Jésus, le Maître des temps et des circonstances - Shora Kuetu




Nous sommes dans Jean chapitre 7 : 1-9  
Après ces choses, Jésus parcourait la Galilée, car il ne voulait pas parcourir la Judée, parce que les Juifs cherchaient à le faire mourir. Or la fête des Juifs, appelée la fête des Tabernacles, était proche. Et ses frères lui dirent : Pars d'ici, et va en Judée, afin que tes disciples aussi contemplent les œuvres que tu fais. Personne n'agit en secret, lorsqu'il cherche à être connu ; si tu fais ces choses, montre-toi toi-même au monde. Car ses frères non plus ne croyaient pas en lui. Et Jésus leur dit : Mon temps n'est pas encore venu, mais votre temps est toujours prêt. Le monde ne peut pas vous haïr, mais il me hait parce que je rends témoignage contre lui que ses œuvres sont mauvaises. Vous, montez à cette fête ; pour moi, je n'y monte pas encore, parce que mon temps n'est pas encore accompli. Après leur avoir dit ces choses, il resta en Galilée.

On va lire un deuxième passage. Jean 2 :1-4
Or trois jours après, on faisait des noces à Cana en Galilée, et la mère de Jésus était là. Et Jésus fut aussi convié aux noces avec ses disciples. Et le vin ayant manqué, la mère de Jésus lui dit : Ils n'ont plus de vin. Mais Jésus lui répondit : Qu'y a-t-il entre moi et toi, femme ? Mon heure n'est pas encore venue.

Je pense qu’on va lire encore un troisième passage. Je me laisse guider comme d’habitude. On ne prépare pas les enseignements à l’avance, le Seigneur nous les donne en même temps que vous. Nous sommes dans Jean 11 : 1-6
Il y avait un certain homme malade, appelé Lazare, qui était de Béthanie, village de Marie et de Marthe, sa sœur. C'était cette Marie qui oignit de parfum le Seigneur, et qui essuya ses pieds avec ses cheveux ; et c'était son frère Lazare qui était malade. Ses sœurs envoyèrent donc dire à Jésus : Seigneur, voici, celui que tu aimes est malade. Après avoir entendu cela, Jésus dit : Cette maladie n'est pas à la mort, mais elle est pour la gloire de Dieu, afin que le Fils de Dieu soit glorifié par elle. Or Jésus aimait Marthe, sa sœur, et Lazare.

Nous allons découvrir un autre (aspect) Jésus. On va dans les écritures le découvrir sous différents aspects. Ce soir nous allons découvrir le Dieu qui agit en son temps, le Dieu du temps. Le Dieu ou le maître des temps et des circonstances, comme Daniel l’a si bien dit.

Dans la première histoire, on voit les frères de Jésus Christ. Donc on voit qu'il n’a pas eu affaire à des gens qu'il ne connaissait pas (j’entends par là Yeshoua homme). Il est question ici de ses frères, de la fête du tabernacle, l’une des trois fêtes du pèlerinage. Il y avait la pâque, la pentecôte et la fête du tabernacle. Lors de ces trois fêtes, les hébreux du monde entier devaient se retrouver pour célébrer le nom de Yahweh. Jésus devait, en tant que Juif, aller à Jérusalem pour fêter. Ici, nous voyons le Dieu qui aime la fête, qui veut participer à ces rencontres, qui veut être là. Et là ses propres frères lui disent : « Va à cette fête, vas-y tout de suite, fais des miracles (en gros) afin que tes disciples croient en toi ! « Pars d'ici, et va en Judée, afin que tes disciples aussi contemplent les œuvres que tu fais ». Donc ils ont voulu que le Seigneur Yeshoua aille en Judée charnellement, en dehors du temps de Dieu, du temps du Père. Vous voyez la pression des gens ? On veut nous faire faire des choses alors que ce n’est pas le temps de Dieu, on veut nous pousser à agir… parfois ce sont des proches, alors que Dieu n’a pas encore donné son accord, son GO ! On nous dit que ses frères non plus ne croyaient pas en lui. Donc ses frères manquaient de foi. Le Seigneur n’a pas voulu agir par rapport à leur pression, il a vraiment pris son temps, et on veut vraiment apprendre beaucoup ici, par rapport à nos vies sur terre. Nous ne devons pas faire les choses sous pression, parce que c'est là qu’on fait des erreurs. Il faut vraiment attendre le moment opportun, le temps de Dieu. Et nous avons un Dieu qui n’est jamais pressé, et en même temps il n’est jamais en retard. Il vient au moment opportun, il répond au moment opportun, il ne vient jamais ni avant, ni après, mais vraiment au temps convenable.

