La perfection avec Dieu - Shora Kuetu




Seigneur merci pour cet enseignement, merci pour ton règne, nous voulons te donner toute la gloire, au nom de Yeshoua, Amen.

Romain chapitre 11 verset 13-16
Car je vous parle à vous, Gentils, en tant qu'apôtre des Gentils, je glorifie mon service, 14 pour voir si je peux de quelque manière exciter la jalousie de ceux de ma chair, et en sauver quelques-uns. 15 Car si leur rejet a été la réconciliation du monde, quelle sera leur réception, sinon une vie d'entre les morts ? 16 Or si les prémices sont saintes, la masse l'est aussi ; et si la racine est sainte, les branches le sont aussi.
La sainteté, la sanctification a pour base la racine, c'est-à-dire Yeshoua. Dans Jean 15, Yeshoua dit « je suis le cep, la vigne, l’arbre, et vous êtes des sarments », c'est-à-dire des branches. Donc vous ne pouvez pas vous sanctifier, expérimenter la sanctification si vous n’avez pas pour racine Jésus. Vous ne pouvez pas, parce que c’est impossible. Notre sanctification provient totalement de Yeshoua.

Yeshoua nous justifie d’abord avant de nous demander de nous sanctifier. D’abord il nous justifie, nous sauve, il nous restaure, il nous guérit, et il nous donne les moyens pour vivre une vie sainte. C’est pour cela que Paul dit que « les branches si elles sont saintes », c’est normal parce qu’elles sont portées par la racine. Yeshoua se présente comme la racine d’Isaïe, la racine de David, dans les écritures. Demandez aux gens qui n’ont pas Jésus de se sanctifier, c’est impossible, parce qu’ils ne peuvent pas répondre aux exigences de la justice de Dieu que seul Yeshoua homme a satisfait par sa mort expiatoire, par son sang parfait, parce qu’il fallait du sang pur. Une fois sauvé, nous avons pour fruit la sanctification.
Nous allons aller encore plus loin dans la sanctification aujourd'hui. Je vais parler plutôt de la course.
La vie chrétienne : une vie de sanctification et de course
Ça veut dire quoi exactement. Ecoutez très bien. Quand on parle de la sanctification, il y a plusieurs termes. Il y a la pureté, « pure », la sainteté, la perfection. Il y a un temps qui doit s’écouler entre la conversion d’une personne et sa mort. Et ce temps-là, Dieu seul le connait. Ça veut dire que tel que nous sommes, Dieu sait quand est ce qu’il va reprendre chacun de nous. Et ce temps-là, Paul l’appelle la course.
Nous savons que la vie, de manière globale est une course, de la naissance à la mort. En ce qui concerne les chrétiens, nous allons parler de cette nouvelle vie que nous avons obtenue, la vie en Christ, qui est aussi une naissance nouvelle, spirituelle, la naissance d’en haut. Comme la naissance physique, nous naissons et mourrons. Là, c’est pareil, nous naissons et mourrons en Christ, avec une mission que Dieu nous a assignée. Un temps viendra où Dieu dira : « c’est fini pour toi, rentre à la maison ». Il ne faut jamais oublier cela. Très souvent, nous hommes, on a tendance à oublier cet aspect des choses cette réalité, et pendant ce temps de course, on va mener sa vie comme on l’entend, on va faire n’importe quoi, on va côtoyer n’importe qui, on va se faire dérouter parfois de cette route. C’est la course.
Paul utilise un terme grec. Les apôtres ont utilisé ce terme-là. Nous sommes dans Actes des apôtres chapitre 20, verset 24 :
Mais je ne fais pour moi-même aucun cas de ma vie, comme si elle m'était précieuse, pourvu que j'achève ma course avec joie, et le service que j'ai reçu du Seigneur Jésus, pour rendre témoignage à l'Evangile de la grâce de Dieu.
« Pourvu que j’accomplisse ma course avec joie ! ». Amen. 
Donc, écoutez bien ici. C’est terrible ce que Paul dit. Il dit qu’il est dans une course. D’ailleurs dans 1 Corinthiens il le dit, dans 1 Corinthiens 9 verset 25 :
 
Tous ceux qui luttent dans les jeux sportifs vivent entièrement de régime, et ils le font pour obtenir une couronne corruptible ; mais nous, faisons-le pour une couronne incorruptible. Je cours donc, mais non pas sans savoir comment ; je combats, mais non pas comme battant l'air. 27
 
Il parle de lutte ; la lutte gréco- romaine. Il s’adresse aux Corinthiens qui étaient grecs, et qui connaissaient les JO, parce que c’est la Grèce qui a donné les JO (Jeux Olympiques). Les grecs courraient énormément à l’époque. Il dit que ces coureurs, ces lutteurs s’imposent tout sorte de chose, des régimes, pourquoi ? parce qu’ils ont un objectif. Il dit moi « je ne cours pas sans savoir comment ». Il y a beaucoup de chrétiens qui ne comprennent pas qu’ils sont dans une course, pas par rapport aux gens, non ce n’est pas la course par rapport au ministère comme beaucoup le font, mais la course par rapport à la mission, par rapport à notre appel, au temps que Dieu nous a assigné, le temps de notre parcours terrestre. Pierre dira que nous sommes étrangers et visiteurs sur terre. Donc il ne faut pas courir n’importe comment.
[…]Mais je mortifie mon corps et je le tiens assujetti, de peur d'être moi-même désapprouvé après avoir prêché aux autres.
