L'amour de Dieu - Shora Kuetu




1 Corinthiens 13

L’amour !
Alors qui veut aimer Dieu ? Qui a du mal à aimer Dieu ?
1 Corinthiens 13 : 1 Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas la charité, je suis un airain qui résonne, ou une cymbale qui retentit.
Regardez le nombre de chrétiens qui veulent parler en langues. Qui aimerait parler en langues ? Vous voyez à chaque fois des mains sont levées et c’est bien parce que c’est normal en tant que chrétiens de demander des dons à notre Père céleste.
Paul dit « Quand je parlerai les langues des hommes » c’est-à-dire tu peux parler l’anglais, l’arabe, le chinois… parler plusieurs langues et aussi, en plus de cela, parler les langues des anges et si tu n’as pas la charité ; voilà le vrai mot ici la charité ; tu n’es rien. C’est-à-dire dans le Royaume de Dieu, Dieu nous qualifie par rapport à l’amour, par rapport à la charité et non par rapport aux dons.
Paul continue, il dit « Et quand j'aurais le don de prophétie… ».

Qui n’aimerait pas prophétiser, qui n’aimerait pas avoir le don de prophétie ?
Je me rappelle quand on s’est converti, on courait après ce don. Quand on me parlait de quelqu’un qui prophétisait je pouvais faire des kilomètres et des kilomètres pour aller entendre cette prophétie. Jusqu’à ce qu’un jour en 1997 à Paris, j’entends dire qu’une sœur prophétisait à Paris dans une église de maison et qu’elle était puissamment utilisée par Dieu. J’ai pris mes jambes à mon cou, de Massy-Palaiseau donc à 15 kilomètres de là à peu près, j’ai couru jusque là-bas et là j’ai eu ma dose ce jour-là, j’ai eu vraiment une bonne dose, une bonne claque de la part du Seigneur pour être discipliné, pour ne plus courir après les prophéties. Quand je suis arrivé effectivement la sœur prophétisait. Il y avait du monde qui l’écoutait… c’était waou. Mais vous savez ceux qui ont souvent tendance à prophétiser aiment aussi se gesticuler, ils ont une gestuelle, des manières de faire pour en même temps séduire. Et moi j’étais là, j’avalais ses prophéties jusqu’à ce qu’elle me dise que Jésus-Christ allait revenir en 1999. Là je leur ai dit « Mes cocos, mes cocottes, c’est fini parce que le jour du retour du Seigneur personne ne le connaît » alors je suis reparti complètement blessé.
Qui n’aimerait pas prophétiser ? Qui n’aimerait pas ? Regardez dans nos églises comment beaucoup de gens courent après la prophétie. Quand on dit qu’un prophète arrive dans une église mais il va y avoir une queue ! Il y a même des gens qui ont des cahiers de prophétie, attention !! Vous savez pourquoi ? Parce que nous voulons connaître notre avenir. « Pasteur, dis-moi comment ça va se passer demain pour moi. Est-ce que j’aurais du boulot ou pas ? ». Moi j’ai été même sollicité, souvent, par les gens pour me dire « N’as-tu rien reçu pour moi ? ». Vous voyez comment on me pousse à prophétiser ? Et là si tu ne fais pas à attention (prière en langue) « Si, si, si ».
La prophétie !
Quand j’aurais le don de prophétiser et si je n’ai pas l’amour je ne suis rien.
Comment quelqu’un peut-il parler en langues, prophétiser et manquer la charité ? Oui ça arrive même très souvent.
Vous savez dans les dons de prophétie, parler en langues, je peux y voir aussi le don de chanter. Avoir une belle voix, avoir des aptitudes musicales très poussées, cette capacité de jouer de plusieurs instruments. J’ai vu dans ma vie chrétienne des gens qui prophétisaient, frères, c’était terrible. Et, quand, après les prophéties, je les ai vus, je les ai entendus mentir, pécher, aller avec des femmes, des hommes. J’ai vu des gens chanter, quand ils se mettent à chanter tout le monde vibre. Quand ils finissent de chanter tu vois le péché sexuel. Tu te dis « Mais ce n’est pas normal comment cela est-il possible ? ». Le charisme c’est-à-dire les dons, les dons de l’Esprit. On se laisse berner facilement par le charisme, par les dons, l’onction… tout ça là, ça fait partie des dons, des charismes. L’onction quand on chante, quand on prêche, quand on prie… j’ai vu tout ça.
Frères, Paul dit, il dit « quand j’aurais la science de tous les mystères… ».
La science, la connaissance.
…et toute la connaissance, quand j'aurais même toute la foi jusqu'à transporter des montagnes, si je n'ai pas l’amour, je ne suis rien.
Mes amis, vous vous rendez compte ? Donc ce ne sont pas les dons qui nous donnent la valeur aux yeux de Dieu, ce ne sont pas les dons qui nous qualifient. Pas du tout ! Il dit « Celui qui chante, celui qui prie, celui qui prêche, celui qui fait des miracles, celui qui a la foi s’il n’a pas amour il n’est rien ». Littéralement il n’est pas sauvé parce qu’il n’a pas Dieu. (…)
Il dit « Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres… ».
(…) Imaginez quelqu’un qui est riche, qui prend toute sa richesse, qui va dehors, qui voit les clochards, qui les nourrit. Il ouvre sa maison pour inviter les gens manger tout le temps. (…) Inviter les gens chez toi quotidiennement n’est pas un signe d’amour, mais pas nécessairement. Frères, en tant que chrétiens nous sommes tellement naïfs que nous nous faisons avoir à chaque fois.
Quand je distribuerais tous mes biens…
Quels sont les biens terrestres que nous pouvons posséder ? Maisons, voitures, vêtements, bijoux… donc imagines toi, tu prends ta maison, tu la cèdes à quelqu’un qui en a besoin. Tu prends tes vêtements, tu te dépouilles, tu te retrouves pratiquement nu, tu les donnes à quelqu’un. Tu prends tes bijoux, tu les donnes à quelqu’un. Tu prends ton véhicule, tu vas rendre des services aux frères et sœurs ici et là. Et la Bible dit même si tu fais ça tu peux aussi manquer d’amour.
