Marcher devant la face de Dieu - Didasko - Shora Kuetu



Père, merci pour ta grâce, merci pour cette soirée. Nous voulons te dire papa que nous avons besoin de toi, nous voulons que tu sois au centre de cet enseignement, de cette soirée, de ces deux soirées d’enseignement biblique. Nous voulons te dire merci pour ce que tu es, pour ce que tu fais, pour ce que tu as fait et pour ce que tu feras. Nous voulons que tu prennes toute la place Seigneur Yehoshua notre maître, notre Dieu. Que toute la gloire te revienne à toi et à toi seul. En ton nom Père nous prions. Amen.
Nous sommes dans Genèse chapitre 17 à partir du verset 1er.
Nous connaissons tous bien sur l’histoire de notre père dans la foi, Abraham. Les écritures nous disent que nous sommes des enfants d’Abraham, des fils et des filles, spirituels d’Abraham. On connaît l’histoire de notre père Abraham, comment le Seigneur l’a appelé. Il vivait en Mésopotamie. Ses ancêtres, ses parents, notamment son père Térach adoraient d’autres divinités. Ils adoraient des triades, ils étaient polythéistes. Et Dieu va visiter cet homme et il va lui demander de quitter sa patrie.
Avant de lire Genèse 17, on va voir dans Genèse 11.
Le thème de l’enseignement de ce soir c’est la marche devant la face de Dieu. Marcher en face de Dieu ou marcher dans la présence de Dieu. Il y a un livre qui est déjà sorti que le Seigneur m’a fait écrire dont le titre est « la marche avec Dieu. On va ce soir ou peut-être demain si le Seigneur le permet, on va se laisser conduire, parler de la marche : marcher devant Dieu, marcher en face de Dieu, marcher devant la face du Seigneur.
Abraham l’a fait et il a terminé correctement sa course. Nous voulons voir comment ce monsieur, cet homme a marché avec le Seigneur et quels sont les éléments, les leçons que nous pouvons tirer de sa marche avec le Seigneur. Parce que nous croyons que nous sommes arrivés à la fin des âges, à la fin des temps et le Seigneur n’est plus loin. Il n’y a qu’à voir ce qui se passe dans le monde et également dans nos assemblées.
Donc dans Genèse 11 il est dit au verset 31 « Térach prit son fils Abram, et Lot fils de son fils, qui était fils de Haran, et Saraï, sa belle-fille, femme d'Abram, son fils, et ils sortirent ensemble d'Ur en Chaldée pour aller au pays de Canaan, et ils vinrent jusqu'à Charan, et ils y habitèrent. 32 Et les jours de Térach furent de deux cent cinq ans ; puis il mourut à Charan. »
Chapitre 12 verset 1er « Or Yahweh avait dit à Abram : Va pour toi, hors de ta terre, de ta patrie, et de la maison de ton père, vers la terre que je te montrerai. 2 Et je te ferai devenir une grande nation, et je te bénirai, je rendrai ton nom grand, et tu seras une bénédiction. 3 Je bénirai ceux qui te béniront, et je maudirai ceux qui te maudiront ; et toutes les familles de la terre seront bénies en toi. 4 Abram donc partit, comme Yahweh le lui avait dit, et Lot alla avec lui. Abram était âgé de soixante-quinze ans quand il sortit de Charan. 5 Abram prit aussi Saraï, sa femme, et Lot, fils de son frère, avec tous les biens qu'ils avaient acquis, et les personnes qu'ils avaient eues à Charan ; et ils partirent pour aller dans le pays de Canaan, et ils arrivèrent au pays de Canaan. 6 Et Abram parcourut le pays jusqu'au lieu nommé Sichem, et jusqu'aux chênes de Moré ; et les Cananéens étaient alors dans le pays. 7 Et Yahweh apparut à Abram, et lui dit : Je donnerai ce pays à ta postérité. Et Abram bâtit là un autel à Yahweh qui lui était apparu. 8 Et il se transporta de là vers la montagne, à l'orient de Béthel, et il dressa ses tentes, ayant Béthel à l'occident, et Aï à l'orient ; et il bâtit là un autel à Yahweh, et invoqua le Nom de Yahweh. 9 Puis Abram partit de là, marchant et s'avançant vers le midi. »
C’était un marcheur notre père dans la foi. Et il marchait dans la présence de Dieu.
Vous savez la vie tout court est une marche. Une marche vers plusieurs objectifs. Le premier objectif de cette marche terrestre c’est la mort. Nous allons tous vers la mort de manière inéluctable. Personne ne peut y échapper. Nous naissons, nous grandissons, nous vieillissons et nous mourons. Mais entre la naissance et la mort, il y a la marche. Et il y a des étapes dans la vie : des études comme vous le savez, le travail, le mariage, obtenir un diplôme, le permis de conduire. Il y a pleins de choses que nous faisons dans la vie. Alors dans la marche chrétienne, il y a cette marche de la naissance spirituelle à notre départ de ce monde. Au retour du Seigneur s’il revient avant notre mort physique.
Pour atteindre ces objectifs, nous qui sommes enfants du Seigneur, donc les objectifs que le Seigneur a pour nous, nous a assigné, il faut marcher devant sa face. Il faut marcher dans sa présence. C’est ça le secret.
Vous avez beaucoup de gens qui se disent chrétiens, qui se disent marcher avec le Seigneur mais ils ne marchent pas dans sa présence. Ils n’ont pas la présence du Seigneur avec eux. Donc ils ne peuvent pas tenir, ils ne peuvent pas résister aux tentations. Ils ne peuvent pas résister à ces hommes qui leur font la cour quand c’est des femmes que le Seigneur a appelé, pour les femmes qui sont appelées, pour les hommes pareil… beaucoup tombent dans l’adultère. Ils quittent leurs femmes et leurs enfants et se remarient. D’autres perdent leur don, leur vision. Il y a plein de choses qui se passent. Et je me suis aperçu vraiment que même ceux qui sont soi-disant avec nous, qui reçoivent les enseignements, il y en a très peu qui sont de Dieu. Il y en a beaucoup qui tombent, il y en a beaucoup qui sont tombés depuis. Donc on s’aperçoit que beaucoup jouent un rôle. Et ils ne marchent plus, ou ils n’ont jamais marché dans la présence de Dieu, devant la face de Dieu. Vous allez voir tout à l’heure pourquoi marcher devant la face du Seigneur. Pourquoi Dieu disait à Abram : « marche devant ma face, dans ma présence, marche avec ma présence. » Vous allez voir tout à l’heure que Moïse quand le Seigneur l’a envoyé, Moïse a dit au Seigneur « j’aimerais que ta face marche devant moi » littéralement.
Vous ne pouvez pas en tant que chrétiens avoir du succès, faire des exploits si vous travaillez hors de la présence de Dieu.
Vous savez pourquoi il y a autant de jalousie dans les assemblées ? Quand le Seigneur utilise un frère ou une sœur, il y en a qui veulent à tout prix faire comme lui, comme elle parce que beaucoup n’ont pas la présence du Seigneur. C’est la présence du Seigneur qui fait la différence, il n’y a pas autre chose. C’est la présence de Dieu qui fait que, regardez, ce soir, dès la première soirée il n’y a pratiquement plus de place. Ça n’a rien avoir avec moi. Y en a qui vont dire « l’idolâtrie » oui certainement comme partout, partout. Mais on oublie aussi que c’est la présence du Seigneur qui fait que les gens sont attirés, quoi que les gens disent, les gens sont attirés.
Et comme je le disais, je me suis aperçu qu’ici même des gens qui sont avec nous, beaucoup ne sont pas du Seigneur, beaucoup sont dans le sexe. On a découvert beaucoup de choses. Je ne vous cache pas que si c’était pas parce que le Seigneur me demandait de faire le travail, de continuer à annoncer l’Evangile, personnellement je me serais retiré pour faire autre chose, c’est-à-dire pour être entre guillemets un chrétien normal. Nous sommes tous enfants du Seigneur bien sûr… mais un chrétien qui ne fait plus de tels programmes. Parce que nous marchons tous ensemble soi-disant mais beaucoup ne sont pas du Seigneur, beaucoup ne sont pas avec Dieu. Y en a qui sont dans l’adultère, dans l’impudicité. Des hommes mariés qui font la cour aux femmes. Des femmes mariées qui font la cour aux hommes. Y a une confusion dans les assemblées, dans la chrétienté actuelle, on se dit mais Seigneur qui est qui ? Mais en fait beaucoup ne sont pas de Dieu, beaucoup ne marchent pas avec Dieu, ne marchent pas dans la présence de Dieu tout simplement.