Donc il nous dit qu’il faut assujettir la chair et ses besoins, ses désirs. La chair qui peut-être glorifiée, acclamée, qui veut être vue. Paul dit je mortifie mon corps. C’est important parce que la chair à des désirs contraires à ceux de l’esprit. La chair veut nous éloigner de la sanctification. Si vous n’avez pas la notion de la course, vous ne pourrez pas vous sanctifier. Si vous n’avez pas la notion du temps qui est très court, très éphémère, vous ne pourrez pas vous sanctifier. Vous allez dire « je ferai cela demain, je ferai cela un jour, on verra… », et puis un jour la mort va vous attraper et c’est fini. C’est important. Il faut avoir la notion de l’urgence. L’urgence du retour de Yeshoua et de la mort. De l’imminence du retour de Yeshoua. Si les premiers chrétiens ont tenu jusqu’à la fin, c’est parce que ils avaient la notion de l’imminence du retour du messie. Ils croyaient même que le messie devait être de retour de leur vivant. Donc ils se sont sanctifié tous les jours.
Paul dit dans Actes 20  « Mais je ne fais pour moi-même aucun cas de ma vie». Faire cas de sa vie peut nous sortir de la sanctification. L’objectif c’est quoi ? Pendant la course, Dieu nous perfectionne. C’est la perfection. De la conversion à notre mort, Dieu va nous perfectionner. Nous mêmes aussi, nous allons prendre des décisions pour nous sanctifier en méditant la Parole de Dieu, en choisissant avec qui nous allons trainer. On ne doit pas en tant que chrétiens, subir l’amitié des gens. Non ! C’est à nous de choisir avec qui trainer. Celui qui traine avec les sages devient sage. La mauvaise compagnie corrompt les bonnes mœurs. La mauvaise compagnie peut vous sortir de la sanctification. D’où la séparation à chaque fois.
Pendant cette course, Dieu, avant de nous reprendre, va d’abord nous sanctifier. C’est pourquoi l’église n’est pas enlevée parce que Dieu la perfectionne depuis 2000 ans. Il nous perfectionne, toujours et toujours.
Paul dit, « je ne fais aucun cas de ma vie ». C’est terrible, c’est le renoncement à soi-même. « Comme si ma vie était précieuse à mes yeux ». En parlant de sa vie, il parlait de la vie terrestre. Il dit : « pourvu que j’accomplisse ma course … ». Voilà ! accomplir. Ce verbe veut dire ici « rendre parfait », ou encore « complet ». Logiquement, quand un enfant de Dieu meurt, qui craint Dieu, c’est parce que Dieu lui a fait atteindre la perfection.
Je m’explique. Merci Saint Esprit. On peut acclamer Jésus Christ. Vous savez ce qu’il vient de me dire par rapport à la perfection ?
Il m’a dit : « Il faut leur dire : on ne peut pas cueillir les fruits tant qu’ils ne sont pas mûrs ». C’est ça la perfection. Quand un enfant de Dieu véritable meurt, c’est-à-dire que le fruit est mûr. C’est la cueillette. Il envoie les anges, il dit : « ce fruit est mûr, s’il reste encore, il va pourrir et il va tomber. Alors, faut le cueillir » c’est ça la cueillette, la moisson.
C’est pour cela quand Moise a atteint la perfection selon Dieu, il l’a cueilli. Quand Elie a atteint la perfection, Dieu l’a cueilli. Hénoch, pendant 300 ans, Dieu l’a perfectionné. C’est ça le truc. La course d’Hénoch a duré 300 ans, et quand il a atteint la perfection, Dieu l’a cueilli.
Paul dit dans 2 Timothée chapitre 4, verset 7 :
J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé la course, j'ai gardé la foi.

Ah ! « J’ai combattu le bon combat. J’achevé la course, j’ai gardé la foi. Désormais la couronne de justice m’est réservée ». Dieu est venu voir Paul pour lui dire : « tu as fini ta mission, tu vas rentrer à la maison ». Paul était dans la joie, il dit « ça y est, j’ai achevé la course ». Frères, vous vous rendez compte de cette parole ? Imagine sur ta tombe, on met cette parole-là. Alléluia !
« J’ai abandonné les hommes, j’ai abandonné les femmes, les richesses de ce monde, j’ai tenu bon, je n’ai pas voulu que l’ennemi détruise ma foi, que les hommes détruisent ma foi, que les riches de ce monde détruisent ma foi, j’ai tenu bon grâce au Saint Esprit, et maintenant il m’a perfectionné, je sens le Ciel … ». Là quand c’est comme ça tu vois le ciel, Dieu t’ouvre les yeux, tu vois les choses que les gens ne voient pas. « Ça y est », je suis complet. C’est ça la perfection. Vous ne pouvez pas boire dans un verre qui n’est pas plein. Quand on vous sert de l’eau, vous attendez que le verre soit complet. C’est ça la perfection. Dieu ne veut pas prendre des gens incomplets. C’est pour cela que nous souffrons. Parce que la perfection c’est autre chose par rapport à la sanctification. La sanctification c’est la séparation. Dieu vient, il dit : « Jacques, ou Pierre, je te sanctifie », c'est-à-dire je te mets à part. Mais Pierre a toujours des défauts. Mais pourtant Dieu dit : « je l’ai sanctifié ». Littéralement, mis à part. Tu as encore des défauts mais Dieu t’a mis à part, il t’a consacré.
Ce bout de papier, il y a une tâche dessus. Je le prends, je le mets à part. La tâche est toujours là. Maintenant, la perfection c’est pour enlever cette tâche, je ne parle pas du péché volontaire, je parle du caractère, Dieu dit : « pendant 10 ans de sa vie terrestre, je vais perfectionner ce papier », pour rendre complet la chose. Pour enlever la tâche, c’est par le feu.