Jésus leur dit : « Mon temps n’est pas encore venu, mais le vôtre est toujours prêt ». Et c'est ce que nous voyons dans le monde. Les gens sont toujours prêts : à prêcher, à faire des choses ici et là, parce qu’ils sont sous pression, tout le temps, pour prouver aux gens qu’on est capable, pour démontrer à ses amis qu’on peut faire aussi les choses. Je vois des jeunes qui meurent dans l’œuvre parce qu’ils sont pressés. Comme des enfants qui sont dans le ventre d’une mère enceinte de 3 mois, et qui donnent des coups pour sortir. Et vous verrez que souvent, les femmes enceintes à qui l’on dit « vous risquez de faire une fausse couche, elles sont malheureuses, » parce que les bébés parfois ils mettent la pression. Alors parfois il faut faire du cerclage pour empêcher l’enfant de sortir, parce que même s’il est pressé, il doit quand même attendre, parce que ce n’est pas le temps. Il faut 9 mois de grossesse pour que l’enfant arrive à maturité avant de pouvoir sortir. Il y a un ordre que le Seigneur à établi. Et là le Seigneur aurait pu dire : « Oui, ce sont mes frères, ils m’aiment, etc… ». Non ! Dans l’œuvre du Seigneur, il ne faut pas faire de sentiment. Quand on découvre Jésus-Christ Homme, et sa relation avec sa famille, il n’agissait pas parce que c'étaient ses frères qui lui demandaient de faire quelque chose. On verra cela. Donc nous avons ici un rapport entre frères, frères et sœurs biologique.

On va découvrir un autre (aspect) de Jésus-Christ par rapport à notre relationnel. Ses frères lui mettent la pression : « monte ! afin que tes disciples voient … ». Et on nous dit que ses frères même ne croyaient pas en lui. Imaginez si le Seigneur était monté. Il aurait fait une œuvre qui ne serait pas basée sur la foi, parce que ses frères n’avaient pas foi. Il aurait fait une œuvre parce qu’il aurait été poussé par ses propres frères qui eux-mêmes n’avaient pas foi. Donc cette œuvre n’aurait pas réussi. Et il a dit : « votre temps est toujours prêt. » Les hommes sont toujours prêts à se marier, à voyager, à faire des assemblées… mais est-ce que c'est le temps ? Je vois des jeunes femmes, 18 ans : « ça y est je veux me marier, etc… ». L’homme est toujours prêt. Mais est-ce que c'est le temps de Dieu ? L’homme a son temps, Dieu aussi. L’homme a un calendrier, Dieu aussi. Nous devons entrer dans le calendrier de Dieu. Nous avons ici un Dieu qui agit dans son temps on découvre ici un Jésus qui ne travaille pas dans les sentiments, qui n’est pas dans les émotions. Un Dieu qui sait ce qu'il fait, où il va.

Regardez. Nous sommes dans Jean 2. Dans Jean 7, on nous parle d’une grande fête. Et il dit : « non je ne monte pas. » Ses frères pouvaient dire : « mais il est têtu ! ». Mais non, c'est une question de temps, de timing.

Dans Jean 2, il est question ici d’un mariage. Ici c'est sa propre mère, qui vient avec les sentiments maternels. « Mon fils, ils n’ont plus de vin ».

Et Jésus fut aussi convié aux noces avec ses disciples. Et le vin ayant manqué, la mère de Jésus lui dit : Ils n'ont plus de vin. Mais Jésus lui répondit : Qu'y a-t-il entre moi et toi, femme ? Mon heure n'est pas encore venue…

C'est fort ! Il a fait exprès de l’appeler femme. Ici, nous avons Jésus Dieu qui parle. Si c'était un homme, il dirait maman. Mais comme étant Dieu, ce n’est pas maman, car Dieu n’a pas de mère. C'est pour cela que cette double nature n’était pas comprise. 100% homme, 100% Dieu. Un homme normal ne peut pas dire à sa mère « femme, que veux-tu ? ». C'est un autre relationnel. Ce n’est pas un manque de respect. C'est son créateur qui parle ici. Il dit : « mon heure n’est pas encore arrivée ». Le Seigneur dit : « Vous les hommes… » En gros « votre heure est toujours là, » car les hommes sont toujours prêts à faire les choses, mais Dieu non ! Il agit en son temps, il a un calendrier. C'est pour cela qu'il a pris 7 jours pour créer le monde. Ces 7 jours sont 7 temps prophétiques que le Seigneur a pris pour pouvoir se révéler. C'est comme les 7 âges, les 7 dispensations. Dieu a segmenté le temps en 7 pour pouvoir se révéler. C'est ça qu'il faut comprendre. Jusqu’à l’éternité.

