La femme selon Dieu - Shora Kuetu



« Femmes, soyez de mêmes soumises à vos maris, afin que, si quelques-uns n'obéissent point à la parole, ils soient gagnés sans parole par la conduite de leurs femmes, en voyant votre manière de vivre chaste et réservée.
Ayez, non cette parure extérieure qui consiste dans les cheveux tressés, les ornements d'or, ou les habits qu'on revêt, mais la parure intérieure et cachée dans le coeur, la pureté incorruptible d'un esprit doux et paisible, qui est d'un grand prix devant Dieu.
Ainsi se paraient autrefois les saintes femmes qui espéraient en Dieu, soumises à leurs maris ; comme Sara, qui obéissait à Abraham et l'appelait son seigneur. C'est d'elle que vous êtes devenues les filles, en faisant ce qui est bien, sans vous laisser troubler par aucune crainte » 1 Pierre 3 :1-6.
Dans ce passage, l’apôtre Pierre qui donne des conseils aux femmes, prend Sara comme exemple par excellence. Sara est un modèle pour toutes les femmes qui veulent servir Dieu comme il se doit. La femme soumise à son mari doit avoir connaissance du rôle qu’elle doit tenir envers lui et envers sa famille.
Quelle est le rôle de la femme auprès de son mari ?


« Alors l'Éternel Dieu fit tomber un profond sommeil sur l'homme, qui s'endormit ; il prit une de ses côtes, et referma la chair à sa place. L'Éternel Dieu forma une femme de la côte qu'il avait prise de l'homme, et il l'amena vers l'homme » Genèse 2 : 21-22.
La femme a été tirée de la côte de l’homme. Le terme « côte » vient de « tsela » en hébreux qui désigne la poutre. Par conséquent, la femme a un ministère fondamental de soutien. Si cette dernière n’est pas mariée, elle risque certainement de dérailler. Il est donc important qu’elle puisse être protégée par son mari. Rappelons que l’homme est la tête qui donne « kephale » en grec soit le chef. De même, que  Christ est le chef de l’Eglise, l’homme est le chef de la femme.
« Il est la tête du corps de l'Église ; il est le commencement, le premier-né d'entre les morts, afin d'être en tout le premier » Colossiens 1 :18.
Aussi, l’homme est le cerveau, il agit avec l’intellect tandis que la femme agit avec les émotions donc le cœur. Or, une femme qui n’a pas de cerveau, de tête ou de chef va tenter de se masculiniser afin de diriger. La femme Jézabel illustre parfaitement ce fait. En effet, Jézabel a pris autorité sur Achab, elle est devenue le toit, c’est pourquoi elle a pris la décision d’adresser des lettres aux anciens et aux magistrats (qui habitaient dans la ville de Naboth) de les sceller du sceau d’Achab en leur donnant l’ordre de lapider Naboth (1 Rois 21).
Il est important de savoir que les côtes ne sont pas visibles. Elles sont dissimulées. Ainsi la femme est centrale mais en interne. En effet, celle-ci occupe une place importante bien qu’elle ne soit pas remarquée. Prenons l’exemple des organes vitaux essentiels au fonctionnement du corps humain. Le cœur ne se voit pas au premier abord mais c’est lui qui envoie  le sang aux autres organes, de même l’estomac ne se voit pas mais c’est lui qui broie nos aliments et qui fait donc un travail de tri au niveau digestif. Tout comme les organes du corps la femme n’a pas besoin d’être vue mais d’être sous la couverture de son mari. Soulignons que le mot femme en hébreux a la même racine que le mot homme. Il s’agit de « ish » pour l’homme et de « isha » pour la femme. Comprenons, que la femme est tirée de l’homme tout comme la mangue vient du manguier. Ainsi, de la même manière que le fruit vient de son arbre fruitier, la femme vient de l’homme. C’est pourquoi une femme qui aspire au ministère doit être mariée afin de ne pas tomber dans la révolte ou le libertinage.
« C'est ainsi que les maris doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme s'aime lui-même.
Car jamais personne n'a haï sa propre chair ; mais il la nourrit et en prend soin, comme Christ le fait pour l'Église, parce que nous sommes membres de son corps.
C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair.
Ce mystère est grand ; je dis cela par rapport à Christ et à l'Église.