L’Abbé Pierre a fait ça ! En France, Coluche il a fait cela, il a ouvert les restos du cœur, ça a nourri des millions de gens, c’est incroyable. Dans ce domaine on peut dire qu’il a fait mieux que nos pasteurs, que nous autres. Mère Teresa qui mangeait avec les pauvres en Inde. Vous voyez ?
Frères, le chemin du ciel beaucoup pensent qu’ils sont sur ce chemin, il va y avoir des surprises ! Oh ! Quelle souffrance, quelle déconvenue pour ceux et celles qui croyaient que leur nom était sur le livre de vie et là où devait être leur nom il y a un vide ! Quelle confusion, quelle déconvenue ! Pourquoi ? Parce que nous, humains, nous mettons trop l’accent sur les œuvres, les grandes œuvres que les hommes font, que le monde nous donne à faire et on croit que c’est à cause de ces œuvres que nous allons être justifiés. Paul ici est en train de démontrer aux chrétiens de Corinthe qu’ils ne peuvent pas être justifiés par les œuvres, qu’ils ne pouvaient pas être justifiés par les œuvres parce que ces œuvres-là, les païens les font plus que nous. Vous avez vu les logements sociaux, qui sont ceux qui nous les attribuent ? Ce sont les païens qui le font, ce ne sont pas des chrétiens. Ceux qui nous logent ce sont des païens ! C’est pour cela que Paul dit « Je peux donner tous mes biens et manquer d’amour ». Ceux qui ne travaillent pas et qui ont une aide financière, je ne sais pas comment vous l’appelez ici, ceux qui vous donnent cette aide financière mais ce sont des païens. Ils le font mieux que certains pasteurs qui prennent l’argent des gens et qui le détournent, ils le détournent ! Mais les païens prennent leur argent et vous nourrissent. Vous voyez la confusion ? Parce qu’on a cru que parler en langues c’est ce que Dieu voulait d’abord, on a cru que prophétiser, chanter, faire des concerts ici et là c’est ce que Dieu voulait d’abord. C’est pour cela nous nous faisons la guerre, la guerre des chefs, la guerre des titres, la guerre des postes, qui va faire mieux, qui va diriger mieux, qui va être le plus vu alors qu’on n’a pas forcément reçu cet appel, on veut porter l’arche de Dieu alors qu’on n’a pas reçu le mandat.
Quand je livrerai même mon corps pour être brulé…
Combien d’hommes ne se suicident-ils pas à cause de la déconvenue, de la déception amoureuse ? Encore ce matin, je crois que c’était hier soir, un frère qui me parlait d’une femme, sa voisine qui a trois enfants dont le mari est parti et cette femme s’est suicidée, elle a avalé beaucoup de médicaments et elle est actuellement dans le coma. Et Paul dit « Tu peux te livrer… ». Cette femme, elle aimait tellement son mari qu’elle s’est sacrifiée, qu’elle s’est suicidée. Donc Paul dit qu’on peut mourir pour les autres et manquer d’amour. C’est terrible frères !
Ce matin pendant que je dormais Dieu m’a visité, il me disait « Sonne ma trompette, sonne ma trompette. Tu ne sais pas quand est-ce que tu peux partir ».
Il y a tellement le bazar, il y a tellement la confusion chez les chrétiens. Avant de parler des pasteurs parlons de nous-mêmes chrétiens, nous-mêmes chrétiens.
Et l’apôtre s’adressait ici comme vous le savez à des chrétiens qui avaient toute la connaissance pratiquement parce que 1 Corinthiens 1 nous dit que les corinthiens avaient reçu une grande connaissance et ils avaient tous les dons. C’est écrit dans 1 Corinthiens 1. Il ne leur manquait aucun don. Mais vous savez c’était les églises les plus bénies sur le plan don spirituel de toutes les églises primitives pourtant il leur manquait l’essentiel, l’amour.
Vous avez vu ces jeunes qui courent après l’onction ?  « Je veux l’onction de tel frère, je veux son onction ». « Ah oui mais moi je parle directement avec lui, on à la même onction, on se comprend ». Vous avez vu ? C’est de l’immaturité et de l’orgueil spirituel tout simplement.
L’essentiel très peu de gens l’ont ! Vous savez pourquoi ? Le Seigneur dit dans 1 Samuel 16 « L’homme regarde à ce qui frappe le regard » voilà ! C’est-à-dire qu’est ce qui frappe le regard ? Les dons spirituels, la prophétie, le fait de bien chanter, de bien jouer d’un instrument… ça frappe le regard mais il dit à Samuel qui était prophète, un grand prophète il lui dit « mais Dieu regarde le cœur ». Pourquoi le cœur ? Parce que dans Romains 5 : 5 Dieu dit « l’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par le Saint Esprit ». L’amour de Dieu c’est là, caché.
Frères, laissez-moi vous dire les gens vont aller voir Dieu « Seigneur, me voici, je viens, j’ai beaucoup parlé en langues ». « Je ne t’ai jamais connu ! ». « Seigneur, me voici j’ai beaucoup prophétisé. J’avais des frères autour de moi, on parlait en langue, on prophétisait. Il y avait beaucoup de jeunes ». « Je ne t’ai jamais connu ! ». « Seigneur, me voici j’ai implanté quatorze églises, vingt mille églises ». « Je ne t’ai jamais connu ! ». Il va y avoir des pleurs !
Pourquoi ? Pourquoi il y a autant de caractères, de mauvais caractères chez les chrétiens ? C’est parce qu’ils ne sont pas touchés par l’amour de Dieu ! C’est ça le problème. Ils sont comme Marthe. Marthe reçoit Jésus dans sa maison et vous savez ce qu’elle faisait ? Elle reçoit Jésus mais elle laisse le Seigneur dans la salle à manger et elle, elle était dans la cuisine ! Vous savez pourquoi ? Parce qu’elle voulait impressionner Jésus par le service. Vous avez vu ? Elle voulait montrer à Jésus qu’elle savait servir. Mais Myriam, sa sœur, vous savez ce qu’elle faisait ? Elle, elle était assise aux pieds du Seigneur pourtant on nous dit c’est Marthe qui avait reçu Jésus dans sa maison. C’est pour cela que beaucoup de chrétiens qui ont reçu Jésus vous savez ce qu’ils font ? Comme Marthe ils veulent à tout prix servir, montrer qu’ils ont le ministère. « Il faut que je prouve que j’ai un grand ministère, il faut que quand on me donne le micro que je prêche, qu’on me voie que je sais prêcher. Il faut quand même que je démontre que j’ai quelque chose. Quand même Dieu m’a appelé ». Leur langage : « Ministère, ministère, ministère, ministère, ministère ». Et quand quelqu’un d’autre vient prêcher chez eux, quelqu’un de loin « Ah mais nous aussi ici il y a aussi des gens qui ont le ministère ». Ils n’ont rien compris de la vie chrétienne. Rien !