Sanctification veut dire consécration. Il y a plusieurs termes grecs. Le terme c’est « Agios ».
Romain 1er, verset 7 : A vous tous qui êtes à Rome, bien-aimés de Dieu, appelés à être saints : Que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et Seigneur Jésus-Christ !
Paul dit aux Romains qu’ils sont Saints.
1 Corinthien 16 :1 : A l’égard de la collecte en faveur des saints,
« A l’égard des saints » ! Chez les Catholiques les saints sont tous morts. Ils sont canonisés après leur mort. Dans la bible, un saint c’est quelqu'un qui est en vie, que Dieu a mis à part. Voilà ! c’est ça être saint. Donc Saint Pierre, etc. chez les catholiques, c’est une invention purement papale.
C’est nous qui sommes saints. Nous sommes encore en vie. Nous sommes mis à part. Le mot grec traduit par saint ici, c’est « Agios », qui veut dire « choses saintes » ou encore « consacré », ou « saint ». Donc à chaque fois où vous lisez dans les écritures : saint, en parlant des hommes, c’est ce terme-là : agios.
Tu as été mis à part, non parce que tu es parfait, mais parce que Dieu veut te perfectionner. La sanctification c’est être mis à part. La perfection c’est être complet, travaillé, débarrassé des imperfections. On ne peut pas se débarrasser des imperfections de quelqu'un sans le feu. Donc après la sanctification, il y a la purification. Ce n’est pas pareil. Etre sanctifié c’est être mis à part, consacré. La deuxième étape c’est la purification. Et c’est là que ça coute cher.
Nous sommes dans Actes 13 :25 : Et comme Jean achevait sa course, il disait : Qui pensez-vous que je sois ? Je ne suis pas le Christ ; mais voici, il en vient un après moi, dont je ne suis pas digne de délier le soulier de ses pieds.
Tu as aussi tel que tu es là, - vous aussi qui me suivez chez vous -, avez un temps qui vous est assigné, le temps de votre course terrestre. C’est pendant ce temps que Dieu nous perfectionne, nous purifie. La sanctification, on peut voir aussi la justification : être déclaré juste. L’étape qui suit c’est la purification.
La purification et le perfectionnement par la souffrance : Dieu, le potier par excellence
Regardez ce que dit Jésus, Matthieu 5 :48. Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait ! Or c’est impossible. Donc le plan de Dieu pour nous c’est notre perfectionnement. L’apôtre Paul, le grand apôtre, dans Phillipiens 3 : 7, il dira quelque chose de très fort :
Mais ces choses qui étaient pour moi un gain, je les ai regardés comme étant nuisible à cause de Christ.
Si vous voulez allez plus loin avec Dieu, commencez à regarder les choses de ce monde comme nuisible à votre marche chrétienne. C’est important. A votre foi.
[…] Et certes, je regarde toutes les autres choses comme m'étant nuisibles en comparaison de l'excellence de la connaissance de Jésus-Christ mon Seigneur, pour l'amour duquel je me suis privé de toutes ces choses, et je les estime comme du fumier, afin que je gagne Christ; Et que je sois trouvé en lui, ayant non point ma justice qui est de la Loi, mais celle qui est par la foi en Christ, [c'est à dire], la justice qui est de Dieu par la foi; ainsi je  connaîtrai Jésus-Christ, et la vertu de sa résurrection, et la communion de ses afflictions, étant rendu conforme à sa mort;
La communion de ses souffrances ! Donc dans le perfectionnement, on va subir la crucifixion. La chair va être crucifiée par Dieu, on va passer par le feu, on va être comme l’holocauste. Comme Paul le dit dans Romain 12 : 1 Je vous exhorte donc, mes frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps en sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui est votre culte raisonnable.
[…] [Essayant] si en quelque manière je puis parvenir à la résurrection des morts.
Donc Dieu nous tue, pour nous perfectionner.
[…] Non que j'aie déjà atteint le but, ou que je sois déjà parfait : mais je poursuis ce but pour tâcher d'y parvenir, c'est pourquoi aussi j'ai été pris par Jésus-Christ.
Paul était en prison lorsqu’il a écrit cette épitre. C’était un homme brisé. Et il dit qu’il n’a pas atteint le but alors que c’était un grand apôtre. Il reconnait qu’il n’était pas parfait. Il ne péchait pas volontairement, mais il a reconnu qu’il avait des faiblesses. Il disait dans 2 Corinthiens « Quand je suis faible c’est alors que je suis fort ». Quand Dieu commence à nous perfectionner c’est là qu’on s’aperçoit qu’on est faible. Parce que dans le monde on se croyait fort. Mais une fois que Dieu nous a sauvés, on s’aperçoit que devant un bel homme/ belle femme je peux aussi les esquiver parce que c’est chaud, face aux problèmes je veux m’esquiver parce que c’est chaud, parce que ma chair est faible. Seigneur, je suis faible.
[…] Mes frères, pour moi, je ne me persuade pas d'avoir atteint le but; mais je fais une chose, oubliant les choses qui sont en arrière, regardant celle qui sont en avant, je cours vers le but …
Il dit « je cours ». La course. Le but c’est le ciel. Dieu nous amène de la conversion au Ciel. Mais pour y aller il faut être perfectionné. On n’entre pas comme ça au Ciel. C’est pourquoi quand on est sauvé, il ne nous enlève pas tout de suite. C’est pourquoi même si tu es éprouvé, il ne va pas pour autant t’enlever, parce que il veut nous débarrasser de nous-mêmes. Plus la présence de Dieu vient sur toi ; plus ta nature de péché se manifeste. La présence de Dieu en nous révèle notre état. C’est pour cela que Paul dit « qu’il ne se persuade pas d’avoir atteint le but ». Il dit : « je cours ». Ils avaient ce langage-là, tous. C’était des coureurs, des athlètes.