Quand il dit « votre heure est toujours là », il dit que les hommes sont toujours prêts à agir, prompts à faire les choses, à parler, à juger. Jacques dit que nous devons être lents à nous mettre en colère, car la colère de l’homme n’accomplit pas la justice de Dieu. Nous en tant qu’homme, sommes prêt à rendre les coups quand on nous en donne, à juger quand on nous juge, à réagir quand on nous frappe, parce que c'est humain. C'est pour cela que le Seigneur a dit : « Quand on vous frappe donnez aussi la joue gauche ». Nous, nous sommes prêts à rendre les coups. Mais Dieu n’agit pas comme cela. Le Seigneur dira dans Ecclésiaste 8 :11 - Parce que la sentence contre les mauvaises œuvres ne s'exécute pas promptement, à cause de cela le cœur des fils de l'homme se remplit en eux de l'envie de faire le mal. C'est pour cela les prophètes disaient : « Dieu, tes yeux ne voient-ils pas les pécheurs ? Pourquoi prospèrent-ils ? Et toi tu ne fais rien ». C'est pour cela beaucoup de personnes se posent des questions : « Si Dieu existait, pourquoi laisse-t-il le monde dans cet état ? etc… ». C'est la question que tout le monde se pose.
« Dieu tu connais mon cœur, tu sais que je suis intègre, on m’accuse faussement, etc… mais tu ne fais rien, ils prospèrent, ils avancent, et moi je suis en galère alors que je te crains… ». Nous découvrons qu’en fait le Dieu de la Bible ne se précipite pas dans les choses. Ses propres frères lui disent : « monte à Jérusalem. » Il dit : « Non, mon heure n’est pas encore arrivée. Je ne monte pas ». Plus vous mettez la pression sur Dieu pour qu'il agisse, moins il agira parce qu’il agira en son temps. Il n’a d’ordres à recevoir de personne. S’il ne l’a pas fait avec ses propres frères, sa propre mère en tant qu’homme, encore moins avec nous. Dieu est juste.

C'est une fête, un mariage. Jésus était convié. Donc si sa mère et lui étaient conviés également, c'était quelqu'un de la famille, car on ne va pas convier un étranger. Donc c'était quelqu'un qu’elle connaissait, peut-être un cousin, un oncle, une tante. Et les disciples aussi. Donc c'était sa famille proche. Donc elle vient dire : « le vin manque. Quand même Jésus, je suis ta mère, tu es rempli d’onction, agis ! ». Et il dit : « Qu'y a-t-il entre moi et toi, femme ? Mon heure n'est pas encore venue ».  Mais on peut se dire : De quoi il parle ? Quelle heure ? On est en plein mariage là… Les gens ont soif, ont faim, et toi tu nous dis que ton heure n’est pas encore arrivée !

On nous a enseigné, même des livres qui sont écris, qu’avec de longs jeûnes, on peut faire bouger le trône de Dieu, qu'il faut prier avec précision, tout en montrant au Seigneur ce que vous voulez, si vous voulez un homme, il faut préciser, un homme 1m80, avec des yeux bleus, parce qu’il faut préciser pour que le Seigneur t’exauce.
« Ouh Seigneur, j’ai 30 ans, je ne suis pas encore marié, comprends, etc… ».

Dieu agit en son temps !

« Qu'y a-t-il entre moi et toi, femme ? Mon heure n'est pas encore venue ». C’est pour te dire qu'il n’y a pas de rapport entre Dieu et une quelconque mère qui l’aurait engendré. Non. Le Seigneur est entrain de dire que Marie ne peut pas intervenir pour qui que ce soit. C’est ce que le Seigneur est en train dire. Personne ne peut influencer Dieu. Nous avons un Jésus qu’on ne peut ni influencer, ni manipuler, parce qu’il sait ce qu'il veut, il sait ce qu'il fait.

1er cas : une fête, celle des tabernacles. Une des 7 fêtes importantes en Israël. Ses frères lui disent : « Monte ! » Il dit  « non, je reste ici. »

2ème cas : un mariage, il n’y a plus de vin. S’il n’y a plus de vin, un mariage ne peut pas réussir, parce que les gens ne vont pas se réjouir, parce que la Parole nous dit que le vin réjoui le cœur, parce que sans le vin il n’y a de joie. Et là sa mère lui dit : « Le vin est parti, la joie est partie ! Agis ! ».

Il dit : « Femme, mon heure n’est pas encore arrivée ». Donc ça veut dire quoi ? N’espère pas que parce que tu as invité Yeshoua dans ton cœur, qu'il va agir au temps que tu veux. Ils l’ont invité à un mariage, mais c’est lui le Maître. Ce n’est pas parce que tu as invité Yeshoua dans ta vie que tu vas lui donner des ordres. Ce n’est pas comme ça que ça se passe. « Attends mon temps ! ». Et Marie a eu la sagesse de dire au serviteur : faîtes tout ce qu'il vous dira. C’est tout.