Vous savez ce que j’ai dit aux frères et sœurs à Paris ? « Les églises prenez les ! Prenez ! ». Ils m’ont pris pour un fou. « Prenez ! Vous avez l’autonomie ». Je suis parti. « Mais il est malade ce monsieur, il a implanté ici et là ». « Prenez les bâtiments, les bureaux tout ce que vous avez, tout ça là, les comptes bancaires bien approvisionnés. Prenez ! Je vous ai tout donné, je me retire ». Parce que j’ai compris une chose : ça sert à quoi d’avoir le ministère, d’avoir de grand bâtiments (…) si tu vas en enfer, ça sert à quoi ? Ça ne m’intéresse pas.
Beaucoup sont comme des Marthe. « J’ai un grand ministère, quand même Dieu m’a appelé, on veut m’étouffer là-bas ». Qui peut t’étouffer ? Qui peut étouffer qui ? Avec tous ces gens qu’il y a ici à Bruxelles, en Belgique, en Europe, dans le monde à sauver ? Vous savez ce que Dieu m’as dit un jour ? Dieu m’a dit « Laisse les églises, donne l’autonomie. Toi je te donne un autre bâtiment » c’est ce qu’il m’a fait comprendre. « Oui mais c’est quoi ? ». Le bâtiment c’est quoi ? C’est le monde, la terre, c’est rempli de monde. Prenez les bâtiments, prenez ce que vous voulez. Vous voulez croire que sans bâtiment il n’y a pas l’œuvre de Dieu ? Mais prenez les bâtiments ! « Oui mais sans moi le bâtiment personne ne pourra l’avoir ». Tu crois que tu es indispensable ? C’est que tu n’as rien compris ! Qui es-tu ? De la poussière. Rien ! L’amour ! A Paris quand je leur ai dit « Prenez l’autonomie » beaucoup se sont dit « Oh maintenant ils vont voir qui est qui. Les gens vont démontrer leur puissance, leur onction, leur ministère ». Ils se sont cassé la gueule, beaucoup.
Maintenant là, où Dieu m’envoie tu vois des gens qui disent « Nous on veut être là ». Pourquoi ? Vous savez pourquoi ? Parce qu’il faut comprendre une chose l’amour c’est ce qui touche, c’est ce qui attire les gens, l’amour de Dieu c’est Dieu, l’amour c’est Dieu.
Il y a des comptes des associations à Paris là-bas où il y a 6000 euros sur le compte, 5000 euros sur le compte, je leur ai dit « Gérez tout ça, moi ça ne m’intéresse plus ». « Mais il est fou ! ». « Prenez ! ».
L’amour !
Nous, nous sommes accrochés aux dons, nous sommes accrochés au ministère. « Ah ! C’est quoi ton ministère ? ». « Moi on m’a prophétisé telle chose »(…). Ils n’ont qu’un seul langage le ministère, le don spirituel, l’onction, la puissance tout ça, la démonstration, démontrer que Dieu est avec moi. C’est pour cela que quand ils prennent le micro certains ils veulent à tout prix démontrer quelque chose. Ils ne vont pas partager la Parole simplement, ils veulent à tout prix, ils veulent faire des gestes, ils veulent faire je ne sais pas comment, ils veulent faire du copié. Ça c’est ce qui s’est passé à Paris. Shora sourit comme ça, eux aussi comme ça. Parce que quand on copie l’original à un moment donné on ne voudra plus être une copie, on veut prendre la place de l’original donc il faut la tuer cette personne.
Marthe, Marthe, Marthe… Marthe voulait servir le Seigneur. Vous savez Marthe elle voulait faire quoi ? (…) Elle voulait faire du pundu pour les congolais, du colombo pour les antillais, du couscous pour nos amis du Maghreb, pour les amis belges des frites. Dis à ton voisin « Marthe ».
« Moi, mon ministère, moi mon ministère, moi mon ministère… ». Demandez-leur avec vos femmes est ce que vous allez au restaurant ? Avec vos enfants est-ce que vous allez dans un restaurant ? Vous chrétiens ? Non, non eux c’est le ministère. « Moi c’est le ministère quand même. C’est le ministère quand même, c’est le ministère quand même ». Et le restaurant chinois qui est à coté est ce que tu le connais ? Pour aller un jour, un soir dire à ta femme « Chérie on va manger quelque part ? ». Mais toi t’es là comme un vrai dictateur « J’ai un ministère, ministère ». Le ministère de Jézabel. « Ministère, ministère, ministère… ». On a connu ça à Paris c’est pour cela beaucoup de gens je leur dis « Vous voulez être reconnus dans un ministère ? On va parler à vos femmes ». « Comment il est à la maison ? Comment elle est à la maison ? ». Et ceux qui aiment le Seigneur ne peuvent dire que la vérité. Le frère que vous voyez à l’église n’est pas le même à la maison, à la maison il reste dans son coin, il ne parle à personne. Dans la chambre encore pire. (…) La sœur que vous connaissez là elle est dangereuse. « Mais attend quand même elle est très spéciale, elle est spirituelle ». « Ah non à la maison je tremble ». Vous voulez que je continue ou pas ? De toute façon je vais continuer. Dis à ton voisin « les masques vont tomber ! ». Vous savez quoi ? Nous chrétiens nous jouons beaucoup de rôles. Dis à ton voisin « nous jouons des rôles ». Vous savez comment ça s’appelle ? Ça s’appelle l’hypocrisie. Quand nous sommes à l’assemblée nous avons des masques, on voit des masques là. Le masque là c’est la joie « ça va frère, ça va ma sœur ? Soyez bénis ! Oh bien-aimés ». Quand la réunion finit il enlève son masque. (…) J’ai vu à Paris des frères que je connais depuis des années, je les ai vus jouer des rôles. Des pasteurs qui ne touchaient pas leurs femmes pendant trois, quatre mois ça joue des rôles et on est spécialiste pour ça.