Du reste, que chacun de vous aime sa femme comme lui-même, et que la femme respecte son mari » Ephésiens 5 :29-33.
L’homme et la femme liés par les liens du mariage doivent marcher selon le Seigneur, exécutant le rôle que le Seigneur leur a donné afin de vivre dans l’harmonie que Dieu a planifié. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’ils se complètent.
« Maris, montrez à votre tour de la sagesse dans vos rapports avec vos femmes, comme avec un sexe plus faible ; honorez-les, comme devant aussi hériter avec vous de la grâce de la vie. Qu'il en soit ainsi, afin que rien ne vienne faire obstacle à vos prières » 1 Pierre 3 :7.
En effet, la femme est émotionnelle et l’homme est cérébral, la complémentarité est fondamentale car Dieu qui sait et connaît toutes choses avait prévu cela. C’est pourquoi il les a unis afin d’amener l’équilibre qui assigne leurs fonctions.
Pierre nous enseigne sur le fait que la femme doit être couverte par son mari. Notons qu’Eve était remplie de la gloire de Dieu mais elle a chuté et a entraîné Adam dans sa faute. C’est pourquoi, la femme qui est le soutien de son mari a besoin d’une tête capable de la raisonner, lorsque les émotions prennent le pas. Certaines diront, Christ est mon époux, c’est exact mais cela n’exempte pas le fait de se marier.
L’apôtre Paul a écrit : « Je veux donc que les jeunes se marient, qu'elles aient des enfants, qu'elles dirigent leur maison, qu'elles ne donnent à l'adversaire aucune occasion de médire » 1 Timothée 5 :14.
Sara est un exemple parfait de la femme selon Dieu. En effet, si Abraham a été appelé le père de la foi, c’est parce qu’il avait une femme de valeur à ses côtés. Une femme qui s’est distinguée et qui a aidé le patriarche tout au long de son ministère.
« Écoutez-moi, vous qui poursuivez la justice, Qui cherchez l'Éternel ! Portez les regards sur le rocher d'où vous avez été taillés, Sur le creux de la fosse d'où vous avez été tirés.
Portez les regards sur Abraham votre père, Et sur Sara qui vous a enfantés ; Car lui seul je l'ai appelé, Je l'ai béni et multiplié » Esaïe 51 :1-2.
Au VIII è siècle av J-C, Esaïe va parler de la figure éminente de Sara. Et ce n’est pas pour rien car Sara est l’image de la femme selon Dieu. Elle est celle qui va contribuer à la réussite du ministère d’Abraham. Notons que Sara signifie « ma princesse ». Le mot princesse désigne un titre de noblesse. Toutefois, en tant que femme d’Abraham, Sara connaissait ses limites puisqu’elle appelait Abraham « mon Seigneur ». Par conséquent, Sara avait conscience de la position qu’elle avait auprès de son mari.
Contrairement à Sara, Jézabel est l’exemple de la femme rebelle et manipulatrice. Cette dernière qui dominait sur Achab prenait autorité sur lui. Nous en revenons toujours à l’essentiel, une femme peut être leader, mais elle doit connaître les règles à ne pas entraver. C’est pourquoi celle-ci, comme dit précédemment, doit être couverte par son mari. Cette prérogative de Dieu permet à la femme de connaître le périmètre sur lequel elle doit cheminer. Lorsque Dieu a demandé à Abram de quitter le pays de son père Térach, Sara l’a suivi. Elle a été cette vraie aide pour lui.
Raison pour laquelle, la femme doit veiller car même si elle est remplie du Saint Esprit elle peut être un instrument dans les mains de l’ennemi pour faire chuter son mari. La femme est un sexe faible. Dieu dans sa prescience a donc établi un équilibre en combinant la tête qu’est censé être l’homme et le cœur au travers duquel la femme agit.
Un homme également, qui n’est pas aidé par une femme aux caractéristiques de Sara peut facilement dévier. Alors, essayons de voir quelles étaient les caractéristiques de Sara.
« Ayez, non cette parure extérieure qui consiste dans les cheveux tressés, les ornements d'or, ou les habits qu'on revêt, mais la parure intérieure et cachée dans le cœur, la pureté incorruptible d'un esprit doux et paisible, qui est d'un grand prix devant Dieu » 1 Pierre 3 : 3-4.