La dernière histoire, c’est celle de Lazare. On nous dit que Lazare était proche de Jésus. Et on nous dit que ses deux sœurs, Marie et Marthe, étaient proches de Jésus, et on nous dit que Jésus aimait Lazare. Et quelqu'un vient le voir pour lui dire : « celui que tu aimes est malade. » Et les gens se disaient, parce qu'il aime Lazare, il va se précipiter dans cet hôpital, se précipiter dans la chambre de Lazare là où il est perfusé, transfusé, etc… (juste une image). Non, non, il dit aux disciples : « restons encore 2 jours ! »

Souvent je me disais : « Seigneur, je ne comprends pas… je me sanctifie, je me bats pour que la vérité soit diffusée, on me fait la guerre, et tu n’interviens pas tout de suite… ». Et même quand j’étais dans cet état, il n’intervenait pas tout de suite. Il est souverain, il fait ce qu'il veut. A quel moment réalisons-nous qu'il est souverain ? C’est dans la souffrance. Ce n’est pas quand tout va bien. C’est là qu’on se rend compte que ce n’est pas parce que nous souffrons qu'il va forcément intervenir. C’est dans la souffrance que nous réalisons la souffrance de Dieu.

Il dit : « restons encore deux jours. » Pourquoi ? Parce qu’il fallait que le corps de Lazare pourrisse, se décompose, et c’est à ce moment qu'il dira : « allons-y, c’est mon temps. » Le temps de Dieu, c’est quand tout est perdu, c’est quand tout devient impossible, c’est là le temps de Dieu ! Le temps de Dieu se traduit pour nous par une difficulté insurmontable, insupportable, une difficulté qu’on ne peut atteindre. Et c’est là que Dieu vient pour se glorifier afin qu’on le loue, et que nul homme ne dise : « c’est grâce à moi. »

Nous voyons ici le Seigneur qui ne marche pas dans les sentiments. Un homme de Dieu ne doit pas marcher selon les sentiments. Il doit toujours être à l’écoute du Seigneur. Tout le monde peut dire : « il faut déménager. » Lui il dira : « Non, je n’ai pas reçu. » Souvent, on a dit de moi : « il est têtu, il n’écoute pas ! ». Le problème c’est qu’eux qui écoutent, regardez dans quel état ils sont … ils ont tellement écouté le diable, que quand il leur a dit : « transformez ces pierres en pain, ils les ont transformées ». Il faut plus écouter Dieu que les hommes, sinon on ne fait plus l’œuvre du Seigneur.

4ème histoire : le Seigneur avait faim, dans Luc 4 ; Matthieu 4. Et Satan vient et dit : « Si tu es fils de Dieu, transforme ces pierres en pain ». Il était question du temps. Pourtant il venait de finir son jeûne, il aurait pu manger tout de suite, et Satan est venu : « Voilà ces pierres, transformes-les ». Mais ce n’était pas le temps. Dieu est le Dieu de temps !

Ne cherchez pas à vous marier avant le temps de Dieu. Ne cherchez pas à faire des assemblées avant le temps de Dieu. Ne cherchez à voyager avant le temps de Dieu. Ne cherchez pas à faire des assemblées avant le temps de Dieu. Cherchez la volonté du Seigneur dans tout ce que vous faites, et si Dieu ne vous donne pas le « Go », son aval, sa permission, ne faîtes rien.

Et nous avons ici un bel exemple : Comment Jésus Christ homme s’est conduit avec le Père. Il n’a pas marché dans les sentiments. Il n’a pas fait les choses parce que les gens lui disaient : « faut le faire ! ». Sa mère vient, elle lui dit : « Tu peux y aller, fais-le, ils n’ont plus de vin ». Il dit : « Non, mon heure n’est pas encore arrivée », pourtant c’était sa mère.

Combien de pasteurs, prédicateurs, dirigeants d’églises ne sont-ils pas détruits parce qu’ils font l’œuvre en fonction de ce que leurs parents disent ? « Ma maman ne sera pas d’accord si je fais telle chose… ». Donc c’est ta maman qui dirige l’église alors ? « Ah, mon épouse, mon mari ne sera pas d’accord si je fais ça ». Est-ce ton mari ou ton épouse qui t’a créé ?

Vous voyez, l’erreur que beaucoup font ? Ils font les choses en fonction des amis, des cousins, mais non selon ce que Dieu dit. Qu’est-ce que Dieu t’a dit véritablement ? « Seigneur, les hommes me proposent telles choses, mais toi, qu’est-ce que tu veux ? Parle-moi. Parce que c’est ma vie qui est engagée, et j’aimerais connaître ta volonté ». Oui les autres peuvent recevoir des visions, mais qu’est-ce que Dieu t’a dit ?