La sanctification, c’est quoi ? C’est la consécration. Il faut aller plus loin que ça. Yeshoua dit : « soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait », mais sur le plan humain c’est impossible En fait, il voulait dire : « je veux vous perfectionner ».
[…] je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ. C'est pourquoi, nous tous qui sommes parfaits ayons ce même sentiment ; et si en quelque chose vous avez un autre sentiment, Dieu vous le révélera aussi. Cependant marchons suivant une même règle pour les choses auxquelles nous sommes parvenus, et ayons un même sentiment.
Paul avance des arguments terribles. Il nous donne des clés pour tenir et aller jusqu’au bout. Les choses nuisibles pour moi, de côté. Je les considère comme de la boue. Il dit aussi que pour ne pas repartir en arrière, « je ne focalise pas sur ma vie passée. J’oublie les choses qui sont passées, je me porte vers l’avenir ». C’est important. En fait, il pensait ici à la femme de Lot. Quand ils sortirent de Sodome et Gomorrhe, Dieu avait dit qu’il ne faut pas regarder en arrière. Elle est sortie avec son mari et enfant :
« Ah mes copains, ah mes villas, ah mes programmes … » Elle s’est arrêté d’abord et puis hop … bloc de sel, fini. Certainement Paul pensait à la femme de Lot. Faut pas regarder en arrière, c’est fini ça. C’est terrible … les juifs connaissaient cette histoire. Sortons pour aller vers Lui, hors de la porte (Hébreux).
« Ah mon ex, ah ma femme, ah mon passé, … », tout cela c’est du passé. Si vous continuez à regarder au rétroviseur, vous ne pourrez pas vous sanctifier, vous ne pourrez pas permettre au Seigneur de vous perfectionner. Tirez un trait sur le passé.
Paul nous parle de la perfection parce que Dieu veut des filles et des fils parfaits ! et c’est lui qui nous perfectionne. Alors comment Dieu va s’y prendre ?
Nombre 21 :23 - tout ce qui peut passer au feu, vous le ferez passer par le feu pour le rendre pur.
Donc, dans la perfection, il y a la pureté. Etre pur. Pour nous rendre complet, Dieu doit nous purifier. C’est se débarrasser des impuretés, de tout ce qui est parasite. C’est ça la purification, le perfectionnement : le feu.
[…] Mais c'est par l'eau de purification que sera purifié tout ce qui ne peut aller au feu ; vous le ferez passer dans l'eau. Vous laverez vos vêtements le septième jour, et vous serez purs ; ensuite, vous pourrez entrer dans le camp. 
Seigneur, merci pour ta Parole. Alléluia.
Le Seigneur dit clairement à Moise qu’il faut faire passer tous les métaux par le feu. Or nous, nous sommes de l’or. Mais de l’or brut à la conversion. Savez-vous à quel degré l’or fond ? Plus de 1350 degrés ! C’est énorme. Il faut que l’or fonde, afin de le débarrasser des impuretés.
L’or doit d’abord être fondu. La forme que le monde t’a donnée, les titres que tu avais dans le monde, que j’avais dans le monde, les acclamations que je recevais, que tu recevais, le forme, le style que tu avais, la vision des choses, le style d’homme / femme que tu avais, cette forme que tu t’es donné, que tes parents t’ont donné, l’éducation que tu as reçue, tu as été façonné par le monde, par ton père et ta mère, par tes études, par les belles paroles que tu as reçues, tu es devenu quelqu'un dans le monde. Dieu te voit, une fois converti, comme de l’or brut déformé, informe et vide, comme la terre au début. Et Dieu dit « je dois lui donner une forme » : le perfectionnement. Le problème c’est que tu ne peux pas avoir une forme sans être fondu. Et quand tu es fondu, tu perds le nord, tu es troublé parce que tu n’as plus de vision, tu es sans vision, tu deviens comme perdu, comme un enfant, un bébé, tu ne sais plus quoi faire, tu es comme troublé et tu ne te reconnais plus ! Tu es totalement fondu. Tu deviens sans forme, déformé encore par Dieu. Dieu te déforme par rapport à la forme que le monde t’avait donnée.
Acclamons le Seigneur pour sa Parole ! Alléluia ! La Parole de Dieu !
Dieu dit qu’il te met dans le creuset (Esaïe), pour fondre l’or que tu es. Et là, tu fonds. Tu ne sais même plus qui tu es. Quand les gens veulent t’adorer comme avant, tu ne veux plus, tu te caches, tu ne veux même plus être vu, tu te retires. T’es fondu.
En tant que l’or qui a fondu, tu vas maintenant être travaillé. La première étape c’est que Dieu te fond. La deuxième étape, c’est la séparation d’avec les impuretés. Et la troisième étape, Dieu te façonne. Il y a des niveaux à chaque fois. Il y a des degrés de gloire en gloire. Et à chaque niveau, tu es fondu de nouveau, débarrassé des impuretés et façonné. A chaque étape. Seigneur, mon Dieu … 
Paul dit : « j’étais un homme violent, … », là c’est le passé. Ça, c’est la vie chrétienne ! Ça, c’est plus que la sanctification : le perfectionnement ! Frères et sœurs, ça coute cher. Ça coute très cher. Et je vous assure, si vous n’êtes pas saisi par Dieu, vous ne pouvez pas tenir. Vous allez repartir dans le monde. Parce que le salut est gratuit, mais la perfection ça va vous couter. Et si vous tenez bon, vous obéissez au Seigneur, vous allez gouter des fruits magnifiques, parce que vous allez expérimenter la présence de Dieu en permanence.