L’amour !
Vous savez quand on a l’amour, quand on se voit comme ça, quand on voit un frère, on ne va pas voir son origine, on voit une sœur on ne voit pas d’où elle est, ça ne nous intéresse plus. De quelle race, de quelle tribu, de quel peuple tout ça on ne le voit plus, on le voit plus, ça n’existe pratiquement plus.
L’amour !
Je peux vous assurer frères, nous ne pouvons pas avoir l’amour, aimer comme Dieu si son Esprit ne nous a pas touché, c’est impossible. Impossible ! Vous savez pourquoi ? Parce qu’il y a la vengeance en nous, dans la chair. Oh oui !
Et l’apôtre dit « L’amour est patient ».
Il définit l’amour. L’amour est patient. Le mot patience veut dire aussi supporter, persévérer.
Combien de couples chrétiens ne sont-ils pas brisés parce que l’homme n’a pas reçu le vrai amour donc du coup il n’est pas patient vis-à-vis de sa femme que Dieu change, que Dieu transforme ?
Je prends un exemple par rapport à l’amour. Regardez nos mamans quand elles étaient enceintes de nous, elles ont patienté pendant neuf mois. Vous avez vu la relation qu’il y a entre une mère et son enfant ? C’est terrible ! C’est une relation particulière. Quand mon père est décédé j’ai souffert, j’ai eu mal parce que je l’aimais beaucoup mais avant qu’il ne décède, j’étais à côté de lui, j’étais dans la même ville mais je n’ai rien ressenti c’est-à-dire dans le sens où je n’ai pas senti sa mort venir. Dieu fait ce qu’il veut ! Mais la semaine ou ma maman est décédée on était à des kilomètres, séparés par au moins 6000 kilomètres, j’ai senti qu’elle n’allait pas bien, j’ai cherché à la joindre, elle était décédée. Vous voyez la relation ? Pourquoi ? Parce que la mère te porte pendant neuf mois et pendant que tu es dans son ventre elle va avoir toutes sortes de problèmes liés à la grossesse. Mais elle va toujours, une bonne mère, une mère digne de ce nom, elle va persévérer. Pour vous montrer un peu l’image de la patience selon Dieu, la persévérance. Une mère elle va persévérer. La mère elle a des nausées, elle a les jambes enflées, les pieds enflés, elle a du mal à dormir, elle a des bouffées de chaleur… mais elle persévère. L’homme qui a mis cette femme enceinte peut abandonner aussi bien la mère que l’enfant dans le ventre, il peut partir, ce n’est pas son problème mais la mère reste inséparable d’avec son enfant, liés par le cordon ombilical donc elle ne peut que persévérer. Et vous avez vu les douleurs de l'enfantement ? Quand les douleurs de l'enfantement surprennent la femme pendant l’accouchement vous avez vu ? Mais c’est impressionnant comment la femme va persévérer, va utiliser toute sa force, toutes ses ressources, quitte à mourir pour l’enfant, elle va pousser, pousser, pousser, pousser… et c’est inimaginable, patiente, elle patiente jusqu’à l’accouchement. Dans les douleurs de l’enfantement elle est là et très souvent où sont les hommes ? Ils ne sont pas là ! C’est pour cela une mère est souvent inséparable avec son enfant ou ses enfants. Et c’est rare de voir des mères dignes de ce nom quitter leur foyer comme beaucoup d’hommes peuvent le faire pour laisser les enfants avec un autre monsieur ou une autre dame et aller faire leur vie. Il y en a très peu. La patience ! C’est quoi la patience ? La  patience ! La mère qui est enceinte elle ne connaît pas le jour exact ou l’enfant viendra mais elle est là, elle patiente. La patience ce n’est pas quand quelqu’un te dit « J’arrive à 12 heures » et que à 12h30 il n’est toujours pas là, là si tu pars on ne va pas te taxer d’impatient. Non, la personne n’a pas été correcte, elle n’a pas respecté sa parole. Là ce n’est pas pareil. Mais on te dit « Je viens », on ne te dit pas quel jour, on te dit « Je viens » et bien patiente ! Et la Bible nous dit qu’une mère qui est patiente comme ça par rapport à son enfant et bien on peut comprendre l’amour de Dieu comme ça. C’est pour cela Paul dit que l’amour est patient c’est à dire la patience dans l’épreuve.
Ta femme, la mère de tes enfants te casse, te critique, elle te salit ici et là mais tu te dis « Seigneur, parce que je t’aime, parce que j’aime ma famille, je veux t’honorer, j’accepte, je patiente » c’est à dire « Je persévère malgré les obstacles ». Là, si tel est ton cas, tu commences à expérimenter l’amour. Sinon si tu es du genre à dire « Je passe à autre chose, je passe à quelqu’un d’autre » tu n’es pas dans l’amour même si tu te dis chrétien, tu n’es pas dans l’amour.
Frères, parfois quand je suis là, je pleure, je me dis « Seigneur, quelle patience as-tu eu vis-à-vis de moi ». Je me souviens de toutes les fois où j’étais dans les boîtes de nuit en train de courir, de danser alors que j’avais un tout petit peu la connaissance de la Parole de Dieu. Je me dis j’aurais pu mourir. Je me rappelle une fois il y a 17 ans de cela on était avec mon cousin dans une piscine dans le nord de Paris, je me suis retrouvé à trois mètres de fond, il y avait du monde et personne ne m’a vu, j’étais en train de me noyer, j’étais rétrograde et je me dis « à chaque fois que j’aurais pu mourir et aller en enfer mais tu as patienté. Toutes les fois où je pouvais aller dans les boîtes de nuit, dans les hôtels avec des femmes, tu étais là et tu as usé de la patience ». Nous on a du chemin à faire. Dieu aide nous ! Honnêtement !
L’amour est patient.