Parce que je conçois mal que quelqu’un qui se dit chrétien, enfant du Seigneur, prédicateur, qu’une femme qui se dit chrétienne puisse aller aguicher un homme marié, une femme mariée… Il y a tellement de choses qui se passent dans les assemblées. Et je conçois mal que les chrétiens… j’ai fait une émission comme vous le savez aux Antilles, j’ai vu comment les chrétiens se déchirent entre eux… c’est terrible ! C’est là que tu t’aperçois qu’en fait beaucoup ne marchent pas avec le Seigneur. Il n’y a pas la présence du Seigneur. Il y en a qui veulent faire le ministère, ils veulent à tout prix être reconnus par les hommes. Et comme ils ne sont pas reconnus, ils sont aigris. C’est la guéguerre. C’est impressionnant !
Pourquoi il y a autant de chrétiens qui se font manipuler ? Pourquoi autant de chrétiens suivent de faux prophètes qui parfois semblent prêcher la sanctification alors qu’ils ont des maîtresses ? C’est parce qu’il n’y a pas la présence du Seigneur qui les alerte, qui leur parle. Et ces chrétiens ils tombent, ils perdent la vision et ils meurent.
La dernière réunion de réveil qu’on a eue ici, on a prié pour deux femmes qui sont venues devant parce qu'elles étaient malades. À la fin du programme ; je me rappelle, j'étais resté debout pendant au moins 2 ou 3 heures ; je pars au 24 pour me reposer et je les vois qui attendaient devant. Je leur dis : « mais on a déjà prié pour vous. » Et y en a une qui me dit : « Non, mais moi j’aimerai te parler de mes problèmes de santé. » Je lui dis : « mais quand moi j’ai des problèmes de santé, est-ce que je viens te voir ? » Vous voyez ? Et la deuxième a commencé à crier en disant : « mais moi ça fait quand même 6 mois que je veux te voir. » Je lui dis : « Mais ma sœur je ne suis pas obligé. Je suis fatigué » J’ai été obligé de lui dire que j’avais, excusez-moi, mais j’avais la diarrhée. Vous voyez ?
C’est pour vous dire que beaucoup de ceux qui se disent chrétiens ne marchent pas devant la face de Dieu. Ils marchent avec des hommes, ils marchent avec leur propre vision. Ils ont leur vision des choses. « On va organiser tel programme, on va faire ci, on va faire ça » mais il n’y a pas cette présence du Seigneur.
On a ce cas d’Abraham, il était en Mésopotamie, il était au milieu d’hommes et de femmes idolâtres. Le Seigneur le sort de là. Donc déjà si on veut marcher devant la face du Seigneur il faut s’assurer qu’on est sorti de quelque part. On sort toujours. Vous savez le verbe sortir aussi bien en hébreu que dans le grec est au présent continu. Donc nous continuons à sortir. Personne ne peut dire : « moi je suis déjà sorti de Babylone. » C’est faux. Nous sortons tous, tous les jours, parce que tous les jours Dieu nous éclaire. Donc c’est ça qu’il faut comprendre. On peut sortir physiquement d’un lieu et être toujours dedans sur le plan spirituel, sur le plan comportemental, sur le plan éducation, sur le plan du langage. Nous sortons tous les jours parce que nous sommes appelés à grandir. Nous marchons de gloire en gloire. Quand le Seigneur dit : « Sortez de Babylone mon peuple » le verbe est au présent. Donc tous les jours Dieu nous sort, tous les jours nous grandissons. Il nous apprend. Moi le premier. Il nous donne à fonctionner autrement en fonction des réalités, de l’état du monde, de notre environnement.
Donc Abram sort physiquement d’un lieu mais vous allez voir que sur le plan mentalité, sur le plan éducation, sur le plan spirituel, le Seigneur a continué à le faire sortir de la Mésopotamie. Il sort. Et qu’est-ce apprend ici ? Il sort avec Lot. Toujours. Chacun de nous a toujours un Lot quelque part. Toujours. Lot représente comme vous le savez ces hommes et ces femmes qui sont avec nous. Chacun a son Lot. Personne ne peut dire : « moi c’est bon c’est réglé. » C’est faux. Même si ce n’est pas quelqu’un de physique, ça peut être aussi une pensée, une mentalité, une culture… ta culture qui peut te freiner dans ta marche. Donc il sort avec Lot. Physiquement, il laisse un pays mais sur le plan de la collaboration, il était toujours avec la Mésopotamie. Donc Lot. Physiquement, il était toujours avec Térach, son père, dont le nom signifie retard. Et Lot comme vous le savez son nom signifie voile. Donc Abram a pris du retard, Abram était voilé pourtant il était appelé à marcher en face de Dieu, devant Dieu.
Pourquoi la face de Dieu, pourquoi devant le Seigneur ? Pour être éclairé parce que sans la face de Dieu nous ne pouvons pas être éclairés. Quand Dieu dit à Abram : « Marche devant ma face » pas derrière mon dos, devant ma face, parce que cette marche, Dieu doit avoir un regard dessus. Dieu doit tout regarder. Et il lui dit : « Marche devant ma face et soit intègre. » On va le lire. Dieu voit tout, il doit voir tout. Tout ce que nous faisons dans notre marche chrétienne, tous les engagements, les collaborations, les décisions… Dieu veut être impliqué.
Et qu’est-ce qu’on apprend ? Abram arrive à Canaan. Et regardez ce qu’il va faire en tant que marcheur. On a vu le premier point en tant que marcheur, il faut sortir.
Il y en a qui veulent marcher avec le Seigneur mais ils ne veulent pas sortir de leurs coutumes, de leurs lieux, de leurs traditions. Et du coup ils ne peuvent pas marcher véritablement avec le Seigneur. Ils ne veulent pas sortir de l’idolâtrie. Ils ne veulent pas sortir de cet esprit qui veut qu’ils vont toujours profiter des frères et sœurs. Ça c’est ce qu’on a constaté chez beaucoup de chrétiens. Moi je vois comment les chrétiens profitent. En ce qui me concerne je reçois des e-mails de gens qui me demandent des services mais je me dis attendez on est dans quel monde là ? C’est quand même impressionnant. Demander à un frère : « Tiens frère j’aimerais bien si je pars dans tel pays… » Il y a un problème, chrétiens, on a de gros problèmes. Excusez-moi mais moi je vois des gens qui se disent chrétiens, marcher avec le Seigneur mais je regarde comment ils se comportent, on part en mission et on apprend que tel frère n’a pas pris son billet pour aller d’une ville à une autre. Et maintenant c’est quelqu’un d’autre qui va prendre son billet. C’est grave ! Vous vous dites chrétiens et vous profitez des autres, des frères et sœurs comme ça ? Je suis désolé. Vous n’êtes pas sortis de la cupidité. Vous n’êtes pas sorti de cet esprit qui veut que vous profitiez des frères et sœurs, de leur naïveté, de leur bonté. Ce n’est pas correct. Un chrétien qui marche devant la face de Dieu, devant Dieu, dans la présence de Dieu est un chrétien qui va être prévoyant. La foi… beaucoup comprennent mal la foi. La foi n’exclut pas l’organisation, la raison, la réflexion. Ce n’est pas parce qu’on a foi qu’on doit faire les choses sans réfléchir… Non ! Vous voyez ce que je veux dire ? Je voudrais que vous compreniez certaines choses parce qu’on vit ces choses-là. Et ce n’est pas correct. Je disais aux frères, il y a des introvertis qui sont plus organisés que ceux qui se disent chrétiens, qui se disent avoir l’Esprit de Dieu. L’Esprit de Dieu qui amène l’ordre parce que Dieu n’est pas un Dieu de confusion. Alors il y a un problème quelque part.
Donc marcher avec le Seigneur, il faut d’abord commencer par sortir. Sortir de.