Dieu dit qu’il est le potier. C’est le potier. La perfection, c’est Dieu le potier qui se révèle ici. Il va donner au vase que tu es la forme qu’il veut. C’est plus que la sanctification. Alléluia. Vous commencez à comprendre des choses ?
Romain 9 :18 - Ainsi, il fait miséricorde à qui il veut, et il endurcit qui il veut. Tu me diras : Pourquoi se plaint-t-il encore ? Car qui est-ce qui résiste à sa volonté ? O homme, toi plutôt, qui es-tu pour contester avec Dieu ? Le vase d'argile dira-t-il à celui qui l'a formé : Pourquoi m'as-tu fait ainsi ? Le potier n'est-il pas maître de l'argile, pour faire avec la même masse un vase d'honneur et un vase d'un usage vil ? 
Il va briser [dans ce processus de perfectionnement], il travaille notre caractère. Toute la vision que nous avions avant « Moi, l’homme de ma vie doit être comme si, comme ça… », Dieu dit « Tu veux achever la course parfaitement ? ». La course c’est la mission. Or si tu es avec un mauvais partenaire, celui que Dieu ne t’a pas destiné ça va être la souffrance. Tu vas mal finir la course et tu vas même mourir avant le temps. Et dans la course tu ne pourras plus courir normalement parce que tu vas trainer un boulet. Parce que il a dit il n’est pas bon l’homme soit seul je lui ferai une aide… le partenaire c’est l’aide pour le perfectionnement. Mais si tu as la vision ancienne, c’est fini.
Paul dit « le potier n’est-il pas le maitre de l’argile, n’a-t-il pas le droit avec la même matière de faire un vase d’honneur et un vase d’un usage vil ? ». Il fait ce qu’il veut !
La perfection est un processus :
-         Il y a la justification à la conversion : Dieu te déclare juste, saint, consacré
-         Ensuite Dieu commence la transformation dans nos vies. Nous courons vers le but, la perfection. Il nous perfectionne
-         Pendant ce processus, nous même aussi on se sanctifie (Apocalypse 20 :11).
Nous avons avec la Parole, la prière, nous avons les moyens de nous sanctifier, se séparer des choses qui peuvent nous peuvent nous faire tomber par la convoitise. On gère nos regards, on refuse les pensées impures, les paroles méchantes et sanguinaires, on s’en sépare, on n’écoute pas n’importe quoi, on fait la distinction entre le bien et le mal, on se sépare d’avec la mauvaise compagnie. Avec la connaissance que Dieu nous donne, on choisit avec qui trainer, quoi regarder, quoi entendre. C’est ça notre propre sanctification. Par contre par rapport au perfectionnement, c’est Dieu qui le produit. C’est de gloire en gloire. C’est le feu, le feu !
Le perfectionnement, c’est le caractère que Dieu change. Il imprime en nous le caractère de Christ. L’obéissance à sa Parole. Parce que Christ homme était obéissant au Père jusqu’à la mort à la croix. Dieu veut des enfants obéissants, même si c’est dur pour nous. L’amour pour Dieu, aimer Dieu plus que toutes choses, ce sont ces caractères, ces vertus, que Dieu veut faire développer en nous. C’est pourquoi au fur à mesure, il met le feu, il y a des doses, des niveaux jusqu’à ce qu’il va estimer que tu as achevé ta course correctement, il dit « viens, tu rentres à la maison », parce que le fruit est mûr. C’est la maturation des fruits. C’est pourquoi ceux qui aiment le Seigneur, qui le craignent, ils ne meurent pas n’importe comment. Dieu estime que là c’est bon, « je reprends mon enfant ».
Le Psaume 115-116 : elle a du prix aux yeux de YHWH, la mort de ses biens aimés. Dieu se réjouit parce que le fruit est mur. Et là c’est le couronnement après.
Nous sommes dans Malachie 3 :2 – Mais qui pourra soutenir le jour de sa venue, qui pourra subsister quand il paraîtra, car il sera comme le feu fondeur et la potasse des foulons. Et il sera assis comme celui qui raffine et purifie l’argent. Il nettoiera le fils de Levi, les épurera comme l’or et l’argent, et ils présenteront à YHWH des offrandes avec justice. Alors l’offrande de Juda et Jérusalem sera agréable comme aux anciens jours …
La purification, le raffinement. Voilà un autre aspect de Dieu qu’on n’a pas souvent vu. Faut étudier ce passage là à la maison. Nous sommes entre ses mains comme des métaux déformé par le péché, par la vision que nos parents inconvertis nous ont inculquée, par le monde, pourri par l’ennemi, une vision luciférienne de l’homme/femme. Et Dieu va commencer à te raffiner. « Qui pourra subsister quand il paraîtra, car il sera comme le feu fondeur et la potasse des foulons. Et il sera assis comme celui qui raffine et purifie l’argent. Il nettoiera le fils de Levi, les épurera comme l’or et l’argent, et ils présenteront à YHWH des offrandes avec justice. Alors l’offrande de Juda et Jérusalem sera agréable comme aux anciens jours … ». 
 On a un Dieu qui est prêché dans nos assemblées, un Dieu tellement cool […] trop de légèreté […] Quand Dieu purifie quelqu'un, la personne commence à s’habiller correctement ! Les anges se couvrent dans la présence du Seigneur, je vois des frères qui viennent en short devant le Seigneur pour prier… il y a un mélange. C’est parce que les gens ne sont pas dans un processus de purification, ils sont sortis de ce processus. Il n’y a plus rien. La présence du Seigneur n’est plus là.