Vous savez pourquoi beaucoup de chrétiens divorcent aujourd’hui ? Il y a pratiquement un mariage sur deux chez les chrétiens qui finit en divorce, c’est parce qu’il n’y a plus l’amour. La Parole le dit d’ailleurs que l’amour du plus grand nombre se refroidira, l’amour du plus grand nombre se refroidira. La Parole le dit dans Matthieu 24 : 12 à 14 et parce que l’iniquité va augmenter dans le monde beaucoup de gens seront froids, insensibles. Vous savez pourquoi beaucoup de gens quand ils ont des projets de mariage n’arrivent pas à chaque fois aller jusqu’au bout ? Parce que quand ils découvrent un mauvais caractère chez l’autre ils ont tendance à se décourager, à tourner le dos, à partir. Ils ne sont pas dans l’amour à moins que Dieu ne vous dise « Ce n’est pas la bonne personne » d’accord mais ne pensez pas parce que la personne à un caractère très compliqué, un caractère bizarre, un caractère irascible, acariâtre, je ne sais pas comment, que cela n’est pas la volonté de Dieu mais le problème peut être c’est vous, il y a peut-être un problème d’amour. Parce que la patience, la patience n’est pas passive, elle est active, je patiente tout en priant, tout en jeûnant, tout en témoignant de l’amour envers la personne espérant qu’elle va changer parce que Dieu me montre que cette personne lui appartient. Si la personne ne veut plus d’aide, ça c’est autre chose.
Qui s’aperçoit qu’il a besoin de recevoir le vrai amour ?
Nous sommes là, nous nous disons être chrétiens, nous sommes convertis depuis quelques années comment nous nous comportons vis-à-vis des nouveaux convertis ? Comment vous vous comportez envers les âmes qui viennent à peine de se convertir ? Comment vous vous comportez vous qui connaissez Dieu soi-disant ? On les tue ! On veut que ces gens comprennent les choses que nous avons compris en deux, trois, quatre ans alors qu’ils ont à peine un mois, deux mois de conversion. « Oh mais de toute façon les lubas ils sont comme ça ». Voilà, on catalogue ! « Ce sont des kongo ils sont comme ça ». On les catalogue. Tu ne te rends même pas compte avec ta langue tu les maudis encore. Et si on te demande « As-tu déjà jeuné ne serait-ce qu’un jour pour les lubas ? ». Tu diras non. Tu n’es pas dans l’amour, tu es dans la condamnation, tu es un pharisien !
Quelqu’un m’entend-il ce soir ?
L’amour est plein de bonté.
La bonté, être bon. Il y a des gens comme ça quand vous les approchez, vous sentez qu'ils sont bons. La bonté. Être bienveillant. Vous savez quand quelqu’un est bon, il ne va pas tendre des pièges aux gens. Il ne va pas faire les choses avec calcul, « Je fais ça pour avoir telle chose ».
L’amour n’est point envieux.
Être envieux. « Ah tes chaussures tu les as achetées où ? ». Tu n’es pas dans l’amour ! Tu veux les mêmes chaussures que ton frère, ta sœur ? Tu n’es pas dans l’amour, tu es envieux. Qui est comme ça ? Qui veut être libéré de ça ? N’ayez pas honte ! J’ai fait plusieurs maisons de congolais à l’époque et je me suis aperçu aux États-Unis, au Canada, en Angleterre, partout, à Paris, on retrouve un objet culte, un objet, c’est-à-dire c’est un tableau avec un dessin, il y a une espèce de chute d’eau avec de la lumière. Je ne sais pas si vous avez déjà vu, que l’on retrouve dans presque toutes les maisons, dans la majorité des maisons des congolais. Qui a déjà remarqué ça ? Ça a commencé comment ? Avec quelqu’un qui a envié. C’est grave ! Pareil par rapport à la tenue vestimentaire. Je me rappelle encore il y a 17 ans sur Paris les femmes africaines mettaient un pantalon, un jean « Marité Francoise Jionko » quelque chose comme ça et la plupart des femmes congolaises c’était ça. Qui a déjà remarqué cela ?
Qui s’aperçoit, ce soir, qu’il a un problème avec l’amour ?
L’amour ne se vante point.
Les vantards !
« Vous voyez le pupitre là ? C’est moi ! ». « Vous avez vu les chaises là-bas ? C’est moi ! ». « Eh bien si on se retrouve là-bas pour prier… c’est moi ! ». « J’ai fait beaucoup pour cette église ! ». Tu es un vantard. « J’ai beaucoup travaillé (…) ». Vantard ! L’amour ne se vante pas. « Personne ne me voit, (…) personne ne m’a aidé, personne ne me calcule, personne ! ». Je, je, je, je, je... « Tu vois cette femme ? ». « Oui ». « J’ai prié pour elle, elle ne concevait pas et elle a commencé à avoir des enfants mais quand elle a commencé à avoir des enfants elle est partie de l’église ». Vantard ! « Tu vois ce frère ? ». « Oui ». « Il était malade, près de mourir, j’ai prié pour lui, il a été guéri et puis il ne m’a plus appelé, il ne m’appelle plus ». Vantard ! Parce que si c’est Jésus qui l’a guéri alors pourquoi veux-tu de la reconnaissance ? Tout tourne autour de toi ? Moi, moi, moi, moi, moi, moi. Et quand tout ne tourne plus autour de toi tu te mets à pleurer ? Tu as un problème ! Tu n’es pas le centre du monde. Il y en a un qui doit être au centre c’est Jésus-Christ de Nazareth. On est d’accord avec la Parole ? Vous quand vous aurez fait ce qui vous a été ordonné dites : nous sommes des serviteurs inutiles. Luc 17 : 10. Mais pourquoi tu veux de la reconnaissance ? Moi j’étais comme ça. « J’ai fait ça, j’ai fait ça pour toi, j’ai fait ça pour toi. Tu vois ? C’est moi, moi j’ai fait ça ». Quand le Seigneur a commencé à me casser, j’ai compris « Seigneur, maintenant là, c’est bon ». Le Seigneur a guéri dix lépreux combien sont-ils revenus ? Un seul ! Les neufs étaient où ? « Ciao, ciao ». Ils n’ont même pas dit au revoir au Seigneur. Nous, nous nous nourrissons de la reconnaissance. Nous aimons ça ! Nous sommes tellement blessés dans nos famille parfois quand on arrive dans les églises on veut être reconnu à notre juste valeur. «Vous voyez la chanson qu’ils chantent là ? C’est moi ! C’est moi qui l’ai reçue ». Qu’as-tu que tu n’aies reçu et si tu l’as reçu pourquoi te glorifies tu ?