Combien de personnes ne m’invitent-ils pas, disant : « Viens, le billet est là ». Je vais prier le Seigneur, il me dit : « Non, tu ne bouges pas. Ce n’est pas mon temps ». Et si tu commets l’erreur de voyager pour voyager, tu vas tomber dans des pièges qui peuvent détruire ta vie, parce que tu n’es tout simplement pas couvert par l’onction du Saint Esprit, parce que Dieu ne t’a pas mandaté pour ce travail-là. Et c’est vraiment important.

Regardez Paul. A deux reprises il a tâtonné. Il voulait aller en Mysie, Dieu lui dit non. En Asie mineure, Dieu lui dit non. Et pendant la nuit, un macédonien lui apparaitra en vision pour lui dire : « Passe en Macédoine, et secours-nous ». Et quand il ira, il y aura un puissant réveil, parce que c’était le temps de Dieu. Regardez les disciples. Ils ont pêché toute la nuit sans rien prendre. Ce n’était pas le temps. Ils ont gaspillé beaucoup d’énergie… comme beaucoup aujourd'hui. Je vois des pasteurs qui viennent et qui disent : « prie pour moi pour que j’ai l’onction ». Mais est-ce que c’est le temps ? Parce que si c’est le cas l’onction va couler. Et quand le Seigneur est venu, il a dit : « Jetez à cet endroit ». Et quand ils l’ont fait, ils ont eu beaucoup de poissons. C’était une question de temps. Et ici, pendant leur pêche, le temps approprié, c’était la présence de Dieu qui manquait. C’est magnifique de voir le Seigneur agir ainsi. Il a les choses en fonction de son temps, de son calendrier.

Galates 4 :4 - Mais lorsque l'accomplissement du temps est venu, Dieu a envoyé son Fils, né d'une femme, né sous la loi, afin qu'il rachète ceux qui étaient sous la loi, afin que nous recevions l'adoption.

En fait, il est question d’un accomplissement du temps, de l’heure, du moment opportun. Je sais que beaucoup de chrétiens souffrent, doivent et seront justifiés, que beaucoup de couples le seront, vous qui pleurez, qui avez été salis, rejetés, condamnés, jugés indignement, qui avez aidé beaucoup et que vous avez été traité de tous les noms, je sais que vous attendez que le Seigneur vous justifie. Mais le Seigneur est le Dieu du temps. Il ne faut jamais l’oublier. Nous prions un Dieu qui ne peut agir qu’en son temps. Il est le Maître des temps et des circonstances.

« Mais lorsque l'accomplissement du temps est venu, Dieu a envoyé son Fils, né d'une femme, né sous la loi ».

Pourtant les hébreux savaient que le Messie allait venir, ils priaient pour sa venue… Mais Dieu ne devait venir qu’en son temps. Jésus de Nazareth marche avec son calendrier et je voudrais dire à quelqu'un qui pleure. Tant que le temps de Dieu n’est pas arrivé pour toi, tu ne mourras pas.

La Parole dit quoi par rapport au Seigneur ? Ils n’ont pas mis la main sur lui parce que son temps n’était pas encore arrivé. Même pour notre mort, le jour où nous mourrons, tout est dans le calendrier du Père. Les chrétiens qui craignent Dieu ne peuvent pas mourir avant le temps. C’est pourquoi il ne faut pas avoir peur. Aucun sorcier ne peut vous tuer. Ils peuvent tous se liguer, vous ne mourrez pas. C’est pour cela que David a dit dans Psaume 118 : je ne mourrai pas, je vivrai. Il avait compris que Dieu fonctionnait avec le temps. Je raconterai tes œuvres. Il n’avait pas encore fini de raconter ses œuvres. Mes amis, vous allez mourir pour aller où ? Qui vous a dit que vous allez mourir ? Cette maladie n’est pas comme celle de Lazare, elle ne peut pas vous condamner à la mort, car comme cette mort n’était pas dans le temps de Dieu, il fallait que Lazare ressuscite.

Je voudrais vous présenter le Dieu du temps : Jésus Christ de Nazareth. Il a un calendrier pour vos maris, pour vos femmes, pour vous enfants. Même si ta fille ne veut pas se convertir, toi qui pleure nuit et jour, ne t’inquiète pas, c’est une question de temps. Ne la force pas. On n’est pas dans une secte, Jésus n’est pas une secte. Toi continue à plier les genoux. Si ton fils ne veut pas de Jésus, il ne faut pas le forcer. Notre Dieu n’est pas un Dieu qui nous demande de poser des bombes. Non, c’est le Dieu d’amour, il fait qu’en son temps. Faisons lui confiance. Et quand le temps de la conversion arrivera, il ou elle sera la première personne à dire : « Maman, il faut aller prier. »

Et tout est lié au temps. Dieu est hors du temps, mais il a un calendrier. Par exemple, les Amoréens, qui étaient de grands pécheurs. Dieu ne les a pas tout de suite frappés. Il dit à Abraham dans Genèse 15 :13 - Sache, sache comme une chose certaine que tes descendants habiteront comme étrangers dans un pays qui ne leur appartiendra pas. Ils y seront asservis et on les opprimera pendant quatre cents ans… et à la quatrième génération, ils reviendront ici ; car l'iniquité des Amoréens n'est pas encore à son comble.