Après le perfectionnement, là il peut agréer l’offrande. Lévi, c’était le prêtre qui devait présenter les offrandes. Il n’a pas changé Dieu, il est le même hier, aujourd'hui et éternellement.
Zarachie 13 : 8 - Et il arrivera dans tout le pays, dit Yahweh, que les deux tiers seront retranchés et périront, mais l'autre tiers y restera. 9 Je mettrai ce tiers dans le feu, et je le purifierai comme on purifie l'argent, je l'éprouverai comme on éprouve l'or. Il invoquera mon Nom, et je l'exaucerai ; je dirai : C'est ici mon peuple ! Et il dira : Yahweh est mon Dieu !
Dieu prend un tiers ! les deux tiers là, rejeté. Il prend son peuple, les « un-tiers », Il dit « je le mettrai dans le feu et je vais le purifier. Il invoquera mon Nom et je l’exaucerai. Dieu n’exauce que les hommes et les femmes qui sont dans ce processus de perfectionnement. Il y a des gens, quand Dieu commence à les épurer, ils vont commencer à chercher des solutions charnelles, des voies et moyens pour s’en sortir et là c’est grave.
Comment se manifeste la perfection ?
Hier tu avais beaucoup d’argent. Tu te convertis, le Seigneur enlève tout. Pourquoi ? Parce que Dieu tient à sa gloire. Il ne veut pas que tu dises que cet homme-là qui te nourrit devienne ton Dieu. Dieu est jaloux. Il veut que tu apprennes à vivre par la foi, d’où la prière de notre Père : « donne-nous notre pain quotidien ou le pain qui nous nécessaire ». Pas le superflu.
Déjà par rapports aux biens, à l’argent, Dieu te rend dépendant de Lui. Il t’apprend la gestion, a gérer le peu qu’il peut te donner. Par rapport aux critiques, aux rejets, aux combats, a la méchanceté des hommes, Dieu va se servir de tous ces gens, même les plus proches pour te faire mal. Mais faut pas leur en vouloir, parce que Dieu est en train de changer ta nature. Ne te focalise sur les gens qui te critiquent. C’est sur toi que Dieu a mis son regard. Les autres ils ne sont pas forcément de Dieu, mais il se sert d’eux comme des instruments.
Il a même utilisé Satan pour que Paul reste humble. Un ange de Satan (2 Corinthiens) fouettait Paul tous les jours, pour ne pas qu’il enfle comme une pâte à cause de l’excellence des révélations qu’il avait reçu. C’est pour cela qu’il te prépare par rapport aux épreuves. Ça veut dire que même les démons sont utilisés par le Seigneur pour notre perfectionnement. Pour vous dire à quel point Dieu est tout puissant.
Il utilise les religieux comme les pharisiens pour perfectionner ses enfants. Il utilise les démons pour nous perfectionner, les membres de nos familles pour nous perfectionner.
Rappelez-vous que dès notre conversion il nous a mis dans le processus de perfectionnement.
Le perfectionnement, c’est la maturation, l’âge adulte. Le monde nous le montre. Nous grandissons, nous vieillissons. Il utilise les inconvertis. Ton employeur, Dieu peut l’utiliser, les frères et sœurs dans ton assemblée … mais toi tu prends la décision de t’en aller, est ce que Dieu ne t’ai dit de t’en aller, c’est là le problème. Il utilise le caractère des uns et des autres pour te tailler. Mais beaucoup sortent de ce processus, parce que ils manquent de discernement, ils veulent s’échapper, et ils meurent, ils ratent leur temps, tombent dans l’apostasie, se mélangent, parce qu’ils ne sont pas dans le discernement de Dieu. Ils ne sont pas à l’écoute, parce que dans la souffrance, on n’écoute pas !
Vous avez vu Job ? Il craignait Dieu. Pendant que Job était sur terre, dans le monde spirituel il y a eu un entretien entre Satan et Dieu. Et Dieu va utiliser Satan. Regarder les éléments que Satan va utiliser pour perfectionner Job. Le vent, c’est le prince de l’air. Le feu, il peut utiliser le feu aussi. Les tremblements de terre, pour détruire les enfants de Job.
Job dira quoi ? « Mon oreille avait entendu parler de toi. Maintenant mes yeux t’ont vu ». Vous avez vu ? Changement de niveau ! Du niveau 1 au niveau 2. Il avait la révélation de l’oreille et Dieu voulait qu’il voie. Et Dieu va utiliser Satan. Il va utiliser Satan, même ses amis, même sa femme ! « Bénis Dieu et meurs ! » lui dit-elle. C’est le verbe « Barach ». C’est de l’ironie qu’elle a fait ici, c’est encore plus terrible. Et Job a été perfectionné !
Paul pour être perfectionné a fait de la prison, lapidé, a été parmi les faux frères, il le dit. Il a reçu 40 coups mois-un cinq fois, à cause de Jésus, tout ça pour le perfectionner. Arrivé à un moment donné, Paul était détaché de ce monde. Il ne voyait que Christ, il a accompli sa mission et a achevé sa course.
Soyez parfaits ! Oh Jésus.