LA PARURE INTÉRIEURE
La parure intérieure relève de ce qui est au-dedans du cœur. Notons toutefois, que la parure désigne un bijou, un objet de grand prix de grande valeur. Ainsi, les qualités d’une femme telle que : la douceur dans la manière de s’exprimer est comparable à un ornement soit quelque chose de précieux.  La femme doit apporter la paix lorsqu’elle s’exprime et doit être soumise à son mari dans le cas contraire elle est une carie. Remarque, si  la femme est comblée et aimée de son mari il n’est pas difficile pour elle de se soumettre. La femme de valeur est celle dont le cœur a véritablement été transformé par Christ. Il convient donc à cette dernière de faire un travail sur l’intérieur de son cœur, d’être renouvelée dans son esprit afin de faire la différence. C’est alors qu’elle portera la parure intérieure. Sachant, que Satan qui aime singer Dieu utilise les apparences afin que la femme soit vêtue d’une parure indécente.
Nous vivons à une époque où le corps de la femme est instrumentalisé.
C’est pourquoi la femme selon Dieu doit veiller sur sa parure. Contrairement à la femme vertueuse, la femme blessée aura une parure indécente, manifeste à l’égard des autres dans le but d’attirer les regards sur elle. Il s’agit de la femme à l’image de la séduction, cette dernière est d’ailleurs comparable à l’église apostate qui renie la Parole de Dieu, qui vit selon le siècle présent dans la rébellion et la révolte vis-à-vis de l’époux.
« Je veux aussi que les femmes, vêtues d'une manière décente, avec pudeur et modestie, ne se parent ni de tresses, ni d'or, ni de perles, ni d'habits somptueux, mais qu'elles se parent de bonnes œuvres, comme il convient à des femmes qui font profession de servir Dieu » 1Timothée 2 : 9-10.
La parure intérieure se réfère à une coiffure qui n’appelle pas la séduction.
[NB : Il y a eu des cas de délivrance, où des démons ne voulaient pas sortir à cause des mèches brésiliennes que portaient des femmes].
Comprenons, que la parure indécente met l’accent sur les choses extravagantes. Or, il faut que nous puissions saisir que de même que la femme est la poutre couverte par le toit qu’est son mari, celle-ci doit être cachée au travers d’une parure intérieure et non extérieure. Tout comme l’Eglise est cachée avec Christ en Dieu (Colossiens 3 : 3-4).
Ajoutons aussi, que le corps humain, est constitué d’un cœur, organe fondamental mais qu’on ne voit pas. Dieu règne sur toutes choses mais on ne le voit pas non plus. La femme doit donc se cacher. Celle-ci ne doit pas porter de vêtements indécents.
Il est important de savoir que nous vivons dans des temps terribles ou l’on peut remarquer une prolifération de films pornos très accessibles ce qui conduit à une recrudescence de malades sexuels. Il serait difficile, pour ce type d’individus de se contenir ou de se maîtriser. C’est pourquoi, il est utile que la femme craigne Dieu, qu’elle se préserve, en se cachant. En effet, il ne faudrait pas qu’elle s’expose, ce qui la conduirait à se mettre en danger tel : secouer le drapeau rouge devant le taureau.
APPLIQUER LA PAROLE DE DIEU
La femme doit se parer de bonnes œuvres.
« Réjouissons-nous et soyons dans l'allégresse, et donnons-lui gloire ; car les noces de l'agneau sont venues, et son épouse s'est préparée, et il lui a été donné de se revêtir d'un fin lin, éclatant, pur. Car le fin lin, ce sont les œuvres justes des saints » Apocalypse 19 :7-8.
Le fin lin désigne les bonnes œuvres que Dieu a préparées d’avance pour nous afin que nous puissions les pratiquer (Ephésiens 2 :10). Pour pouvoir mettre à exécution ces bonnes œuvres la femme doit être prête à contrôler ses émotions, cette dernière doit gérer sa langue, elle doit tout simplement avoir la maitrise de soi. Jésus amène la sureté à la femme.
« Je ne permets pas à la femme d'enseigner, ni de prendre de l'autorité sur l'homme ; mais elle doit demeurer dans le silence.