Donc Dieu est le Dieu de mesure, de temps. Il laisse couler le temps et les gens pensent que Dieu ne voit pas quand ils pèchent, que Dieu n’entend pas. Les sorciers pensent que quand ils attaquent les enfants de Dieu, que Dieu ne les voit pas, etc… Dieu voit. L’image que j’ai est celle d’un sablier. Et pendant que le sable coule, les gens pensent qu'ils sont forts, même le diable et ses anges… mais quand il n’y aura plus de sable, Dieu dira : « le temps du jugement est arrivé. »

La Parole nous dit dans Apocalypse, qu'il y avait sur l’autel les âmes des personnes décapités à cause de la Parole de Dieu qui criaient : Jusqu'à quand, Seigneur qui es saint et véritable, ne jugeras-tu pas et ne vengeras-tu pas notre sang de ceux qui habitent sur la terre ? 11 Et il leur fut donné à chacun des robes blanches, et il leur fut dit de se tenir en repos encore un peu de temps, jusqu'à ce que le nombre de leurs compagnons de service, et de leurs frères qui doivent être mis à mort comme eux, soit complet.

Jusqu’à ce que la totalité de leurs frères soit complet, ou tués. Parce qu’il a un sablier spirituel il nous a donné un fruit qui s’appelle la patience. C’est pour cela que Pierre dit : Où est la promesse de son avènement ? Car depuis que les pères sont morts, toutes choses demeurent comme elles ont été dès le commencement de la création.
Pierre a dit : Le Seigneur ne retarde pas l'exécution de sa promesse, comme quelques-uns croient qu'il y ait du retard, mais il est patient envers nous, ne voulant qu'aucun ne périsse, mais que tous arrivent à la repentance.

Même par rapport à l’enlèvement de l’Eglise. Je crois que le sablier du Seigneur est déjà enclenché, c’est pourquoi il ne faut pas perdre patience, espoir ; mais se dire que le Dieu de la bible n’est pas un Dieu qui fonctionne avec les émotions mais qui agit avec fermeté et conviction, en son temps. Le Seigneur a dit qu'il est le maître du Sabbat, qui est un jour. Un jour de 24h. Donc il veut dire qu'il est le Maître du temps. Donc aucun homme ne peut être maître du temps si ce n’est Dieu lui-même. Il veut dire en disant cela qu'il est hors du temps.

Le temps que le sablier du Seigneur prenne à se vider peut prendre 1 an, 2 ans, 3 ans, 4 ans, etc… et pendant ce temps, les gens se moquent de nous : « leur Dieu n’agit pas, ne fait rien. » Et là pendant ce temps les gens de ce temps se moquent de nous, Satan et ses démons se moquent de nous, les sorciers pensent être forts, Satan se présente comme Dieu, etc…

Mes amis, il y a un sablier ne vous inquiétez pas, il y a une horloge qui tourne. Et quand le temps de l’intervention divine arrive, Dieu intervient, et là nos ennemis sont confus, confondus. Je voudrais dire à quelqu'un qui pense que le Seigneur ne va plus revenir : je veux vous dire qu'il revient. Il nous faut davantage la sainteté, la sanctification, l’unité, refuser la religion, la compromission, l’impudicité, en marchant dans la vérité. Je vous assure, le temps de la délivrance arrive.

Paul dit que c’est l’heure de se réveiller du sommeil. C’est le temps du réveil, comme dans Matthieu 25. Il est presque minuit, parce que le Seigneur est en train de dire à son peuple qu'il revient, que bientôt on va partir.

Vous savez, quand le Seigneur a dit à Marie : « femme, qui y a t’il entre toi et moi ? », Marie ne s’est pas découragée. Si elle l’était, elle n’aurait pas dit aux serviteurs «faites tout ce qu'il vous dira. » Elle a marché par la foi, elle a dit : « Je connais ce Dieu, quand son temps viendra, il agira, par contre vous, faites tout ce qu'il vous dira ». Ça veut dire que pendant ces moments d’attente, nous ne devons pas être passifs, mais faire ce que le Seigneur dit :
-        Bénir ses ennemis,
-        Bénir ceux qui nous maudissent,
-        Bénir ceux qui nous persécutent.