Nous avons beaucoup d’impuretés. Le monde nous a trop pollués. A part nos caractères déformés, y a les démons qui nous possédaient, les gens faisaient des choses ils ne se rendaient pas compte que c’était l’influence démoniaque, des liens de familles. Nos ancêtres, parents ont fait des projets sur nous, inculqué, transmis des choses, voir des sorciers, voyants, etc… il y a un mélange de choses terribles. Et nous sommes le résultat de tout ce mélange-là. Et quand on se converti Dieu nous justifie par le sang de Jésus, il nous sanctifie, nous met à part, mais il va rentrer dans le processus du perfectionnement et là c’est autre chose. C’est lui qui le fait. Il te dépouille, te met dans le feu, tu sens le feu de la persécution.
1 Pierre 4 - Ainsi donc, Christ ayant souffert dans la chair, vous aussi armez-vous de la même pensée.
« Armez-vous de la même pensée ». C’est-à-dire la pensée de souffrir pour Christ, parce qu’il nous perfectionne. Ce n’est pas Dieu qui est méchant. Nous souffrons parce que la chair aime tellement le monde que quand Dieu produit cette séparation, il le fait progressivement. La chair ressent cette souffrance.
Qui aimerait être insulté, critiqué, qu’on lui crache dessus ?
Le verset 12 : Mes bien-aimés, ne trouvez point étrange quand vous êtes [comme] dans une fournaise pour votre épreuve, comme s'il vous arrivait quelque chose d'extraordinaire. Mais en ce que vous participez aux souffrances de Christ, réjouissez-vous; afin qu'aussi à la révélation de sa gloire, vous vous réjouissiez avec allégresse. Si on vous dit des injures pour le Nom de Christ, vous êtes bienheureux : car l'Esprit de gloire et de Dieu repose sur vous, lequel est blasphémé par ceux qui [vous noircissent] mais pour vous vous le glorifiez. Que nul de vous ne souffre comme meurtrier, ou larron, ou malfaiteur, ou curieux des affaires d'autrui. Mais si quelqu'un souffre comme Chrétien, qu'il n'en ait point de honte, mais qu'il glorifie Dieu en cela. Car il est temps que le jugement commence par la maison de Dieu; or [s'il commence] premièrement par nous, quelle sera la fin de ceux qui n'obéissent point à l'Evangile de Dieu? Et si le juste est difficilement sauvé, où comparaîtra le méchant et le pécheur ? Que ceux-là donc aussi qui souffrent par la volonté de Dieu, puisqu'ils font ce qui est bon lui recommandent leurs âmes, comme au fidèle Créateur.
Pierre utilise un mot terrible : la fournaise. Ils sont passés par là. Le perfectionnement.
2 Pierre 3 :14 - C'est pourquoi, [mes] bien-aimés, en attendant ces choses, étudiez-vous à être trouvés de lui sans tache et sans reproche, en paix. 
Il faut s’appliquer. C’est un exercice. Ce n’est pas facile. Il faut se servir de la Parole du Seigneur, prier, demander sa grâce pour rester dans la course.
Jacques 1 :2 - Mes frères, regardez comme un sujet d'une parfaite joie quand vous serez exposés à diverses épreuves. Sachant que l'épreuve de votre foi produit la patience. Mais il faut que la patience ait une œuvre parfaite, afin que vous soyez parfaits et accomplis, de sorte que rien ne vous manque.
Accomplis ! Dieu veut des hommes et femmes complets. « Jusqu’à ce que nous soyons devenus des hommes complet (Ephésien 4). C’est ça la maturité. Jacques nous dit qu’il « faut regarder comme un sujet d'une parfaite joie quand vous serez exposés à diverses épreuves ». C’est Dieu qui permet cela pour nous tailler, nous façonner, nous travailler.

Le nazaréat : la consécration du chrétien pour Dieu
Prenons Nombre 6. Pendant la course, nous sommes des nazaréens. On dit souvent Jésus de Nazareth. Littéralement c’est Jésus le nazaréen, Jésus le consacré. Alléluia.
Nombre 6 - Yahweh parla à Moïse, en disant : 2 Parle aux enfants d'Israël, et dis-leur : Lorsqu'un homme ou une femme se consacrera en faisant un vœu de naziréat pour se consacrer à Yahweh, 3 il s'abstiendra de vin et de boisson forte, il ne boira ni vinaigre fait de vin, ni vinaigre fait avec une boisson forte ; il ne boira d'aucune liqueur de raisins, et il ne mangera point de raisins, frais ou secs
Quand je recevais ce passage, le Seigneur me faisait comprendre que pendant notre course, nous avons tous fait le vœu de nazaréat, parce que nous sommes des consacrés. Pendant la période de Nazareat, les hébreux laissaient pousser leurs cheveux, hommes ou femmes. Ils ne buvaient ni ne mangeaient rien d’impur, ils ne pouvaient pas toucher un cadavre, ils étaient totalement consacrés. Et tout le monde savait qu’ils étaient consacrés à cause de leurs cheveux longs, ils évitaient la mauvaise compagnie, ne buvaient rien qui était fait avec les fruits de la vigne.
Et Dieu dit au verset 5, « Le rasoir ne passera point sur sa tête durant tous les jours de son naziréat. Il sera saint jusqu'à ce que les jours pour lesquels il s'est consacré à Yahweh soient accomplis, et il laissera croître les cheveux de sa tête2. 6 Durant tous les jours pour lesquels il s'est consacré à Yahweh il ne s'approchera d'aucune personne morte3 ; 7 il ne se souillera point à la mort de son père, ni de sa mère, ni de son frère, ni de sa sœur, car il porte sur sa tête la consécration de son Dieu. 8 Durant tous les jours de son naziréat, il sera consacré à Yahweh. 9 Et si quelqu'un vient à mourir subitement près de lui, la tête de son naziréat sera souillée, et il rasera sa tête au jour de sa purification, il la rasera le septième jour. 10 Le huitième jour, il apportera au prêtre deux tourterelles ou deux pigeonneaux, à l'entrée de la tente d'assignation4. 11 Et le prêtre en offrira un en sacrifice pour le péché et l'autre en holocauste, et il fera propitiation pour lui de ce qu'il a péché à l'occasion du mort. Il sanctifiera donc ainsi sa tête en ce jour-là. 12 Il consacrera à Yahweh les jours de son naziréat et il offrira un agneau d'un an en sacrifice de culpabilité. Et les jours précédents ne compteront pas car son naziréat a été souillé.» (Nombre 6).