Alors ça peut être sortir du péché bien évidemment, sortir des coutumes et traditions. Sortir de certaines collaborations. Il y en a, ils savent bien qu’ils doivent sortir de certaines choses mais ils ont du mal parce qu’ils ont peur des conséquences. Vous voyez ? Peur des conséquences. Regardez par exemple dans Jean chapitre 12 versets 42, les Ecritures nous disent quoi ? Il est dit que plusieurs parmi les chefs avaient reconnu que Yehoshua était le Messie mais ils ne voulaient pas le confesser publiquement de peur d’être exclus de leurs synagogues. Et dans Jean 5 le Seigneur dira : « comment pouvez-vous croire vous qui tirez votre gloire les uns des autres ? » Donc la peur d’être exclu, la peur de manquer, la peur de perdre un certain nombre de privilèges fait que beaucoup de marcheurs, beaucoup de chrétiens ne marchent plus dans la présence de Dieu, ne marchent plus devant Dieu, devant la face de Dieu.
C’est pour cela que le Seigneur veut que nous sortions. Dieu est le Dieu qui marche. Nous allons vers quelque part, nous allons vers le ciel.
La dernière fois un frère de province nous disait : « j’ai eu tel frère qui m’a envoyé un e-mail, il dit qu’il faut qu’on passe sa vidéo sur TV 2vie parce qu’il part en mission quelque part. » Mais ce même frère collabore avec des gens qui disent que Jésus n’est pas le père, qu’il n’est pas le Dieu tout-puissant. Comment vous voulez marcher avec le Seigneur tout en étant dans la compromission ? C’est quand même impressionnant les chrétiens d’aujourd’hui. L’homme est comme ça malheureusement. Notre génération est assez particulière parce que nous vivons les derniers temps. C’est quand même impressionnant ! Beaucoup ne veulent pas sortir. Ça coûte cher. Le confort, beaucoup sont dans une zone de confort alors sortir de là c’est compliqué. C’est impossible ! Dieu ne peut pas quand c’est comme ça marcher véritablement avec nous.
Abram sort, il sort avec Lot, avec son père. Son père meurt. Et Dieu lui dit : « Je t’avais dit qu’il faut partir de là, il faut aller vers le pays que je te montrerai. » Donc il sort, il arrive à Canaan. Et qu’est-ce qu’il va faire ? On nous dit quoi ? Il arrive au pays de Canaan et Abram va parcourir le pays et Dieu va lui apparaître et il lui réitère cette promesse de le bénir et de lui donner le pays de Canaan. Et qu’est-ce que fait Abram ? Il va bâtir 1 autel. C’était un bâtisseur d’autels. Et nous savons tous que l’autel était le lieu de rencontre. Et c’est là que Dieu venait rencontrer, souvent c’est là que Dieu agréait les offrandes. On ne peut pas véritablement adorer Dieu sans l’offrande, sans les offrandes. Et aujourd’hui l’offrande la plus importante que Dieu veut c’est notre corps. Paul dit dans Romains 12 : « offrez vos corps en sacrifice saint, vivant et agréable ce qui sera pour vous un culte raisonnable. » Le véritable culte comme vous le savez c’est le culte qui consiste dans le sacrifice. Il faut sacrifier nos vies. Et Abram avait compris ce principe. Donc on ne peut pas marcher devant le Seigneur sans sacrifice. Abraham savait que dans cette marche, il avait besoin des directives précises du Seigneur. Marcher en dehors de la présence du Seigneur c’est marcher sans boussole spirituelle. Et le marcheur doit creuser sa relation, doit bâtir sa relation avec Dieu. Donc ici nous avons la communion avec le Seigneur. Le sacrifice, l’autel, sacrifice, communion.
Je peux vous assurer que si le Seigneur ne m’aidait pas de temps à autre dans la marche avec lui depuis toutes ces années, s’il ne me parlait pas clairement sur ses intentions, ses projets, personnellement je serai physiquement mort. Parce que dans cette marche vous avez tellement de choses autour de vous, vous avez tous ces gens qui vous entourent. Vous avez tous ces gens que vous rencontrez à l’école, au travail partout où vous êtes. Il y a tellement de voix qui vous parlent, tellement de projets, de conseils… comment faire pour tenir ? Comment faire pour discerner la volonté du Seigneur ?
Il y a tellement de gens qui vont venir parfois ils sont spirituels, pour vous dire : « il ne faut pas faire ci, il faut faire ça ». Vous allez vous retrouver au milieu de gens qui sont chrétiens… vous avez le groupe A qui vous dit : « il faut faire ci ou ça. Dieu dit faut faire ci ». Le groupe B pareil. Les deux groupes sont chrétiens, parfois ils craignent le Seigneur… Qu’est ce qu’il faut faire ? Vous êtes au milieu et vous marchez. Et si vous n’avez pas le discernement, si vous n’avez pas de communion personnelle avec le Seigneur, vous êtes cuits. C’est pour cela qu’il faut plus privilégier la communion avec le Seigneur qu’autre chose. Parce que moi je vois des chrétiens ils sont tout le temps ensemble. C’est bien mais ils sont plus avec les hommes qu’avec Dieu.
Comme je vous dis on se connaît et j’ai des histoires de gens, de frères qui viennent me voir pour confesser des choses : telle sœur, tel frère a dit qu’il avait envie de moi. Mais ce frère est marié comment il peut parler comme ça ? Mais la sœur est mariée comment peut-elle parler comme ça ? On est là chrétien on va prier ensemble depuis des années ? Donc il y a beaucoup d’hypocrites, il y a beaucoup de fausseté.
Vous allez voir que beaucoup de gens, de chrétiens, ils se convertissent véritablement chez eux, Dieu les visite chez eux. Ils vont rejoindre une assemblée locale et ils vont tout perdre. Ils vont perdre leur vie de prière, leur vie de jeûne, de consécration, de sainteté, de méditations quotidiennes de la parole du Seigneur parce qu’ils ont fait de mauvaises rencontres. Où ? Dans les assemblées. Donc vous voyez l'influence ? On peut devenir apostat en fréquentant une assemblée locale. On peut devenir apostat en restant chez soi parce qu’on a besoin de la communion fraternelle. On peut devenir apostat juste en travaillant. C'est une guerre que nous livrons.
Et c’est pour cela vous verrez qu’à chaque fois Abram bâtissait des autels. Et là qu’est-ce qu’il faisait ? Il adorait, il priait, il rencontrait Dieu, il parlait avec Dieu. Dieu venait lui parler face à face. Il entendait sa voix et il recevait des directives. Comme là : il arrive, il parcourt le pays, il bâtit un autel, Dieu se révèle à lui, il lui donne des instructions… Et c’est comme ça la vie d’Abraham, sa marche vers la terre promise. À chaque fois qu’il arrivait à un endroit il dressait ses tentes, il bâtissait un autel. C’est la première des choses qu’il faisait pour connaître la volonté de Dieu.
Je me rappelle les frères et sœurs de l’assemblée d’Évry voulaient acheter ces locaux. Et il y en a qui me disaient : « ce serait bien quand même que tu fasses l’annonce » parce que c’est des locaux qu’on utilise tous, pour la formation, ça nous sert à nous tous. Je leur disais on verra. Je sentais que ce n’était pas le temps de Dieu, le timing exact du Seigneur. Je savais que si j’avais fait l’annonce avant le temps de Dieu tout allait capoter. Mais parfois tu as la pression des gens. Je ne dis pas forcément que ces frères et sœurs m’ont mis la pression. Mais ce qu’il faut comprendre dans la marche chrétienne beaucoup perdent la vision du Seigneur parce qu’ils ont subi une pression et ils ont cédé. Vous allez voir dans les assemblées, vous le voyez de toute façon, on en parle avec des frères et sœurs, des gens qui viennent vous voir qui disent : « J’ai parlé avec Shora ». Ils se servent de moi pour avoir une légitimité, pour manipuler les gens, pour voler. C'est terrible les chrétiens ! On est à la fin. Les gars ils vont pécher, les frères et sœurs vont leur dire : « vous avez péché » « Non, non, on a déjà parlé avec le frère Shora ». Vous voyez la manipulation ? C'est grave ! Si vous n'avez pas une intimité avec le Seigneur, vous êtes fini ! J'ai vu, je vois des frères et sœurs qui sont encore célibataires, craignant de Dieu, marchant avec le Seigneur ; le jour où ils vont rencontrer leur conjoint dans les assemblées chrétiennes, ils perdent la vision et c’est fini ! C’est-à-dire qu’une rencontre amoureuse va détruire leur sacrifice, leur communion avec Dieu. Cette flamme elle va être éteinte. Fini !
