ont des parents, citoyens français, frères et sœurs… on a plusieurs fonctions.
Frères et sœurs, quand Yehoshua reviendra on aura la pleine révélation, mais en tout cas vous devez connaître présentement le nom de votre Dieu et selon les Écritures son nom a été révélé à Abraham en tant que El-Shaddaï dans Genèse 17, en tant que El Elyon dans Genèse 14 sous Melchisédek, en tant que Yahvé, le tétragramme à l’époque de Moïse dans Exode 3. Et bien avant l’époque de Moïse, dans Genèse chapitre 2, chapitre 3 on voit le nom de Yahvé apparaître le tétragramme. On l’appelle Élohim Yahvé c’est-à-dire ce nom a été révélé effectivement dans Genèse 2 en rapport avec la création de l’homme au sixième jour de la création, le nom de Yahvé. Donc vous voyez que ce nom avait un rapport avec la rédemption de l’homme, le salut de l’homme c’est pour cela que la première fois où l’on voit dans la Bible le nom de Yahvé, le tétragramme, c’est avec la création d’Adam dans Genèse 2. Donc dans Genèse 1 on ne voit pas ce nom-là, mais dans Genèse 2 on voit le nom de Yahvé parce que l’homme devait être créé. Voilà pourquoi ce nom a été révélé pleinement quand Christ est venu, le Sauveur de l’humanité.
Et Paul, Pierre, Jacques et Jean, tous, ont présenté à leurs contemporains le nom d’Yehoshua, le nom qui sauve. Et il y a une puissance qui se dégage derrière.
Donc ça ne sert à rien d’être des idolâtres, de courir après les hommes, les pasteurs, les apôtres, les prophètes pour qu’ils fassent tout à votre place. Ça ne sert à rien si vous avez des problèmes dans vos foyers d’appeler tout de suite vos pasteurs. Il faut vraiment commencer à invoquer le nom de Dieu. La Bible dit dans Joël 2 : 32 là-bas « Quiconque invoquera le nom de Yahvé sera sauvé ». Et dans Romains Paul dit la même chose « Quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé ». Donc ça ne sert à rien de courir après les hommes. S’il vous plait, ne soyons plus des idolâtres. Invoquons le nom de Jésus-Christ de Nazareth ! Pour vos enfants qui sont malades, pour vos problèmes et allez voir maintenant les frères et sœurs, les pasteurs pour témoigner de ce que Dieu fait dans vos vies. Soyons des hommes faits, grandissons, passons à autre chose et que chacun de vous s’approprie le nom de son Dieu, de notre Dieu, c’est-à-dire Yehoshua. Donc n’utilisons plus d’autres noms, les noms des hommes pour concurrencer le nom de Dieu s’il vous plait. Passons à la vitesse supérieure avec le nom de notre Dieu. Et Dieu nous bénira encore au nom d’Yehoshua.
Que Dieu vous garde, que Dieu vous bénisse que Dieu vous protège, que le nom d’Yehoshua vous protège.
Dieu nous a fait du bien.
Question : Je viens d’une religion, les témoins de Jéhovah qui disent qu’ils sont les seuls à utiliser le nom de Dieu qui est Jéhovah et qu’ils sont dans le vrai parce que Dieu a un nom et que ce nom-là est Jéhovah.
Jéhovah a été rajouté plus tard. C’est plutôt le tétragramme, YHWH, qui a été par la suite transformé en Yahvé ou encore en Jéhovah. Mais sinon c’est le tétragramme, YHWH.
Merci Seigneur pour l’œuvre que tu fais.
J’ose croire que vous avez été éclairés.
Si tous les chrétiens s’appropriaient le nom de Jésus-Christ pour prier pour les malades, pour prier sur eux-mêmes, pour chasser les démons avec la Parole, bien sûr, je crois qu’il y aurait moins de victimes de charlatans, de faux prophètes, de faux pasteurs dans nos églises. Si tous les chrétiens s’étaient approprié le nom de notre Dieu, je vous assure en marchant dans la sanctification très peu seraient dépouillés par les faux pasteurs.
(…)


Matthieu 25:1 à 13

Alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent à la rencontre de l'époux. Cinq d'entre elles étaient folles, et cinq sages. Les folles, en prenant leurs lampes, ne prirent point d'huile avec elles; mais les sages prirent, avec leurs lampes, de l'huile dans des vases. Comme l'époux tardait, toutes s'assoupirent et s'endormirent. Au milieu de la nuit, on cria: Voici l'époux, allez à sa rencontre! Alors toutes ces vierges se réveillèrent, et préparèrent leurs lampes. Les folles dirent aux sages: Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s'éteignent. Les sages répondirent: Non; il n'y en aurait pas assez pour nous et pour vous; allez plutôt chez ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous. Pendant qu'elles allaient en acheter, l'époux arriva; celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. Plus tard, les autres vierges vinrent, et dirent: Seigneur, Seigneur, ouvre-nous. Mais il répondit: Je vous le dis en vérité, je ne vous connais pas. Veillez donc, puisque vous ne savez ni le jour, ni l'heure. Matthieu 25: 1 à 13