Car Adam a été formé le premier, Eve ensuite ; et ce n'est pas Adam qui a été séduit, c'est la femme qui, séduite, s'est rendue coupable de transgression » 1 Timothée 2 :12-14.
Paul n’était pas contre le ministère de la femme bien au contraire, ce dernier a encouragé les femmes. Mais, c’est à cause des femmes rebelles qu’il avait décidé que celles-ci demandent conseil à leurs maris. Ce qui est tout à fait logique puisque l’homme est le chef. On pourrait même penser que c’est la raison pour laquelle Jésus a choisi 12 hommes comme apôtres. Néanmoins, il y a eu des femmes selon Dieu, dans la Bible qui ont fait la différence. Des femmes comme : Priscille qui a exercé un ministère apostolique avec son mari Aquilas (Actes 18). Des femmes comme Junias aussi qui a exercé le ministère apostolique avec son mari Andronicus. L’épître aux Philippiens nous parle également de deux femmes Evodie et Syntiche. Ces deux femmes avaient des comportements acariâtres, c’est pourquoi l’apôtre Paul va demander à ce qu’un homme les aide.
L’HOSPITALITÉ
« Abraham alla promptement dans sa tente vers Sara, et il dit : Vite, trois mesures de fleur de farine, pétris, et fais des gâteaux. Et Abraham courut à son troupeau, prit un veau tendre et bon, et le donna à un serviteur, qui se hâta de l'apprêter.
Il prit encore de la crème et du lait, avec le veau qu'on avait apprêté, et il les mit devant eux. Il se tint lui-même à leurs côtés, sous l'arbre. Et ils mangèrent.
Alors ils lui dirent : Où est Sara, ta femme ? Il répondit : Elle est là, dans la tente » Genèse 18 : 5-9.
Dans ce passage, on peut voir à quel point Sara était soumise et affable.
Toutefois, soulignons aussi que le mot « tente » c’est cukkah qui désigne un abri voire le tabernacle où se trouve la présence de Dieu. Saisissons que les femmes doivent être cachées par la toiture qui se réfère à leurs maris.
« Il en est parmi eux qui s'introduisent dans les maisons, et qui captivent des femmes d'un esprit faible et borné, chargées de péchés, agitées par des passions de toute espèce » 2 Timothée 3 : 6.
Sara était dans la tente qui symbolise la présence de Dieu. Ainsi la femme doit développer son intimité avec Dieu.
LA PERSÉVÉRANCE
Sara est aussi l’image de la femme qui a été intègre et qui a demeuré dans cette intégrité. En effet, celle-ci était demi-sœur d’Abraham, sa relation fraternelle avec Abraham est aussi une autre caractéristique de l’alliance qui lie l’homme et la femme.
« J'entre dans mon jardin, ma sœur, ma fiancée ; Je cueille ma myrrhe avec mes aromates, Je mange mon rayon de miel avec mon miel, Je bois mon vin avec mon lait... -Mangez, amis, buvez, enivrez-vous d'amour ! »  Cantiques des Cantiques 5 : 1.
Le ministère de Christ a aussi été accompagné de femmes éminentes (Luc 8 :1-4). C’est pourquoi à son poste, en tant que poutre et soutien, cachée la femme reste une aide loin d’être négligeable.


Matthieu 25:1 à 13

Alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent à la rencontre de l'époux. Cinq d'entre elles étaient folles, et cinq sages. Les folles, en prenant leurs lampes, ne prirent point d'huile avec elles; mais les sages prirent, avec leurs lampes, de l'huile dans des vases. Comme l'époux tardait, toutes s'assoupirent et s'endormirent. Au milieu de la nuit, on cria: Voici l'époux, allez à sa rencontre! Alors toutes ces vierges se réveillèrent, et préparèrent leurs lampes. Les folles dirent aux sages: Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s'éteignent. Les sages répondirent: Non; il n'y en aurait pas assez pour nous et pour vous; allez plutôt chez ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous. Pendant qu'elles allaient en acheter, l'époux arriva; celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. Plus tard, les autres vierges vinrent, et dirent: Seigneur, Seigneur, ouvre-nous. Mais il répondit: Je vous le dis en vérité, je ne vous connais pas. Veillez donc, puisque vous ne savez ni le jour, ni l'heure. Matthieu 25: 1 à 13