Comment voulez-vous achever la course ? Ce n’est pas possible.
Donc on sort. Ça coûte cher. Tous les jours des sacrifices.
Et ensuite qu’est-ce qu’Abram a fait dans le chapitre 13 ? Il y a eu querelle, il y a eu conflit entre les bergers du troupeau d’Abraham et les bergers du troupeau de Lot. Alors il y a eu quoi ? La séparation.
Regardez bien ces réalités-là par rapport à la marche, on les vit tous les jours. On est à l’école de manière permanente, l’école de l’Esprit, jusqu’à notre mort. Donc on ne sort pas seulement une seule fois, on sort tous les jours. Vous avez compris. Ensuite les sacrifices c’est tout le temps, tous les jours nous devons prier et prier parfois c’est une lutte parce que la chair ne veut pas. Méditer la parole c’est pareil. Tu veux méditer mais une pensée qui vient : « non il faut regarder telle chose. » La séparation ce n’est pas facile, ce n’est pas toujours facile. Parce qu’on est humain.
Et là Abram voit qu’il y avait trop de querelles, il fallait se séparer. Abram avait reçu une vision. Qu’est-ce que tu as reçu comme pensée de la part du Seigneur ?
Je peux vous assurer par rapport à la séparation, je peux vous en parler parce que je peux dire que depuis 98, 99 quand le Seigneur m’a fait commencer l’œuvre, je n’ai connu que ça. Parce que vous avez des menaces parfois. Les gens vous disent : « si tu ne fais pas ce qu’on te dit tout va s’écrouler. » Parce qu’ils estiment que c’est grâce à eux que l’œuvre se fait.
Et Abram lui dit : « pour arrêter les querelles il faut choisir, si tu vas à gauche j’irai à droite, si tu vas à droite, j’irai à gauche ». Et on sait ce qui s’est passé dans Genèse 13, ils se sont séparés. Et Abram de là où il y a eu la séparation c’est de cet endroit que Dieu lui dira : « lève tes yeux regarde. » Et il a vu le pays de la promesse. Donc tant que Lot était là, Abram ne pouvait pas voir. Donc le voile a été ôté et là il a vu. Et regardez, s’il était resté avec Lot il se serait retrouvé dans Sodome et Gomorrhe. Parce que vous avez des gens qui sont avec vous, vous avez le péché… La séparation ce n’est pas seulement avec les hommes, c’est la séparation d’avec nous-mêmes, d’avec la chair, d’avec nos coutumes et traditions, d’avec les mauvaises habitudes que nous avons apprises. On dit que les habitudes ont la peau dure. La séparation d’avec l’impudicité. Femme, tu es une femme mariée comment tu peux parler à un homme comme ça ,Tu ne peux pas parler avec un homme sur les réseaux comme ça, respecte-toi. Ce n’est pas possible donc sépare toi d’avec ces choses là. Ce n’est pas normal. Comment tu peux avoir envie d’un homme marié alors que toi tu es une femme mariée ? Comment tu peux avoir envie d’une femme mariée alors que toi tu es un homme marié ? C’est quand même impressionnant ! De qui se moque-t-on ? Vous voulez aller au ciel ou en enfer ? Donc il y a des séparations comme ça. La séparation c’est sur pas mal de choses. On se sépare de beaucoup de choses : de nous-mêmes, des pensées impures, de l’orgueil, de la colère, de la jalousie, des guéguerres par rapport à l’œuvre. « Non c’est moi qui doit organiser » « non c’est pas toi c’est moi ». Honnêtement, on est pas fatigués mes amis ? Toutes ces guéguerres inutiles, charnelles, liées à notre mentalité… « non c’est moi qui dois faire. » Oulala Seigneur, ils sont encore à ce niveau-là ? Parfois c’est des mères de famille, des grands-mères, des grands-pères. Seigneur…
Donc il se sépare d’avec son neveu parce qu’il allait quelque part et il devait se focaliser sur l’objectif à atteindre.
Donc dans le chapitre 14 qu’est-ce qu’il va faire Abram à votre avis ? Melchisédech va lui offrir du pain et du vin, symbole du sacrifice. C’est la pâque. Le pain c’est le corps de Christ.
Et dans cette marche là qu’est-ce qu’il faut faire à votre avis ? Il faut de la nourriture spirituelle. Comment voulez-vous atteindre les objectifs si vous ne vous nourrissez pas correctement de la parole du Seigneur ? Le Seigneur a dit que sa chair est une vraie viande, c’est le pain de vie et son sang est un vrai breuvage. Vous ne pouvez pas en tant que marcheur ; si vous voulez marcher dans la présence du Seigneur et atteindre l’objectif ; en étant en communion avec le Seigneur vous allez  forcément méditer la parole bien comme il faut. Vous allez prier. Comment voulez-vous avoir la force de tenir face à toutes ces tentations si vous ne méditez pas profondément la parole ?
Vous avez beaucoup de chrétiens même ici qui n’accordent pas du temps à la parole, à la méditation profonde de la parole, au fait de faire des recherches. Vous savez c’est la nourriture des grands. Dans le désert les hébreux mangeaient la manne pour tenir. Nous, nous avons cette parole. Et les écritures nous disent dans 1 Jean 1 à partir du verset 8 jusqu’au verset 9 que si nous disons que nous ne sommes pas pécheurs, que nous n’avons pas de péché nous sommes menteurs. Et il dit que le sang du fils de Dieu nous purifie de tout péché. Tous les jours par rapport à notre communion avec le Seigneur. Tous les jours ce sang nous purifie. Comment voulez-vous être pur, sanctifié, préparé pour l’œuvre du Seigneur si vous n’êtes pas en communion avec lui ; si vous ne mangez pas sa parole, si vous ne prenez pas le temps de parler à Dieu ? Les chrétiens veulent plus parler aux autres, parler aux hommes qu’avec Dieu, discuter, dialoguer avec le Seigneur.
Donc Melchisédech lui apparaît, lui donne du pain, du vin et il reçoit la révélation du Dieu très Haut.
Dans le chapitre 15 qu’est-ce qui va se passer ? Dieu lui dit dans le chapitre 15 verset 1 « Après ces choses, la parole de Yahweh vint à Abram dans une vision, en disant : Abram, ne crains point, JE SUIS ton bouclier, ta grande et infinie récompense. 2 Abram répondit : Seigneur Yahweh, que me donneras-tu ? Je m'en vais sans laisser d'enfants après moi, et l'héritier de ma maison c'est Eliézer de Damas. »
On sait tous que Dieu lui promet un enfant, Isaac.
Et au chapitre 16 verset 1 « Or Saraï, femme d'Abram, ne lui avait enfanté aucun enfant, mais elle avait une servante égyptienne nommée Agar. 2 Et Saraï dit à Abram : Voici, Yahweh m'a rendue stérile ; viens, je te prie vers ma servante, peut-être aurai-je des enfants par elle. Et Abram écouta la voix de Saraï. »
Écouta ici c’est aussi obéir. C’est quand même terrible ! Dieu vient de lui faire une belle promesse. Plusieurs fois dans le chapitre 12 il lui fait une promesse : « tu auras une postérité, je te bénirai. » Dieu n’a pas cessé de réitérer cette promesse à Abram. Arrivé au chapitre 16 Abram a subi la pression de sa femme.