Dis à ton voisin nous avons des problèmes. Qui veut être aidé ?
L’amour ne s’enfle point d’orgueil.
Dis à ton voisin « l’orgueil ».
« Moi, moi attends, attends on n’a pas élevé les cochons ensemble ». Moi aussi j’étais un peu comme ça. « Quand j’étais dans le monde je ne te parlerai même pas ». Mais c’est normal parce que tu étais possédé. C’est logique ! Voilà et bien on est plus dans le monde. Si quelqu’un est en Christ il est devenu une nouvelle créature, les choses anciennes… passeront ? Non ! Sont passées. Et voici quelques choses, certaines choses ? Toutes choses sont devenues nouvelles. Moi j’étais comme ça dans les assemblées par où je passais, en fait quand j’étais pasteur j’ai tellement eu des combats avec certains frères et sœurs que je commençais à me dire « Moi dans le monde, je n’allais pas trainer avec toi, t’es qui toi ? ». Et j’étais déjà pasteur. « T’es qui ? Je peux même pas parler avec toi, je traînais avec les grands ». Et un jour Dieu m’a dit « Qui es-tu ? ». Il m’a posé la question « Qui es-tu ? ». J’ai dit « Seigneur, ton enfant ». « Qui est tu ? De la poussière ! D’où viens-tu ? De la poussière ! Et où vas-tu ? À la poussière ! Donc t’es zéro ! ».
L’orgueil c’est quoi ? Posez-moi la question qu’est-ce que l’orgueil. L’orgueil ! « Ma sœur, fais attention quand même ta coupe là… ». « Ohhhhhhhhhhh tu me condamnes ? ». Un orgueilleux c’est quelqu’un qui se justifie matin, midi et soir. Se justifier, vouloir à tout prix se justifier c’est un signe d’orgueil pour votre information parce qu’il est dit que c’est Dieu qui justifie. Moi j’étais comme ça aussi. Dieu nous travaille tous. On t’accuse faussement, tu fais une vidéo « Ah quelqu’un m’a critiqué ici, il va voir, je vais lui répondre ». Il y a un problème avec l’orgueil, tu te sens titillé. Ça ressort là, vous voyez le vieil homme. « Moi, moi on ne me parle pas comme ça ». L’orgueil ! Un orgueilleux ne demande jamais pardon. Jamais ! Un orgueilleux dira « Oh ! Je prends ça sur moi ». Nooon, dis « je me suis méconduit, je demande pardon ».
Qui a besoin d’aide ce soir ? Nous tous.
(…) Vous vous rappelez de l’histoire d’Adam et Eve. Vers le soir quand le Seigneur les a appelés « Adam ou es-tu ? ». Qu’est-ce qu’il a dit ? « J’ai entendu ta voix et je me suis caché ». Un autre signe d’orgueil c’est se cacher. Un orgueilleux quand il se sent blessé, il se dit « Je me retire. Je ne vais plus à l’assemblée, je ne prie plus ». C’est toujours je, je… ce n’est pas : Dieu m’a dit « Retire-toi pour te ressourcer » mais « Moi-même comme je suis blessé j’estime que je ne peux plus m’assembler avec vous. Je me retire, je me cache ». Dis à ton voisin « Dieu va nous aider ce soir ». Frères, nous voulons de l’aide ou pas ? On dit « Mais attend mais le frère on le voit plus. Il est où ? ». « Non, il est caché ». Et très souvent nous les chrétiens nous sommes tellement hypocrites, on se dit « Non, mais en fait je suis en prière ».
Troisième signe d’orgueil vous savez ce que c’est ? « Mais qui t’a appris que tu es nu ? ». « Et bien la femme que tu as mise à mes côtés. Moi Adam, je ne t’ai pas demandé une femme. C’est à cause de toi ». C’est accuser toujours les autres, c’est jamais sa faute, il y a toujours un chat qui sent mauvais. Qui se dit « Oh Seigneur ça c’est moi » ? « Non, personne ne m’aime, personne ne me voit, personne ne me calcule. Ils sont tous méchants, ils sont tous mauvais. C’est moi la victime, je suis devenu leur diable, ils se déchaînent sur moi. De toute façon cette église ne m’intéresse même plus, mais de toute façon je vais quand même y aller personne n’a à me chasser de là parce que c’est l’église de personne ! ». Dis à ton voisin « Voilà l’orgueilleux ». « De toute façon je vais là-bas, le premier qui va oser me parler bizarrement je vais lui parler en face (…) ». Voilà la chair qui reprend des vitamines A,B,C,D,E,F,G,H,I,J,K,L,M… jusqu’à Z. La chair est bien gonflée, bien enflée. Ce soir nous allons nous repentir. On va de nouveau faire un tour à la croix. Parce que de temps à autres la chair il faut lui rappeler « Oulala ta place là-bas à la croix ».
Adam accuse Dieu « C’est toi Dieu » c’est-à-dire « Tu as fait un mauvais choix, tu t’es trompé dans ton choix pour moi, tu aurais dû me laisser la liberté, l’opportunité, l’occasion de choisir moi-même. Tu m’as endormi et je me réveille et je vois une nana devant moi voilà et comme elle était belle eh bien je suis tombé dans un piège en disant ‘voici cette fois ci celle qui est l’os de mes os et la chair de ma chair’ ». Parce qu’avant Eve il y avait des poulets, des poules tout ce que vous voulez, il ne pouvait pas aller avec. Ça c’est l’homme. L’orgueilleux ! De temps à autres on met un peu de la pommade. Seigneur aide nous. C’est comme ça que nous sommes nous les humains c’est pour cela nous avons besoin de la grâce.
Vous avez vu Eve ? Dieu se tourne vers Eve « Alors Eve, c’est comment ? Pourquoi as-tu fait cela ? » et qu’est-ce que Eve a dit « Oh Dieu s’il te plaît, c’est vraiment à cause de moi ». Déjà Adam ne l’a pas fait alors Eve encore moins ! Eve dit quoi ? « Dieu qui t’a dit de laisser le serpent dans le jardin ? C’est normal qu’il me séduise, tu sais toute chose à l’avance, tu l’as laissé quand même dans le jardin et bien je me suis fait avoir. C’est pas à cause de moi mais c’est le serpent et toi ».