Les gens critiquent, nous les bénissons, c’est ça Jésus ! On va prier pour nos ennemis, aimer, aider les pauvres, nourrir les orphelins et les veuves, marcher par la foi, refuser l’évangile de la prospérité, la compromission, l’idolâtrie des images, on va rester dans la saine doctrine : Jésus-Christ est mort et ressuscité pour notre justification.

Que faire pendant ce temps ? On doit méditer la Parole chaque jour. On doit prier chaque jour, on doit prier les uns avec les autres, prier les uns pour les autres, pendant ce temps d’attente. Et quand le timing du Seigneur viendra, il va intervenir. Marie n’était pas découragée. « Faites tout ce qu'il vous dira. » Et quand son temps arrive, quand il vous dira :
-        « Levez-vous », faites-le !
-        « Parlez », faites-le !
-        « Annoncez l’évangile », faites-le ! etc…

Daniel 2 :20-21. Daniel prit donc la parole et dit : Béni soit le Nom de Dieu, d'éternité en éternité, car c'est à lui qu'appartiennent la sagesse et la force ! 21 C'est lui qui change les temps et les saisons, qui renverse les rois et qui établit les rois, qui donne la sagesse aux sages et la connaissance à ceux qui ont de l'intelligence.

Dieu est celui qui change les temps et les saisons. Même la nature nous enseigne. Quand c’est l’hiver, les arbres perdent leurs feuilles. C’est comme si pour les arbres, c’est le temps du sommeil, et que l’hiver est comme la nuit pour les arbres, et ils dorment. Ensuite le printemps où les arbres commencent à fleurir. C’est ça notre Dieu. C’est un Dieu de temps, de saison. Il y a des saisons, et fonction de ces saisons, il y a des fruits ou pas. Et c’est comme ça que Dieu opère. Nous devons entrer dans le temps de Dieu. Nous devons comprendre que notre Dieu s’appelle YHWH, qui veut dire : JE SUIS. Il est hors du temps, il a toujours été là.

Comprenez aussi qu’en hébreu biblique, il n’y a pas de temps passé ni futur, il n’y a que le présent. C’est pour nous montrer que Dieu est le Dieu de présent. Pour nous, ce présent peut paraître long. Si la Parole nous présente Dieu comme le Dieu du présent, cela veut dire que quelle que soit la durée, le temps, nous finirons par vivre notre présent, il finira par agir. Il est fidèle. Il n’y a pas plus fidèle que lui. L’Ecclésiaste nous dit qu'il y a un temps pour toutes choses. Un temps pour rire, un temps pour pleurer... Donc il y a un temps aussi pour attendre. Ça parait long pour nous. On commence à dire : « Seigneur, tu sais que je vieillis ». C’est comme si l’on dit au Seigneur qu'il n’est pas capable d’agir.

Quand Dieu a appelé Abraham, il avait 75 ans. Il était marié, il voulait un enfant pour continuer la vision que Dieu lui avait donnée. Et le Seigneur lui a dit : « mon temps n’est pas encore arrivé. » Il a attendu 25 ans. Sarah sa femme n’a pas voulu attendre. Elle a dit dans Genèse 16 : « Dieu est en retard, prend Agar, tu auras un fils ».

Dieu vous a parlé, mais vous écoutez les hommes et vous voulez exécuter le plan de Dieu charnellement. Est-ce que Dieu a dit que c’était avec Agar ? Dieu a parlé, c’est vrai, il y a eu la prophétie, mais on la détourne. C’est pour cela Yeshoua n’a pas écouté sa mère, ses frères, mais il a écouté le Père. C’est pour cela qu'il a réussi sa mission, et il nous a donné un modèle à suivre. Abraham écoute sa femme et voilà les conséquences : problème entre Sara et Agar.

Abraham a dû attendre le temps de Dieu. Et quand le temps de Dieu arrive quand on se dit qu'il n’y a plus rien à faire, comme pour Abraham. Il avait 100 ans. Romains nous dit qu'il était impuissant (sexuellement), et littéralement, Sara, sa matrice était morte. C'est ce que la Parole nous dit. Et c’est ce que Dieu dit : « C’est mon temps. » C'est-à-dire quand nous sommes devenus incapables. Le temps de Dieu signifie pour nous, l’incapacité, l’impossibilité. Abraham était impuissant, Sara doublement ménopausée et Dieu dit : « c'est mon temps. » C'est quand tu es complètement épuisé que Dieu dit : « Je viens. » C'est pour cela que Paul dit : « quand je suis faible c'est là que je suis fort ». Le temps de Dieu c'est quand nous sommes affaiblis, épuisés, quand nous n’avons plus rien à manger. Et c'est là qu'il vient en tant que pain. Parce que s’il vient chez toi alors que toi tu as beaucoup de pain, tu ne pourras pas apprécier le pain de Dieu. Donc il faut vraiment que tu n’aies plus rien, pour que ne pas que tu dises : « c'est moi qui ait fait, c'est grâce à moi. »