Vous voulez aller plus loin avec Dieu, écoutez plus Dieu que les hommes. Ça, ça coûte cher. Je vous dis parce que les gens vont vous traiter de tous les noms. « Il est méchant, il n'est pas de Dieu… ». Les gens vont vous traiter de tous les noms. Moi j'ai vu des gens qui viennent qui disent : « Non mais en fait ils sont tous idolâtres. » Je me rappelle quand j'étais encore dans la fonction pastorale il y avait des prophéties qui sortaient : « Les gens sont idolâtres ». Un jour j’ai dit au Seigneur j’arrête l’œuvre parce que moi je ne veux pas d’idolâtrie, je ne veux pas être une idole. Les gens sont tous idolâtres donc moi j’arrête. Le Seigneur m’a dit : « Mais pourquoi tu écoutes plus les hommes que moi ? » Il m’a fait comprendre ça. Mais Seigneur pourtant ils prophétisent. « Mais qui t’a dit que ce sont des prophéties qui viennent de moi ? » Le Seigneur dit : « regarde dans la parole Paul on l’a traité de Jupiter. On a dit que c’est Jupiter et Barnabas Mercure. On a voulu sacrifier des animaux pour eux. Est-ce qu’ils ont arrêté l’œuvre pour autant ? » Non ! Dans Actes 28 quand Paul a été mordu par une vipère, les barbares ont dit « c’est un méchant ». Ils ont vu que Paul ne mourait pas, ils ont changé de langage en disant : « C’est un dieu. » Est-ce que Paul a arrêté de prêcher l’Évangile ? Non ! Le Seigneur m’a dit : « toi ne tombe pas dans leur piège. Un idolâtre c’est un ignorant. Annonce lui la parole et il va découvrir la vérité et il viendra vers moi. » Globalement, y en a qui sont qui sont idolâtres parce qu’ils sont méchants, parce qu’ils ne sont pas du Seigneur. C’est leur travail de détruire les autres. J’ai voulu arrêter la prédication, servir le Seigneur à cause de ça. Parce que vous avez des gens qui vont vous dire : « T’es là ? Ce n’est pas correct ce que tu fais là. Viens avec nous. Laisse les là bas et viens avec nous ». Il y a tout ça. C’est terrible !

Dieu nous a créé avec deux oreilles et une seule bouche. Avant de prendre une décision, on écoute là, on écoute là, on écoute le Seigneur avant de trancher. J’ai vu des gens pendant les programmes de réveil ici, des gens qui aiment le Seigneur soi disant, me dire : « il faut arrêter le programme. » Des prédicateurs. D’autres prédicateurs venaient : « non il faut continuer. » Tu fais quoi ? Beaucoup vous diront : « il n’écoute pas ». C’est normal. Mais si j’écoutais les hommes, il n’y aurait pas ce peu de résultats que nous avons. Vous voyez ce que je veux dire ? C’est pour cela que si vous voulez atteindre vos objectifs, vous devez plus écouter Dieu que les hommes.
Regardez dans Actes 21,22, lisez le à la maison, si vous pouvez, si vous avez le temps, si vous avez la possibilité ce soir après le programme méditez Actes 21 et 22. Paul se retrouve face aux prophètes. Il y en avait plusieurs qui disaient : « ne va pas à Jérusalem parce qu’on va te tuer. Dieu nous a montré que tu allais être tué. » Il y a même le prophète Agabus, un grand homme de Dieu, un grand prophète, qui vient, prend la ceinture de Paul, il se lie les mains et les pieds et prophétise en disant : « l’homme à qui appartient cette ceinture sera arrêté à Jérusalem ». C’était vraie une prophétie. Mais les prophètes y ont mis du sentiment. Ils ont rajouté les sentiments humains. Dieu ne leur avaient pas dire de dire à Paul de ne pas aller à Jérusalem, Dieu leur avait dit de dire à Paul qu’il allait être arrêté. Il fallait simplement l’avertir. Parce que Dieu avait dit à Paul qu’il irait témoigner d’abord à Jérusalem et ensuite à l’extérieur. Quand Dieu a appelé Paul il a dit dans Actes 9 « tu vas commencer à Jérusalem. Je t’enverrai au loin par la suite. » Mais les prophètes ont reçu des messages clairs mais à cause de leurs sentiments, du péché, la chair est tellement mélangée, tellement brisée, tellement affaiblie par le mal, par le péché qu’il y a des sentiments humains. Et si Paul n’avait pas développé l’écoute… Vous voyez, marcher devant Dieu ce n’est pas une affaire facile. Si Paul n’écoutait pas plus Dieu qu’est-ce qu’il allait faire ? Il allait avoir peur, il allait suivre les prophètes plutôt que suivre le Seigneur. Il allait perdre la vision. C’est terrible !
J’ai vu des gens, que vous connaissez, qui venaient me voir pour dire : « Non, il ne faut pas dénoncer, faut pas faire comme ça. » Je leur ai dit je suis désolé, quand Dieu m’a appelé vous n’étiez pas là. Ce n’est pas de l’orgueil. À un moment donné le marcheur doit avoir une assurance que beaucoup vont appeler de l’orgueil. Alors que c’est simplement de l’assurance. Ce sont des hommes et des femmes que Dieu a persuadées, à qui Dieu a donné une pensée claire et nette. Et si vous n’avez pas cette assurance là vous allez tituber et vous allez être dans les sentiments, dans les incertitudes, dans le doute et vous allez être manipulés, gérés par les hommes.
Paul dit : « non j’irai à Jérusalem parce que Dieu me l’a dit. » Et il est allé à Jérusalem. Et son séjour à Jérusalem a permis à ce que des autorités comme le roi Agrippa entende l’Évangile. Le Seigneur avait dit : « vous allez témoigner de moi devant les autorités. »
Frères et sœurs, vous voulez marcher avec le Seigneur, vous voulez finir correctement votre course, votre parcours terrestre ? Il faut sortir de certaines choses, il faut que nous soyons des sacrifices vivants tous les jours, il faut des séparations. De temps à autre quand Dieu nous révèle des choses, on s’en sépare. Il faut se nourrir de la Parole quotidiennement. Il faut écouter plus Dieu que les hommes. Là c’est plus compliqué. Lire la parole quotidiennement c’est dur. Je ne vous le cache pas. Prier tous les jours, prier quotidiennement, ce n’est pas facile, la chair ne veut pas, la chair s’y oppose. On a tellement de choses aujourd’hui : le téléphone, la télé, l’ordinateur, les amis ; il y a tellement de choses qui nous entourent que c’est difficile de respecter quotidiennement la lecture de la parole, la méditation la parole, la prière. Le Seigneur vous réveille vers 2 heures du matin, 3 heures du matin pour prier la chair va vous dire : « non c’est compliqué je suis fatigué. » Les soucis de la vie, les mauvaises nouvelles que l’on reçoit, que l’on entend ici et là. Il y a pleins de choses qui veulent nous décourager.
Donc qu’est-ce qu’il faut faire ?
 Adam et Eve les premiers parents ont échoué pourquoi ? Parce qu’ils ont écouté plus le serpent que Dieu. Dieu leur a dit : « ne mangez pas ». Le serpent dit : « mangez ! ». Ce n’est pas nouveau, Satan utilise la même méthode. Et ceux qui vont vous dissuader de sortir de la pensée du Seigneur,  ce ne sont pas des gens qui sont très loin de vous, ce sont les plus proches. Parce que quelqu’un de loin Satan sait que vous allez lui dire d’emblée non. Mais c’est quelqu’un qui va vous approcher, qui va vous côtoyer, il va faire en sorte que vous ayez confiance en lui et ensuite tac.
Quand Dieu m’a dit : « dénonce la dîme. » Il y en a qui ont essayé de m’en dissuader. Quand Dieu m’a dit : « parle de la gratitude de l’Évangile. » Il y en a qui ont essayé de m’en dissuader. Fallait voir la pression. Quand le Seigneur m’a dit : « donne l’autonomie » Il y en a qui ont dit : « non, nous on va faire comment ? » Écoutez mais avant moi vous faisiez comment ? Qu’est-ce qu’il faut faire ? Vous ne pouvez pas réussir votre marche chrétienne, vous ne pouvez pas marquer votre génération si vous n’écoutez pas Dieu.
Je suis allé aux Antilles, en Martinique, en Guadeloupe quelqu’un est venu me voir pour me dire : « moi je ne regarde plus TV2vie ». Mais si tu ne regardes plus Tv2vie, mais qu’est-ce que tu viens faire au programme organisé avec TV2vie ? Vous voyez un peu les chrétiens ? Ils sont, comme disent les ivoiriens, ils sont mélangés.