Dieu se tourne vers le serpent qu’est-ce qu’il va dire ? Il est serpent, il est déjà maudit, il sort du ciel là bas. « Alors tu es maudit entre tous les animaux ».
Vous voyez ? C’est terrible l’homme, c’est terrible. Jamais l’homme ne va dire quand on le reprend « Oui c’est vrai, ce n’est pas facile, c’est vrai là t’as raison, c’est vrai. C’est vrai je ne voyais pas les choses comme ça effectivement j’ai besoin d’être aidé ». Surtout dans le mariage, les hommes, surtout les hommes d’abord, quand nos femmes nous disent « Ah chéri, je vois telle fille qui arrive fais attention ». « Oh ! Toi aussi tu vois le mal partout ». « Chéri fais attention ». Ça se passe dans la chambre, tout ça là c’est dans la chambre souvent dans le noir, il n’y a personne aucun diacre, aucun ancien mais Dieu voit tout, il est là. « Chéri, tu sais la sœur qui vient d’arriver je la sens pas ». « Oh toi aussi, tu es jalouse, quand même, Dieu envoie des nouvelles âmes et toi t’es là toujours, tu vas les faire fuir, il faut faire attention à l’esprit de Jézabel ». Je me suis aperçu qu’à chaque fois que je refusais d’écouter ma femme il y avait un souci, un problème. Et maintenant l’orgueil masculin est tellement fort parfois pour dire « Non, chérie tu avais raison » et on va l’éviter quand on la voit « Comment vont les enfants, ils vont bien ?? ». Dis à ton voisin « c’est nous les hommes ». Nous sommes comme ça.
L’orgueil des parents vis-à-vis des enfants. « Papa, maman faites attention ». « Oh quand même, nous sommes vos parents, nous connaissons, nous savons, nous avons de l’expérience. « Papa, maman »… tout ça là c’est l’orgueil.
Et il y a aussi une chose que j’ai vu chez les Africains pas tous mais la plupart. Vous savez ce que c’est ? L’orgueil lié à l’âge ! On trouve ça aussi chez les Européens. Ça vient de l’homme. « Frère, fais attention à telle chose ». « Attend, attend t’as quel âge-là ? ». Ça c’est le chrétien qui parle. « T’as quel âge ? ». Parmi certains jeunes, surtout des jeunes qui ont le ministère, qui travaillent, qui prêchent, ils ne veulent surtout pas dire leur âge pour donner l’impression qu’ils sont vieux afin de se faire respecter. On dit « Tu as quel âge ? ». « Oh mais c’est bon ». Dis à ton voisin « l’orgueil ».
Je crois que, ce soir, nous allons vraiment faire un exercice spirituel devant la croix. Pourtant nous avons de grandes prophéties, visions, parler en langues, songes et on s’aperçoit que nous sommes remplis de nous-mêmes.
Qui s’aperçoit qu’il est un tout petit peu orgueilleux, un petit chouia, un tout petit peu ?
Dieu résiste aux orgueilleux et il fait grâce aux humbles.
La susceptibilité est aussi un signe d’orgueil. C’est-à-dire quand on te fait des remarques tu es susceptible, tu t’emportes facilement du coup les gens ont peur de te parler. L’orgueil. C’est très subtil. Nous on croit que l’orgueil c’est quand on est comme ça (quand on marche avec fierté). Non mais ça c’est rien ça. Quelqu’un peut faire ça alors qu’il est humble, (…) c’est jouer aux apparences mais sinon l’orgueil c’est très subtil.
L’amour est comment encore ?
Il ne fait rien de malhonnête.
La malhonnêteté. Beaucoup sont malhonnêtes.
Il ne cherche pas son intérêt.
Paul dit à Timothée « Beaucoup cherchent leurs propres intérêts et non ceux de Christ ». Le moi c’est l’égoïsme, l’amour n’est pas égoïste. Moi, moi, moi, moi, moi, moi, moi, toujours le moi, tout tourne autour de toi, tout doit être ramené à toi, il n’y a que toi, toi, toi seul. L’amour voit l’intérêt de Dieu, l’intérêt du Royaume de Dieu, l’intérêt des âmes.
L’amour ne s’irrite point.
L’irritation. Il y a des couples qui sont sur une poudrière. C’est-à-dire la moindre étincelle, ça prend le feu. Il y a des gens ils sont comme ça, on sait très bien que ce frère si on veut l’aborder il faut beaucoup de dextérité, beaucoup de sagesse, beaucoup de tact, alors qu’on peut aller directement lui parler mais il faut des raccourcis, des rallonges carrément, faire des détours pour aller dire un petit mot. Mais il faut au moins deux heures comme un avion qui doit atterrir. Et on perd du temps ! Pourquoi ? Parce qu’ils sont irritables, ils ont un caractère irascible, facilement excitable. Je vous assure, j’étais fort là-dedans, oulala, je vous assure Dieu comment il m’a travaillé... il continue ! Il te prend, il te malaxe, il te transvase, il te casse… tu as l’impression que tu es complètement dépiécé, tu es complètement en miettes… tu te dis « Mais Seigneur, je n’existe plus là ». Il dit « Mais c’est ce que je veux ». « Seigneur, mais je suis mort, je ne suis plus là. Seigneur, mais qu’est ce qu’il se passe ? ». C’est dur, t’es vidé. Y en a quand ils se mettent en colère, les chrétiens, il faut plusieurs sceaux pour les calmer, ils sont en feu. Il faut les pompiers ! Premier saut. De 1100 degrés à zéro degré… il faut des heures. Vous savez une personne qui est tout le temps irritée, tout le temps irritable ne peut pas avoir une relation amoureuse correcte, paisible, même sa relation avec les autres.
Autre chose : l’amour ne soupçonne point le mal.
Les soupçons ! « Tu as vu le frère t’as vu comment il lui a fait la bise ? Ils sortent ensemble ». Et là tu prends le téléphone tu appelles « Allo Marie-Thérèse, tu n’es pas venue à l’assemblée, je t’assure tu avais raison. T’as vu comment Jacques a salué Marie-Louise ? Et bien tu avais raison ». Et vous savez quoi ? Les soupçons produisent aussi des songes. Bah oui ! On commence à faire des songes « j’ai rêvé des deux, tu as raison ». Et c’est devenu une vérité diffusée sur Internet. Les soupçons ! Maintenant quand on dit « Ok donnez les preuves ». Il n’y a pas de preuves, il n’y en a pas.