Il dit : « il faut que je fasse tandis qu'il jour les œuvres de celui qui m’a envoyé. » Donc vous voyez, il y a un temps où il travaille, un temps où il ne travaille pas. La nuit vient où personne ne peut travailler. Et quand on l’a arrêté, il dit : « c'est votre heure maintenant. » Donc c'est votre temps. Si les gens vous critiquent, ne répondez plus. On a compris une chose : c'est leur temps. Il faut les encourager à le faire, parce qu’ils font la pub, parce qu’ils sont une bénédiction pour vous, parce que vous vous dormez, dans la patience attendant le temps de Dieu, et eux c'est leur temps, ils vous font la pub. Donc vous voyez bien que c'est une grâce. C'est ça qu'il faut comprendre. Si on est spirituel, on comprend les choses autrement. On ne pleure plus quand les gens nous traitent de tous les noms, au contraire on se dit : « mais quelle grâce ! » car c'est leur temps. Un temps viendra où ils ne pourront plus parler. Je n’ai jamais vu un Dieu aussi puissant que Jésus Christ. Jamais…

C'est quand Lazare était déjà décomposé, c'est là le temps de Dieu. « Otez la pierre. » L’incrédulité, il faut enlever cela. « Lazare, sors ! ». Voilà le temps de Dieu. Et là il y a eu beaucoup de conversions. Et quand c'est le temps de Dieu, et quand il agit, là les gens se disent : « C'est Yawheh qui est Dieu, c'est Jésus-Christ qui est Dieu ! », parce qu’aucun homme ne pouvait guérir cet homme, parce que aucun homme ne pouvait changer cette femme ! Quand le temps de Dieu arrive, on ne force pas, on ne fait que cueillir les fruits. Quand les fruits arrivent à maturité ils tombent d’eux-mêmes, et on ne fait que ramasser. Quand le temps de l’accouchement arrive, la femme ne force pas. C’est l’enfant même qui déchire le placenta pour sortir. C'est naturel.

Ne courez pas après le ministère. Ne courez pas après l’évangélisation, les pasteurs. Laissez Dieu faire les choses en son temps. C'est ça l’Evangile que nous prêchons. Aucun homme ne peut distribuer la puissance, l’onction, les dons. Celui qui vous a mandaté c'est celui qui vous oint. Celui qui vous a appelé, c'est celui qui vous mandate. C'est ça la Parole. Il faut faire les choses au temps de Dieu.

Une chose aussi. Il ne faut pas convertir les gens par la force. Il y a un temps pour toute chose. Il y a un temps pour planter, pour semer, pour croitre.

Marc 4 : 26 - Il disait aussi : Il en est du Royaume de Dieu comme quand un homme jette la semence en terre ; 27 qu'il dorme ou qu'il veille, nuit et jour, la semence germe et croît, sans qu'il sache comment. 28 Car la terre produit d'elle-même, premièrement l'herbe, ensuite l'épi, et puis le grain formé dans l'épi ; 29 et quand le fruit est mûr, on y met aussitôt la faucille, parce que la moisson est prête

Donc vous voyez, il y a une évolution, c'est le temps, il y a un processus. Nous évangélisons, nous témoignons de Christ, c'est comme si on plantait quelque chose dans leur cœur, mais il ne faut pas chercher à tout prix à faire germer la chose (c'est-à-dire convertir les gens). Comme Paul le disait si bien : « j’ai planté, Apollos a arrosé et Dieu a fait croitre ». On a 3 temps ici :
-        On plante, (la terre qui est ensemencée)
-        Ensuite, il y a la semence qui germe (on arrose)
-        Enfin, on récolte les fruits.



Matthieu 25:1 à 13

Alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent à la rencontre de l'époux. Cinq d'entre elles étaient folles, et cinq sages. Les folles, en prenant leurs lampes, ne prirent point d'huile avec elles; mais les sages prirent, avec leurs lampes, de l'huile dans des vases. Comme l'époux tardait, toutes s'assoupirent et s'endormirent. Au milieu de la nuit, on cria: Voici l'époux, allez à sa rencontre! Alors toutes ces vierges se réveillèrent, et préparèrent leurs lampes. Les folles dirent aux sages: Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s'éteignent. Les sages répondirent: Non; il n'y en aurait pas assez pour nous et pour vous; allez plutôt chez ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous. Pendant qu'elles allaient en acheter, l'époux arriva; celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. Plus tard, les autres vierges vinrent, et dirent: Seigneur, Seigneur, ouvre-nous. Mais il répondit: Je vous le dis en vérité, je ne vous connais pas. Veillez donc, puisque vous ne savez ni le jour, ni l'heure. Matthieu 25: 1 à 13