Vous avez une vision que Dieu vous a donnée, et vous avez des gens comme ça qui sont là et qui veulent vous en sortir. Ils veulent vous en éloigner. Qu’est-ce qu’il faut faire ? Quotidiennement, il faut faire attention à ce que tu entends tous les jours. Ça peut être ta femme, ça peut être ton mari. Je connais des frères qui avaient le feu. Et une dame est venue tac : belles paroles ; ils sont tombés dans l’impudicité, ils ont tout perdu. Donc tous les jours, quotidiennement, quelqu’un va venir pour te dire : « fais ça, chéri il ne faut pas faire ci ou ça. » Dieu te dit : « jeûne ». Ta femme te dit : « Nan, j’ai préparé quelque chose. » Tu fais quoi ? Le Seigneur te dit : « jeûne ». Ta mère te dit : « tu sais chéri quand même… » C’est compliqué. Qui reconnaît que c’est difficile ? Donne-nous notre pain quotidien.
C’est tous les jours que nous subissons ces choses-là, tous les jours nous sortons, tous les jours nous nous séparons de choses, tous les jours nous devons nous nourrir, et tous les jours nous devons écouter Dieu. Tous les jours.
Tu conduis et tu sens une pensée de Dieu qui vient comme ça : « ne va pas à gauche. » Si tu n’écoutes pas d’accident. Et tu vas commencer à te dire : « si j’avais écouté cette pensée. » Qui a déjà vécu cela ? Tous les jours !
Moi je regrette certaines rencontres. Mais je bénis de Dieu parce qu’il les a transformés en bénédiction au lieu de malédiction. Mais parfois je me dis, j’aurais dû écouter la voix du Seigneur qui me disait : « fais attention à cet homme. » On est humains, parfois on a du mal à discerner. Même Paul a tâtonné, faut pas croire. Le danger est quotidien. Tous les jours ! Quotidiennement Satan veut nous détruire, veut te détruire. Et je peux vous assurer plus Dieu vous confie des responsabilités plus il sanctionne même les petites erreurs. Dieu est amour bien sûr. Mais regardez Moïse, il a frappé le rocher combien de fois ? Deux fois et il n’est pas rentré à Canaan. C’était par rapport à la charge. Plus tu es responsabilisé par le Seigneur plus Dieu est exigeant. C’est pour cela que tu dois plus l’écouter lui que ton propre cœur.
« Chéri, Abram ? » « Oui ma petite douce voix d’épouse. » « Dieu nous a promis un enfant. Mais attend quand même Abram, nous sommes vieux, je suis ménopausée et toi même le Viagra ne marche plus ». « Effectivement les médecins ont dit que c’est fini pour moi alors qu’est-ce qu’il faut faire ? » « Il faudrait peut-être un raccourci. » « J’ai une servante, égyptienne qui est là, qui n’attend que ça depuis des années. Tu peux aller avec comme ça je vais garder cet enfant. » Elle était la première à dire à Abram après la naissance de l’enfant : « il faut virer cette femme. » L’homme change toujours de langage. Ils vont t’encenser, t’élever et ils vont te détruire après. Ils vont passer de : « tu es un homme de Dieu, tu es une femme de Dieu » a « tu es démoniaque, satanique, sorcier, gourou, vaudou. »
Alors Abram va écouter sa femme. Les mêmes oreilles qui avaient écouté Dieu vont écouter la femme. Ça ne vous rappelle pas quelqu’un dans la Bible qui a écouté plus sa femme que Dieu ? Adam. Et qu’est-ce qui va dire après quand Dieu va l’attraper dans son péché ? « La femme que tu as mise a mes côtés. T’ai-je demandé une femme moi Adam ? Donc c’est à cause de toi Dieu. » Vous avez vu ?
En plus la femme, quand Satan saisit une femme. Je ne dis pas que les hommes sont mieux, ce n’est pas ce que je dis, il ne faudrait pas que sa sorte dans un journal pour dire : « là-bas c’est une secte qui casse les femmes. » On se connaît. Mais je peux vous assurer que même les plus grands dictateurs ils sont gérés par deux femmes : leurs mères et leurs épouses ou leurs copines. Vous allez voir un homme très méchant, très dur, mais qui va offrir des fleurs à une femme. Un homme de 40 ans va courir après une femme de 20 ans, une gamine. Pourquoi ? Parce que c’est comme ça, nous sommes faits comme ça malheureusement. Vrai ou faux ? Parce que la femme a des manières surtout quand elle est possédée. Il y a même des femmes mariées qui disent à leur mari : « Chéri, il faut faire attention à cette dame-là. » Il a même une qui a envoyé des photos sur Facebook en disant à l’équipe : « Donnez ça à Shora comme ça il va voir qui je suis, et il va m’appeler après. » La femme. Samson qui l’a eu ? La Bible dit que la femme l’a fatigué pendant plusieurs jours. « Samson, s’il te plaît chéri. Tu sais que tu as des beaux yeux, tu as de beaux cheveux quand même. Tu dis que je suis ton cœur, ton doudou. » Et là il a cédé.
Et là pareil Abram a cédé, puis Ismaël est né et c’est pour cela dans le chapitre 17 justement Dieu vient et il dit quoi ?
« Puis, Abram étant âgé de quatre-vingt-dix-neuf ans, Yahweh lui apparut et lui dit : JE SUIS le Dieu Tout-Puissant. »
Il commence d’abord par lui rappeler sa nature. C’est important parce si tu marche avec Dieu et si tu ne sais pas qui il est, tu ne pourras pas le craindre. Donc Abram ici n’a pas obéi à Dieu. Abram n’a pas craint Dieu. Père de la foi oui mais il n’a pas craint Dieu pendant un laps de temps il a manqué la crainte de Dieu. Ça peut vous choquer mais c’était un homme. Seul Jésus n’a pas péché. Abram a désobéi à Dieu. C’est pour cela Dieu lui dit : « je suis le Dieu tout-puissant. Ne l’oublie pas ! » Parce que beaucoup marchent soi-disant avec le Seigneur mais ils ne veulent pas le craindre. Ils pensent que Dieu ne les voient pas. Quand ils écrivent leurs petits mots à des femmes d’autrui, à des hommes d’autrui Dieu, quand ils vont faire la cour aux femmes dans les coulisses ensuite ils viennent chanter et prêcher. Dieu dit : « Je vois tout ça car je suis le Dieu tout-puissant. »
Et ensuite il lui dit quoi ?
« Marche devant ma face, et sois intègre. »
Intègre veut dire aussi entier, complet. Abram n’était pas entier.
Il y a des gens qui ne sont pas entiers. Ils cachent une partie d’eux, ils jouent un jeu, ils sont hypocrites. Ils sont là : « alléluia, moi gloire à Dieu ». Mais dans les coulisses on voit leur vrai visage. Moi je sais. Devant moi je sais que beaucoup sont faux. Ça je le sais. Et je sais que beaucoup parmi vous le voit. « Le frère devant le frère Shora, il est gentil mais devant nous voilà comment il parle. » Je sais, on se connaît maintenant. Les sœurs qui peuvent chanter, elles sont là, c’est des anges. Mais regardez comment elles parlent aux gens dans les coulisses. Voilà comment elles se comportent, de véritables stars. Moi je sais qu’il y a des gens ici qui ne saluent pas les frères et sœurs. Ils voient les nouveaux arrivés, ils ne vont même pas les saluer parce que ce sont des stars. Et devant moi ils vont faire semblant de saluer les frères et sœurs parce qu’ils pensent que je suis Dieu, que je vois tout. Vous voulez que je parle ? Gloire à Dieu ! C’est comme ça qu’on est. Ils veulent que je les remarque. Mais les gens qui ne sont pas forcément connus, qui ne prennent pas forcément les micros, on ne les considère pas. Ils ne sont pas entiers. Ils jouent un rôle.
Et Dieu dit : « Je suis le Dieu tout-puissant, ne l’oublie pas ! Tu veux marcher avec moi. Je suis le Dieu tout-puissant. C’est-à-dire je peux tout, je sais tout, je vois tout. Je suis le Dieu le plus puissant. Alors marche devant ma face. C’est-à-dire mes yeux doivent croiser tes yeux. »
C’est ça. Parce qu’il marchait où ? Il marchait à côté.