Moi je me rappelle en 2006 j’étais en Côte d’Ivoire en mission, un frère de Paris m’appelle, un de mes collaborateurs, il me dit « Oulala, à Paris ici c’est chaud ». Je dis « Quoi ? ». Il me dit « Oh la la il y des nouvelles qui circulent ici sur toi c’est grave ». Je dis « Mais qu’est-ce qu’il se passe ? ». Il me dit « Mais il semblerait que tu aurais engrossé une femme, une femme antillaise dont le mari est français de souche et elle aurait donné naissance à un enfant qui te ressemblerait et son mari s’en étant aperçu lui aurait demandé le divorce et il semblerait également que ta propre femme est au courant de cela et qu’elle-même aussi à son tour a demandé le divorce qui serait prononcée le 23 octobre 2006 ». Ah ils ont même la date de mon éventuel divorce ! Et bien les filles qui sont en attente de cela attendront pendant l’éternité. Les hommes qui attendent cela pour parler pareil ! (…) Un pasteur a croisé un frère qui priait avec nous, il lui dit « Oh le baobab est tombé, votre ministère est tombé comme les autres ». Il rigolait ! Frères quand je suis rentré de la mission je voyais les gens qui me saluaient avec un sourire du genre « Vraiment sois fortifié quoi » d’autres c’est « Repens-toi ! ». Les soupçons ça peut aller très loin. Les gens ne te disent plus bonjour comme avant. Il y en a qui vont compatir à un malheur inexistant, fictif. On a attendu, on a attendu l’enfant, on a attendu l’enfant… comme j’aime les preuves, je leur ai dit « Donnez-moi des preuves ». Et la femme qui était à la base de ça c’est une femme que j’avais beaucoup aidée, on avait prié pour sa délivrance et elle s’était mariée et elle a quitté son mari, elle s’est remariée. On a dit « Non tu ne peux pas le faire parce que ce n’est pas biblique » elle était rentrée dans la rage, en colère contre moi et elle a commencé à divulguer ce mensonge et ça a pris toutes les assemblées. Soupçons ! L’amour ! Celui qui est dans l’amour dira « OK je vais prier Dieu pour qu’il me confirme si cet homme ou cette femme est tel que vous l’avez décrit ». L’amour !
L’amour ne se réjouit point de l’injustice.
Là où il y a l’injustice, si tu es dans l’amour, tu dois prendre position pour la vérité. Tu ne peux pas prendre position pour le mensonge.
L’amour se réjouit de la vérité
La vérité biblique. Si on dénonce le péché, si tu es dans l’amour tu diras « oui c’est la vérité, on va continuer dans ça ».
Il excuse tout, il croit tout.
C’est-à-dire tout est possible à celui qui croit. Je crois que Dieu va revenir nous chercher, je le crois parce que j’ai l’amour dans mon cœur pour lui, parce que nous avons cet amour-là et nous le croyons.
« L’amour… » nous dit la parole « …espère tout. L’amour supporte tout ».
Comment peux-tu supporter le caractère de ton frère si tu n’as pas l’amour ?
Honnêtement entre nous, nous sommes des humains, on se connaît. Regarde déjà dans nos familles de chair il peut y avoir des conflits entre frères et sœurs de sang, entre parents et enfants, oncles, tantines, oncles et tantes, cousins, cousines… Vous avez vu les conflits que nous pouvons avoir les uns avec les autres, dans les assemblées également ? Et bien Dieu nous donne l’amour pour pouvoir nous supporter. Si t’as pas l’amour tu supportes pas. Moi y a des gens que j’ai côtoyés à l’époque je me disais « mais ceux-là je ne veux plus les voir » mais tous les dimanches tu les croisais, tu te gratte la tête « Mais Seigneur je ne veux plus ». Quand tu arrives à l’assemblée, en allant à l’assemblée sur le chemin tu te dis « Seigneur, je ne veux pas le croiser, je ne veux pas le croiser, je ne veux pas le croiser… ». Quand t’arrives, tu ouvres la porte du bâtiment de l’assemblée, la personne qui t’accueille c’est celle que tu ne veux plus voir. « Bonjour frère ». « Ahhhhh !!! ».
Même dans le mariage il arrive parfois ou il y a des tensions. Comment faire pour supporter ton mari maintenant  ma sœur ? Tu dors avec 24h/24, t’es tout le temps avec, 7 jours/7 même si tu vas travailler le soir vous allez vous retrouver, tous les jours tu vas le voir et si tu as 25 ans et que tu viens de te marier et bien tu vas devoir supporter ton mari pendant combien de temps ? 55 ans ! Et pour y arriver on a besoin de quoi ? L’amour !
L’amour est patient ! L’amour !
Qui veut le recevoir ?
Regardez ceux qui n’ont pas l’amour, comment ils parlent « Seigneur, moi je suis africain, je suis une femme africaine et bien je veux absolument un homme africain ». Une chrétienne africaine qui prie comme ça il y a un problème dans son cœur par rapport à l’amour, parce que si il y a l’amour elle dira « Seigneur, donne-moi la personne que tu veux ». Voilà l’amour !
Dans l’amour il y a le pardon.



Matthieu 25:1 à 13

Alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent à la rencontre de l'époux. Cinq d'entre elles étaient folles, et cinq sages. Les folles, en prenant leurs lampes, ne prirent point d'huile avec elles; mais les sages prirent, avec leurs lampes, de l'huile dans des vases. Comme l'époux tardait, toutes s'assoupirent et s'endormirent. Au milieu de la nuit, on cria: Voici l'époux, allez à sa rencontre! Alors toutes ces vierges se réveillèrent, et préparèrent leurs lampes. Les folles dirent aux sages: Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s'éteignent. Les sages répondirent: Non; il n'y en aurait pas assez pour nous et pour vous; allez plutôt chez ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous. Pendant qu'elles allaient en acheter, l'époux arriva; celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. Plus tard, les autres vierges vinrent, et dirent: Seigneur, Seigneur, ouvre-nous. Mais il répondit: Je vous le dis en vérité, je ne vous connais pas. Veillez donc, puisque vous ne savez ni le jour, ni l'heure. Matthieu 25: 1 à 13