Donc, on voit bien, que ces hébreux faisaient eux-mêmes le vœu de Nazaréat à Dieu. Dieu nous met dans ce processus, il nous donne aussi les moyens pour que nous puissions dire « Seigneur je décide de me sanctifier » ! Alléluia.
Nazaréen donne aussi Nazareth. Et on l’appellera, Jésus Christ le nazaréen. Donc si notre maitre est appelé le nazaréen, et nous ? Donc nous sommes des consacrés.
Quelqu'un qui est consacré, c’est quelqu'un qu’on ne peut pas toucher n’importe comment. Tu es un nazaréen. Ton corps est consacré, tu n’as pas à le montrer parce que il est consacré ! Tu n’as pas a montrer ton corps ! Alléluia. Ce n’est pas facile … Et là Dieu est jaloux, totalement jaloux. Tous ceux qui vont venir pour te sortir [de ce processus], Dieu va les éloigner. A chaque fois. Satan va venir, il va envoyer des songes, des visions, tout ça. L’objet est de te sortir de la course. Mais toi focalise toi sur Jésus, le Ciel. Alléluia ! Toujours ! Ne sors pas du chemin.
Tu vas rencontrer des hommes/femmes très beaux, très élégants(es), mais tiens bon ! C’est un chemin étroit, la porte est resserrée. On n’entre pas avec des bagages, on les laisse. Quand tu rentres avec 200 kg ; quand tu vas sortir, tu perds tous les kilos et ton esprit devient grand ! Et ta chair est détruite. Tu sors de ce processus avec 0 kilo. C’est la gloire ! Alléluia !
L’objectif c’est ça. Nous courrons vers le couronnement. Et les cheveux du Nazaréen, c’était son couronnement, Dieu disait. C’est ça la consécration, la course. Dieu nous couronne. On fait plein de rencontre pendant la marche.
Imagine si tu sors [de ce processus], tu vas perdre toutes ces années, tous ces mois, même si c’est deux semaines tu vas tout perdre, tout écraser juste pour un plaisir de 5 minutes ? Ça ne vaut pas le coup ! Et à la fin, à la fin de ta mission, ceux qui meurent dans le Seigneur, ils commencent à entendre la louange céleste. Les oreilles spirituelles s’ouvrent, ils commencent à voir le monde spirituel. Il y a une communion très intense avec le Seigneur.
Vous savez, Dieu n’agrée pas tout le monde. Il aime tout le monde mais n’agrée pas tout le monde. Dieu agrée les hommes et femmes qui se laissent perfectionner par Dieu. Et il a établi des hommes et des femmes pour nous perfectionner. C’est pourquoi il a dit qu’il a établi les uns comme apôtre, docteur, etc… pour le perfectionnement. Par la parole que tu reçois Dieu te perfectionne. Réjouis-toi si Dieu te sépare des amis. Parce que tu vas être allégé pour voler encore plus loin. Tel un camion qui était chargé qui n’arrivait pas à avancer parce qu’il y avait pas assez de puissance, Dieu va te décharger. Tu vas pleurer, toi tu ne comprends pas mais Dieu te rend service.
Ne laissez plus personne vous charger, vous retarder vous empêcher d’atteindre les objectifs que Dieu vous a assigné. Hier Satan vous a eus mais maintenant que vos yeux sont ouverts c’est fini. Les pensées impures tu les rejettes, et tu vas atteindre tes objectifs, et je t’assure, quand tu arriveras au bout, le Seigneur te dira « Ah mon serviteur / servante, tu as combattu le bon combat, tu as marqué ta génération, des jeunes femmes, des couples, maintenant voilà la couronne qui t’es réservé ».
Et à la table tu vas manger à la même table qu’Elie, Elisée, Moise, Jacques, etc…
Plus il te perfectionne, plus l’onction s’accroit, plus l’autorité s’accroit. Et là, les petits sorciers là … ça va être chaud !

Que Dieu soit béni, glorifié, qu’il vous garde, Alléluia !



Matthieu 25:1 à 13

Alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent à la rencontre de l'époux. Cinq d'entre elles étaient folles, et cinq sages. Les folles, en prenant leurs lampes, ne prirent point d'huile avec elles; mais les sages prirent, avec leurs lampes, de l'huile dans des vases. Comme l'époux tardait, toutes s'assoupirent et s'endormirent. Au milieu de la nuit, on cria: Voici l'époux, allez à sa rencontre! Alors toutes ces vierges se réveillèrent, et préparèrent leurs lampes. Les folles dirent aux sages: Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s'éteignent. Les sages répondirent: Non; il n'y en aurait pas assez pour nous et pour vous; allez plutôt chez ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous. Pendant qu'elles allaient en acheter, l'époux arriva; celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. Plus tard, les autres vierges vinrent, et dirent: Seigneur, Seigneur, ouvre-nous. Mais il répondit: Je vous le dis en vérité, je ne vous connais pas. Veillez donc, puisque vous ne savez ni le jour, ni l'heure. Matthieu 25: 1 à 13