« Sois entier, sois complet. »
Je pense qu’Abram a dû trembler ici. C’était terrible. Et qu’est-ce que le Seigneur va faire par la suite ? Là il va lui révéler l’alliance, l’alliance de la circoncision.
Regardez le verset 3.
Alors Abram qu’est-ce qu’il a fait ?
« Alors Abram tomba sur sa face »
Il tombe sur sa face. C’est normal parce qu’il ne le faisait plus. Dieu l’a repris.
Alors marcher devant la face de Dieu, je vous assure c’est terrible. Etre chrétien c’est marcher devant la face de Dieu tous les jours. C’est-à-dire que tu es exposé à la lumière. Tel que tu parais devant les frères et sœurs tel tu es devant Dieu. Tel que tu es devant Dieu tel tu es devant les frères et sœurs. Tu ne joues pas un rôle. Non.
On va lire quelques passages avant de finir.
Vous savez que le chandelier devait éclairer en face. Vous vous rappelez non ?
Seigneur, merci pour ta parole qui nous éclaire.
Nous sommes dans 2 Corinthiens chapitre 3 : 13 « Nous ne sommes pas comme Moïse qui mettait un voile sur son visage, afin que les enfants d'Israël ne fixent pas les regards sur la fin de ce qui devait être anéanti. 14 Mais leurs entendements sont endurcis, car jusqu'à aujourd'hui ce même voile, qui est aboli par Christ, demeure sans être ôté lors de la lecture de l'Ancienne Alliance. 15 Mais jusqu'à ce jour, quand on lit Moïse, le voile demeure sur leur cœur. 16 Mais quand le cœur se convertit au Seigneur, le voile est ôté. »
Marcher devant la face de Dieu, marcher dans la présence de Dieu c’est avoir le visage complètement découvert. On ne se cache pas devant Dieu. On ne va pas se cacher devant les frères et sœurs. On se dévoile devant les frères et sœurs. On est comme une bouteille, comme un verre en cristal. On est transparent. On est vrai. Et vous savez la religion c’est le fait de se couvrir de ce voile, de jouer un rôle. C’est pourquoi les pharisiens portaient ces vêtements, toutes ces soutanes que vous voyez, costards et cravates… Les gens se donnent un style, ils se donnent un genre. Ils cachent leur religiosité, leur médiocrité par une manière d’opérer, de fonctionner, d’agir, de s’habiller, de parler… ça cache la religion, ça cache la pourriture.
C’est pour ça que Paul dit que quand ils lisent Moïse le voile est toujours là. Ils vont devant le Seigneur soi-disant mais ils ne veulent pas se découvrir. Et ils ne sont pas intègres, ils ne sont pas vrais. Ils viennent à l’assemblée, ils prennent ce voile, ils se cachent. Dehors ils l’enlèvent et paraissent tels qu’ils sont devant les hommes. Mais entre les frères et sœurs ils se cachent. Dans les coulisses, ils ont des discussions abominables. C’est quand même terrible ce voile religieux.
C’est pour cela Paul la suite dit quoi ?
Verset 18 « Ainsi nous tous qui contemplons, comme dans un miroir la gloire du Seigneur à visage découvert, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par l'Esprit du Seigneur. »
À visage découvert, tels que nous sommes. Être vrai, être entier, être intègre… comme Dieu l’a exigé, l’a demandé à Abraham. Quotidiennement nous devons être intègres, être vrais.
Exode 12.
Vous rappelez de la pâque. Je veux vous poser une question, la fête de pâque durait combien de temps ? 7 jours vous êtes sûrs ? C’est la fête des pains sans levain qui durait 7 jours. La pâque durait une journée. Que signifie la fête de pâque ? On est presque à la fin de l’enseignement. Qu’est-ce qui s’est passé à la pâque ? La rédemption, la délivrance, le rachat. Nous sommes d’accord. C’est la sortie. C’est le rachat, la délivrance. Après la fête de pâque, tout de suite il y avait la fête des pains sans levain qui est souvent confondue avec la pâque. Les deux sont presque devenues une même fête. Et pendant la fête des pains sans levain qu’est-ce qu’il fallait éviter ? Il fallait éviter bien sur le levain. Le levain c’est quoi ? La méchanceté, le péché. On est d’accord. Donc ça veut dire quoi ? La pâque durait une journée et la fête des pains sans levain tout de suite après durait 7 jours. 7 c’est la perfection. La fête des pains sans levain durait plus longtemps. C’est l’image de notre parcours terrestre jusqu’au retour du Mashiah. C’est-à-dire que nous devons marcher toujours en évitant le levain. Or pour éviter le levain, le péché, la corruption il faut être dans la présence de Dieu. Tous les jours ! La pâque. On l’a expérimenté, la délivrance la conversion. À la conversion le Seigneur nous a libéré du péché, libéré des démons. Parce qu’à la croix il a tout accompli. Une fois convertis, le voile est ôté, les liens familiaux sont brisés à la conversion, une vraie conversion j’entends par là. Et ensuite on va entamer une marche, la marche chrétienne vers le ciel. Pendant cette marche c’est comme la fête des pains sans levain donc il faut éviter le levain. Paul dit : « il faut ôter le levain du milieu de vous. » Et ce n’est pas toujours facile.
Dans Genèse 19 quand il a reçu Yahweh et les deux anges chez lui, qu’est-ce qu’il a fait ? Il leur a préparé du pain sans levain. Donc cette pratique la ne vient pas de Moïse. Pour la première fois c’est avec Abraham qu’on voit cela. Le pain sans levain : pas de mélange. Si vous ne voulez pas vous mélanger dans votre marche chrétienne, il faut absolument la présence de Dieu. Car la présence de Dieu est sainte, si vous l’avez avec vous cette présence va produire en vous la haine du péché. Vous allez être irrités face au mal, face au péché. La première des choses que Satan cherche à détruire en nous c’est la présence du Seigneur. Il sait que si tu sors de là, tu es fragilisé, et là il va t’avoir plus facilement. C’est un combat.
Et on perd la présence du Seigneur en étendant les murmures, les problèmes, les critiques. Beaucoup de crédits chrétiens sont champions là-dedans. Les guéguerres les ministères c’est moi qui dois faire ci. On sort de la présence de Dieu.
Et dans Exode 12 le Seigneur disait : « consacrez-moi vos premiers nés aussi bien des hommes que des animaux. » Et Dieu leur disait que pendant la pâque, il fallait des pains sans levain et il fallait prendre la viande avec des herbes amères. C’est-à-dire que pendant cette marche, vous allez avoir à faire à l’amertume, à la souffrance. Donc cette marche là est une marche amère. C’est pour cela qu’il nous faut la présence de Dieu. Donc il faut éviter le levain. Il faut des herbes amères. Tu manges la viande, elle est bonne mais en même temps il y a l’amertume, il y a la douleur, il y a la souffrance. Maintenant si tu veux être guéri au niveau de ton cœur par rapport aux blessures des frères et sœurs, des membres de ta famille, il te faut la présence de Dieu. Tu as besoin de manière indispensable de la présence du Seigneur pour être guéri sinon c’est la mort. Et c’est tous les jours.
La nuée qui conduisait les enfants d’Israël dans le désert, vous connaissez l’histoire dans Nombres. Si la nuée restait un mois quelque part, ils ne bougeaient pas. Les enfants d’Israël bougeaient quand Dieu bougeait. C’est ça la marche.
La face du Seigneur c’est dire au Seigneur : « Montre-moi comment tu me vois. Révèle-moi mon état. » Ça fait peur honnêtement, je vous dis. Il va vous montrer des choses. Moi je me rappelle y a des années de cela, j’avais demandé au Seigneur : « Montre-moi comment tu me vois ». J’ai fait un songe où j’étais en réunion avec des frères et sœurs, j’avais un pistolet. Dieu m’a dit : « Voilà comment tu es ». J’ai dit Seigneur, ce n’est pas moi ça. « Si, si c’est toi ». Oh la la, Seigneur sauve-moi.
Alors comment Dieu te voit ? Comment tu es ? Quelle est cette partie de toi que tu caches à Dieu ? « Seigneur, je te donne tout sauf ce côté-là. Je peux tout pardonner mais sauf ça. »
Il y en a qui marchent derrière leurs pasteurs. « Ah ! C’est mon pasteur. » Non ce n’est pas ça. Dieu ne veut plus de ça. « C’est mon apôtre. » Non. C’est mon Dieu et moi. Mon Dieu et moi. C’est ça la marche d’abord. Mon Dieu et moi.
Abram a marché avec le Seigneur seul. Henoch marcha avec Dieu. Noé marcha avec Dieu. Regardez Noé. Dieu lui dit : « construis moi une arche. » Frères, où est ce qu’il l’a construite ? Certainement en pleine ville, je ne sais pas. Il devait dire aux gens : « il y aura un fleuve ici. L’eau tombera du ciel. » On n’a jamais vu l’eau tomber du ciel. La marche avec Dieu. C’est-à-dire que les gens à qui tu vas partagé la vision du Seigneur vont te prendre pour un fou. Moïse dit à Dieu : « tu veux m’envoyer d’accord mais ne m’envoie pas sans ta face. » Et Dieu lui dit littéralement : « ma face ira devant toi. » La gloire de Dieu. La nuée. C’est ça la face de Dieu, la gloire. C’est-à-dire que quand c’est comme ça, tu ne forces pas. Si tu évites les femmes aujourd’hui ce n’est pas parce que tu es fort, c’est la présence du Seigneur. Si évite l’impudicité, l’adultère ce n’est pas parce que je suis fort c’est la présence de Dieu. La présence de Dieu en nous maîtrise les pulsions, contrôle les pulsions charnelles, sexuelles. Je vous dis ! Il n’y a pas autre chose pour contrôler nos pulsions raciales, sexistes, racistes, sexuelles… c’est la présence du Seigneur. Les gens cherchent des thérapeutes spirituels, des prophètes. Mais vous n’avez rien compris ! Ils veulent aller à Kinshasa, ils veulent aller aux États-Unis, même venir ici. Non ! étant chez vous, cherchez la face de Dieu, priez que Dieu marche avec vous, priez pour que sa présence vous accompagne. Si sa présence vous accompagne même si vous rencontrez la femme la plus belle, vous ne tomberez pas.
Quand les gens me posent la question : « c’est quoi ton secret ? » Je leur dis mon secret c’est la présence de Dieu. Je cherche toujours la présence du Seigneur. Si tu n’es pas là je ne bouge pas. Les invitations j’en ai pleins : « frère, viens on va prendre une salle ». Non je ne bouge pas. La phrase dernière fois j’ai eu un frère aux États-Unis m’a dit : « tu as bien fait de ne pas aller à Dallas… » parce qu’une sœur là bas m’envoyait des messages : « viens, ton billet est déjà prêt ». Et je disais à chaque fois non je ne sens pas ça. On verra. On ne voyage pas pour voyager. Et le frère me dit : « Mais heureusement que tu n’as pas fait ça, que tu n’as pas été là-bas parce que elle est complètement dans la compromission. » La présence du Seigneur. Les pasteurs échouent parce qu’ils sont sortis de la présence du Seigneur.
Vous savez Adam, Dieu l’a chassé de sa présence, du jardin. Est-ce tu sers Dieu dans sa présence ou hors de sa présence ? Tu pries dans la présence du Seigneur ou hors de la présence de Dieu ? Dieu veut une relation de face-à-face. Il parlait à Moïse face-à-face. Il veut une relation avec toi de face-à-face. Il ne veut pas que tu passes par un homme. Tu as un problème, tu as un problème de santé, au lieu de venir nous exposer tes problèmes, va d’abord vers Dieu, plie tes genoux devant Dieu.
Et si tu restes dans la présence du Seigneur tu vas arriver jusqu’à la fin de ta mission. Je vous assure. Et à la fin tu diras : « Seigneur, j’ai combattu le bon combat, j’ai gardé la foi et j’ai achevé la course. Et maintenant je serai couronné. » Il y en a qui vont dire : « c’est de l’orgueil. » Non je sais, je connais celui en qui j’ai cru.
Quand je suis parti aux Antilles, je suis arrivé le jeudi 7 septembre vers 14h30. Vers 18h30 on avait un programme, un séminaire. Le lendemain le vendredi 8 mon genou avait enflé. Et j’ai perdu 10 kg au moins. Empoisonnement ! J’étais sur deux béquilles. Plus de sommeil, plus rien, diarrhée comme pas possible ! Mais je suis resté dans la présence de Dieu et c’est ce qui m’a gardé. Et le Seigneur dans sa présence m’a restauré complètement. Et merci aux frères et sœurs qui étaient présents. Quand j’allais enseigner, prêcher vendredi samedi dimanche les gens ne me voyaient pas. C’était terrible ! Vous voyez la marche avec le Seigneur ? C’est sa présence qui va nous garder, qui nous garde. Dans sa présence le Seigneur nous donne la santé, nous guérit, nous restaure. Vous quittez la présence du Seigneur dans le péché, dans la compromission vous perdez tout.
Ceux qui nous connaissent depuis des années savent qu’on n’est pas parfaits, on a eu toutes sortes de tentations, de pressions, d’oppressions. Et je subis personnellement tous les jours toutes sortes de pressions. Et si je tiens c’est grâce à la présence de Dieu. Il n’y a pas d’autres secrets. Un frère a fait un virement de 27 000 € pour l’orphelinat qu’on veut construire à Kisangani au Congo-Kinshasa. Comment faire pour ne pas prendre l’argent du Seigneur et le détourner comme ça ? La présence du Seigneur. En 7 mois il a donné 224 000 et quelques euros pour acheter ici comptant. Comment faire pour ne pas prendre cet argent pour soi alors que tu n’as pas de salaire ? La présence du Seigneur.
On va ici et là, on ne veut pas abuser des frères et sœurs, utiliser notre position pour manipuler, dépouiller les frères et sœurs. La présence du Seigneur.
C’est pour ça je vous dis que quand je vois des chrétiens qui viennent qui n’ont pas un minimum d’organisation, qui profitent des frères et sœurs je me dis Seigneur il y a un problème. Dieu ne vous parle-t-il pas ? Dieu ne vous interpelle-t-il pas ? L’Esprit qui habite en vous, l’Esprit qui a ordonné les choses, qui a coordonné toutes choses qui a créé le monde, qui a placé la lune exactement là où elle est pour qu’il y ait la vie sur Terre, à la distance exacte pour que l’axe de la terre soit maintenu afin qu’il y ait des saisons. L’Esprit de Dieu qui a placé le soleil à une distance exacte pour qu’il y ait la vie sur terre. Cet Esprit qui est aussi ordonné, aussi organisé et qui soit disant habite en vous ne vous inspire-t-il pas un minimum d’organisation, de sérieux ?
Je dis non il y a un problème. C’est pour ça on ne veut plus que les gens viennent seulement prophétiser. On veut de l’ordre selon Dieu c’est à dire la sanctification, la crainte de Dieu. C’est pour ça que la présence du Seigneur c’est l’Esprit de Dieu, la présence de Yehoshua, c’est ça ma force.




Matthieu 25:1 à 13

Alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent à la rencontre de l'époux. Cinq d'entre elles étaient folles, et cinq sages. Les folles, en prenant leurs lampes, ne prirent point d'huile avec elles; mais les sages prirent, avec leurs lampes, de l'huile dans des vases. Comme l'époux tardait, toutes s'assoupirent et s'endormirent. Au milieu de la nuit, on cria: Voici l'époux, allez à sa rencontre! Alors toutes ces vierges se réveillèrent, et préparèrent leurs lampes. Les folles dirent aux sages: Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s'éteignent. Les sages répondirent: Non; il n'y en aurait pas assez pour nous et pour vous; allez plutôt chez ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous. Pendant qu'elles allaient en acheter, l'époux arriva; celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. Plus tard, les autres vierges vinrent, et dirent: Seigneur, Seigneur, ouvre-nous. Mais il répondit: Je vous le dis en vérité, je ne vous connais pas. Veillez donc, puisque vous ne savez ni le jour, ni l'heure. Matthieu 25: 1 à 13